alexametrics
mardi 20 février 2024
Heure de Tunis : 22:59
A la Une
Scandale Elyes Fakhfakh : non, l’affaire est loin d’être classée !
23/06/2020 | 13:45
6 min
Scandale Elyes Fakhfakh : non, l’affaire est loin d’être classée !

 

Le chef du gouvernement Elyes Fakhfakh est impliqué dans un scandale de conflit d’intérêts mettant aux prises l’Etat et une entreprise dont il est actionnaire, dénommée Valis. Plusieurs tentatives sont en cours pour circonscrire l’affaire. Mais même si sur l’aspect légal, le chef du gouvernement a encore de la marge, sur l’aspect moral et politique, les jeux sont pratiquement faits

 

Tout est parti de l’interview donnée par le chef du gouvernement, Elyes Fakhfakh, à Boubaker Ben Akecha dimanche 14 juin 2020. Elyes Fakhfakh avoue, de manière évasive, détenir des actions dans une entreprise spécialisée dans l’environnement à hauteur de près de 20% et il avoue que cette entreprise a un contrat avec l’Etat. Il dit également qu’il n’y a pas de conflit d’intérêts, ce qui est faux. Le fait que le chef du gouvernement ait fait une sorte d’aveu montre qu’il a tenté d’anticiper le scandale et essayé de le tuer dans l’œuf. Mais cela n’a pas marché, surtout qu’il s’est soudainement crispé à l’évocation du sujet et a répondu avec assez d'agressivité. Dès lors, le scandale est parti.

 

Sur le plan légal, Elyes Fakhfakh n’a pas encore grand-chose à craindre. C’est la loi n° 2018-46 du 1er août 2018, portant déclaration des biens et des intérêts, de la lutte contre l'enrichissement illicite et le conflit d'intérêts dans le secteur public qui s’applique dans ce cas. Le chef du gouvernement y a fait une première entorse. Selon l’article 18 de la loi, le chef du gouvernement, en cas de possession d’actions ou de participations, doit en confier la gestion à une tierce personne dans un délai ne dépassant pas deux mois depuis la date de sa désignation. Or, Elyes Fakhfakh a obtenu la confiance de l’Assemblée le 27 février 2020 et il aurait dû exécuter l’article 18 dans un délai ne dépassant pas le 27 avril 2020. Ce qu’il n’a pas fait puisque l’article impose d’informer l’Instance nationale de lutte contre la corruption (Inlucc) des procédures faites. Ce qui n’est pas le cas puisque c’est la même Inlucc qui a, par la suite, envoyé un avertissement au chef du gouvernement sur cette situation de conflit d’intérêts.

D’après l’article 26 de la même loi, l’Inlucc avertit, par écrit, la personne impliquée dans une situation de conflit d’intérêts et lui donne un mois pour régulariser sa situation. Donc, Elyes Fakhfakh est encore dans les délais pour respecter la loi. Par ailleurs, il s'agit d'une loi assez facile à respecter puisqu’il lui suffira de vendre ou de donner procuration sur ses actions à une tierce personne, qui peut être sa conjointe ou l’un de ses enfants, vu que la même loi le permet. C’est cette subtilité qui a inspiré le titre de la une de nos confrères de La Presse qui proclamait que l’affaire était classée.

 

 

Une une qui a déclenché la colère de plusieurs internautes et experts en droit dont l’avocate Soundes Mejdoub qui a écrit, le 20 juin 2020, que « l'affaire ne peut être classée tant que le marché entre l'État et la société dont le CdG est actionnaire jusqu'à hier n'est pas résilié ».

 

 

 

L’ancien ministre, Faouzi Ben Abderrahman, a également publié sur Facebook une liste des erreurs commises par le chef du gouvernement, Elyes Fakhfakh, dans cette affaire. M. Ben Abderrahman écrit notamment que : « la décision de céder ses actions est un aveu de culpabilité implicite de M. Fakhfakh, mais il ne l’a pas exprimé et ne s’en est pas excusé. Toutefois, il a mis certains de ses ministres dans une situation non-enviable du fait de devoir le défendre ».

