alexametrics
A la Une

Réduction des risques liés au tabagisme : ça chauffe pour la cigarette !

Temps de lecture : 6 min
Réduction des risques liés au tabagisme : ça chauffe pour la cigarette !

 

La notion de la réduction des risques des maladies non-transmissibles (diabète, maladies cardiovasculaires, cancer,..) est au cœur des débats scientifiques. Chercheurs et médecins préconisent aujourd’hui de juguler l’incidence de ces maladies en mettant en place des mécanismes permettant d’atténuer leur nocivité.

La nécessité d’une telle approche s’est imposée en constatant, qu’en dépit des politiques coercitives, le nombre de personnes atteintes par ces pathologies ne cesse d’augmenter. Un chiffre : plus de 60% des morts prématurées dans le monde sont causées par les maladies non-transmissibles. Le facteur à risque en tête du peloton est, sans surprise, le tabagisme.

 

Les 2 et 3 février 2020 s’est tenue à Paris « The International Conference on Harm Reduction in Non-Communicable Diseases ». Des sommités mondiales en médecine et en recherche ont exposé les dernières percées scientifiques en matière de prévention et de réduction des risques. La conférence a été coprésidée par le professeur David Khayat, ancien président de l’Institut national français du cancer et le docteur Peter Harper, ancien chef du service d’oncologie du Guy’s, King’s and St Thomas Hospital à Londres.

 

 

Notre style de vie moderne, nos habitudes alimentaires, la pollution, la consommation excessive d’alcool, la sédentarité et surtout le tabagisme sont tout autant de facteurs à risque. Pour Peter Harper, tout un chacun peut identifier ces facteurs sauf que chez des millions de patients à travers le monde, les habitudes, ou plutôt les mauvaises habitudes, sont tenaces. Que devrait faire un médecin confronté à un patient qui est incapable de changer de comportement ? C’est là que la notion de réduction des risques entre en jeu en proposant aux patients des alternatives qui consistent à minimiser les conséquences néfastes d’une conduite à risque.

 

 

Si vous ne pouvez pas empêcher une personne de prendre des drogues illicites : vous pouvez prévenir overdoses et infections, lance Peter Harper. Il faut dire que l’approche de la réduction des risques fait partie intégrante de la prise en charge des toxicomanes, pourquoi donc ne s’appliquerait-elle pas au tabac ? Ainsi, les praticiens pourraient aider leurs patients incapables de décrocher de la cigarette traditionnelle par des substituts moins dangereux et réduire de la sorte les complications liées au tabagisme.

Pour l’oncologue les alternatives aux cigarettes combustibles ne sont certes pas inoffensives, mais elles représentent une amélioration significative de la santé des fumeurs. Selon M. Harper, l’avantage étant d’évoluer vers des produits moins nocifs, un switch qui éliminerait la principale cause de décès, notamment en ce qui concerne les cancers du poumon.

La communauté scientifique est unanime sur un point. La nicotine n’est pas la cause des maladies, ce sont en effet les autres éléments chimiques qui entrent en combustion qui sont à incriminer. Les médecins préconisent donc pour réduire les risques de la cigarette traditionnelle de prévoir des alternatives, telle que l’E-cigarette ou le tabac chauffé d’IQOS.

Peter Harper, comme beaucoup de ses confrères, s’élève contre la stratégie de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) au sujet de leur stratégie contre le tabac, qui, selon lui, préconise exclusivement des traitements pharmacologiques ayant démontré leur limite.

 

 

L’oncologue franco-tunisien, David Khayat, abonde dans ce sens. Dans une interview accordée à Business News, il qualifie la position de l’OMS de dogmatique, alors qu’une majorité de scientifiques se sont élevés contre ses derniers rapports contre la stratégie de réduction des risques. Il explique que l’OMS réfléchit en « risque absolu », ne voulant pas considérer l’E-cigarette ou le tabac chauffé comme étant moins dangereux.

« Est-ce qu’on peut dire que conduire une voiture ce n’est pas dangereux ? Non !, s’est-il exclamé. Mais conduire une voiture avec un ABS, une ceinture de sécurité et à 80/h c’est moins dangereux. L’OMS dans la définition de sa mission, ne regarde que l’aspect absolu et non pas relatif. En tant que médecin, je parle du relatif. Je ne dis pas que la cigarette électronique ou le tabac chauffé c’est bon pour la santé, mais que c’est moins dangereux ».

 

 

David Khayat estime que l’OMS sera amenée à revoir sa position, jugée politique et ne prenant pas en compte les recommandations de la communauté scientifique. L’idée première n’étant pas de ramener de nouveaux consommateurs, mais de convaincre les fumeurs, récalcitrants et imperméables aux politiques adoptées depuis des décennies, à switcher vers des produits à risque réduit.

