alexametrics
mercredi 22 mai 2024
Heure de Tunis : 12:18
A la Une
Le clan Saïed sur les pas de Nidaa Tounes
26/04/2022 | 12:54
6 min
Le clan Saïed sur les pas de Nidaa Tounes

 

A chaque mois de ramadan, les Tunisiens ont droit à une série de fictions télévisées qui font l’objet de toutes les discussions. Pour celui de 2022, en plus de ces fictions, on a eu droit à un « soap-Facebook » entre les membres du clan du président Kaïs Saïed.

Ça n’a rien d’extraordinaire, c’est souvent comme ça que ça se passe dans les sphères du pouvoir où les apparatchiks se livrent à des batailles à couteaux tirés pour s’approcher le plus de la sphère du pouvoir.

Ne sortez pas vos popcorns, cependant, car la bataille entre les membres du clan Saïed n’a rien à voir avec celles que certains auraient pu voir dans « House of cards » ou « Designated survivor ».

Ici, les acteurs n’ont rien à voir avec Kevin Spacey ou Kiefer Sutherland, ils s’appellent Riadh Jerad, Taoufik Charfeddine, Néjib Dziri ou Nadia Akacha. Ils sont de la même famille que Hafedh Caïd Essebsi, Sofiène Toubel, Youssef Chahed et Mohsen Marzouk. A chaque époque son soap…  

Dans celui de 2016, on a vu Mohsen Marzouk s’entredéchirer avec Hafedh Caïed Essebsi au sein du parti présidentiel Nidaa Tounes. Au bout de plusieurs épisodes rocambolesques, M. Marzouk a fini par jeter l’éponge pour créer son propre parti Machroûu Tounes.

En 2017, on a vu le camp de Youssef Chahed s’entredéchirer avec le même Hafedh Caïd Essebsi avec, à la clé, une vraie fausse guerre contre la corruption, dont le seul vrai acte spectaculaire était l’arrestation de Chafik Jarraya. En 2018, la bataille a atteint son apogée au point de pousser l’ancien chef du gouvernement à se plaindre publiquement du chef de Nidaa Tounes lors d’un discours à la télé publique resté dans les annales.  Avec son ami Nabil Karoui, Hafedh Caïd Essebsi lui rend la monnaie de sa pièce à coups d’émissions sur Nessma TV.

Youssef Chahed finit, quelques mois plus tard, par jeter l’éponge pour créer son propre parti Tahya Tounes. Quant à Nabil Karoui, il a fini par se disputer avec son ami Hafedh et a, lui aussi, créé un parti, Qalb Tounes.

D’autres vainqueurs de 2015, en mal de positionnement, ont fait de même et ont créé, eux aussi des « partillons ». C’est le cas de Salma Elloumi, Saïd Aydi et Néji Jelloul.

Aux élections de 2019, et sans surprise, Nidaa Tounes, Tahya Tounes et Machroûu Tounes se sont tous cassé la gueule. Qalb Tounes a, en revanche, tiré son épingle du jeu grâce à un extraordinaire concours de circonstances. Youssef Chahed a jeté en prison Nabil Karoui ce qui a «victimisé et héroïser » ce dernier.

Par la grâce de ses « enfants », Nidaa Tounes était jeté aux poubelles de l’Histoire, alors qu’il caracolait en tête cinq ans plus tôt. Quant aux acteurs, ils sont à la ramasse. Youssef Chahed, Nabil Karoui et Hafedh Caïed Essebsi sont « réfugiés » à Paris. Les autres, tous les autres, n’arrivent plus à se faire entendre par quiconque et ne paraissent dans aucun sondage. Le président, pour sa part, il est juste décédé laissant derrière lui poussières et désolations. Paix à son âme, il était responsable pour beaucoup dans la débâcle et la désunion de ses « enfants ».  

 

Pour le soap de 2022, la bataille ne se fait pas autour d’un parti, puisque le président de la République n’en a pas un officiellement, elle se fait autour d’hypothétiques comités de soutien de Kaïs Saïed. On est beaucoup plus dans le virtuel, c’est nettement moins palpitant avec des acteurs nettement moins charismatiques.