 

 

Dans le fond de l’affaire, le conflit d’intérêts est prouvé d’après plusieurs documents. Il apparait que la société dont Elyes Fakhfakh est actionnaire et fut l’un de ses dirigeants exécutifs, se nomme Valis. C’est une entreprise qui a été créée par le groupement Serpol, Vivan et El Amen. L’entreprise Serpol s’en vante dans une publication du 13 avril 2018 où il est écrit que l’entreprise a « mandaté » Elyes Fakhfakh et Ali Maher Laroui.

Cette même entreprise s’est vue attribuer deux lots par l’agence nationale de gestion des déchets le 17 avril 2020. Ces deux lots concernent l’exploitation de décharges contrôlées et des transferts y afférents à Nabeul, Zaghouan et Bizerte pour une valeur totale de 44.086.900 dinars. Pire encore, l’attribution des marchés a eu lieu en plein confinement, le 17 avril 2020, date à laquelle Elyes Fakhfakh était chef du gouvernement. Lors de la signature, également, il était aussi chef du gouvernement.

 

 

Des ministres et anciens militants tels que Mohamed Abbou et Ayachi Hammami se sont retrouvés, par ignorance ou par complicité, à défendre l’indéfendable. Mohamed Abbou, ministre d’Etat chargé de lutter contre la corruption, s’est retrouvé à faire des acrobaties intellectuelles en différenciant le conflit d’intérêts de la corruption, le tout devant une commission parlementaire. Ayachi Hammami, ministre chargé des Droits de l’Homme, était venu le 19 juin annoncer qu'Elyes Fakhfakh « avait décidé d’entamer les procédures de cession des actions au sein du groupement dans lequel il est actionnaire ». Il a présenté cela comme une marque de transparence du chef du gouvernement alors que ce dernier aurait dû procéder à cela dans les deux mois suivant son accession au pouvoir. Or, à ce jour, même si le quotidien La Presse dit que l'affaire est classée, elle ne l'est toujours pas à ce jour. Elyes Fakhfakh demeure actionnaire d'une société qui a conclu, en plein confinement, un contrat de plus de 44 millions de dinars avec l'Etat, dont le même Fakhfakh est le représentant.

 

Il s’agit d’un véritable scandale d’Etat car le chef du gouvernement de « la clarté et de l’édification de la confiance » est loin de donner l’exemple. Même si, sur le plan légal, Elyes Fakhfakh peut encore se conformer à la loi, il aura quand même pris du plomb sur l’aspect moral et éthique, pourtant érigé en principe fondamental par le même Elyes Fakhfakh. Par ailleurs, il n’est pas sûr que le locataire de Carthage, et parrain politique du chef du gouvernement, connu pour son intransigeance à propos de telles affaires, apprécie les agissements de cette sorte. Au vu de tous ces éléments, certains appellent à la démission immédiate du chef du gouvernement. Ce qui est certain, c’est qu'Elyes Fakhfakh aura laissé des plumes dans cette affaire, lui qui s’est déjà mis à dos Ennahdha et l’UGTT.

 

Marouen Achouri

 

