alexametrics
Sur les réseaux

La Première dame fait de l’ombre à l'égalité dans l'héritage

Temps de lecture : 3 min
La Première dame fait de l’ombre à l'égalité dans l'héritage

 

La classe de la tenue de la Première dame a fait de l’ombre aujourd’hui au discours de Kaïs Saïed prononcé à l’occasion de la fête de la femme. Habituellement très discrète, la juge Ichraf Chebil a fait une apparition très remarquée aujourd’hui, jeudi 13 août 2020, assise au premier rang lors de la cérémonie de célébration de la fête nationale de la femme.

 

La « grande classe de sa tenue couleur bleu roi » et celle de « son brushing parfait » ont beaucoup fait réagir sur la toile. A tel point que les internautes ont plus commenté les photos de la Première dame que le contenu des propos – pourtant très attendus – du discours présidentiel.

 

 

Alors qu’il avait commencé son discours en affirmant que « l’Etat n’a pas de religion » et en critiquant l’article premier de la Constitution, Kaïs Saïed s’est ouvertement dressé contre la tant convoitée égalité dans l’héritage, affirmant que « le texte coranique est clair à ce sujet et n’est pas sujet à interprétation ».

Kaïs Saïed a, en effet, préféré parler d’« équité » plutôt que d’« égalité » déclarant dans ce sens : « Nous devons d’abord instaurer une égalité entre les femmes et les hommes concernant les droits économiques et sociaux avant de parler d’héritage. Le Coran est clair à ce sujet et n’accepte pas d’interprétation. Le système de l’héritage en islam n’est pas basé sur l’égalité théorique mais est fondé sur la justice et l'équité. L'égalité dans la pensée libérale est l'égalité formelle qui n'est pas fondée sur la justice comme elle veut bien paraitre, de sorte que l'égalité n'est appréciée que par ceux qui sont financièrement capables d’en profiter ».

 

Aujourd’hui, de très nombreuses femmes tunisiennes – et même des hommes – attendaient la position de Kaïs Saïed, élu à 72% des voix, sur cette question qui a tant divisé avant lui. Feu Béji Caïed Essebsi s’était, de son vivant, clairement prononcé en faveur de l’égalité de l’héritage qu’il a tant défendue.

Lors du dernier discours prononcé à l’occasion de la fête de la femme, au palais de Carthage, le 13 août 2018, BCE avait déclaré : « L’égalité de l’héritage est l’un des points les plus marquants du rapport élaboré par la Commission des libertés individuelles et de l’égalité (Colibe). Cela dit, je n’ai pas un pouvoir décisionnel, ce point sera, donc, soumis au Parlement sous forme d’un projet de loi, et on laissera le choix à l’héritière de renoncer au principe de l’égalité, si elle a un référentiel religieux. Notre volonté étant de rassembler le peuple et non de le diviser ».

 

Aujourd’hui, le débat semble être ailleurs et la question ne déchaîne plus autant les passions. Elle a même été largement supplantée par l’apparition de la Première dame, la couleur de sa robe bleue signée Olfa Turki et la discrétion de son eyeliner et de son rouge à lèvres. L’ironie veut que l’on célèbre la fête de la femme sans nouveaux acquis mais avec un énième cliché sexiste…

 

S.T

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (43)

Commenter

Gipéa
| 17-08-2020 14:02
Chacun sait que les islamistes sont au pouvoir en tunisie et les dissimulations présidentielles ne sont qu'hypocrisie. Il n'y a aucune langue au monde qui confonde équité et égalité. L'égalité repose sur des éléments mathématiques qu'aucune culture ne peut contredire, l'équité à travers la lorgnette islamique c'est mensonge et dénigrement des droits humains fondamentaux et de l'égalité HOMME- FEMME qui ne souffre aucune interprétation. Qu'est que le coran vient faire dans cette histoire, la preuve. Et la justice qui condamne une jeune femme à la prison parcequ'elle fait des ironies sur des baragouinages coraniques, c'est de l'égalité ou de l'hypocrisie?

