alexametrics
A la Une

Le Parlement comme on ne l’a jamais vu !

Temps de lecture : 4 min
Le Parlement comme on ne l’a jamais vu !

Depuis six jours, tous les regards sont braqués sur l’hémicycle du Bardo. Alors que l’heure est à l’examen de la Loi de finances 2020, qui habituellement préoccupe la scène nationale en cette période de l’année, le sit-in du bloc parlementaire du PDL a réussi à lui voler la vedette. Le conflit entre Abir Moussi et le mouvement Ennahdha devient le centre de tous les débats, et tout le paysage politique attend impatiemment l’issue de cette crise, qui semble être dans une impasse.

 

Les Tunisiens ont suivi le feuilleton de Abir Moussi et du sit-in de son bloc parlementaire à la salle de plénière à l’assemblée. Avec des directs nocturnes sur Facebook, des couvertures, de la nourriture sur les sièges de la salle, les épisodes sont bien mouvementées et riches en suspens. Tout a commencé lorsque la députée Ennahdha Jamila Ksiksi avait traité de clochards les députés du PDL, tout en les accusant de banditisme lors d’un point de parole qu’elle a demandé en plénière. Des propos fortement contestés par le bloc du PDL et de sa présidente qui ont décidé d’entamer un sit-in dans la salle de plénière jusqu’à ce que le mouvement Ennahdha, ainsi que la présidence du Parlement lui présentent des excuses officielles et écrites.

 

Accusée d’entraver les travaux du Parlement et de bloquer la plénière consacrée à l’adoption de la LF 2020, le bureau de l’assemblée avait appelé Abir Moussi et Jamila Ksiksi à se présenter des excuses mutuelles. Une demande refusée par Abir Moussi qui a campé sur sa position et poursuivit son sit-in.

 

Finalement la plénière tant attendue a démarré ce matin dimanche 8 décembre 2019 non sans tension et sans conflit, avec l’absence remarquable du président du Parlement Rached Ghannouchi. Comme prévu, les députés du PDL ont été présents dans la salle munis de leurs pancartes et prenant place sur les sièges réservés à la présidence du parlement. Une première altercation a eu lieu entre la députée Samia Abbou et la présidente du bloc du PDL Abir Moussi. Mme. Abbou a réitéré les insultes de Jamila Ksiksi et a traité Abir Moussi de clocharde. « Tu les qualifies de frères musulmans, ce qui a une connotation politique, ils te traitent de clocharde, ce qui a une connotation sociale. Ce qui est vrai, puisque tu es, actuellement sans abri et tu squattes la salle de plénière », avait déclaré Samia Abbou. Abir Moussi a gardé son sang-froid face à la tirade de Samia Abbou et n’a pas réagi.

Les chefs des blocs parlementaires ont pris la parole par la suite, et les choses sérieuses ont commencé avec l’intervention de Noureddine Bhiri, qui a envenimé la situation. « Les députés PDL visent à détruire les institutions de l'Etat, bloquer l'adoption du budget de l'Etat de 2020, aggraver la crise ainsi que priver les Tunisiens de leurs droits. Il faut appliquer la loi contre ceux qui portent atteinte aux institutions de l'Etat et entravent leurs actions. Cela justifie la dissolution du parti politique contrevenant. Vous devez présenter des excuses auprès de vos électeurs ainsi qu'aux Tunisiens puisque vous avez nui à leur réputation et vous leur avez fait perdre leur temps ! Le Parlement poursuivra ses travaux malgré tout et nos différends politiques et idéologiques ne justifient, en aucun cas, les insultes ! », assure Noureddine Bhiri en s'adressant aux députés du PDL.

Cette intervention jugée provocatrice a poussé Abir Moussi à prendre la parole, de par sa qualité de présidente de bloc parlementaire, au milieu des contestations des députés Al Karama. Le député Rached Khiari avait empêché l’enregistrement de l'intervention de Abir Moussi en s’opposant au caméraman et en faisant le signe de Rabâa face à la caméra.

 

Une dernière tentative de gérer le conflit a été proposée à travers l'organisation d'une réunion des chefs des blocs parlementaires en présence de Abir Moussi. Entre temps, les travaux de la plénière se sont poursuivis, mais furent ponctués de prises de parole des députés Ennahdha cherchant l’escalade.

 

C’est dire que la crise au Parlement est bien plus profonde que des insultes ou des demandes d’excuses. Abir Moussi qui, bien évidemment, prend sa place dans l’opposition, cherche à appuyer son image de destourienne anti-islamiste qu’elle a tant revendiquée. Son show et sa politique de fuite en avant vers l’extrême est une manière de pousser le mouvement Ennahdha à ses limites. N’ayant rien à perdre, Abir Moussi estime que les deux scénarios possibles sont à son avantage. Soit elle aura les excuses qu’elle demande et brisera ainsi l’orgueil du mouvement Ennahdha, soit elle sera évacuée par la force et sera ainsi confortée dans son rôle de victime du dénigrement et de la dictature du mouvement islamiste. Les deux cas de figures l’arrangeront dans sa démarche adoptée depuis quelques années.

 

Bien que ce qui se passe au Parlement semble surréaliste pour certains ou reflétant la médiocrité de la scène politique pour d’autres, le conflit vécu durant près d’une semaine entre le bloc du PDL et le bloc d’Ennahdha témoigne de la crise idéologique qui persiste en Tunisie. Le fameux consensus adopté durant les dernières années n’a été qu’une couverture ayant permis une cohabitation fragile afin de donner une image brillante d’une transition démocratique réussie. Les cinq prochaines années seront certainement dures, tant sur le plan politique que socioéconomique.