23/06/2020 | 13:45
6 min
Suivez-nous
Commentaires
Gg
Quel est le plus important?
a posté le 12-07-2020 à 19:00
Quel est le plus important? Les affaires, même litigieuses, du chef du gouvernement, ou les assassinats impunis, ou l'irruption de terroristes dans l'ARP, ou le gouvernement parallèle de Ghannouchi?
Quand l'avion perd une aile, on se fiche de savoir si ça pue dans le frigo... On nettoiera plus tard, lorsque l'avion sera posé en lieu sûr.
AMILCAR OPS
WE SUPPORT E. FUCH-FUCKh
a posté le 26-06-2020 à 17:45
Je trouve les objectives de E- FF avec centerprises pour des Bon raisons des Bon solutions pour l'environnement en tunisie,
ElYess FF pourrait mieu demissioniert au lieg de rester sous la marteau de Rached Ghannouchi
ourwa
@ Nephentes| 24-06-2020 11:35
a posté le 26-06-2020 à 13:10
" Et pourtant Fakhfakh est l'un des moins corrompus" (sic). C'est le titre de votre bafouille.
Ainsi, entre la peste et le choléra, vous avez fait votre choix; grand bien vous fasse, Nephentes...
Un petit rappel, tout de même : c'est bien KaÏs Saïed qui a désigné Fakhfakh comme candidat unique à la primature, n'est-ce pas? C'est bien Fakhfakh qui fut ministre du tourisme et ministre des finances sous la Troïka, de triste mémoire, n'est-ce pas? La Troïka qui a vidé les caisses de l'Etat et libéré, par l'entremise de son larbin président marzouk des détenus, criminels de doit communs, terroristes condamnés...n'est-ce pas? N'est-ce pas BCE qui eu un entretien secret avec ghannouchi à Paris en 2013, rencontre facilitée par Nabil Karoui, proche de BCE et par un certain Slim Riahi, de triste mémoire, n'est-ce pas ?
Fakhfakh, un affairiste notoire, un corrompu ( cf l'affaire actuelle qui lui colle aux basques), est une créature politique de Kaïs Saïed de la 25ème heure, déjà adoubé par les islamo-fascistes avant même sa désignation comme candidat à la primature et pour cause, il avait bien brillé par ses incompétences sous la TroÏka...Ainsi, aujourd'hui, on retrouve la même bande qui a précipité le pays dans l'abjection et le totalitarisme islamo-fasciste, tahya tounes, héritier du défunt nidâa, fakhfakh, ex du défunt attakattol, aujourd'hui nahdaoui qui ne dit pas son nom, nabil karoui, ex nidâa, escroc envers l'Etat, car il refusait de payer la licence de sa tv ( a-t-il payé?), embastillé, dans l'attente de son procès, mais libéré par K.S, pas encore président ( c'est un comble !), K.S, comme BCE, semble très proche de nadha, sur les pas de laquelle il chemine allègrement, comme un vrai béni oui-oui... et Karoui, de Qleb tounes, mais nahdaoui pur jus, qui lorgne actuellement le pot de chambre de la kasbah, son trône convoité...
Leila
Affaire
a posté le 26-06-2020 à 02:25
Sa démission ne peut pas attendre
Dalbrh
est ce que la Tunisie mérite ces turbulences?
a posté le 24-06-2020 à 15:32
Autant que citoyenne qui espère voir le pays en progression continue,je reste inquiète vis à vis des circonstances imprévues.
Je me demande pourquoi on ne peut pas être honnête transparent et vigilant avec la loi
La Tunisie ne mérite pas d'être secouée a chaque fois et bien-sur les profiteurs anti-révolution sautent sur l'occasion pour se jouir cad tirer un grand plaisir de cette situation
ourwa
Et la cour constitutionnelle ?
a posté le 24-06-2020 à 12:09
Nous, citoyens, contribuables et électeurs, nous exigeons , aujourd'hui et non pas demain, la formation au complet de la cour constitutionnelle. Que les 217 élus de l'ARP, y compris les " indépendants", tous partis et tous blocs confondus, sachent que toutes les institutions de l'Etat, surtout l'ARP, ne peuvent fonctionner normalement que sous le contrôle, le cas échéant, d'une cour constitutionnelle digne de ce nom; le tribunal administratif, de part ses attributions, n'est aucunement habilité constitutionnellement à remplir le rôle dévolu à la cour constitutionnelle. Alors, pourquoi l'ARP agit actuellement comme une véritable cour des miracles, profil bas de gamme et discours abscons le jour et règlements de comptes et accords secrets en catimini ? Probablement parce que tous les partis, représentés à l'ARP, sont des partis troufions, nichant comme des coucous dans le nid de nahdha...ouvrant grand large le bec dans l'attente d'une quelconque miette. Le meilleur exemple actuel est Double-piège. Qu'il démissionne au plus vite et que la cour constitutionnelle voie le jour !
Nephentes
Et pourtant Fakhfakh est l'un des moins corrompus
a posté le 24-06-2020 à 11:35
Je trouve que la plupart des commentaires demontrent l'ignorance des lecteurs de BN quant a la realite de la corruption et des conflits d'inerets en Tunisie

Fakhfakh est incontestablement un des hommes politiques qui fait le plus d'effort en matiere d'inegrite

