alexametrics
mercredi 20 octobre 2021
Heure de Tunis : 02:29
A la Une
Jamel Jarboui : Il faut absorber la colère des forces de l'ordre !
02/02/2021 | 15:20
3 min
Jamel Jarboui : Il faut absorber la colère des forces de l'ordre !

 

Le porte-parole de l’union nationale des syndicats des forces de l’ordre, Jamel Jarboui a affirmé, mardi 2 février 2021, que le communiqué publié par le syndicat avait pour objectif d’absorber la colère des policiers agressés lors des manifestations qui ont eu lieu samedi dernier à l’avenue Habib Bourguiba.

Lors de son intervention dans l’émission « Midi Show » diffusée sur les ondes de Mosaïque Fm, le syndicaliste estime que les protestations des forces de sécurité sont légitimes autant qu'elles sont le résultat des pressions exercées par les manifestations sur la police.

Lors de la manifestation survenue samedi dernier à l’avenue Habib Bourguiba, les manifestants avait jeté de la peinture sur des agents en signe de protestation contre la violence policière et les arrestations arbitraires des protestataires.

Les sécuritaires ont contesté hier ce qu’ils ont considéré comme étant une « agression » et « une humiliation contre des collègues ». Ils ont donc annoncé une série de mouvements de protestation.

Des protestations avaient démarré dans la ville de Sfax. Les syndicalistes sécuritaires ont scandé des slogans hostiles au chef du gouvernement et ministre de l’Intérieur par intérim, Hichem Mechichi et au président du Parlement, Rached Ghannouchi. Ils ont aussi menacé d'agresser les « communistes »  qui sont derrière les protestations contre la police, à leurs sens.

« La sécurité républicaine implique l’application de la loi c’est-à-dire l’interdiction des manifestations en vertu de la loi de l’état d’urgence. Les forces de l’ordre sont loin d’être les ennemis des citoyens, la bataille est politique, de légitimité et de légalité », souligne Jamel Jarboui, avant d’appeler à délimiter les lignes rouges à ne pas franchier par les policiers et les politiciens mais aussi par les citoyens.

 

Concernant le décès d'un jeune homme à Sbeïtla lors des manifestations survenues dans la région, le syndicaliste a souligné que les enquêtes n'avaient pas encore prouvé que le jeune homme a été blessé par une jet de bombe lacrymogène, en s'interrogeant : "Sommes-nous responsables de la mort du jeune homme même si la bombe lacrymogène tirée par un policier est tombée accidentellement sur sa tête ?".

Présent à l'émission, le président du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT), Mohamed Yassine Jelassi, a fait rappeler les scènes de violence policière, citant comme exemple le tir de lacrymogène au domicile d’un citoyen installé au balcon.

«Des mouvements de protestation ont éclaté pour revendiquer l’emploi et la dignité. Ces mouvements ont été suivis par des arrestations arbitraires et des agressions policières. La vidéo du citoyen agressé par une grenade lacrymogène à son domicile en témoigne suffisamment. C’est pour cela que les manifestants sont sortis pour réclamer la libération des personnes interpellées et dénoncer la violence policière», martèle Yassine Jelassi tout en assurant que la police ne doit pas être le bâton avec lequel le pouvoir frappe ses citoyens.

 

I.M.

02/02/2021 | 15:20
3 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
AR
La police ne doit être le bâton avec lequel le pouvoir punit les citoyens
a posté le 02-02-2021 à 19:50
C'est l'essentiel à retenir des propos de Mr le syndicaliste.
Une sécurité républiquaine c'est un rêve à réaliser.

