alexametrics
mercredi 31 mai 2023
Heure de Tunis : 16:22
Dernières news
Fuites des enregistrements : Business News continuera malgré les pressions
10/03/2017 | 14:00
4 min
Fuites des enregistrements : Business News continuera malgré les pressions

 

Les fuites des enregistrements font couler de l’encre. Entre ceux qui estiment qu’il y a de la manipulation politique évidente, que ce n’est pas fortuit que ces enregistrements soient diffusés en ce moment et ceux qui pensent que les journalistes sont à la solde d’on ne sait quelle antichambre, il y a l’embarras du choix. 

 


Le top (pour le moment) a été atteint hier à l’émission de Moez Ben Gharbia Attessiaa sur la chaîne éponyme avec les deux députés de Nidaa : Sabrine Ghoubantini et Sofiène Toubel. La première estime que c’est totalement immoral que l’on fasse fuiter et diffuser les contenus des réunions. La bonne dame semble avoir beaucoup de leçons de moralité à donner. Quant au second, il a déclaré que Business News a reçu des consignes (taalimet) pour diffuser ces enregistrements et trouve louche que l’on ne diffuse que ces passages de ces enregistrements montés et incomplets. Il témoigne que l’un de ses amis a appelé « Nizar » le directeur de Business News et que ce dernier lui aurait répondu que c’est plus fort que lui et qu’il a reçu des consignes. Ce à quoi Moez Ben Gharbia a répondu « Je connais très bien les gens de Business News et je sais qu’ils sont des gens qui font leur travail ». Sofiène Toubel insiste pour dire que Nizar a bien reçu un coup de fil d’un ami qui lui a demandé de ne pas relayer l’enregistrement, mais que Nizar a insisté pour le diffuser car c’est plus fort que lui et que ce sont des consignes. Il s’interroge dans la foulée pourquoi l’on a diffusé que ces parties et non d’autres.

  

En réponse à cela, une bonne leçon de journalisme politique en matière de fuites s’impose. Des fuites de réunions politiques et même de conseils ministériels, cela existe partout dans le monde. Dans les démocraties du moins. L’hebdomadaire « Le Canard Enchaîné » en a fait sa spécialité. La page 2 du Palmipède regorge de ce type de fuites chaque semaine. Tant qu’il ne s’agit pas d’affaires privées et personnelles, tant que ce n’est pas immoral. Ce sont les ministres qui font fuiter aux journalistes certaines informations et même le président de la République, comme on a pu l’apprendre dans un récent ouvrage sur François Hollande. Ce même hebdomadaire a créé un véritable séisme dans la campagne présidentielle actuelle grâce à des fuites et des scoops. Les politiques peuvent dénigrer le Canard autant qu’ils veulent et remettre en doute son intégrité morale, cela n’empêchera pas pour autant ses journalistes de faire leur travail. Ils le font correctement et nous essaierons de faire pareil, toutes proportions gardées. 

 

Quant au « coup de fil » évoqué par Sofiène Toubel, nous confirmons les propos du député. Le directeur du journal a bien reçu un coup de fil d’un haut responsable de l’Etat l’informant que M. Toubel est dans tous ses états parce qu’il a appris que ses propos enregistrés à son insu vont être diffusés sur Business News. Pensant pouvoir agir en amont et censurer l’article, en cours de préparation, le député a contacté ce haut responsable « ami » pour nous dissuader de diffuser l’enregistrement sonore. Et c’est vrai que le directeur de BN a refusé en déclarant : « Je ne peux pas censurer mes journalistes, c’est plus fort que moi ! Et il ne s’agit pas de secrets d’Etat ou d’atteinte à la sécurité nationale! ».

Que Sofiène Toubel comprenne que « plus fort que moi » est synonyme de « consignes », c’est son affaire. Qu’il pense pouvoir appeler de hauts responsables de l’Etat pour censurer des articles de presse, c’est également son affaire. Le fait est que Business News n’a pas cédé à ces pressions « amicales » et a accompli son devoir journalistique, comme l’aurait fait n’importe quel autre journaliste respectant sa profession d’autant plus que les décisions, à Business News, se prennent de manière collégiale au niveau des rédacteurs en chef et non à celui de la direction.

 

Par ailleurs, Business News a en sa possession d’autres enregistrements de cette réunion. La rédaction a choisi de ne pas les diffuser car il n’y est pas question de l’intérêt public et elle a estimé qu’ils ne sont pas d’un apport conséquent au débat.

 

Pour finir, quand on est membre d’un parti dont les réunions sont enregistrées et fuitées, la sagesse impose de ne pas s’en prendre aux journaux qui relayent ces informations, en leur donnant des leçons de morale en plus.

 


La rédaction

 

10/03/2017 | 14:00
4 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous

Commentaires (23)

Commenter

HAMMADI
| 11-03-2017 21:30
je suis un lecteur assidue de BN et je dis milles bravos à NB pour le travail qu'il fait quant à si TOUBEL je dirais que s'il veut réussir li devrait écouter les conseils des messieurs comme si NIZAR ???le naufrage de NIDA TOUNES est dû à l'incompétence de ses dirigeants??si BEJI l'a crée et eux ils l'ont massacrés !! ils devraient prendre une bonne leçon du fonctionnement du parti de ghannouchi ???