Mais que dire de Caied Essebssi de Slim Azzabi de Mohsen Marzouk de Khriji et Cie de Mehdi Jomaa etc etc

Vous regardez le verre a moitie vide

Il aurait mieux fallu pour notre democratie que vous vonsideriez le verre a moitie plein

Parce qu'il.n y a ni hommes d'affairrs ni hommes politiques honnetes en Tunisie

Pretendre le contraire c deb8le
hafedh
Fi Bilad et Tararani
a posté le 24-06-2020 à 09:56
Après le Sheraton gate le Fakhfakh gate.
expert
fakhfekh a la rassou tawes mich richa bark
a posté le 23-06-2020 à 22:24
de scandale en scandale qui confirme son incapacite a dissocier ses biens de celui de du peuple ya rabbi 44md pas 5 pas 10 44md s il n'arrive pas a discerner c es grave il n est pas apte a gouverner je le conseillw de démissionner pour sortir de la grde porte et dites moi qui la pousser a signer ce contrat explosif c est pas nahdha par hasard pour se debarasser de lui
Nabil Ayari
Féch Fécha Homme d'honneur ou Minable sans honneur
a posté le 23-06-2020 à 20:02
Les hommes d'honneur démissionne illico presto ,mais se genre de racaille corrompu jusqu'à la moelle tien à son fauteuil,de première sinistre par accident
Lekkteur
Choisi par le Président
a posté le 23-06-2020 à 20:00
Ce politicien Socialiste a été choisi par le Président de la République. Un Président au passé communiste, faible et incapable de sauver la Tunisie. Pour qui la Palestine passe avant son propre pays. Pour qui le Très Respecté Omar bin al-Khattab, qui fouettait les Femmes esclaves voilées, est l'ultime exemple à suivre.

Le positif dans cette histoire est que le Pan-Arabisme prouve encore une fois son incapacité à gouverner, sans la corruption, et les slogans Islamiques vides de substance.

C'est l'ancien Président Habib Bourguiba qui a substitué la fausse identité Ottomane avec la fausse identité Arabe. Ce qui est construit sur du faux ne produit que du faux.
Houcine
Ils le tiennent.
a posté le 23-06-2020 à 19:24
On sait, des gens "bien informés" l'ont écrit, que les barbus tiennent bien des personnages fortunés et influents connus pour leur proximité avec l'ancien régime.
C'est ainsi qu'ils ont neutralisé toute puissance capable de lever des fonds et dispenser des moyens pour leur faire face. L'histoire de Fakhfakh vient se surajouter à cette mise en scène, puisqu'elle apparaît au grand jour alors que ledit Fakhfakh venait de déclarer que personne ne lui dicterait ses choix pendant que les barbus commençaient à évoquer un élargissement du gouvernement à Qalb tounés.
Ainsi, tenant l'un et l'autre, ils tuent toute velléité de leur tenir tête.
Donc, leur force vient de la versatilité et de la corruptibilité d'autrui.
On peut faire le pari que Fakhfakh fera ce qu'ils lui dicteront.

zba
que peut on 'attendre d'un CG passeport rouge avec un PlanB
a posté le 23-06-2020 à 18:35
Un CG a été demasqué la main dans la poche de l'Etat.
Mais ce tebib que fait il encore? lui qui est censé demasqué le voleur, il ne fait rien.
comme un arbitre qui siffle un penalty apres la fin du match et que les joueurs sont dans les vestieres hhhhh
il coute à l'Etat plusqu'un trabelssi maffieux.
En plus, il se moque de tout le monde par ses histoires à dormir debout
BBaya
Oh la vache! 43 millards de dinars tunisien en plein confinement!
a posté le 23-06-2020 à 18:14
Il a profité de l'état du pays et sa crise sanitaire pour arranger de tels contrats!!! avec de tel montant! et bah ce sont les criminels qu'il n'a cessé de répété durant le confinement! Je connais des gens en prison suite à quelques Kilos de farine en trop dans son magasin!

C'est vraiment grave! où est Kaiss Said et son joujou Abbou!
ohh làlà la vache!
DHEJ
Le CONTRAT passé entre le gouvernement et une entreprise privée !
a posté le 23-06-2020 à 18:14
Qui sont tous les actionnaires de cette société privée ?