Houcine
Il faut faire confiance...
a posté le 02-02-2021 à 18:29
La Police en tant qu'institution à servi la dictature. C'est dans sa nature d'être la gardienne de l'Ordre. Elle est par conséquent toujours contre ce qui s'oppose, voyant des ennemis partout. Elle sait inventer l'ennemi et à les moyens de ses ambitions, en Tunisie, où le ministère de tutelle est le plus puissant....
Une Police démocratique ne peut naître et prospérer qu'à la condition d'institutions idoines et des règles strictes de nature à en encadrer l'exercice capable de protéger le citoyen.
Comme nous sommes loin de disposer de ces éléments utiles et nécessaires, il ne nous reste qu'à faire acte de foi en la capacité de ladite institution à respecter pour les citoyens ce dont elle se réclame.
Alors, entendre les slogan débiles de "l'agression" et contre "les communistes" c'est encore une de ces opérations d'inversion digne des officines d'autre temps et de pratiques qu'on pouvait espérer avoir enterrés.
Alors, faisons confiance !
ourwa
Flicaille=poison
a posté le 02-02-2021 à 16:44
Hier flicaille bénaliste, aujourd'hui flicaille bénaliste doublée de méthodes islamo-fascistes label nahdha/frères musulmans; bienvenue dans la fachosphère islamo-fasciste de Tunisie ! Il ne faut pas se leurrer, tant que la flicaille est pourrie, agressive, violente, mafieuse, il n'y aura jamais de véritable démocratie dans ce pays, raison de plus quand l'ensemble de la classe politique, à quelques exceptions près, est corrompue et qui ne songe qu'à ses intérêts partisans et personnels... Tous les domaines sont dans le caniveau, sanitaire, politique, éducatif, économique, social, institutionnel; quand l'Etat , en complète faillite, ressemble à son propre fantôme, la corruption gangrène tous les aspects socio-économique du pays et même les institutions et l'administration , jusque dans l'ARP et dans le gouvernement, actuel et à venir. Il n'y a plus rien qui marche convenablement, tout régresse. Il n'y a jamais eu autant de décalage entre la réalité du terrain et les discours officiels, parlement et gouvernement; tandis que le pays continue à s'enfoncer dans le sous-développement, dans le chômage et la pauvreté, le discours officiel est de plus en plus riche de propos apaisants et de promesses mirobolantes jamais tenues et d'accords signés par l'Etat face aux syndicats jamais honorés. Un Etat qui fonctionne sur le mensonge et la mauvaise foi est un non-Etat, une caricature d'Etat, notre Etat qui, à l'image de Cerbère, chien à trois têtes, garde la porte de l'enfer, le sien et le séjour des morts...sauf que l'autre enfer, ce sont les vivants qui le vivent... Quand les mouvements de protestation sociale se multiplient, avec appels récurrents au changement du régime, au dégagement du parlement et du gouvernement, quand s'y ajoute les manifestations de la flicaille dénonçant sa pseudo agression par les manifestants civils, alors que c'est cette flicaille qui agresse, tabasse et tue, on constate clairement que la peur panique de la part de l'Etat quant à la reprise de la flamme révolutionnaire se manifeste de jour en jour et de + en + fort... Ce fut ainsi en décembre 2010...
A-t-on compris enfin pourquoi nahdha obtient actuellement 10% d'intentions de vote et qu'elle continue à s'accrocher à son joujou appelé " consensus" et à vouloir jouer encore et encore au yoyo avec les différents gouvernements à sa botte ? Ce parti se donne l'impression de vivre encore, or il est à l'agonie, mais une agonie qui dure depuis quasiment 10 ans... De deux choses l'une, soit que la flamme révolutionnaire démarre à nouveau pour de bon, soit que K.S. dissolve l'ARP, avec à la suite des élections législatives anticipées, pour que les choses changent catégoriquement, avec à la clé la mort définitive du parti islamo-fasciste et ses satellites.
Judili58
INADMISSIBLE
a posté le 02-02-2021 à 16:08
Le comportement des policiers manifestants ainsi que le communiqué de leurs syndicats sont inadmissibles et doivent être sévèrement réprimés par l'autorité politique. Il ne peut y avoir aucun laxisme devant ces comportements délinquants.