alexametrics
A la Une

Tunisie - Habib Ellouze : ce terroriste récidiviste

Tunisie - Habib Ellouze : ce terroriste récidiviste
Dans une intervention radiophonique, le député nahdhaoui Habib Ellouze a lancé un appel au meurtre contre un autre député du PDU, Mongi Rahoui, dans l’après-midi du samedi, 4 janvier 2014.
Beaucoup ont été surpris par ces propos d’un député, un élu du peuple. Des propos qui ont suscité une véritable polémique sous la coupole de l'ANC. Certains de ses collègues députés comme Samia Abbou ou encore Rim Mahjoub et Najla Bouriel en avaient les larmes aux yeux et ont dû quitter l’hémicycle tellement elles étaient émues. Le président de l’ANC a même été contraint de lever la séance pour une dizaine de minutes.


Mais ceux qui connaissent Habib Ellouze savent que ses déclarations du samedi contre Mongi Rahoui ne sont ni surprenantes, ni inattendues. Bien au contraire, ces propos cadrent avec le profil de ce cadre historique du parti islamiste tunisien connu pour ses positions radicales, son positionnement salafiste et sa défense des groupes terroristes. Ce n’est pas un hasard s’il est aujourd’hui l’un des représentants de l’aile radicale et dure du parti Ennahdha et fait partie de ses faucons.

Pour rappel, Habib Ellouze est l’un des dirigeants historiques du mouvement de la tendance islamique, le MTI qu’il a présidé pour une courte période. C’était à la fin des années quatre-vingt. Il a écopé de dix ans de prison  à côté de plusieurs autres dirigeants islamistes, les mêmes qui, aujourd’hui, continuent de diriger le parti Ennahdha.
En aucun moment, dans aucune déclaration, il n’a renié, décrié ou critiqué l’affaire de Bab Souika où un homme, un simple gardien de nuit du siège du parti au pouvoir de l’époque a été immolé par le feu, attaché sur une chaise par des terroristes appartenant à la jeunesse de son parti. En aucun moment, Habib Ellouze ne s’est prononcé contre les attaques à l’acide contre des hommes et des femmes qui n’ont rien fait, juste des victimes dans le but de terroriser la population. Il n’a jamais dénoncé le complot militaire fomenté par son parti et dans lequel sont impliqués des cadres d’Ennahdha comme Hamadi Jebali ou Ali Laârayedh, ceux-là qui veulent passer aujourd’hui pour des hommes politiques qui acceptent le jeu démocratique. Dans un certain sens, Habib Ellouze est plus honnête que ces gens-là. Il ne s’est jamais renié et n’a jamais donné l’impression d’être un démocrate ou même un assimilé démocrate. C’est un radical islamiste, il le prône, il le réclame et il le reste.

Après la révolution, Habib Ellouze a été de toutes les crises qui ont secoué le pays et qui ont failli le diviser entre croyants et mécréants. Il était derrière les événements qui ont conduit à l’assaut contre le siège de Nessma qui a osé diffuser un film de cartoon primé au festival de Cannes. Il était l’instigateur du mouvement des imams de sa ville natale de Sfax contre l’UGTT. Il était l’un des rares défenseurs de l’excision des filles, mutilation considérée par cet illuminé comme une simple opération esthétique.
Ses liens avec les terroristes d’Ansar Chariâa ne sont plus à démontrer. C’est l’un de leurs plus fervents défenseurs. Il faudrait que beaucoup de sang coule encore pour que Habib Ellouze et ses semblables se rendent comptent que ces terroristes ne sont pas nos enfants, qu’ils nous viennent d’une autre galaxie, qu’ils ne sont pas dans la montagne pour faire du sport et que leur apporter un quelconque soutien est un crime et fait de vous un terroriste.
Pour rappel aussi, avant d’être assassiné, Chokri Belaïd avait été victime d’une campagne de dénigrement et d’un appel au meurtre de la part de ce même Habib Ellouze. On retiendra que le martyr Chokri Belaïd l’avait qualifié de cheikh des menteurs. Mais ce n’est là que de la petite histoire.

L’histoire retiendra que Chokri Belaïd a été assassiné le 6 février 2013 suite à cette campagne contre lui déclenchée par les propos de Habib Ellouze.  En aucun cas, il ne faudrait que le député Mongi Rahoui subisse le même sort. Les terroristes, les hommes de main et leurs commanditaires lui survivront peut-être mais pas la démocratie que nous voulons construire dans notre pays.

Sofiene Ben Hamida

A lire également :

Olfa Riahi : « Les accusations de Habib Ellouze pourraient inciter certains à m’assassiner» (Vidéo)

Tunisie - Habib Ellouze en flagrant délit … d’hypocrisie ! (vidéo)