Ah et si on ouvrait tous les contrats signés entre le gouvernement et les entreprises privées ?


Nous connaîtrons les familles qui gouvernent le pays;

Les Avocats des familles régentes du pays ;

Les experts-comptables des dites familles...

Nos compatriotes de Tataouine ont du pain sur la planche !
A4
Les choses sont claires !
a posté le 23-06-2020 à 17:59
Le gouvernement fechfech ne paye pas ses fournisseurs !
C'est pour pouvoir payer les sociétés de fechfech qui sont "PRIORITAIRES" !!!
Encore un affamé pour qui l'état n'est qu'une "ghanima" !!!
URMAX
JE PROPOSERAIS BIEN UNE LOI ...
a posté le 23-06-2020 à 17:56
... exigeant aux FUTURS membres de gouvernement (quelle que soit la fonction) et de l'assemblée, outre la liste de leurs biens immobiliers et en nature, une liste de leur(s) éventuelle(s) participation(s) dans des capitaux ; quels qu'ils soient, et ce, afin de mieux circonscrire les probabilités de conflits d'intérêts ...
MFH
C'était prévisible.
a posté le 23-06-2020 à 17:47
Un scandale énorme au vrai sens du terme et qui ne va pas passer sans générer des ennuis et des problèmes en série. L'échec flagrant de Mr Fakfahk dans la gestion du Ministère des Finances sous la troïka aurait dû être pris en considération dans sa nomination à la tête du Gvt. Même le choix de plusieurs de ses conseillers était mauvais. C'est dire plein de choses.

abdel
Code des marches publics tunisiens
a posté le 23-06-2020 à 17:41
Une societe qui participe a des marches publics en Tunisie n'a pas le droit d'embaucher ou de solliciter les services d'un fonctionnaire de l'etat et cela meme 3 ans apres qu'il ait quitte ses fonctions...

