alexametrics
dimanche 29 janvier 2023
Heure de Tunis : 14:15
Dernières news
Hatem Mliki : la Tunisie avait besoin d'un leader !
03/12/2022 | 18:11
2 min
Hatem Mliki : la Tunisie avait besoin d'un leader !


L'ancien député et militant, Hatem Mliki a considéré que le refus aux citoyens de faire appel était une forme d'esclavage. Il a estimé que le président de la République, Kaïs Saïed, portait des idées dictatoriales. Il a évoqué, dans ce sens, le décret n°54 relatif à la lutte contre les infractions se rapportant aux systèmes d'information. Il a estimé que ce texte reflétait la politique répressive dépassée adoptée par le chef de l'Etat. Il a, aussi, affirmé que la Tunisie avait perdu de sa grandeur.


Invité le 3 décembre 2022 à l'émission "Le grand débat" animée par Myriam Belkadhi et diffusée sur les ondes de la radio Shems Fm, Hatem Mliki a considéré que la Tunisie avait besoin d'un leader et que même les partenaires et pays étrangers n'arrivaient pas à échanger avec une personne ayant l'image d'un leader national. L'ancien député a critiqué l'interdiction de faire appel aux décrets promulgués par le pouvoir exécutif. Il a conclu que le processus actuel manquait de perspective et de vision.


Hatem Mliki a, également, estimé que la Tunisie ne disposait pas des moyens lui permettant d'atteindre ses ambitions. Il a évoqué l'importance de renforcer la production et de créer un nouvel espace commercial à travers la conclusion d'accords et de partenariats commerciaux et la modernisation de la Tunisie. Il a affirmé que la Tunisie devait se rapprocher davantage de l'Arabie saoudite et de l'Algérie. Il a considéré que ces deux pays étaient en train de changer de position et d'évoluer et qu'ils se détachent de plus en plus de leur politique d'isolationnisme. 




Évoquant la pénurie au niveau de certains produits de base, Hatem Mliki a affirmé que les Tunisiens résidant au sud du pays s'approvisionnaient grâce au marché parallèle. Le même phénomène, selon lui, peut être observé chez les résidents de régions frontalières avec l'Algérie. 


Par ailleurs, il a indiqué que le protocole de Madrid du 21 janvier 2008 adopté récemment par décret avait été rejeté par le parlement dissous par Kaïs Saïed.

 

S.G

03/12/2022 | 18:11
2 min
Suivez-nous
Commentaires
cesarios
Ce n'est plus l'époque des leaders, IL FAUT LAISSER LE TEMPS AU TEMPS et le dernier mot ne sera qu'au ....................................
a posté le 04-12-2022 à 13:43
c'est étonnant d'entendre M. hatem de déclarer que la TUNISIE a besoin d'un leader , il n' y aura plus de leaders en TUNISIE après les valeureux , les vaillants , les vrais et les réels combattants pour la LIBERTE et pour l'égalité des chances FARHAT HACHED, BOURGUIBA et CHOKRI BELAID, actuellement le dialogue, la participation des vrais, intègres ,et compétents de nos hommes et nos femmes politiques et chacun dans son domaine qui prime et qui aura des résultats positifs et productifs EN OPTANT un système électoral démocratique bien pensé et bien établi collégialement , en veillant inéluctablement à ses paramètres et ses conditions les plus transparents , les plus contrôlés et les plus supervisés par une instance indépendante et neutre de toute appartenance idéologique et et partisane, notre TUNISIE ne connaitra sa transition démocratique qu'en arrivant à remplir ces conditions et tout se fait par le temps
Sadok
Don Quichotte
a posté le 04-12-2022 à 12:08
Il se repete tout le temps ce charlatan,qui n arrive pas a saisir que son avenit est derniere lui, quoique les medias qui menent des campagnes folles contre Kaies Saeid, continuent de faire de ce Don Quichotte un idiot utile!
Abir
Un simple citoyen pourra se promener d'un plateau à autre pour dire ce que tu dis, mais tu es un nul comme d'autres
a posté le 04-12-2022 à 11:55
Hahy jaietkom la Leadeur, la combattante ABIR MOUSSI, yeli fal7ine ken fi el blablabla, ya Miliki et tes semblables!
Tunisino
Elle a toujours besoin
a posté le 04-12-2022 à 09:26
Elle a toujours besoin d'un leader, non littéraires ou illettré, un ingénieur universitaire de grand calibre, qui a fait des études aux USA, Japon, ou Allemagne en plus de ses études en Tunisie, qui est dans l'efficacité et non dans le développement ou l'opportunisme, habitué à gérer des projets, intelligent et honnête, et capable de constituer un groupe, d'établir des objectifs, d'optimiser des moyens, et d'impliquer des citoyens pour mettre une famille, une institution, une entreprise, ou un pays sur les rails de l'excellence. Les tunisiens capables ont toujours existé sauf que les politiciens tunisiens sont des imbéciles, des littéraires et des illettrés qui se croient des lumières, en particulier le bête et traître Ghannouchi et l'arriéré et psychopathe Saied.
Bouba
Ah bon
a posté le 04-12-2022 à 06:48
Et pourtant Mr Mliki, vous avez bien un leader en la personne du m*** Karoui, vous sentez l'hypocrisie
Abir de Gabès
Oui c'est clair, il nous manque un leader
a posté le 03-12-2022 à 23:21
Abir Moussi a le profil d'un leader, la seule sur la scène politique à l'avoir.
Najjaramor
Repondre
a posté le à 20:09
Le véritable Leader n'est ni elle qui normalement doit s'occuper de sa propre cuisine ni lui le rêveur des milles et une nuit ' le véritable Leader est celui qui et en train de lutter pour combler les déficits laissés par les charlatans qui l'ont précédé en remplissant leurs poches au détriment d'un peuple démunis sans aucune notion de bon sens et de savoir. Le leader et celui qui malgré le grand gouffre laissé par ces imbéciles heureux les salaires et les subventions des retraités continues à être versées sans recourir à l'imprimerie d'argent. CI vous voulez aider vos fils,ci vous voulez sauver la Tunisie participer aux élections du moi de décembre, les électeurs futurs sont meilleurs que ceux qui ont foutu notre pays dans la merde, croyez moi ils sont plus sincères et moins intelligents pour nous voler.
Djodjo
Un âne ne sera jamais un cheval de course
a posté le 03-12-2022 à 20:23
C'est très juste, on a besoin d'un leader, pour l'instant on a un plouc.
Be zen
Sur ses déclarations . . .
a posté le 03-12-2022 à 18:35
. . . Il a bien raison.
Je souscris.