La cocotte bouillonne depuis quelques semaines déjà. Hier, lundi 25 avril, on a eu droit à un coup d’éclat avec un post Facebook incendiaire de Nadia Akacha, ancienne cheffe du cabinet du président, qui envoie une « droite » au ministre de l’Intérieur Taoufik Charfeddine. Avec un lexique policé, elle l’accuse d’être indigne.

C’était suffisant pour que les membres du clan Charfeddine s’emportent contre la dame dans les différentes pages facebookiennes. On l’injurie, on lui prête des relations sexuelles avec l’ambassadeur de Tunisie à Manama et on l’accuse d’être une traîtresse. C’est bas, dites-vous ? Ben oui, ce ne serait pas un soap autrement !

Comme avec Nidaa Tounes, la majorité des attaques sont faites par des anonymes (la lâcheté a toujours caractérisé les apparatchiks néophytes), mais il y a quand même quelques kamikazes qui attaquent à visage découvert. C’est le cas de Néjib Dziri qui a réussi à avoir une tribune sur la radio IFM. Ce quadra invite le président à limoger toutes les personnes nommées par Nadia Akacha dans l’administration et l’assainissement du palais de Carthage de toutes ses sources d’informations.

Pour surenchérir, Ahmed Chaftar déclare que la dame n’a pas mérité son poste à Carthage, que sa lecture de la situation politique est à côté de la plaque, qu’elle était une simple fonctionnaire et qu’elle n’a jamais eu de pouvoir d’influence.

 

L’autre camp (celui de Akacha) a aussi ses kamikazes qui évoluent à visage découvert. Le plus illustre s’appelle Riadh Jrad, un vingtenaire à l’égo surdimensionné totalement inconnu du monde politique et qui fait des exploits en matière de flagornerie publique. Celui-là, il a réussi à obtenir une tribune à la télé « la 9 » appartenant à l’homme d’affaire Jenayeh.  

Depuis quelques jours, Riadh Jrad attaque, à travers sa page Facebook, le camp Charfeddine et jure ses grands dieux qu’il va dire toute la vérité au grand peuple tunisien.

La raison de ces envolées facebookiennes du « gamin » ? Taoufik Charfeddine est en train de limoger, une à une, les personnes nommées par Mme Akacha. Le limogeage de la gouverneure de Sousse, Raja Trabelsi le 29 mars dernier, était dur à avaler pour lui.

Mais le fait le plus grave justifiant les attaques de Jrad contre Charfeddine est que ce dernier a procédé à la démolition de constructions anarchiques à Sousse dont certaines appartiennent à la famille Jenayeh.

A entendre les membres de ce camp sur les réseaux sociaux, le ministre de l’Intérieur est aussi « coupable » de nommer des délégués régionaux n’appartenant pas aux membres du comité de soutien de Saïed. Pire, on l’accuse de nommer carrément des islamistes et des membres du parti islamiste radical Al Karama à ces postes.

Réplique immédiate du clan Charfeddine. Hier, sur l’une des pages qui lui sont apparentées (la sulfureuse Hasdrubal qui apparait par intermittence), un gogo a diffusé une vidéo pour jurer ses grands dieux que le ministre de l’Intérieur n’est pas responsable de ces nominations douteuses. A l’entendre, il y aurait des failles dans le système du ministre et ce dernier, toujours d’après cet inconnu, ne fait que signer les nominations qu’on lui présente.

Argument dur à avaler ? On vous avait prévenu, on est dans un soap tunisien, pas dans « House of cards ». Ici, plus c’est gros, plus ça passe.

Dans toute cette chakchouka, au clan de la famille, s’ajoute celui du jeune ministre des Affaires sociales, Malek Zahi qui, selon les bruits de couloirs, ne semble pas être sur la même longueur d’onde que son collègue de l’Intérieur.

 

Comment les choses vont évoluer dans le futur ? Ce n’est pas difficile à deviner. L’entourage de Kaïs Saïed va connaitre le même sort que leurs prédécesseurs de Nidaa Tounes.

D’ores et déjà, Nadia Akacha a plié bagages pour se réfugier à Paris avec sa famille.

Jrad et Dziri ne seront même pas inscrits dans les poubelles de l’Histoire, ils sont comme ces Kleenex qui se décomposent tous seuls dans l’atmosphère.

