alexametrics
BN TV

Chawki Tabib : Elyes Fakhfakh doit céder la gestion de ses actions

Temps de lecture : 2 min
Chawki Tabib : Elyes Fakhfakh doit céder la gestion de ses actions

Intervenu dans l'émission Ahla Sbeh du mercredi 24 juin 2020 sur Mosaïque FM, le président de l'Instance nationale de lutte contre la corruption (Inlucc), Chawki Tabib, est revenu sur l’affaire de conflit d’intérêts dans laquelle est impliqué le chef du gouvernement, Elyes Fakhfakh.

Le chef du gouvernement a, rappelons-le, omis de mentionner, en complément de sa déclaration de patrimoine, que l’entreprise dans laquelle il détient jusqu’à l’heure des actions, avait décroché (avec le groupement Valis) un marché public avec l’Agence nationale de gestion de déchets pour l’exploitation de décharges pour une valeur de plus 44 millions de dinars. 

L’examen des offres, dont celle soumise par le groupement Valis, s’est fait le 25 décembre 2019 et l’octroi du marché à ce groupement, le 14 février 2020, selon l’agence nationale de gestion des déchets.

Chawki Tabib a expliqué qu’Elyes Fakhfakh s’était exécuté à la déclaration de patrimoine le jour où il a prêté serment en tant que chef de gouvernement, le 27 février 2020 après que l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) lui a accordé sa confiance.

Notant qu’il ne peut divulguer certaines données par souci de confidentialité, le président de l’Inlucc a affirmé que le chef du gouvernement n’avait pas à mentionner les parties avec lesquelles son entreprise traitait car la fiche de déclaration du patrimoine, elle-même, ne l’y oblige pas.

« Il est cependant tenu à informer l’Inlucc de tout changement de biens ou d’intérêts ultérieurement », a ajouté Chawki Tabib assurant que l’Inlucc a constaté le conflit d’intérêts le jour où le chef du gouvernement a déclaré à la télé qu’il possédait des actions dans ladite entreprise. 

« Dès que l’information a été rendu publique, deux informateurs ont contacté l’Inlucc pour fournir les données prouvant le conflit d’intérêts », a-t-il indiqué rappelant que le chef du gouvernement était censé confier la gestion de ses actions à quelqu’un d’autre dans les délais imposés par l’Inlucc.    

Chawki Tabib a révélé, par ailleurs, que huit autres membres du gouvernement Fakhfakh n’avaient pas complété leurs déclarations de biens et intérêts.

Le président de l’Inlucc a saisi l’occasion pour appeler le gouvernement à accélérer la publication du décret visant à rendre publiques toutes les déclarations de patrimoine y compris celle des anciens membres du gouvernement ou chefs de l’Etat.    

 

 

N.J. 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (7)

Commenter

ammarfeti
| 24-06-2020 15:33
c est une honte
combien il vous a soudoye pour lui trouver une solution d arrangement

Trump
| 24-06-2020 15:03
vaux mieux êtres tous des entrepreneurs en noir en France de badigeonnage.............et éboueurs saisonniers.

tous ministres plutôt la majorité et responsables ont appris une réponse pour chaque questions.

loin de la réalités dix fois séculaire

BOB
| 24-06-2020 13:43
"La corruption est en force, le talent est rare. Ainsi, la corruption est l'arme de la médiocrité qui abonde, et vous en sentirez partout la pointe. "(Balzac)
En tout cas, dans l'hypothèse ou cela n'était pas intentionnel, ce monsieur n'a pas la compétence, la droiture, et la rigueur pour gouverner.. Faire des affaires n'est pas mal en soit, mais quand on gouverne ont doit se conformer aux lois les plus élémentaires et se dissocier de tout liens avec les affaires pouvant créer des risques de suspicions, sans égard aux intentions, c'est une question de crédibilité et de respect de la loi, applicable à tous sans exception.

abouali
| 24-06-2020 12:36
S'il ne respecte pas lui même le devoir de réserve, les autorités tunisiennes devraient lui enjoindre une fois pour toutes de le faire ! Les déclarations de cet ostrogoth, toujours accordées à des médias non tunisiens et sans doute contre monnaie sonnante et trébuchante (comme si sa confortable pension payée sur notre dos ne lui suffisait pas), nous causent d'énormes problèmes dans nos relations avec nos voisins, quant ils ne montent pas ceux ci les uns contre les autres. Allez leur expliquer qu'il ne se fait nullement l'interprète de la position tunisienne, ils vous rétorqueront qu'il s'agit tout de même d'un ancien président ! L'adresse à laquelle les organes de presse s'adressent dans la recherche du buzz ou l'escalade dans la provocation est pour eux maintenant bien connue, et ils n'hésitent aucunement à y recourir quand il s'agit de faire repartir les feux de brousse. Pour se dégager de sa responsabilité et redorer un prestige qui n'existe en fait que dans son imagination, le cancaneur de service, au grand bonheur de ces pêcheurs en eau trouble, n'hésite pas à dévoyer l'histoire et rejeter la faute sur les autres, au mépris de la plus élémentaire des règles de bienséance et du respect dû à son ancien statut. De grâce, que quelqu'un se charge de lui clouer officiellement le bec !

abc
| 24-06-2020 12:16
Et qu'il ne vienne pas dire qu'il ne démissionne pas parce que la situation est difficile. Elle le sera encore beaucoup plus car nous n'aurons plus confiance en lui et Enahdha en profitera à outrance en le tenant par loù ca fait mal. Oublier de déclarer que l'on est actionnaire à 20% dans une société qui de plus ne peut que fonctionner avec l'état est suffisant pour prouver sa mal honnêteté.

Le marseillais
| 24-06-2020 11:09
Cédez, rembourser, juger démissionner, il a perdu toute crédibilité monsieur zéro % ,un escrocs comme tout les arrivistes 2011

DHEJ
| 24-06-2020 11:07
Il est le gérant de ladite société.

Il a su gérer 5 mille dinars alors il lui file des milliers de millions de dinars à gérer.


Quid de la Jeribi ministre des grands projets ?

A lire aussi

Abdellatif Mekki a souligné, d'un autre côté, que le Fonds 1818 dédié à la lutte contre le Covid-19

23/10/2020 22:55
31

"Les partis politiques sont, également,

23/10/2020 15:00
6