Pan
| 16-08-2020 13:09
Chère Justinia, j'ai bien lu votre commentaire et je n'ai pas voulu en débattre. Pourquoi ? Tout simplement parce que c'est un faux problème, et quand on dispute un faux problème on tombera dans un autre faux problème. J'explique : « la femme et le Coran », c'est un thème qui relève de l'histoire, en tant que discipline, et ses approches. Le Coran, c'est un texte de la fin de la période antique, c'est une synthèse de l'héritage culturel judaïque et chrétien, la place de la femme dans le Coran est nettement meilleure que celle dans la Bible ou les Actes et les Epîtres de Saint Paul.
Mais, tout ça c'est de l'histoire. Le débat actuel c'est « la femme et la constitution tunisienne de l'après indépendance », après des décennies la femme reste soumises, le problème ce n'est pas le texte coranique, ni la religion, mais la mentalité des Tunisiens, une mentalité fossilisée, elle est figée.
Quel est le rapport avec la beauté ? La société tunisienne est une société qui a peur de la beauté, qui déteste ce qui est beau, donc la femme pose un problème. Dire que la femme du président est belle, cela va choquer certaines cervelles fossilisées.

Justinia
| 16-08-2020 13:04
En se retournant vers Khrigi M.Saied voulait lui expliquer la différence entre un Etat religieux,et l'Etat civil.
Mais pour l'héritage,il faut se référer au Coran.Ne voyez vous pas là une certaine dichotomie? Ou peut être une ruse ?
Je veux bien adhérer à votre théorie en espérant de tout mon coeur qu'elle est la bonne.Ainsi soit-il !
Bien à vous.

abouali
| 16-08-2020 11:13
Bonjour,
Je suis désolé pour cette intrusion (tardive, je vous le concède) dans votre débat, et tout en adhérant parfaitement à votre logique, je voulais vous inviter à envisager une autre hypothèse que cet "obscurantisme" rétrograde dont on affuble le Président (et dont se félicitent ici les mêmes hauts parleurs de la bigoterie et de l'extrémisme) ? Il m'est personnellement difficile d'imaginer qu'avec son niveau, son bagage intellectuel et sa clairvoyance, KS ait pu se tromper aussi lourdement sur une question qui interpelle, et qui focalise toutes les passions.
Ne pourrait-on pas un instant placer cette question dans le cadre de sa stratégie de "containment" du phénomène islamiste afin de limiter son extension, et restreindre sa zone d'influence par le gain de la sympathie d'une large frange de son électorat extrêmement sensible au sujet ? Vu sous cet angle, et même si ses propos ont généré une levée de boucliers et une réprobation unanime (sauf bien entendu auprès de ceux à qui s'adressait son message), il pourrait s'agir d'un coup de maître dans le travail de sape de l'establishment confrériste. Si tel était le cas, je dirais que ça valait la peine d'être essayé, quitte à rectifier le tir et reprendre l'initiative à un autre moment , une fois les objectifs atteints ! Une guerre, c'est aussi la conquête de nouveaux territoires.
Je suis admiratif devant votre pugnacité et votre enthousiasme dans la défense de vos convictions et je vous souhaite une bonne continuation.

Norey Ben Mahmoud
| 15-08-2020 23:36
Il aurait ete plus simple de déclarer que ce problème doit être résolu au sein de la famille .

Justinia
| 15-08-2020 14:43
Bonjour,
On ne parle ici ni de belles femmes ni de style et styliste.
Il s'agit d'un sujet plus grave,celui de la femme que ce Président ne reconnait pas leurs sacrifices.
Je vous invite,si vous avez le temps ,de lire mon commentaire: La femme,le Coran et le Président.