 

 

Tarik Safwat, professeur de maladies pulmonaires à l'Université du Caire a lancé le débat sur la question. Pourquoi donc devrait-on rejeter l’innovation dans le tabac ? Il part du postulat que nous avons bien accepté des airbags dans les voitures pour réduire les risques lors d’accidents, des écrans solaires pour protéger sa peau, de la méthadone pour les addicts aux opiacés, des préservatifs pour prévenir contre les IST, etc.  

 

 

Professeur Safwat se demande pourquoi ne pas accepter la gomme, les patchs et surtout les inhalateurs de nicotine, qui fonctionnent pour les fumeurs qui veulent arrêter, mais ne peuvent pas le faire sans accompagnement.

Bien évidemment, il n’a eu de cesse de souligner que le tabac est une « dépendance », toutefois il a tenu à rappeler que les études telles que celles menées par la FDA aux Etats-Unis, ont démontré que les produits du tabac chauffé (IQOS), « réduisent les cancérogènes jusqu’à 90% », estimant que son utilisations « induirait une réduction des maladies à long terme ».

Les preuves indiquent que les fumeurs de cigarettes à combustion qui passent complètement au tabac chauffé réduiront les expositions toxiques, ce qui entraînera probablement moins de risques de maladies liées au tabac, conclut Tarik Safwat.

 

 

Avant de conclure, quelques faits relatifs aux maladies non-transmissibles, dont le tabagisme est le facteur prépondérant. 63% des décès dans le monde sont dus à ces pathologies. Dans les pays sous-développés ou en voie de développement, elles constituent 80% des décès prématurés. La plupart de ces maladies se manifestent avant l’âge de 60 ans et elles affectent « équitablement » les hommes et les femmes. On peut toutefois, facilement les prévenir grâce à des interventions efficaces qui prennent en compte les facteurs de risque.

 

Pour ce qui est de la Tunisie, la notion de réduction des risques liés au tabagisme n’est pas très largement répandue. De plus, jusque-là, nous ne disposons pas d’un cadre législatif réglementant la commercialisation de l’E-cigarette ou du tabac chauffé. Une situation qui laisse se développer un commerce parallèle qui n’autorise aucun contrôle sur la qualité des produits. Pour l’oncologue franco-tunisien David Khayat, ces maladies qui pèsent sur les caisses de l’Etat, car elles sont chroniques, mèneront un jour ou l’autre à une prise de conscience. Il estime que la Tunisie sera amenée à s’attaquer au cancer et aux maladies non-transmissibles par tous les aspects possibles, notamment l’innovation.

 

Ikhlas Latif

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (9)

Commenter

Sébastien Béziau
| 10-02-2020 21:52
Bonjour,
Une marque de tabac chauffé est citée plusieurs fois dans l'article sans que cela n'apporte rien de plus au lecteur quant à l'excellente démonstration sur le sujet.
Est-ce que cet article est sponsorisé par cette marque (qui est d'ailleurs la seule marque citée, et plusieurs fois) ?
Merci pour votre réponse,

Microbio
| 10-02-2020 17:59
Cher Tarek!
Bien sûr, je suis heureux pour vous en passant à l'e-cigarette ce qui a amélioré votre inconfort.
Je souhaite que vous recherchiez une sortie complète de la dépendance.

Nous espérons que les fabricants donneront plus d´ informations précises sur les ingrédients. Sans oublier que ce qui est dans l'arôme et ce qui se crée lorsqu'il est chauffé est absolument tenu au silence? L'effet à long terme est un grand inconnu et ici une gigantesque expérience humaine a lieu.
Ainsi l' effet à long terme on ne le sait pas!
D'une part, je dis que la cigarette électronique est beaucoup plus saine (mais pas saine!). Sans parler des ingrédients nocifs des liquides.
C'est juste mon observation, mais je pense que ça ne fait pas de mal de s'en inquiéter.
L' e-cigarette est de loin moins chère en Allemagne! calculé sur une période de 6 mois, mon beau-frère revient à 1,5 euros par jour! Inclus dans la facture: l'e-cigarette elle-même, accessoires, liquides. Il peut déjà calculer un peu et 6 euros pour une boite à cigarette moins 1,5 euro pour l' e-cigarette c'est pas mal, sur une année qui roulera plus de 1500 à 2000 euros d'économie! ?

L' Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en garde contre l'utilisation de cigarettes électroniques nocives depuis 2008, tout d'abord parce qu'aucune déclaration précise ne pouvait être faite sur les éventuels dommages pour la santé.