 

Sarra HLAOUI

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (13)

Commenter

Maxula
| 09-12-2019 20:06
"Rien n'a changé: du mépris,que du mépris rien que du mépris."

C'est tout ce que vous m'inspirez en effet !
Maxula.

Justinia
| 09-12-2019 19:40
Traiter Mme.Moussi de tous les noms et de façon unilatérale est une grande lâcheté.
Maxullah, vous êtes lâche,vous êtes méprisable.
Rien n'a changé: du mépris,que du mépris rien que du mépris.

Maxula
| 09-12-2019 18:15
"Les gens anti Moussi et donc pro -islamistes"

Raisonnement primaire et "binaire", à l'image de celui qui l'a formulé !
Si tu es contre la mégère tu es pour les islamistes !
Bravo ! il faut sortir de St-Cyr pour être aussi lumineux !
Raisonnement qui sort tout droit d'un esprit vibrionnant. . .comme un ténia !
Maxula.

Justinia
| 09-12-2019 17:16
Traiter Mme Moussi de tous les noms et de façon unilatérale est d'une grande lâcheté.Les gens anti Moussi et donc pro -islamistes ont pensé et espéré un moment,que Samia Abbou sera son antidote.Il n'en est rien:grande déception.
Que voulez vous Il y a des gens,qui, le matin,vont haïr le monde entier et l'après midi ils vont se haïr eux même...

adel
| 09-12-2019 15:25
Certains entravent le fonctionnement de l'Etat et de l'économie et in n'y fait rien d'autres font l'objet de "sanctions"/réactions.

En fait, c'est la Tunisie qui est sanctionnée par ces 2 poids et 2 mesures ainsi que l'insouciance des autorités et des représentants

Nephentes
| 09-12-2019 10:02
Son comportement ne semble pas obéir à l'improvisation ou à la précipitation

Ce qui se cache derrière ce cirque est une man'?uvre fasciste, benaliste

Qu'elle ait eu l'assistance du "génie" de membres de la police politique benaliste, ce ne serait pas pour m'étonner

C'est malveillance benaliste contre malveillance islamiste

Abir n'est en qu'à ses débuts de déstabilisation de l'activité de l'ARP

Suite au prochain épisode

hamdi
| 08-12-2019 22:32
l application de la loi commence justement au parlement..elle joue la gadienne de cela, et c est tant mieux

Mouna
| 08-12-2019 22:06
vous racontez des conneries en disant: "Abir Moussi qui, bien évidemment, prend sa place dans l'opposition, cherche à appuyer son image de destourienne anti-islamiste qu'elle a tant revendiquée. Son show et sa politique de fuite en avant vers l'extrême est une manière de pousser le mouvement Ennahdha à ses limites. N'ayant rien à perdre, Abir Moussi estime que les deux scénarios possibles sont à son avantage"

Ainsi Madame @Sarra HLAOUI, vous soutenez les insultes et l'impolitesse au nom de l'islam politique...

Franchement, je n'arrive pas à comprendre pourquoi le clan RG ne dit pas "Pardon" au parti politique PDL. En effet il n'y a aucun doute que La députée d'Ennahdha, Jamila Ksiski, a traité les élus du PDL de clochards et de bandits.

Une personne qui se dit musulmane n'insulte pas les autres, même s'il s'agit de ses adversaires (ou ennemis)...

La faute est à celui qui a placé Madame Jamila Ksiski en tête de liste à l'élection législative...


@Madame Abir, tenez bon et vous aurez les excuses... Je soutiens votre action... Il est temps de faire apprendre au clan RG de respecter les valeurs sociales...

@Mr. Kais Saied: ce que le clan RG est entrain de faire au parlement est du banditisme, je vous prie de prendre position

nazou de la chameliere
| 08-12-2019 19:32
n'a pas compris que AM fait le jeu de YC et KS !!
KS votre maitre des horloges attend justement le pourrissement pour intervenir ! ce que Abir Moussi réussi a merveille !
Maxulette et Candide adorent les maitres des horloges !!!
Mais .... il arrive que des personnes vous remettent les pendules a l'heure ,messieurs les adorateurs ,pas tout a fait ennemis ni tout a fait amis ,mais tellement obéissants a vos maitres a pensée !!

Maxula
| 08-12-2019 19:00
" Soit elle aura les excuses [..] soit elle sera évacuée par la force et sera ainsi confortée dans son rôle de victime".

Si KS ne finit pas par mettre le holà à la mascarade qui n'aura que trop duré. Ce que cherche également à obtenir la mégère ripolinée !
Ma théorie c'est que les perdants aux élections législatives, et qui se voyaient presque en haut de l'affiche, veulent refaire le match et n'ont trouvé que ce moyen-là (le sabotage du début de la législature) pour obliger KS, "le maître des horloges", à siffler la fin de la récré(*). . .et à renvoyer tout ce beau monde devant les électeurs !
Les perdants y gagneraient-ils à jouer le match revanche(**). . .ou aggraveraient-ils leurs scores, maintenant que les électeurs ont vu les vrais visages de ceux qui avançaient masqués avant les élections ?
Maxula.
(*) Le Président de la République est le seul détenteur "légitime" de l'arme de la DISSOLUTION de l'Assemblée !
(**) Si l'entourloupe ne prend pas cette fois-ci, il ne serait pas étonnant que certains "surdoués" essaieront de nouveau, et ce, tôt ou tard !

A lire aussi

Celui qui ne veut pas partir

18/09/2020 19:59
8

On est bien loin de l’équipe de Youssef Chahed

17/09/2020 20:59
5

La société a réalisé un bénéfice de plus de 100 millions de

16/09/2020 19:59
2

Les pays qui verront leur économie s’amenuir, sont ceux ayant une économie nationale « fragile

15/09/2020 20:00
2