alexametrics
Dernières news

A quand la libéralisation du marché de la cigarette électronique en Tunisie ?

A quand la libéralisation du marché de la cigarette électronique en Tunisie ?

 

Malgré son monopole sur le marché tunisien, la Régie nationale des tabacs et des allumettes (RNTA) n’arrive pas à tirer son épingle du jeu, la société étant déficitaire. Il faut dire aussi que pendant toutes ces dernières années, ses méthodes de production n’ont pas changé. Des rumeurs sur sa privatisation, ont récemment circulé, ce qui a poussé la centrale syndicale à défendre cette entreprise publique de tout son poids, via une vidéo qu’elle a confectionné.

 

Outre son monopole sur la production et de la distribution du tabac en Tunisie, la RNTA détient aussi le monopole sur le marché de la cigarette électronique et ceci depuis 2014. Les descentes visant les boutiques de vente spécialisées se sont multipliées, et gare à celui qui transgresse la loi, même si l’offre de la régie ne répond pas aux attentes des consommateurs. Ainsi et au lieu d’encourager le circuit officiel en libéralisant le marché, on encourage le marché parallèle et on renforce les contrebandiers !

 

L’Etat tunisien pourrait s’inspirer des expériences d’autres pays. La plus récente en date est celle de parlementaires britanniques qui ont formulé la semaine dernière une requête auprès du gouvernement afin de reconsidérer sa position et ses dispositions envers les cigarettes électroniques dans le but de favoriser la diminution des risques encourus par les individus. Ils se sont basés pour appuyer leur demande sur une étude scientifique sur les cigarettes électroniques établie par le comité des sciences et technologies rattaché au parlement britannique et qui affirme que cette nouvelle forme de tabac présente 95% moins de risques que la cigarette combustible traditionnelle.

 

Une requête a été, ainsi, formulée, et étayée par des résultats concrets par le Comité où le groupe parlementaire a plaidé en faveur d'un assouplissement des restrictions sur les cigarettes électroniques en faisant valoir entre autres que «les e-cigarettes sont un puissant outil de réduction des risques qui devrait être encouragé».

Les députés ont formulé un ensemble de dispositions notamment :

  • Laisser une plus grande liberté pour l'industrie dans le but de promouvoir les cigarettes électroniques
  • Assouplir la réglementation et les taxes sur les cigarettes électroniques afin de refléter leurs avantages relatifs pour la santé
  • Une revue annuelle des effets sur la santé des cigarettes électroniques, ainsi que des produits non combustibles
  • Ouvrir le débat sur le vapotage dans les espaces publics, tels que les transports en commun et les bureaux
  • Autoriser l’usage des cigarettes électroniques en tant que dispositifs médicaux
  • Repenser les limites sur les forces de remplissage et les tailles de cuve
  • La fin de l'interdiction du snus - un produit du tabac par voie orale qui est illégal au Royaume-Uni en vertu des règles de l'UE

 

Il s’agit d’une première, car jamais auparavant, la commission de la science et de la technologie du parlement britannique, dirigée par son président, Norman Lamb, n’avait manifesté de cette manière son soutien sans réserve en faveur de l’assouplissement des réglementations de l’industrie du vapotage.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (2)

Commenter

kamel
| 21-09-2018 09:42
C'est une commerce très délicates. Je pense que cette mesure est bien attendant par les contrebandiers ainsi par les terroristes. En plus le plus grand malheur pour nous que notre état est très faible devant le phénomène économie parallèle.
Soyons responsable

elfribo
| 20-09-2018 19:01
apres les cigarttes et hooka. Une autre merde que les tunisiens vont avaler.

A lire aussi

Le Front populaire (FP) a formellement démenti l’information diffusée par Al Watad selon laquelle

17/07/2019 15:53
0

Les résultats de la 2ème édition du Baromètre "Climat des Affaires 2.0" relatif aux PME

17/07/2019 15:40
0

Le président d’Al Badil Ettounsi, Mehdi Jomâa, a assuré, lors de son passage à « Midi Show » sur

17/07/2019 14:34
1

De nombreux avocats et journalistes ont manifesté, ce mercredi 17 juillet 2019, leur soutien à

17/07/2019 13:25
11

Newsletter