alexametrics
mercredi 28 septembre 2022
Heure de Tunis : 08:20
Dernières news
Noureddine Taboubi : Hors de question de lever les subventions ou de réduire les salaires !
16/02/2022 | 20:19
1 min
Noureddine Taboubi : Hors de question de lever les subventions ou de réduire les salaires !

 

A l’occasion du 25e Congrès de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), le secrétaire général de l’Union syndicale, Noureddine Taboubi, a estimé que les gouvernements d’après la révolution de 2011 n’ont pas su négocier « d’égal à égal » avec les instances donatrices et n’ont pas su défendre l’indépendance des choix économiques et sociaux du pays.  

 

Il a précisé, ce mercredi 16 février 2022, en citant les négociations avec le FMI, qu’il n’est pas question de lever les subventions, de geler ou réduire les salaires, les recrutements ou les promotions.

 « Il faut que chaque accord négocié soit consensuel, qu’une large consultation soit entamée avec les parties sociales après la mise en place d’un plan de sauvetage tuniso-tunisien dans les domaines économiques, sociaux et surtout politiques et il faut aussi poser les fondations d’un nouveau contrat social qui rassemble les Tunisiens et qui soit basé sur l’équité sociale » a ajouté Noureddine Taboubi, cité par Echaab News.

 

M.B.Z

 

16/02/2022 | 20:19
1 min
Suivez-nous
Commentaires
Akoubi Ammar
Montrez nous vos projets Mr le secrétaire général de la UGTT
a posté le 17-02-2022 à 14:46
Quelles sont les propositions de la centrale syndicale en ce qui concerne le volet caisse générale de compensation. Est ce logique de laisser des milliers de milliards passer dans les poches des gens aisés et de sanctionner les classes populaires si on continue de gérer le dossier de la sorte. C est vraiment inéquitable de permettre à des bénéficiaires non concernés par les mesures de compensation de rafler 90 pour cent des dotations budgétaires allouées s y rapportant. Il faut trouver la solution équitable pour affecter l enveloppe aux foyers selon les revenus et les situations sociales. Après quoi les produits subventionnés seront vendus selon le coût de revient et les règles commerciales en vigueur. Les prix de ces produits ne pourront subir des augmentations que dans le cadre de concertations et d accords des partenaires sociaux. Pour ce qui est de la masse salariale, elle peut être diminuée en procédant à la mise en place de lois cadre après une étude minutieuse des postes au niveau de tous les départements , un redéploiement du personnel selon les besoins réels et en dégageant les effectifs pléthoriques qui seront concernés par le départ à la retraite anticipée. Parler de réduction des salaires restera une ligne rouge sauf pour les primes variables liées à la production et à la productivité. Par ailleurs, il faut mettre fin aux emplois fictifs et à toutes les nominations illégales qui paralysent l administration et au système de promotion actuel qui néglige les critères de formation, de perfectionnement, decompétences et des connaissances professionnelles. Tous les organigrammes en vigueur actuellement sont en réalité des hystogrammes élaborés pour récompenser les amis et les courtisans au détriment de la bonne marche des services publics. Il est temps de remédier à ces erreurs et d élaborer de vrais organigrammes par des bureaux spécialisés. Pour conclure et en parfaite connaissance de ces dossiers, l UGTT y est pour beaucoup dans ce chiffre terrible de la masse salariale qu il faut réduire pour être dans les normes.
Scipion
D'accord
a posté le 17-02-2022 à 00:50
Pour l'une des rares fois où je lui donne raison Qu'est-ce qu'ils veulent encore appauvrir le peuple pour les condamner vers l'exil par la mer . Et réduire quoi? Les salaires misérables. Et concernant les promotions en Tunisie ça n'a jamais été par le mérite mais par les interventions et intérêts. Et ce FMI voudrait nous asphyxier. Allez récupérer l'argent chez le voleurs et corrompus ça rapportera à l'économie tunisienne
Citoyen_H
TOUT PORTE à CROIRE QUE
a posté le 16-02-2022 à 23:46
le sort du chlékistan est scellé.

Avoir livré "l'arme" de la dimoucrassie à des dirigeants incultes et analphabètes de ce gabarit, équivaut à donner une sulfateuse à un non voyant.

