alexametrics
A la Une

Ces Tunisiens qui profitent de la lutte contre le Covid-19 pour s’enrichir

Temps de lecture : 4 min
Ces Tunisiens qui profitent de la lutte contre le Covid-19 pour s’enrichir

 

Dans les rues, les entrepôts, et les commerces, certains citoyens continuent à transgresser les mesures préventives contre le Covid-19 et les spéculateurs veulent profiter de la crise pour s’enrichir. Parmi eux, un député du peuple.

 

L’heure est à la lutte contre la propagation de la pandémie de Covid-19, tout en veillant à ce que tout le monde respecte les mesures de confinement général.

Les discours du président de la République Kaïs Saïed, appelant le ministère public à prendre les mesures nécessaires contre la monopolisation, et du chef du gouvernement Elyes Fakhfakh, qualifiant les spéculateurs de « criminels de guerre », n’ont toujours pas été bien compris par ceux qui veulent profiter de cette crise pour s’enrichir.

Bien que l’augmentation du nombre de personnes infectées et l’apparition d’une contamination horizontale appellent à plus d’efforts et à une solidarité renforcée, certains citoyens continuent à transgresser les mesures préventives dont le confinement général et le couvre-feu. Des propriétaires de restaurants et cafés, des commerçants et des hommes d’affaires profitent de cette situation.

Les autorités sont tenues à un double impératif sanitaire et socio-économique. D’une part, elles mènent une guerre contre la pandémie de Covid-19 ; d’autre part, elles œuvrent pour endiguer la spéculation, la monopolisation et les violations des mesures de prévention. Pas suffisant, d’autant que plusieurs citoyens refusent de se confirmer au confinement et d’autres tirent parti de la crise pour servir leurs propres intérêts.

 

L’article 9 du décret 78-50 du 26 Janvier 1978 relatif à l’état d’urgence stipule que : « Les infractions aux dispositions du présent décret sont punies d’un emprisonnement de six mois à deux ans et d’une amende de 60 à 2500 dinars ou de l'une de ces peines seulement. L’exécution d'office par l'autorité administrative des mesures prescrites en vertu du présent décret peut être assurée nonobstant l'existence de ces dispositions pénales ». Or, jeudi dernier, Hichem Mechichi, le ministre de l’Intérieur, a annoncé que 724 personnes ont été arrêtées pour non-respect du couvre-feu et 77 autres sont en en garde à vue pour violation du confinement général. Si les citoyens mettent en péril leur santé ainsi que celle de tous les Tunisiens, encore faut-il convaincre certains élus d’abandonner leur forfaiture.

 

Face à la crainte de pénurie de produits de base qu’avait créée la panique des consommateurs, un député, qui devrait donner l’exemple, a été impliqué dans une affaire de monopolisation et de spéculation. Le chargé de la communication à l’Instance nationale de lutte contre la corruption (Inlucc) a révélé, le 29 mars, qu’un député – Mohamed Zaabi - représentant la circonscription de Kasserine, a délibérément monopolisé des produits alimentaires de base et les a distribués aux clients à des prix fluctuants. Cette affaire concerne une usine de vente en gros de semoule et de farine. Avec le confinement, et la forte demande de ces produits de base, l’usine en question, qui appartient audit député, avait décidé, selon des signalements faits par des citoyens à l’instance, de vendre désormais en détail.

Mohamed Zaabi, contacté ce matin, lundi matin 30 mars 2020, par l’équipe de Hamza Belloumi dans l'émission La Matinale sur Shems FM, a tout nié en bloc.  «Je n’ai rien reçu. Ce n’est pas moi qui gère l’usine. On ne m’a pas trouvé en train de vendre ou de spéculer ! C’est juste des ouï-dire. Je n’ai rien à me reprocher !», a-t-il affirmé.

 

Dimanche soir, une tentative d’import illicite de produits sanitaires périmés a été déjouée par la douane. Parmi les produits saisis, 92.000 masques-bavettes expirés depuis 2014, 133.400 gants médicaux expirés depuis 2017 et 9.280 blouses médicales de protection expirés depuis 2018.

Des produits destinés sûrement au marché parallèle et aux citoyens lambda, qui les utiliseront en croyant se protéger alors que ce n’est nullement le cas. Une affaire que certains responsables du gouvernement ont qualifiée de « affaire de la mort ».

Ghazi Chaouachi, ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, en parle dans un post Facebook. « Les unités de la douane ont mené dimanche soir une descente dans les entrepôts de l’homme d’affaires impliqué dans ‘’l’affaire de la mort’’ », a-t-il écrit, en soulignant qu’il est temps que la loi soit appliquée à tout le monde sans exception.

 

Quand la Tunisie commence à faire face à la pandémie de covid-19, plusieurs secteurs, en particulier le corps médical et paramédical sont allés au front pour préserver la santé des citoyens. Pour les rassurer et faire en sorte que tout le monde participe, à sa manière, à l’effort général face à la pandémie, il suffit de respecter les mesures annoncées… et sanctionner sévèrement toutes les personnes qui veulent profiter de cette crise.

 

Imen Mehrzi

 

 

 

 

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (7)

Commenter

URMAX
| 31-03-2020 16:48
" ... , l'usine en question, qui appartient audit député, avait décidé, selon des signalements faits par des citoyens à l'instance, de vendre désormais en détail.