Habib Ellouze considère l’excision des filles comme une opération esthétique


Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

fidelecteur
| 07-01-2014 19:53
Dans l'article 6 qui bani à juste titre "l'accusation gratuite d'apostasie à autrui " ne devrait-on pas le compléter à juste titre par "le banissement de l'accusation malintentionnée et diffamatoire à autrui par des termes comme "terroriste intellectuel /opérationel que vient de proférer monsieur Samir à l'encontre de son collègue et également les termes comme "intégristes" " islamistes" sans aucune raison valable et qui peuvent porter atteinte à l'image et à la personnalité? Pourquoi " deux poids deux mesures alors qu'en même temps on nous parle de "liberté de conscience dans un autre article: une liberté totale pour les uns et une liberté partielle d'expression pour les autres.. Comme s'il était bcp plus acceptable de critiquer et de rejeter les valeurs de l'islam que de critiquer le comportement de ceux qui s'acharnent sur l'islam.. Et pour être bien vu et bien apprécié (quitte à se mettre éventuellement sous la colère du divin) le monde "intellectuel" et les responsables politiques se rangent derrière les intégristes laïques qui ont déformé le sens du vivre ensemble en laïcisme et qui critiques et rejettent indirectement et sans cesse cette religion sans retenue et sans se soucier des conséquences... Quel troc! ..alors que la plupart ont appris le verset "Wa mane lam yahkoum bimaa anjalallaahou fa oulaa ika houmouzzaalimoun"..

Unuatrecitoyen
| 06-01-2014 20:00
Je vous rassure : vos amis communistes ne sont pas plus démocrates ni pacifistes que ces gens là
"Parti au pouvoir de l'époque" : soyez plus précis SVP. La Tunisie existait avant la révolution satanique du 14 Janvier

tounsi
| 06-01-2014 17:47
ben hmida tu es un mounadhel
merci de mettre a nu le vrai visage de ces nahdhaouis

salahtataouine
| 06-01-2014 17:03
. Article 6
L'État est le garant de la religion, de la liberté de croyance, de conscience et de culte. Il protège le sacré, et il garantit la neutralité des mosquées et des lieux de culte de toute instrumentalisation partisane


sans le rajout d hier !!

TLS
| 06-01-2014 17:02
Je viens de regarder un film sur une secte aux états-unis, qui intronise son propre prophète, qui prend 4 ou 5 femmes, filles de 12 à 13 ans, tue quand on est pas de son avis, viole les enfants des autres, ment à souhait....bref, ça m'a fait bizarrement penser à ce qui se passe avec la secte ennahdah. Comme quoi dans toutes les religions il y a des gens crédules. Les religions ont été créées par les hommes pour soumettre d'autres hommes pour le pouvoir. Pauvre pays, évoluez et tournez vous vers l'avenir au lieu de vous enfermer dans le moyen-âge.

salahtataouine
| 06-01-2014 16:50
AlBawsala '@AlBawsalaTN 1 min
Amendement 7: ajouter "criminaliser l'atteinte au sacré qui sont le divin, le Coran et le Prophète" #TnConstit
Ouvrir

salahtataouine
| 06-01-2014 16:36
la nakhba va l amender pour ajouter..............
Droits et libertés . Article 30
Les libertés d'opinion, de pensée, d'expression, d'information et d'édition sont garanties.

Il n'est pas possible de limiter les libertés d'expression, d'information et d'édition sauf en vertu d'une loi qui protège les droits des tiers, leur réputation, leur sécurité et leur santé.

Il n'est pas possible d'exercer un contrôle préalable sur ces libertés.

HatemC
| 06-01-2014 16:01
La veille cad samedi l'ANC a rejeté d'inscrire l'apostasie dans le Destour, il n'y a pas eu de vague apparemment, tout l'ANC a a pprouvé ou presque l'apostasie. Il ya eu refus de criminaliser l'apostasie, vous connaissez la suite ....
Ellouz n'a pas trainé pour mettre en pratique immédiatement ce rejet en qualifiant Rahoui d'apostat le lendemain.
Comme quoi ce ellouz n'a rien dans le citron. Nous voyons que les islamistes ne tardent pas a appliquer la terreur quand elle est instituatinnalisée.

Paru sur le Monde :
"L'amendement en question, adopté par 131 voix sur 182 votants vers 20H00 GMT (21H00 locale), «prohibe les accusations d'apostasie et l'incitation à la violence». Il avait été présenté une première fois samedi mais rejeté. "

Il a bien fait ce Ellouz de mettre immédiatement à l'épreuve cette loi fondamentale, cela s'est vite retourné contre lui. Tant mieux, tant qu'il y a des abrutis pour nous rendre service .... S'il est exclu de Nahdha, il le sera non pour avoir provoquer Si Rahoui de mort mais surtout d'avoir fait AVORTER l'amendement par sa légèreté. Hatem Chaieb

le che
| 06-01-2014 15:49
Plutôt "faux-con"
Terroriste à attaquer en justice: y a suffisamment de preuves contre lui.
Qu'il retourne au trou.

lotfi
| 06-01-2014 15:12
Pour leurs crimes commis. On croit rêver. Quelpays au monde est allé aussi loin dans les fantaisies criminelles???

A lire aussi

Arrivé en tête au premier tour de la présidentielle, kaïs Saïed, choisi par 18,4% des électeurs

19/09/2019 19:59
0

La famille démocrate va-t-elle soutenir publiquement Nabil Karoui dans le second

18/09/2019 20:59
28

Deux jours à peine après le séisme qu’a secoué le pays avec un résultat de premier tour de la

17/09/2019 22:00
5

Le peuple se trouve devant un choix crucial : voter pour Kaïs Saïed ou Nabil

16/09/2019 20:16
8

Newsletter