Justinia
| 15-08-2020 11:57
Méherzia Labidi députée islamiste trouve que la loi sur l'égalité de l'héritage est une idée noble.mais elle ne la votera pas.A-t-elle peur de Dieu?
Au contraire de Méherzia le président n'en a détecté aucune noblesse.Après son envolée lyrique,ce président nous indique que seul le Coran est la source d'inspiration.
OK,Voilà ce que dit le Coran sur la femme:( Sourat el Bagra,verset 222)
La menstruation des femmes:Dis c'est UN MAL.et pourquoi donc Président ? Où est le mal?
Pendant ses règles la femme est IMPURE.Et pourquoi donc Président?Pour faire leurs ablutions les hommes sont permis d'utiliser la pierre ou le sable,sont ils purs pour autant? sont ils propres dans leurs parties intimes?
Alors pourquoi cette discrimination?
Aujourd'hui,l'eau est partout,dans les douches,les salles de bain,la mer.Malgré tout cela, la femme reste impure;puisque c'est le Coran qui le dit...et le président qui l'affirme...
Autres fantaisies glanées dans le Coran sur la femme:
Elle a été créée à partir d'une côte courbée.
Elle est un champ à labourer.
Elle reçoit la moitié de l'héritage de l'homme.
Son témoignage équivaut à la moitié de celui d'un homme.
Elle est frappée quand elle désobéit ou quand elle ne donne pas son corps à son mari.
Elle peut être vendue et achetée dans le marché des esclaves.
Elle partage son mari avec 3 autres femmes et un nombre infini d'esclaves.
C'est triste à dire, mais ce président y croit dur comme fer,puisque c'est le Coran qui le dit...
Je m'arrête là car j'ai la nausée.
Bourguiba a interdit la polygamie par respect aux femmes.
Le Bey Ahmed a interdit l'esclavage, permis pas le Coran (lire chapitre des abeilles 16 verset24,Chapitre des femmes 4 Verset,24,Chapitre 2 verset 178 ). Je suis sûr que le président Kaïs traite Bourguiba et Ahmed Bey de mécréants.pour s'être adaptés aux contextes actuels.
Ce président n'a aucun respect pour la femme,il veut rester médiéval,périmé...

Linda
| 15-08-2020 10:53
Mme Turki auriez vous touché un mot à l'épouse du Président sur la question de l' héritage et la sonder afin de connaître son avis sur ce sujet très important. Je pense sincèrement qu 'en tant que magistrate elle a certainement son avis sur le sujet . Toutes les épouses de Président dans les pays avancés ont toujours été très actives pour faire progresser les droits des femmes etl leurs conditions .Qu'en est il de la nôtre? A t elle une influence positive sur notre cher Président ? Il est très important et intéressant pour le corps médiatique de l'interroger sur cette revendication tout à fait légitime?

Pan
| 15-08-2020 09:48
Elle est très belle cette dame, je suis fier que la femme de notre président de la république soit belle, de plus derrière ce regard grave se cache un charme, une bonne culture et une bonne éducation juridique.
Quant à la question comme elle est « habillée », dois-je vous rappeler, chère Alyssa, qu'un styliste est tout le temps inspiré par la beauté, féminine ou masculine, la beauté fait le styliste mais le styliste ne fait jamais la beauté, il ne fait qu'embellir.

Kays
| 14-08-2020 22:22
Le Coran date du 7 ème siècle en Arabie, dans une société qui enterrait les filles vivantes et où la femme était un objet et non un sujet de Droit. Le Coran a été un formidable progrès pour les femmes de l'époque..

Doit-on rester sur la lettre du 7 ème siècle ?

Le Président le sait pertinemment mais refuse de faire des vagues face à son électorat conservateur.

Ces règles sont injustes dans la société actuelle, les femmes travaillent et parfois subviennent seules aux besoins de toute une famille . Oui l'égalité des droits est obligatoire et le discours face aux ouvrières agricoles n'est plus crédible si l'héritage n'est pas égalitaire.

Ils ont fait du Coran un Dieu... Quand cela les arrange bien évidemment....

TAHYA TOUNES

A lire aussi

Depuis l’après-midi d’hier, la vidéo de l’agression de deux ressortissants ivoiriens par leur

20/09/2020 18:26
7

Pour inciter les autorités à

19/09/2020 22:38
17

L’affiche indique que l’accès est interdit aux femmes vêtue d’une robe courte et aux hommes en

18/09/2020 20:06
5