Kalou, les bougnoucrates de nos contrées (par exemple : bouchléka, marzougui, abbou², khriji, ben sedrine, markhouf, jbéli ben préparatation, etc...), nous allons faire mieux que ceux qui inventèrent la démocratie.

***.




KEF
RIEN '? CIRER
a posté le 16-02-2022 à 23:33
VOUS pouvez lui greffer un nouveau cerveau, il retournera à la case départ.
Ce charlatan il oubli que le pays est dans un puit sans fond, et que toutes les institutions du monde nous réclament des réformes sans concessions.
Que fait Taboubi il réclame toujours les mêmes revendications comme si rien n'était.
Le pays est en cessation de paiement, pas un radis dans les caisses, rien nada.
Cet énergumène ne pense qu'à son élection à la tête de L'UGTT ni plus ni rien.
Il est pire que les autres, il ne se soucie de rien, ni des ouvriers ou ouvrières comme de sa première chemise.
Ce n'est pas le dernier des mohicans mais le dernier des boriccos.....
Sherlock Homss
'?a va, met là en veilleuse...
a posté le 16-02-2022 à 23:32
Tossion, mon vieux, la résidence surveillée te guette, comme ça tu nous lâchera les baskets et nous laissera respirer un peu.
Et si on commençait par annuler ou fortement diminuer les cotisations syndicales que paient indûment tous les employés des entreprises publiques (par prélèvement sur salaire), alors qu'ils n'ont, pour la plupart, jamais demandé d'adhérer à L'UGTT....
BI
Min Eine Lèkè Hèthè, appliqué aus "Syndicalistes" de l´UGTT ..
a posté le 16-02-2022 à 21:49
doit suffire pour les subventions !
Abel Chater
Des histoires de J'ha le Jahjouh.
a posté le 16-02-2022 à 21:48
On a volé l'âne de J'ha Jahjouh.
A l'image de Noureddine Taboubi, notre J'ha Jahjouj savait très bien qu'il n'avait même pas du pouvoir sur sa propre personne. Comme il n'y avait ni les médias ni les microphones qui se trouvent actuellement à la portée de Noureddine Taboubi, le légendaire J'ha Jahjouh fit des va-et-vient dans le Souk, en criant et en hurlant:"si le voleur ne me rendait pas mon âne, je ferais ce que mon père l'a fait lorsqu'ils lui ont volé son âne". Il le disait et le répétait, comme nous amuse Noureddine Taboubi par ses multiples discours de la Forêt Noire, de "défi" et de "nous ne permettons à personne". Les gens craignirent les menaces de J'ha Jahjouh et ont prié le voleur de lui rendre son âne. Chose dite, chose faite. Ils ont restitué l'âne à J'ha Jahjouh et lui demandèrent de leur divulguer le secret de ce que fit son père, lorsqu'ils lui ont volé son âne. J'ha Jahjouh leur répondit, que son père n'avait d'autre choix que d'aller acheter un autre âne.
C'est exactement ce que nous attendons de notre J'ha Jahjouh, ah pardon, de notre Noureddine Taboubi, qui ne possède aucune marge de manoeuvre politique, avec tout son passé macabre et les dossiers qui lui étouffent toute la force prolétarienne de l'UGTT.
Il n'y a et il n'y aura rien à attendre de ces deux coqs de bruyères Noureddine Taboubi et Sami Tahri. Rien ne rendra plus sa force à l'UGTT, que la destitution de ces clous rouillés par les profits personnels, les remplaçant par des nouveaux responsables d'une virginité sociopolitique inébranlable. Mais maintenant les jeux sont faits. Noureddine Taboubi et son clan, vont gagner les élections de ce 25e Congrès de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), par la force policière, qui va lui mater et lui saboter tous ses adversaires et tous ses opposants, jusqu'à les incriminer pour les balayer de la scène de l'actuelle UGTT.
Du déjà-vu chez le défunt dictateur déchu Ben Ali.
Allah yostir Tounes.
DHEJ
Oui MREKZI...
a posté le 16-02-2022 à 20:44
L'UGTT supportera le coût des subventions!