Mohamed Zaabi, contacté ce matin, lundi matin 30 mars 2020, par l'équipe de Hamza Belloumi dans l'émission La Matinale sur Shems FM, a tout nié en bloc. «Je n'ai rien reçu. Ce n'est pas moi qui gère l'usine. On ne m'a pas trouvé en train de vendre ou de spéculer ! C'est juste des ouï-dire. Je n'ai rien à me reprocher !», a-t-il affirmé." ...
...
Un 'député", en plus ... et un député qui ne sait pas quelles sont les marges de manoeuvre autorisées par la loi ?
Un bel exemple de "dé-****"

Hamma
| 31-03-2020 14:43
Des députés qui spéculent sur les denrées alimentaires,d'autres sur les médicaments et des pourris qui interviennent pour sortir des chefs d'entreprise de leur confinement!!!
Voilà où en est le pays dirigé par des corrompus des incapables et des irresponsables,leurs priorités n'est pas le citoyen mais leurs poches. La justice doit réagir"Si elle a le pouvoir de le faire"et poursuivre ces individus sans scrupules et sans dignité.Que fait M.Fakhfakh,K.Said qui veut aider la Palestine alors que la Tunisie est à l'agonie avec le covid......

Citoyen de Tunisie
| 31-03-2020 13:58
Voilà comment on désigne les actes de ces énergumènes.
Ceux qui transgressent les mesures, ceux qui spéculent et ceux qui cherchent à s'enrichir sur le dos de ces pauvres citoyens sont des criminels de guerre et ceux-là ne méritent que la peine capitale.
Ceux des droits de l'homme doivent admettre que les exploités sont des Hommes alors que les exploitants et profiteurs ne le sont pas.
Aux gouvernants, soit on est capable d'imposer la rigueur soit on dégage.
Faites un tour dans les quartiers populaire du centre ville et vous verrez ce que veut dire confinement pour les commerçants.

Citoyen_H
| 31-03-2020 12:54
Comme l'a mentionné @ Badboy, La spéculation a toujours existé chez nous.
L'informel fait partie intégrante de toutes les économies de par le monde.

Mais que vient faire ce "Ghazi Chaouachi, ministre des Domaines de l'Etat et des Affaires foncières" dans cet épisode.
Il a écrit, qu'il est temps que la loi soit appliquée à tout le monde sans exception.

Mais de quoi je me mêle,,,

Occupe toi de ton département.
Si tu n'as rien à branler, enquête par exemple sur les centaines de milliers d'hectares, expropriés par les chameliers traitres, pour à peine quelques sous.

Fakhfakh devrait créer un super ministère de la médiocratie qui nous épargnerait l'existence d'une bonne dizaine de ministres, d'une nullité hors pair. .
On économiserait ainsi, des centaines de milliards.




bilelweldlhaj
| 31-03-2020 10:57
Grand professionnalisme dans la présentation du sujet, merci. Je vous souhaite le succès

Badboy
| 30-03-2020 22:56
2 volet dans cette article
La spéculation à toujours existé chez nous, à tous les occasions ramadan, aïd, jours de l'an, mouled. ..Ces aux citoyens de se comporter avec responsabilité, j'ai lus quelques part aujourd'hui qu'une pharmacie à était fermé, pour quoi cette usine et encore ouverte? C'est aux journalistes de nous donner la réponse.
Pour les produits paramédicales saisie par la douane ce n, est rien autre qu'une opérations com du gouvernement et les politicards ce sont emparés de cette histoire comme des vautours, vous croyez que c'est produits vont être détruit non détrompez vous ils vont être distribué par le ministère de la santé vu que leur stock et à zéro, c'est uniquement à ça qu'a servie la saisie, aujourd'hui le ministère de la santé français à distribuer des masques fabriquer en 2001 oui en 2001 alors vous croyez encore qu'un gants va se dégradé après la date où une blouse c'est du théâtre point barre.
https://fr.sputniknews.com/france/202003301043433001-des-medecins-du-lot-fustigent-letat-apres-avoir-recu-des-masques-perimes/

Zohra
| 30-03-2020 21:46
Ca ne vous fait rien ce qui ce passe aujourd'hui, imaginez une seconde que c'est la fin du monde, vous allez mourir (inchallah ya rabi c'est méchant ce que je dit, mais ras le bol des gens malhoufin, jiaanin,.. ) ya latif ce n'est pas possible la mort vous guette, devant votre porte et vous prétendez êtes musulman ? De quel islam parlez vous ya jiaanin, ya malhoufin. Des criminels, vous profitez d'une situation telle qu'aujourd'hui personne ne sait s'il allait s'en sortir indemne. A vomir
Wouinek ya dawla ? Wouinek ya tounes
Ben Ali était achraf minkom ya kle..., jamais un pauvre dormait le ventre vide a son époque. Ya sourek

A lire aussi

Questions qui ne concernent plus désormais l’innocence ou la culpabilité du prévenu mais ont plus

02/06/2020 19:59
9

Pour changer les mentalités, il ne suffit pas de promulguer un texte

01/06/2020 19:59
8

La pandémie de Covid-19 n’a fait qu’aggraver une situation socio-économique

31/05/2020 16:00
7

Un pacte qui

29/05/2020 21:15
7