Au vu des nombreuses charges que lui préparent ses opposants, Taoufik Charfeddine finira devant un tribunal ou réfugié à l’étranger.

Les comités de soutien de Kaïs Saïed imploseront comme a implosé Nidaa Tounes.

Quant à Kaïs Saïed, l’Histoire tunisienne a démontré qu’on ne sort jamais indemne du palais de Carthage. Béji Caïd Essebsi l’a quitté les pieds devant, Moncef Marzouki honni, Habib Bourguiba éloigné dans une prison dorée et Zine El Abidine Ben Ali réfugié en Arabie saoudite où il est décédé.

 

Raouf Ben Hédi

 

26/04/2022 | 12:54
6 min
Suivez-nous
Commentaires
watani
Si cela est vrai, adieu la Tunisie.
a posté le 27-04-2022 à 15:52
Si cela est vrai, les hauts responsables sont irresponsables, la Tunisie n'est pas un pays de jeu entre les mains d'un poignet de diables autour du Président de la République, pourquoi ce limogeage effectué par le ministre de l'intérieur, quels sont le profile des personnes nommées à la tête des institutions de l'Etat ? Il faut expliquer au peuple tunisien les raisons fondamentales de ce limogeage et les raisons des récentes nominations. Nous exigeons la clarté et la transparence. Le Pérsident doit être au courant de tout, pas de confiance à tout ce qu'il entoure. Il faut toujours demander des explications claires. L'Ucraine a donné un exemple de patriotisme et de solidarité à tout le monde, l'actuel président ucranien et l'ancien président militent ensemble pour l'honneur et l'indépendance de leur pays, ils luttent ensemble contre l'agression de la Russie, il n'y a pas eu de jalousie comme c'est le cas chez nous. Un conseil à notre président, Faites entrer des cadres militaires à Carthage pour assurer la gestion des affaires et contrôler les abus, nommez des militaires à la tête du ministère de l'intérieur et des gouverneurs. Les militaires sont plus crédibles et savent leur travail. Il faut renforcer le service de renseignements et ne lachez rien.
Hager
Et vous BN?
a posté le 27-04-2022 à 14:08
Et vous Bn vous ne faites le travail pour personne !!! Vous me faites rire!!
Chanchan
Des comploteurs aguerris par une formation soutenue à Londres entre 2006 et 2011.
a posté le 27-04-2022 à 07:25
Ils nont pas l'intention de devenir des milliardaires et voler le peuple tunisien, comme l'a fait nahdha pendant dix ans de médiocrités et d'arnaques.
Grande est la différence entre ces nationalistes qui défendent la Tunisie et les menbres de la secte de nahdha qui ne cherchent qu'à piller les finances et les biens de la Tunisie pour leurs comptes personnels, et bien sûr les patriotes sur la photo, parmi des millions d'autres tunisiens, ne pensent qu'à l'intérêt des tunisiens et de la Tunisie, et non pas à trouver des formules magiques basées sur la corruption, comme le clan de nahdha, pour croire que la politique s'est de mettre main basse sur les rouages de l'état pour se partager un butin propre à l'état tunisien, comme s'il s'agit d'une illusoire récompense d'avoir un trophée.
Ceux qui figurent sur la photo sont des héros tunisiens parmi tant d'autres du peuple tunisien honnêtes qui se comptent par millions et non pas une poignet de khwanjias qui ont pillé la Tunisie durant toute une décennie pour a avoir menti et faire croire qu'ils ont peur de Dieu, or il s'est avéré que la seule peur du clan nahdha (une dizaine) n'ont peur que de ne pas devenir milliardaires instantanément, faute de quoi ils seraient déçus que leurs corruptions soient avérées vaines pour poursuivre leur intention majeure celle de coloniser la Tunisie et que le soit sous leur égide et leur manipulation afin de profiter des prêts accordés par le FMI et d'autres prêts censés provenir de la part d'autres banques pour les monnayer pour leurs comptes personnels et préserver leurs arnaques et leurs corruptions entamées depuis 2011, et ce comme ils l'avaient préconisé lors de leur sinécure à Londres selon le plan diabolique de leurs recruteurs, et dont ces derniers avaient comme objectif essentiel celui de mettre mainbasse, par le biais de leurs poulains recrutés à londres, et ce sur le pétrole libyen, tout en appliquant toutes les duperies classiques basées sur les notions supposées honnêtes comme la notion de l'utilisation de la religion laquelle notion est connue chez les magiciens et les diseuses de biens les "dagguazate" pour soutirer de l'argent aux naifs voire les obliger à s'endetter auprès du FMI, comme ce fut le cas pour la Tunisie, en vue de subvenir à la régulation des salaires des recrutés anarchiquement, par nahdha depuis 2011, par centaines de milliers, dans la fonction publique à Tunis, s'en servir deux lors des législatives pour élire de fantoches et corrompus députés (dont le nombre est tout de même, et malgré les corruptions, est restreint réciproquement, et ne permet nullement de devenir seuls maîtres à bord pour se faire accorder toutes sortes de faveurs par le biais de simples appareils de vote qui ont été remis en la circonstance pour les peesumes députés de nahdha en vue d'appuyer sur le bouton du "oui" imposé, la veille par sms ou par téléphone, par ghanouchi et sa bande de nahdha, réunis discrètement pendant la nuit dans leur siège de Montplaisir, lequel siège est destiné en fin de compte à comploter contre la Tunisie et les tunisiens.
Et les lèches-bottes qui continuent à espérer, un os à ronger de la part de nahdha, nous parle de coup d'état et on ne sait pas quoi d'autre, comme dernier recours de leur fin prochaine, appliqué cette fois-ci par tout un peuple et non pas par ghanouchi ou Jawher ben Mbarek.
Fares
Kharref
a posté le à 14:52
Yalli tkharref, kallou les comploteurs de Montplaisir. Billahi jibou ejjdi. La menace islamiste ne suffit plus pour excuser la débâcle de saied.

