alexametrics
dimanche 16 juin 2024
Heure de Tunis : 19:55
Dernières news
Kaïs Saïed a-t-il décidé une amnistie pour les prisonniers détenus pour chèque sans provision ?
28/05/2024 | 12:22
3 min
Kaïs Saïed a-t-il décidé une amnistie pour les prisonniers détenus pour chèque sans provision ?

 

Sur TikTok, une vidéo affirmant que le président de la République, Kaïs Saïed, a accordé une amnistie aux prisonniers détenus pour des affaires de chèques sans provision, s'est propagée depuis le 25 mai 2024. « Urgent : le président Kaïs Saïed accorde une amnistie aux prisonniers dans les affaires de chèque sans provision ».

Des centaines de personnes ont partagé cette vidéo, qui a également reçu des commentaires et des réactions de Tunisiens. Selon la description de la vidéo, le nombre de prisonniers graciés par le président Kaïs Saïed dépasserait les 8000 personnes.

 

Nous avons vérifié la source de cette information, qui est une page appelée "Urgent" et qui publie des nouvelles politiques sur la Tunisie et le monde arabe. Cependant, elle ne publie que des vidéos sans mentionner les sources, se contentant de diffuser l'information accompagnée de photos ou de vidéos. En vérifiant les sources officielles tunisiennes, telles que la présidence de la République, qui publie généralement les décisions présidentielles, nous n'avons trouvé aucune trace de cette nouvelle. Nous avons également vérifié le site du ministère de la Justice et des Finances, mais nous n'avons trouvé aucune information sur une amnistie des prisonniers pour chèque.

 

Il est à noter que la dernière décision d'amnistie pour les prisonniers a été prise à l'occasion de la fête de l'indépendance le 20 mars 2024, lorsque le président Kaïs Saïed a décidé de gracier 1467 prisonniers à l'occasion du 68e anniversaire de l'indépendance.

En Tunisie, les amnisties présidentielles spéciales sont généralement accordées lors des fêtes nationales, religieuses et des événements sociaux.

 

Cependant, une réunion ministérielle présidée par le chef de l’État a eu lieu lundi 27 mai à Carthage et a permis de présenter des amendements des textes de loi relatifs au chèque sans provision. La peine carcérale n’a pas été supprimée, contrairement à ce qui était prévu au début, mais on offre l’occasion aux personnes impliquées de régler leurs dus et de quitter la prison. Ce texte a été approuvé et tranféré pour examen au parlement.

 

Ainsi, il n'existe pas d'amnistie générale pour les prisonniers dans les affaires de chèque.

R.A.

28/05/2024 | 12:22
3 min
Suivez-nous
Commentaires
JOHN WAYNE
L'INDEPENDANCE DE LA JUSTICE, UN DANGER
a posté le 28-05-2024 à 13:27
L'indépendance de la justice implique un peuple mature et des juges d'une intégrité sans faille.
Or la décennie noire a vu des dizaines de juges et de procureurs être directement ou non influencés par les islamistes eux même sous le joug du Qatar.
Des milliers d'instructions pour crimes terroristes ont été transformées en non-lieu.
En cette décennie qui a vus des attentats terroristes inédits dans l'histoire du pays, des chefs d'état comme BCE ont minimisé l'impact des islamistes sur la sécurité du pays et laisse faire le parti Enahdha en faisant la sourde oreille.
Les ministères de souveraineté étaient largement infiltrés par les islamistes et la sécurité du pays compromise.
Le résultat fut rapidement un marasme économique lié à la mort du tourisme et la fuite des investisseurs étrangers.
Mais les islamistes ont misé sur une destruction sur le long terme de la Tunisie. Un pari qui s'est avéré être réaliste et intelligent.
La priorité des islamistes a été non pas le bien être du peuple et le progrès économique mais une modification de l'identité même du pays selon des instructions étrangères.
Les grandes lignes de George Soros, sioniste et homme le plus riche du monde, sont claires. Créer de fausses démocraties dans les pays musulmans qui entraineraient une instabilité politique suivie de conflits internes incessants et même de guerres civiles.
La doctrine de l'émir du Qatar qui avait comme contact essentiel en Tunisie Moncef Marzouki, le président de l'état Tunisien, était d'exporter un régime d'Islam orthodoxe qui créerait de larges zones tampon an Afrique afin de protéger son régime qui prône encore l'esclavage.
Des hommes comme Kais Saied héritent ainsi de structures gouvernementales minées par l'islamisme et un système de justice flou et corrompu par des influences étrangères.
Des dossiers de corruption seront dévoilés à l'avenir au public Tunisien. Ils montrent des sommes faramineuses déposées en des comptes de banques Tunisiennes dont les origines sont peu définies ou du moins indiquant des influences étrangères.
Le Président doit sauver le pays et pour cela il doit épurer le système de justice en traçant de grandes lignes dans un pays épuisé par l'instabilité politique. Le coup d'état du 25 Juillet élimine le cafouillage de l'assemblée du peuple et celui d'un premier ministère saboteur.
Il permet à un seul homme de sauver le pays d'une destruction certaine.
Il n'y a mon avis aucun autre choix.

JOHN WAYNE