alexametrics
Dernières news

Tunisie : le site web du ministère de la Jeunesse et du Sport, en dialecte !

Temps de lecture : min

Le ministère de la Jeunesse et du Sport vient de lancer son site web.
Le site s’affiche, contrairement à ce qu’on a l’habitude de voir et pour plus de proximité avec le citoyen, en dialecte tunisien. Une première pour un ministère en Tunisie.

Le site comprend 7 rubriques en tout, rédigées à la fois en français et en dialecte tunisien, avec même, pour plus d’innovation, une WebTV où on peut trouver la vidéo du sit-in effectué au sein du ministère de la Jeunesse et du Sport.
Les internautes pourront également poster leurs commentaires et propositions via la sous-rubrique « A votre écoute », dès qu’elle sera prête.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

HABIB TRK
| 26-10-2013 22:39
commentaire censuré pour usage des majuscules.

rigoleto
| 05-08-2011 17:06
Suite à l'article et aux réactions, le Ministère propose un vote pour décider du choix final de la langue !

Allons voter, ça nous fera un entraînement avant le 23 !!

http://www.mjs.tn/construire-ensemble/Derja-ou-pas-derja

the economist
| 05-08-2011 16:33
Je n'ai pas parlé d'Islam dans ma courte réponse.
Tu n'a répondu à ma question: quel sera la pronom de la première personne au singulier adoptée et enseignée à l'école.

Sinon, l'arabe s'est imposée avec le Coran, il n'aura pas fallu 4 siècles pour que les gens en deviennet fiers.

Pour l'ancienneté de la langue, tu peux consulter Georgi Zeydan ou l'encyclopédie de Jawad Ali sur les Arabes avant l'Islam.
Pour moi, la tunisianité de la Tunisie est indissociable de son arabité. Et je te rassure que les arabophones comme moi ne sont pas une minorité que tu vas repérer et chasser de son pays.

L'étroitesse d'esprit c'est dans chaque mot de ton propos.

el manchoue
| 05-08-2011 15:11
et à quand un site web en amazigh, la langue originelle de Tunisie ?

Skander Ben Baccar
| 05-08-2011 14:30
Corrections :

Premièrement : Lorsque vous dites l'arabe est notre langue vous parlez juste en votre nom, et de celui des arabophones comme vous, et non au nom de tous les tunisiens. La diversité du paysage socio-culturel et ethnique de notre pays ne peut que prouver la diversité linguisitique de la Tunisie. L'arabe est une langue parlait en Tunisie parmi d'autres. Elle n'est pas l'unique langue et elle ne fait pas l'unanimité. Pourquoi donc voulez vous que nous nions nos origines linguisitques et culturels lorsque vous vous identifiez à une langue importée et imposée par la force. Et surtout ne commencait pas à associer l'Islam à l'identité arabe. Cet argument ne tient plus la route et est complètement vidé de son sens. Dites moi pourquoi les malaisiens, les indonésiens, les pakistanais, les chinois et pas loin de chez nous les bonsniaques et les turcs n'ont pas troqués leur langue maternelle pour l'arabe même si certains apprennent l'arabe pour lire le coran? Tout simplement parce qu'ils sont fiers de leurs cultures et de leurs origines et que l'islam respecte la différence et n'impose pas l'uniformité linguistique. Et cela n'a rien avoir avec la France, ni l'occident, ni toute autre pseudo force occulte que vous agitez comme un épouventail à chaque fois que vous sentez un vent de liberté souffle sur la Tunisie.

Deuxièment : Savez-vous que le tunisien avec toutes ses déclinaisons (ani-anaya-ana...) est une langue sémite tout comme l'arabe et l'hébreu. Il fait partie de cette grande famille de langues sémites ?

Troisièment : l'arabe lui même avant d'être une langue écrite il était aussi un dialecte et une langue orale parlée par les nomades et les paiens de la peninsule arabique. Pour votre information l'arabe était considéré la langue des barbares, des incultes, des incivilisés. Les arabes eux mêmes pour faire intellectuels parlaient un mélange d'assyrien, de babylonien, de grec, de phénicien, d'acadien, d'hebreu...etc. C'est grace au rayonnement scientifique du monde musulman que cette langue a gagné en considération et acquis ses lettres de noblesses avant de dégringoler à nouveau et d'être mondialement identifiée et associée à l'anarchie, l'ignorance et l'incapacité à évoluer.