Entre-temps, cependant, de nombreuses données scientifiques indiquent que les cigarettes électroniques ne sont en aucun cas "saines". Au contraire, parce que la vapeur détruit apparemment les cellules du corps et provoque le cancer ainsi que le tabagisme conventionnel.

Des études récemment publiées montrent que dans des conditions de laboratoire , des radicaux libres hautement réactifs et dangereuses pourraient être détectés dans la vapeur. Celles-ci entraînent à leur tour des modifications des cellules, condition préalable au développement du cancer et de nombreuses autres maladies chroniques.

De nombreux chercheurs sur le cancer, dont la célèbre médecin Martina Pötschke-Langer du Centre allemand de recherche sur le cancer à Heidelberg, se sont depuis longtemps joints aux avertissements de l'OMS concernant les toxines et les éventuels dommages à long terme causés aux cigarettes électroniques nocives.

Bonne Journée!

Microbio
| 10-02-2020 15:21
S'il vous plaît, où est mon commentaire d'hier soir?

Ghazi
| 10-02-2020 15:11
J'étais un grand fumeur, 2 à 3 paquets par jour, j'ai commencé à fumer à l'âge de 18ans, j'ai arrêté la cigarette à 65 ans, cela fait 2ans, après 2 coro suite à 2 infarctus et une opération coeur ouvert, arrêter de fumer se passe dans la tête, depuis je me sens une autre personne, la vie sans la cigarette est autre. Arrêter de fumer est un simple geste. Jeter tout à la poubelle et n'y pensez plus.

lol
| 10-02-2020 14:39
Les cigarettes électroniques sont interdites en Tunisie parce que l'état qui a le monopole du tabac ne sait pas les fabriquer.
Merci à ces foutus syndicats qui se croient encore dans les années 1960. Comme d'habitude, la Tunisie subit des pertes significatives (financières et en vies humaines) à cause d'une poignée de syndicalistes protègent leurs propres intérêts au détriment de la santé des autres (un autre exemple? la SIAPE à Sfax).

Microbio
| 09-02-2020 21:54
Recommandation: à lire avant d'allumer une cigarette
Fumer nuit gravement à votre santé et à celle de votre entourage

Fumer peut être mortel

Votre médecin ou votre pharmacien peut vous aider à arrêter de fumer

Fumer provoque un cancer du poumon mortel

Les fumeurs meurent plus tôt

Fumer provoque des torts importants pour vous et votre entourage

La fumée contient du benzène, des nitrosamines, du formaldéhyde et de l'acide cyanhydrique.

Toute personne qui cesse de fumer réduit les risques de maladies cardiaques et pulmonaires mortelles

Fumer fait vieillir votre peau

Fumer entraine une dépendance rapide: il est important de ne pas commancer!

Fumer peut conduire à des problèmes circulatoires et à une impuissance sexuelle

Fumer pendant la grossesse nuit à votre enfant

Fumer peut endommager les spermatozoïdes et limiter la fertilité

Fumer provoque le colmatage des artères et provoque des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux

****** Eviter de visiter les Cafés ********

Tarek
| 09-02-2020 20:29
Je souscris pieds et poings liés à tout ce que vous dites, sauf, rigueur scientifique oblige, en ce qui concerne la E-cigarette que vous vous devez d'exclure, par honnêteté intellectuelle. Parce-que j'en suis la preuve vivante. Gros fumeur invétéré pendant 35 ans, santé ravagée irréversiblement par le tabac, j'ai grandement amélioré ma qualité de vie grâce à l'E-cigarette depuis 5 ans. Je pourrais y passer des heures et des heures à vous l'expliquer et à vous le démontrer. Ce n'est pas pour rien que les E-cigarettes sont aujourd'hui proposées dans les hôpitaux de Londres comme alternative au tabagisme. Il ne faut pas confondre et croire à la désinformation menée par les lobbies du tabac et aux lobbies pharmaceutiques qui produisent des médicaments destinés aux maladies liées au tabac et qui voient leurs bénéfices fondre un peu plus chaque jour à cause de la E-cigarette. La E-cigarette n'a rien à voir avec le tabac. En quinze ans d'existence, elle n'a jamais tué personne, sauf les quelques dizaines de personnes qui se sont amusés à mettre du cannabis et d'autres cochonneries dedans. La E-cigarette NE TUE PAS. Personnellement, elle m'a sauvé la vie. Si l'Etat pouvait comprendre ça, imaginez ces milliards et milliards de dinars de frais de soins qu'il prend en charge actuellement et qu'il pourrait économiser.