Ce pays ne connaîtra pas de salut tant que ghannouchi et saied sont sur scène. Point barre. Ces deux énergumènes ont détruit la Tunisie.
Akoubi Ammar
L ère des maffiosis et des barbans
a posté le 27-04-2022 à 04:59
Et pourquoi sieur Belhedi n ose pas parler ni de près, ni de loin de la division ou plutôt des divisions que connaissent les autres partis qui ont animé la vie politique tunisienne à savoir le CPR, ettakatol, les partis de Najubullah, le front populaire, les diverses structures nées sur les décombres du défunt RCD et surtout la décomposition au sein de la secte ennahdha sans parler des fragments de partis Inconnus qui connaissent déjà la dislocation et la désintégration à l instar des diverses institutions qui ont participé à la direction des affaires de l état durant cette décennie de ratages en raison de l absence de projets et de vrais leaders. Nous n avons que des " chlayeks" et des politicards de bas d échelle serviteurs dans leurs majorité des chancelleries étrangères la où ils peuvent trouver refuges comme c est le cas ces jours ci
Daoudaou
Et nahdha dans tout cela ?
a posté le 27-04-2022 à 00:38
Cette secte mafieuse nahdha qui est à l'origine de tous les massacres socio-économiques de la Tunisie, n'est pas citée et n'est pas concernée semble-t-il dans cet écrit plein de chauvinisme et de haine envers ceux qui ont tenté de débarrasser la Tunisie des vermines nahdha et qui ont été victimes de sabotages et de traîtrises de la part des lèches-bottes de nahdha.
"Tant que nahdha est là rien n'ira".
Fares
Allah yarhamha
a posté le 26-04-2022 à 23:52
Allah yarhamha Tounès, elle n'est plus.
Ridha Ajmi
Joli article
a posté le 26-04-2022 à 22:56
Reste à compléter cet article bien travaillé et soigneusement articulé par un deuxième qui pose la question suivante : pourqoi cette décomposition sussi rapide qu'un éclair dans le ciel politique tunisien? Cela ne dénote t il pas de l'échec fatalat du populisme dandereux, voir criminel des poutshistes de 25/7/21?Quel avenir à cette pensée , si on ose la nommer sinsi, et mérite t elle encore le moindre soutien?
Lenet
Akecha la taupe
a posté le 26-04-2022 à 21:24
Merci au ministre de l'intérieur Mr charfeddine et un grand merci à nos services de renseignements intérieurs et extérieurs qui ont démasqué cette traître...
Akecha tu vas passer devant une cour martiale tôt ou tard....la France ne pourra pas te protéger longtemps..
Tu peux expliquer aux tunisiens comment tu as un titre de séjour ?
Quels sont tes revenus en France?
Sale traître.
R.T.
Les ***
a posté le 26-04-2022 à 21:15
Depuis Octobbre 2011 et jusquà ce jour la mojorité des politiciens élus pour diriger la Tunisie sont nuls partout dans la gouvernance du pays . Dans un monde gérer par des bâtards on ne peut s'attendre qu'aux catastrophes !!!!! Donc pendant toute cette periode là nous vivons chacun pour soit et dieu pour tous . Avec leurs ideologies sombres d'extremistes , contre la joie de vivre de la communoté tunisienne; nous nous dirigeons vers la misere de plus en plus !!!!!!! Notre destin est ainsi .C'est de patienter mais pour combien de temps encore?
BI
Directe democratie ?
a posté le 26-04-2022 à 18:49
La majorité n'a jamais le droit de son côté. Jamais, je le dis ! C'est l'un des mensonges de la société contre lequel un homme libre et pensant doit se rebeller. De qui se compose la majorité dans n'importe quel pays ? Est-ce que ce sont les hommes sages ou les imbéciles ? Je pense que nous sommes d'accord pour dire que les imbéciles sont en majorité terrible et écrasante dans le vaste monde. - Henrik Johan Ibsen
Nephentes
Combat de clochards dans une poubelle
a posté le 26-04-2022 à 18:39
Le comportement de la bande de pied nickelés du camp Saed est une humiliation nationale. Jamais on n'avait atteint un tel niveau de bassesse et d'indignité a un tel niveau de responsabilité.
Seniat El Ooorben.