Giulio-Enrico Pisani
| 11-03-2017 16:58
Bravo B.N. ! En démocratie, aucun canard, qui se respecte, ne doit se se laisser enchaîner par qui que ce soit.

Stouko
| 11-03-2017 15:31
Avoir la presse sur le dos, est la pire chose qui puisse arriver à un politique. Nida est appelé à trouver autre chose pour se blanchir.
Qu'il foute donc la paix à BN.

CONQUERANT
| 11-03-2017 12:39
Derrière l'indignation de M. Toubel, si convenue qu'on peut douter de sa sincérité, il y a cette idée que dans l'arbitrage entre La Presse et l'ordre politique, il y a des moments rares mais essentiels où le premier devrait totalement s'effacer au bénéfice du second. Ce point de vue ne me semble pas pertinent.
D'abord il est inconcevable qu'une telle absorption de l'un par l'autre s'effectue. Le premier a son autonomie et le second son pouvoir.
Ensuite si la Presse divulgue des informations ou des enregistrements qu'on lui a confiés, elle ne fait que son travail. Ce n'est pas elle qui les a commandités ou ordonnancés.
Elle a vocation à INVESTIGUER et INFORMER. Elle le fait. Point.
Dans une société démocratique ou qui aspire à le devenir, c'est bien le moindre.
En face d'un malade fiévreux dont le thermomètre indique 40° que fait-on ? Appeler le médecin ou accuser l'instrument de mesure d'être de connivence avec la maladie ?
Aux hommes politiques d'être à la hauteur de la responsabilité que le peuple leur a confiée pour ne pas s'égarer et se tromper d'enjeux.

veritas
| 11-03-2017 11:42
...et à leur tête ....

veritas
| 11-03-2017 11:33
Tout les partis qui ont pacsé Avec les khwanjias ont fini à la trappe il est incompréhensible que nida n'a pas tiré les leçons de l'alliance de Ben jaffar de chebi de Marzouki et tant d'autres Avec la secte du gourou et se sont aventurés a s'allier avec le pire ennemi qui puisse exister sur terre ,pour sauver nida il faut évincer les mercenaires du nida à la solde des khwanjias et à leur hafedh caïd essebssi.

déja-vu
| 11-03-2017 11:00
Avec les nouvelles technologies à la portée de tous les va-nu-pieds, le "en off" et le privé n'existent plus.

Ne dites que ce que vous diriez en publique au lieu de blâmer les journalistes qui font leur boulot.Et bien.

C'est la seule parade infaillible.

Après tout, c'est votre réaction qui donnent à ces conversations en fin de compte pas si terrible tant d'impact sur l'opinion. Personnellement, Je ne vous ai jamais imaginé différemment...

J.trad
| 11-03-2017 09:56
Refusent de s'impliquer ,il gardent lésion ce pour protéger leur renommé,voir mémé leur intégrité physique ,il faut redonner la primoté ,la priorité,le dessus ,et que sais-je encore à une seule peur ( alkhawfou min Allah) et pour ce ,il y a beaucoup à apprendre ,comment avoir peur d'Allah ???????? Ça il faut demander à Naji jalloul ,de le prendre en considération ,ceux qui continuent à dénigrer Moncef marsou9i (qui tout compte fait est mille fois meilleur que ceux qui le critiquent .Il inspiré confiance rien que par son réflexe de dire (un chaa Allah) cela est garant ,avec d'autres vertues de Moncef marsou9i ,

zohra
| 11-03-2017 07:11
En politique, la fuite d'information n'est pas punissable en soi, dans une démocratie, si elle est seulement politique. la politique est un terrain d'intoxication réciproque.

Vous avez fait formidablement votre travail.

Abel Chater
| 11-03-2017 02:11
Ce sont les accusations à la mode chez les mafieux intrigants et ennemis de la vérité en Tunisie.
Comme ce *** ne trouve aucun moyen de virer la faillite de sa malhonnêteté vers ses opposants politiques d'Ennahdha, ni de justifier ses intrigues contre les deux gouvernements de Habib Essid et de Youssef Chahed, il accuse Business News de l'échec de ses propres intrigues et de ses multiples coups d'état avortés par la force institutionnelle de notre jeune démocratie.
Dans une autre vraie démocratie comme celle de la Turquie, ce Toubel et Co. seraient maintenant derière les barreaux de la Mornaguia.
Au lieu de parler de son propre crime répété contre la sécurité de notre régime démocratique en Tunisie, il accuse Business News et Nizar Bahloul de tous ses maux. Une manière dictatoriale de museler les médias et d'intimider les journalistes libres comme ceux de Business News.
Toubel dit de lui-même sans la moidre honte ni un seul iota de pudeur, qu'il a chargé un de ses subordonnés de téléphoner à Nizar, pour lui demander de censurer la vidéo. Il croit encore à ces anciennes méthodes utilisées par le régime déchu de Ben Ali. Il vit dans un autre monde que celui de la deuxième République tunisienne post-révolution du 14 janvier 2011.
Et dire qu'un tel nullard pense le moindre, pouvoir sauver Nida Tounes de l'effondrement total et final.
Mille bravos à BN et le double de bravos à Nizar Bahloul qui n'a pas cédé à la pression des nouveaux criminels politiques, qui nous poussent comme des champignons dans l'ombre et l'humidité des grottes de l'ancien régime dictatorial déchu.
Allahou Akbar, wa Lillah Al Hamd.