Moi
| 09-02-2020 18:56
Je n'ai pas eu le temps de lire tout l'article mais j'espère que notre Président de la République Tunisienne nous montre qu'il est capable de renoncer à la cigarette.

je connais beaucoup de gens qui fumaient deux paquets de cigarettes par jour et ils ont arrêté de fumer... C'est une question de volonté et le Président de notre République devrait donner un exemple de bonne volonté...


Puis, il faut savoir se motiver afin d'arrêter de fumer. Il faut être convaincu des bienfaits du sevrage. Il faut se dire que les inconvénients comme le stress et le manque engendré ne durent que quelques semaines (au pire, quelques mois) alors que les avantages se savourent toute une vie durant.

Microbio
| 09-02-2020 17:46
Au Cours des vingt ou trente Dernière années, la médecine (scientifique!) a acquis des solides preuves qui nous permettent d´affirmer que la plupart des maladies chroniques en Europe (et bien sur en Tunisie) peuvent etre attribuées à une mauvaise Alimentation. Des comités d´experts gouvernementaux l´ont dit, les responsables de la santé publiques partout á l´occident l´ont dit et les scientifiques l´ont dit. Plus de gens meurent d´une mauvaise alimentation que du tabagisme, des accidents ou de tout autre mode de vie ou facteur environnemental. Nous Savons que l´obesité et le diabète monte actuellement en flèche et que la santé des tunisiens périclite. Nous savons aussi que la faute en revient à l´alimentation. Alors la Question suivante se pose: Le gouvernement ne devrait-il pas aider les Tunisiens à mieux se nourrir? Il ne pourrait mieux faire que de prévenir les souffrances en démandant sans èquivoque aux tunisiens de manger moins de produits de source animales et hautement raffinés et plus d´aliments entiers d´origine végétale. Il s´agit d´un message que le gouvernement pourrait faire passer haut et fort ainsi qu´il le fait pour la cigarette.

La cigarette (E-cigarette aussi!) TUE, une mauvaise alimentation AUSSI. Mais au lieu de faire passer ce message, le gouvernement nous dit que les produits d´origine animale, à l´instar des produits laitiers et de la viande, du sucre raffiné et du gras, sont bon pour la santé (regarder la publicité-TV quotidienne en tunisiens!). Notre gouvernement et encore pire les gouvernements occidentaux ignorent les preuves scientifiques et les millions de personnes qui souffrent de maladies associées à l´alimentation. le contrat de confiance entre le gouvernement et concitoyens a èté rompu. Non seulement le gouvernement est incapable d´èteindre l´incendie, mais il fait office de soufflet en attisant le feu.

Des centaines d´études scientifiques, confirment qu´un bon régime alimentaire est notre arme la plus puissante pour contrer les affections et les maladies.
. un changement d´habitudes alimentaires peut permettre aux patients diabétiques de se passer de leurs médicaments;
.Les maladies cardiaques sont possiblement réversibles juste en suivant un regime alimentaire approprié;
. le Cancer du sein est lié aux taux d´hormones feminines dans le sang qui sont, elles , determinées par l´alimentaion.
. Les antioxydants, que l´on trouve dans les fruits et les les légumes, se traduisent par de meilleures performances mentales chez les personnes du troisième âge;
. les calculs rénaux peuvent être évités par un régime sain;
.Le diabete de Typ 1, une des maladies les plus dévastrices, susceptible de s´attaquer à un enfant, est certainement à mettre sur le compte d´une mauvaise alimentation infantile.
. Les vitamines et les compléments alimentaires ne protègent pas notre organisme à long terme;
. les médicaments et la chirurgie ne guérissent pas les maladies qui tuent la plupart des tunisiens;
.votre médecin ne sait probablement pas ce dont vous avez besoin pour avoir la meilleure santé possible: Lors des études médicales uniquements 10 heures de cours reservées pour la Nutrition!
. IL FAUT COMPRENDRE QU´AU MOINS 80 % des médicaments dans nos pharmacies n´ont aucun bénefice pour la santé des tunisiens!!
...

A lire aussi

Malgré cette constance séculaire, rares sont les pays qui prennent en considération les

29/03/2020 15:00
4

Le confinement n’a en rien entamé leur joie de vivre et ils sont plus créatifs que

27/03/2020 19:59
18

Au milieu de la crise du coronavirus et de ses répercussions sanitaires, économiques et politiques,

26/03/2020 20:41
10

La crise sanitaire mondiale due à la pandémie de Covid-19 a lancé la course pour obtenir un

25/03/2020 20:22
10

Newsletter