Ce naufrage collectif c'est la conséquence directe de la clochardisation de notre societe.
Mozart
En politique aussi, Caïn tue Abel, chez les chrétiens et chez les musulmans !
a posté le 26-04-2022 à 17:59
Repris dans le Coran, le mythe de la fraternité meurtrière est quasiment le même.

Une différence, cependant, puisque le texte coranique en tire l'enseignement donné au peuple d'Israël:

"Celui qui aura tué un homme sans que celui-ci ait commis un meurtre, ou exercé des brigandages dans le pays, sera regardé comme le meurtrier du genre humain, et celui qui aura rendu la vie à un homme sera regardé comme s'il avait rendu la vie à tout le genre humain".

Ce qui n'empêche pas les "frères" de s'entre-tuer...
Le Baron
La faillite du pays n'est pas importante
a posté le 26-04-2022 à 17:03
Je suis prêt à vivre dans un pays en faillite et pillé par la mafia et ne pas être sous Ghannouchi même si les islamistes rendent la Tunisie comme la Suisse
De la part d'un con patriote tunisien destourien fils de syndicaliste
Rida
Mêmes sentiment s
a posté le à 01:13
J'ai les mêmes sentiments. Un rejet total de tous les membres de ce soi-disant parti et de son programme obscurantiste affligeant pour ne pas dire insupportable et révoltant.
Il y a un quand même un espoir, c'est que Gannouchi disparaîtrait bientôt de la scène politique et avec lui son parti. J'espère vivre cela de mon vivant !
Wissem
Espoir ?
a posté le à 14:19
Sa n'a rien d'un espoir, parceque vous vous débarrasserait de la coque (Ghannouchi et son parti) pas du contenu (idéologie "islam politique"). C'est sa que vous n'arrivez toujours pas à comprendre.
Tunisino
Bien sûr!
a posté le 26-04-2022 à 13:51
L'incompétence, l'irresponsabilité, et l'opportunisme ne doivent mener qu'à l'échec! Les littéraires politisés ne sont que catastrophiques.
AN
Wallah Be3a m9atta3a, Elmibni 3èlè Batil Houa Batil !
a posté le 26-04-2022 à 13:25
Ce n´est que question de temps !
Nino
En effet
a posté le à 17:55
En effet ce n était que de temps pour tomber la secte d'ennahdha