alexametrics
samedi 28 novembre 2020
Heure de Tunis : 09:20
A la Une
Tunisie - Habib Ellouze : ce terroriste récidiviste
05/01/2014 | 1
min
Tunisie - Habib Ellouze : ce terroriste récidiviste
{legende_image}
Dans une intervention radiophonique, le député nahdhaoui Habib Ellouze a lancé un appel au meurtre contre un autre député du PDU, Mongi Rahoui, dans l’après-midi du samedi, 4 janvier 2014.
Beaucoup ont été surpris par ces propos d’un député, un élu du peuple. Des propos qui ont suscité une véritable polémique sous la coupole de l'ANC. Certains de ses collègues députés comme Samia Abbou ou encore Rim Mahjoub et Najla Bouriel en avaient les larmes aux yeux et ont dû quitter l’hémicycle tellement elles étaient émues. Le président de l’ANC a même été contraint de lever la séance pour une dizaine de minutes.


Mais ceux qui connaissent Habib Ellouze savent que ses déclarations du samedi contre Mongi Rahoui ne sont ni surprenantes, ni inattendues. Bien au contraire, ces propos cadrent avec le profil de ce cadre historique du parti islamiste tunisien connu pour ses positions radicales, son positionnement salafiste et sa défense des groupes terroristes. Ce n’est pas un hasard s’il est aujourd’hui l’un des représentants de l’aile radicale et dure du parti Ennahdha et fait partie de ses faucons.

Pour rappel, Habib Ellouze est l’un des dirigeants historiques du mouvement de la tendance islamique, le MTI qu’il a présidé pour une courte période. C’était à la fin des années quatre-vingt. Il a écopé de dix ans de prison  à côté de plusieurs autres dirigeants islamistes, les mêmes qui, aujourd’hui, continuent de diriger le parti Ennahdha.
En aucun moment, dans aucune déclaration, il n’a renié, décrié ou critiqué l’affaire de Bab Souika où un homme, un simple gardien de nuit du siège du parti au pouvoir de l’époque a été immolé par le feu, attaché sur une chaise par des terroristes appartenant à la jeunesse de son parti. En aucun moment, Habib Ellouze ne s’est prononcé contre les attaques à l’acide contre des hommes et des femmes qui n’ont rien fait, juste des victimes dans le but de terroriser la population. Il n’a jamais dénoncé le complot militaire fomenté par son parti et dans lequel sont impliqués des cadres d’Ennahdha comme Hamadi Jebali ou Ali Laârayedh, ceux-là qui veulent passer aujourd’hui pour des hommes politiques qui acceptent le jeu démocratique. Dans un certain sens, Habib Ellouze est plus honnête que ces gens-là. Il ne s’est jamais renié et n’a jamais donné l’impression d’être un démocrate ou même un assimilé démocrate. C’est un radical islamiste, il le prône, il le réclame et il le reste.

Après la révolution, Habib Ellouze a été de toutes les crises qui ont secoué le pays et qui ont failli le diviser entre croyants et mécréants. Il était derrière les événements qui ont conduit à l’assaut contre le siège de Nessma qui a osé diffuser un film de cartoon primé au festival de Cannes. Il était l’instigateur du mouvement des imams de sa ville natale de Sfax contre l’UGTT. Il était l’un des rares défenseurs de l’excision des filles, mutilation considérée par cet illuminé comme une simple opération esthétique.
Ses liens avec les terroristes d’Ansar Chariâa ne sont plus à démontrer. C’est l’un de leurs plus fervents défenseurs. Il faudrait que beaucoup de sang coule encore pour que Habib Ellouze et ses semblables se rendent comptent que ces terroristes ne sont pas nos enfants, qu’ils nous viennent d’une autre galaxie, qu’ils ne sont pas dans la montagne pour faire du sport et que leur apporter un quelconque soutien est un crime et fait de vous un terroriste.
Pour rappel aussi, avant d’être assassiné, Chokri Belaïd avait été victime d’une campagne de dénigrement et d’un appel au meurtre de la part de ce même Habib Ellouze. On retiendra que le martyr Chokri Belaïd l’avait qualifié de cheikh des menteurs. Mais ce n’est là que de la petite histoire.

L’histoire retiendra que Chokri Belaïd a été assassiné le 6 février 2013 suite à cette campagne contre lui déclenchée par les propos de Habib Ellouze.  En aucun cas, il ne faudrait que le député Mongi Rahoui subisse le même sort. Les terroristes, les hommes de main et leurs commanditaires lui survivront peut-être mais pas la démocratie que nous voulons construire dans notre pays.

Sofiene Ben Hamida

A lire également :

Olfa Riahi : « Les accusations de Habib Ellouze pourraient inciter certains à m’assassiner» (Vidéo)

Tunisie - Habib Ellouze en flagrant délit … d’hypocrisie ! (vidéo)

Habib Ellouze considère l’excision des filles comme une opération esthétique


05/01/2014 | 1
min
Suivez-nous