Quatriement : L'archéologie linguistique a montré que la première trace écrite de l'arabe date seulement du quatrieme voir cinquième siècle de notre ère. Donc, apparu assez tardivement sur l'échelle civilisationnel. D'ailleurs toute langue quelque soit son origine était un moment de son existance une langue orale (un dialecte selon vous) avant de prendre ses lettres de noblesses et d'assoir sa notoriété et de devenir intelligible et écrite, et à chacune son histoire et ses exploits. Le phénicien (deux milles ans) avant l'arabe a donné au monde l'alphabet (que l'arabe et les langues indo-européennes utilisent aujourd'ui), le grec à son tour a donné la structure et la grammaire (que l'arabe utilise juste en partie vu les différences de construction), le latin, le perse, l'hebreu....etc...etc...!

Pour finir ni la Tora, ni l'évengile ne sont écrits en arabe. Donc il n'y a pas une suprématie d'une langue sur une autre. Et partant de votre réaction je considère que vous êtes bien loin de la réalité culturelle et sociale de notre pays. Demeurez dans votre étroitesse intellectuelle, cela fait des iècles que vous y êtes et le monde avance, n'attend pas.
Le processus de la tunisification de la langue tunisienne est en marche. On est conscient que les arabophones sont les pires ennemies de la tunisianité de la Tunisie ce qui vous rend repérables et rend notre tâche facile. C'est donc une perte de temps de polémiquer avec vous sur cette vérité tunisienne. Tôt ou tard la Tunisie retrouvera sa vraie identité violée et volée depuis des siècles. Pour ce qui est de la langue arabe il fait partie de notre riche patrimoine culturel et identitaire, il y demeurera et on en est fier.

the economist
| 05-08-2011 12:18
Et dans cette langue tunisienne, quel serait le pronom de la première personne au singulier: ena, na, any, eni, nay, naya, ...?

L'arabe c'est notre langue, le tunisien c'est notre dialecte. Cette logique qui est apparue sous la colonisation au Maroc et en Tunisie n'a et n'aura aucun fondement scientifique.
Un conseil: le tunisien il est composé de mots arabes ou purement tunisiens?

Skander Ben Baccar
| 05-08-2011 09:59
Vous vous sentez peut-être arabe ? D'autres diraient la même chose! Mais qu'allez vous faire de tous ceux comme moi musulman, qui sont nés sur cette terre et qui ne se reconnaissent pas dans l'identité linguisitique arabe ? Continuer à nous coloniser et nous imposez cette identité par la force de la loi ???? Pourquoi ??? Vous ne vous imaginez pas la souffrance dans laquelle se trouve une grande partie de la population tunisienne. La consecration de la langue arabe comme langue unique du pays, au dépend de la langue tunisienne est un crime contre notre langue maternelle: le Tunisien. Du temps de zaba nous étions en exile chez nous et on esperait des jours meilleurs. Après le 14 janvier l'espoir de voir naître le tunisien comme une langue nationale à côté de la langue arabe nous a envahi. Malheureusment vous les arabonationalistes vous avez vite sauté sur l'occasion pour péréniser le dictat d'une identité linguistique choisie à un certain moment pour des raisons géostratégiques et l'imposer par la force de la loi. Nous sommes chez nous, mais en exile linguisitique et nous continuerons à vivre ce douloureux exile. Mais grâce à notre liberté retrouvée nous militerons pour donner au tunisien, notre langue maternelle, le statut et l'honneur qu'elle mérite.

Savez vous pourquoi nous voulons donner au tunisien le statut d'une langue nationale à côté de l'arabe (ce que j'ai dit dès le départ)
Parce que nous sommes fiers de notre tunisianité, fiers de la richesse de notre langue maternelle, fiers de nos origines multiples, diverses et variés (pas seulement arabes)
Parce que y en marre de l'alienation culturelle et politique quelle soit arabe ou autre. Nous sommes, d'ailleurs, des maghrébins ce qui veut dire (les gens de l'ouest) donc ni orientaux ni arabes, n'est-ce pas?
Parce que l'arabité dont vous êtes fier n'est pas notre identité unique. Elle n'est qu'un aspect de ce qu'est le tunisien d'hier et d'aujourd'hui et demain.
Parce que ceux à qui vous désirez tant vous identifier vous considérent comme des arabes de seconde zone, juste bon à faire les besognes de second degrés.
Parce cette langue que vous dénigrez et rejeter tant est notre langue maternelle (ça veut dire la première langue qu'on apprend à parler à maîtriser sans passer par l'école).
Parce que y en marre de cette schizophrénie culturelle et linguisitque dans laquelle on se trouve depuis des siècles et qui a rendu le tunisien incapable de métriser une seule langue étrangère, même pas l'arabe.
Parce que plus de 90% des tunisiens ne communiquent qu'en tunisien, y compris vous!
Parce que lorsque vous voulez toucher le coeur du tunisien vous lui parlez en tunisien, pas en arabe.

