alexametrics
Dernières news

La Coalition tunisienne contre la peine de mort appelle à un moratoire pendant la pandémie

Temps de lecture : 2 min
La Coalition tunisienne contre la peine de mort appelle à un moratoire pendant la pandémie

 

La Coalition tunisienne contre la peine de mort et la Coalition mondiale contre la peine de mort ont publié ce jeudi 4 juin 2020 un communiqué commun appelant à un moratoire mondial sur la peine de mort pendant la pandémie de Covid-19.

« Alors que le monde entier s'efforce de sauver des vies avec le Covid-19, toute exécution par un État est contradictoire et perverse », a affirmé Kevin Miguel Rivera Medina, président de la Coalition mondiale contre la peine de mort.

 

Dans une déclaration publiée aujourd'hui, la Coalition tunisienne contre la peine de mort  et la Coalition mondiale contre la peine de mort appellent tous les pays qui appliquent encore la peine de mort à imposer un moratoire sur les condamnations à mort et les exécutions au motif qu'il est impossible de maintenir des procès équitables et une représentation juridique équitable pendant la pandémie du Covid-19.

« Pendant que certains pays condamnent par visioconférence, comme au Nigéria ou à Singapour, dans d’autres les restrictions ont gravement entravé les droits de ceux qui attendent l’exécution car les cours tournent au ralenti et les cabinets d’avocats sont fermés. Ce sont donc les recours de personnes dont la vie est en jeu qui sont en péril », ont-elles souligné.

 

« La crise sanitaire mondiale que nous vivons nous démontre à l’envi quels effets profondément injustes peuvent avoir, sur des personnes déjà fragilisées par la sentence qu’elles subissent, l’absence de visite dans les couloirs de la mort ou un système dans lequel juges et avocats ne peuvent travailler normalement. Par contraste, les pays qui ont eu le courage, pendant cette période, de faire un pas, petit ou grand, vers l’abolition mettent en lumière le fait que nous vivons tous mieux dans un monde sans cette peine archaïque, cruelle et inhumaine. Le Cameroun, le Kenya, le Maroc et le Zimbabwe ont par exemple accordé des remises de peine et des commutations qui concernent entre autres les personnes condamnées à mort », précisent les coalitions.

 

Le 10 octobre prochain, la société civile se mobilisera pour célébrer la 18ème Journée mondiale contre la peine de mort qui mettra en exergue le droit des personnes qui encourent une sentence de mort à être représentées en justice. A cet égard, le rôle des avocats dans la protection des personnes confrontées à la peine capitale est essentiel, alors même que cette protection est aujourd’hui fissurée par la crise sanitaire puisque les avocats peuvent moins facilement assister leurs clients et sont par ailleurs fragilisés économiquement.

 

D’après communiqué

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (3)

Commenter

Friday
| 05-06-2020 08:45
"sahel léklem!"
va plutôt dire tes prêches d'abord aux centaines de criminels et "mjarma" qui ôtent la vie des bons citoyens!
lorsque tu subiras personnellement la mort par un criminel , ou l'un de tes proches, on verra si tu vas parler de moratoire, "ama él métfarréj fares"!
Celui qui tue les gens innocents avec intention doit payer, et payer chèrement le résultat de son acte, car on ne doit pas défendre le diable, il y va d'une société qui ne doit en aucun cas être clémente avec les assassins, mais plutôt protéger son bon peuple et ses bons citoyens des agissements des bandits et assassins qui sont impitoyables et ne connaissent aucune pitié lorsqu'ils passent à l'acte vis à vis de leurs victimes.

Abou Walid
| 04-06-2020 19:08
La peine de mort, "une peine archaïque, cruelle et inhumaine", soit ! Et le crime crapuleux commis sur un enfant, une fillette, un jeune homme, une jeune fille et toute autre personne, crimes précédés de viols, vols et que sais-je encore, commis afin d'étouffer des forfaits, laissant des familles éplorées à jamais ?! Abolir les exécutions dans les crimes avérés pourrait à la limite être accepté à la seule condition d'un jugement d'emprisonnement à vie sans aucune mesure de clémence ou de rabaissement de la pénalité à vie !
.

DHEJ
| 04-06-2020 18:19
.

A lire aussi

En cause, la vétusté de la flotte.

02/07/2020 21:05
1

"son attachement à l'assainissement du climat politique et social et au respect de la

02/07/2020 20:06
0

Mohamed Moez Belhassine succède, ainsi, à Nabil Baziouche.

02/07/2020 20:06
0

Et les déductions sur les salaires des travailleurs.

02/07/2020 19:41
0