Fakhfakh est cuit...
Bml
Etat voyou
a posté le 23-06-2020 à 17:28
Maintenant je comprends pourquoi cet incompétent doublé d'un affaireux n'a pas réagi dans les affaires Q5 , marché de Salah ben Youssef, Marzouk . Et il prétend jouer à Cherifa bent el Fadhel ! Pauvre pays avec comme chef de gouvernement un homme sans scrupules qui a eu 0,....de voix.
A4
Démission !
a posté le 23-06-2020 à 17:23
La seule et unique "FIN" honorable et le plus tôt serait le mieux !!!
Dégaaaaaaaaaaaaaaaaage !!!
Le plus compétent pour voler
Said ne sait pas choisir ou Fakfakh est un caméléon
a posté le 23-06-2020 à 17:22
Le marché a été octroyé en avril 2020
C'est honteux
Maknassy
Sauvez le pays
a posté le 23-06-2020 à 17:10
l'armée, l'armée, l'armée !!!
L'astronaute
La messe est dite...
a posté le 23-06-2020 à 15:53
Mais quel crétin...! Sur le fond, c'est impardonnable et sur la forme c'est scandaleux. Tout le monde va lui tomber dessus lors de la plénière prévue pour le 25 alors qu'il avait une "fenêtre" pour défendre la - plutôt bonne - gestion par son gouvernement de la crise sanitaire.
Quoi qu'il en soit il est politiquement grillé. Bye bye.
ourwa
Tous pour nahdha...tous ripoux !
a posté le 23-06-2020 à 15:46
Double-piège, alias Fakhfakh, est un enfant de la balle nahdaouie, ministre nahdaoui des finances et du tourisme sous la Troïka, il a très bien brillé par ses incompétences, sauf peut-être celle d'être aveugle...ou miro envers la vidange probable des caisses de l'Etat par nahdha; obscure affaire politico-financière qui moisirait dans un quelconque tiroir du ministère des finances ou du pôle financier du tribunal de Tunis... " Sur le plan légal, Elyes Fakhfakh n'a pas encore grand-chose à craindre" sic. Et pour cause, les procédures inhérentes au fonctionnement de l'INLUC, confrontées au fonctionnement de l'ARP concernant le vote de confiance à Double-piège et à son gouvernement, posent un réel problème de droit. L'INLUCC, Crée par le décret-loi 2011-120 du 14 novembre 2011, donc sous l'assemblée constituante, est une instance consultative consacrée à pointer les pratiques de corruption, elle n'a jamais été mise à jour, renforcée, de manière à correspondre à l'ARP, élue en 2014, donc à la nouvelle constitution. Aujourd'hui encore, elle continue à fonctionner selon les termes du décret-loi 2011-120 du 14 novembre 2011.Si en plus l'absence de la cour constitutionnelle perdure, les choses risquent d'en rester là...avec toutefois le chantage qu'exerce nahdha sur Double-piège afin que celui-ci élargisse son gouvernement en y incluant Qleb Tounes, qui refuse d'entrer dans ce gouvernement, semble-t-il...et ce que Double-piège fait semblant de refuser. Soyons lucides; Qleb Tounes refuse d'entrer au gouvernement Double-piège par le biais de quelques ministres, pontes du parti élevés dans son étable, il exige, sans le dire, de coiffer le gouvernement, à la kasbah, autrement dit virer Double-piège de son strapontin et y asseoir à sa place une, ou un des siens. La chakchouka généralisée actuelle à l'ARP révèle une chose: le seul véritable allié de nahdha à l'ARP demeure al-karama, mais aussi Qleb tounes, sous conditions ( cf ci-dessus). La situation, ubuesque, semble bloquée et ne saurait durer...Double-piège, issu d'un parti croupion, homme-lige de nahdha en 2012-2013, semble être friand du fait de bouffer dans n'importe quel picotin qui lui est présenté...remet le même couvert depuis qu'il préside le gouvernement nahdaoui en janvier 2020. '?ne bâté, diraient certains... N'exagérons pas et si c'est le cas, on pourrait dire qu'il doit savoir de qui il tient ce titre honorifique, de celui qui l'a proposé comme chef de gouvernement, un certain Kaïs Saïed. Que pourrait faire Double-piège, à présent?...pris dans son propre piège? Nous ne saurions lui conseiller qu'une chose: démissionner de son poste de président du gouvernement et son gouvernement avec. Y en a marre, il faut que ça bouge, que ça change, que tous les partis troufions qui soutiennent nahdha et consort, en jouant à l'opposition, prennent leurs responsabilités, clarifient leurs positions politiques, cessent de trahir leurs électeurs...ou bien qu'ils dégagent de la scène politique.
Ghazi
Un conseil
a posté le 23-06-2020 à 15:12
Files vite (Avec ton cortège) à 150Km/Hr à cité Ghazala, à la maison de Sidek Echeikh, sûrement il est entrain de faire la sieste.
Pas grave, réveille-le et dis-lui de pousser le bouton "OFF", pour arrêter le processus de ton "éjection", mais à ce moment là, il ne faudra plus porter de ceinture, il faudra s'habiller comme Abbou (Vous avez la même taille et vous partagez déjà les rôles, l'intégration sera fluide).
Sinon choisis le drapeau que tu as sur ta CIN qui à ta gauche et l'emblème de la république à ta droite, et envoi cette secte chier et déballe tout les dessous de cette secte et de sa politique en LIVE à la TV.
En disant cela je sais que je déraille et je rêve, mais bon un souhait est toujours permis.
Contribuable
C est trop!
a posté le 23-06-2020 à 14:43
Trop c est trop Mr Fakfakh! Vous avez qualifie de trivialites et de conneries, inventees par des mauvaises langues, le fait que votre ministre de industrie allait faire une transaction economique illegalle pour
l achat de plusieurs millions de bavettes et maintenant vous essayez de trivialiser et de bagataliser le fait que vous etes Co proprietaire sous formes d actions, d une societe qui a un marche d une valeur de plusieurs de millions avec l argent des contribuables. Si vous vous croyez apte a gouverner honnete ment ce pays, pourquoi n avez vous pas vendu vos actions des que vous avez ete chef de gouvernement? Pourquoi avez vous attend que d autres devoilent votre conflit d interet.?