Alors je dirai oui à la réhabilitation du tunisien comme langue nationale. Oui à toute initiative qui rend le Tunisien une langue intelligible et l'élève au rang de langue nationale. Je dirai aussi BRAVO et MERCI au ministre de la jeunesse et des sports.

Je finirai par vous dire l'étroitesse intellectuelle de votre esprit finir par à voir raison de vous. Le Tunisien n'est pas de l'argot. C'est une vraie langue parlée et enseignée. Il vous suffit de jeter un oeil sur la langue maltaise. Pour votre information le maltais est à 90% tunisien, il seulement transcrit en caratère. La conjugaison, par exemple, le verbre travailler au présent en maltais est : Ana Ekhdim - Anta tikhdim - Houa Ykhdim - Hiya Tekhdim - Nahnou Nekhdmou ....etc.je vous invite à acheter un lexique de langue maltaise pour débutant....vous comprendrez pourquoi le Tunisien est une vraie langue et non de l'argot.

TNdunord
| 05-08-2011 05:48
Enfin, le gouvernement reconnait notre langue nationale: le Tunisien! Pourquoi continuer à utiliser une langue morte, qui d'ailleur nous a été imposée...Imaginez vous voire Berlusconi ou Sarkozy parler à leurs concitoyens en bas-latin!!!

Swifte
| 04-08-2011 22:52
Je suis pour cette initiative. Le dialecte tunisien est une langue a part entière qui nous uni. L arabe est déjà très compliquée pour les arabes eux alors imaginez nous les maghrébins . Je suis surtout pour l enseignement de la langue amazigh longtemps réprimée alors que c est la langue de nos ancêtres. Nous somme de plus en plus nombreux maintenant en Tunisie a valoir retrouver nos vrais origines et établir surtout la vérité sur la langue arabe qui n a jamais été en réalité une langue choisie mais imposée.

MONGAR
| 04-08-2011 18:51
' Afin de couper toutes attaches avec nos racines et la langue arabe et pour contrecarrer le collège Sadiki et la Zitouna, la France avait crée, à partir de 1946, une section d'arabe dialectale au collège Alaoui. Cette initiative fut de courte durée car la population avait senti le danger. Bourguiba avait exigé que la Radio et la TV ne s'expriment qu'en arabe. Vinrent les temps de l'ignorance et de la tyrannie avec Zaba et compagnie ('' ''). Le marketing et la pub, aidant, surtout que certaines agences appartenaient (ou appartiennent encore) à la famille du déchu, l'on ne trouva pas mieux que de promouvoir le dialectal, à leur image, au détriment de toute culture et de tout savoir, seule voie qui leur permettait de s'exprimer pour masquer leur illettrisme, car qu'apporte cet argot à notre jeunesse estudiantine, sinon un renforcement de leur inculture ?, Avez-vous jamais vu ou entendu un ministère dans le monde s'exprimer en argot ?, Il faut venir en Tunisie pour le voir. Je pensais que la sainte révolution du peuple du 14 janvier allait apporter un renouveau en matière d'éducation, Je ne peux que constater ma méprise avec des gens comme le Ministre actuel de la jeunesse. Zaba avait piétiné nos valeurs et nos traditions, ironie du sort c'est le ministre de la jeunesse et des sports qui les massacre à son tour. La seule explication qui me vient à l'esprit est la suivante : Le gouvernement post révolution, jugeant que la jeunesse qui avait réalisé ce soulèvement était malade, a tout de suite appelé un médecin à son chevet, Docteur Aloulou que j'estime énormément par ailleurs et dont l'abnégation et la sincérité ne peuvent être mises en doute. Son diagnostique m'est inconnu, cependant je déduis qu'il a diagnostiqué un mal encore plus profond. Alors on fait venir une autre compétence (ou incompétence, c'est selon). Pour promouvoir un site étatique et surtout celui de la jeunesse et des sports, en dialectal, il faut que, soit que le nouveau ministre soit illettré, soit qu'il a estimé que notre jeunesse et nos sportifs ne valent pas mieux, et dans les deux cas on ne peut en être fier. Il ne faut plus s'étonner de la dégradation de notre image. Ajoutez à cela la cacophonie des stations de TV qui, certainement jaloux de nos frères les algériens, apportent leur contribution à la confusion générale des langues en instituant désormais le « Franar : le franco-arabe ». Résultat : Y a-t-il un pilote dans l'avion ?. Un dernier mot : Dégage monsieur le ministre, vous nous faites plus de mal que de bien.

A lire aussi

Le président de la République a des liens étroits avec plusieurs pays

03/08/2020 21:18
7

Aux partis politiques

03/08/2020 18:29
10