alexametrics
jeudi 25 juillet 2024
Heure de Tunis : 16:53
A la Une
Sous-traitance : le nouveau cheval de bataille de Kaïs Saïed
12/03/2024 | 11:00
6 min
Sous-traitance : le nouveau cheval de bataille de Kaïs Saïed

 

Finie la sous-traitance dans le service public et probablement bientôt dans le secteur privé. C’est ce que veut Kaïs Saïed dont les connaissances en économie sont comparables à ses connaissances en physique quantique.

 

Jamais dans l’histoire une décision présidentielle importante n’a été exécutée avec autant de rapidité par le gouvernement.

Mercredi 14 février, Kaïs Saïed reçoit le chef du gouvernement Ahmed Hachani et lui dit qu’il est nécessaire de mettre un terme à la sous-traitance qui, d’après lui, n'est autre qu'un esclavage déguisé et qui pourrait être assimilée à de la traite d'humains.

"De quel droit embauche-t-on une personne avec un salaire dérisoire alors que le patron touche plusieurs fois ce salaire ?" s'est indigné le président.

Une semaine plus tard, il revient à la charge en recevant jeudi 22 février les ministres de l’Emploi et des Affaires sociales et leur demande de mettre un terme aux CDD (contrat à durée déterminée), sous prétexte que chaque travailleur a droit à la stabilité et à un horizon clair. Interprète exclusif de la constitution, il dit que la sous-traitance est contraire à cette dernière et qu’elle n’est pas du tout acceptable.

Dès le lendemain, vendredi 23 février, le gouvernement annonce l’interdiction de la conclusion de tout nouveau contrat de sous-traitance dans le secteur public avec effet le jour même.

Sauf que le gouvernement a mis la charrue avant les bœufs. Lundi 26 février, M. Hachani réunit à la Kasbah les ministres des Finances, de l’Emploi et des Affaires sociales pour discuter du sujet et de l’impact de la décision prise trois jours plus tôt. À l’issue de la réunion, il a été décidé de créer une commission multipartite pour évaluer les conséquences économiques, sociales et financières de la fin de la sous-traitance dans le secteur public. C’est Malek Zahi, ministre des Affaires sociales qui a hérité de la patate chaude. Depuis la décision présidentielle, il n’a de cesse de multiplier les réunions de travail pour exécuter les desiderata de Kaïs Saïed.

 

Après s’être assuré que le secteur public allait répondre favorablement à ses décisions unilatérales, et clairement irréfléchies, le président de la République s’est attaqué au secteur privé pour lui imposer le même diktat.

Mercredi 6 mars, devant Ahmed Hachani, il appelle à ce qu’une loi soit votée, amendant le code du travail afin de mettre fin aux contrats de sous-traitance dans le secteur privé, les qualifiant de « traite d’êtres humains et de commerce du travail des pauvres et nécessiteux ». Une nouvelle fois, Malek Zahi s’attelle à la tache et préside, dès le 8 mars, une réunion de travail pour finaliser la rédaction d’un projet de loi pour amender le code du travail et abolir les contrats de sous-traitance dans le secteur privé. Comme un perroquet, le ministre répète les éléments de langage du président de la République de « traites d’êtres humains » et « d’exploitation des travailleurs les plus pauvres et vulnérables ».

 

S’il est indéniable que la volonté du président de la République est louable et part de bons sentiments, il n’en demeure pas moins qu’elle est désastreuse sur le plan économique.

Pour le secteur public, elle va aggraver encore davantage le déficit budgétaire de l’État. Pour le secteur privé, elle va créer de l’inflation au mieux et, au pire, pousser les chefs d’entreprise (notamment les plus petites) à enfreindre la nouvelle législation si jamais elle est adoptée par le parlement qui a la réputation de prendre les désirs du pouvoir exécutif pour des ordres.  

Ce qui est évident, c’est que le chef de l’État montre, une nouvelle fois, qu’il ne maitrise pas son sujet et que sa décision n’est pas basée sur des études précises. Il part de cas véritablement esclavagistes et généralise sur l’ensemble des entreprises qu’elles soient publiques ou privées. Il cite des chiffres et les utilise, de bonne ou de mauvaise foi, pour diaboliser la sous-traitance sans pour autant comprendre le détail de ces chiffres.

Ainsi, quand il a reçu Ahmed Hachani le 6 mars, il a évoqué le cas d’une société qui est payée 1410 dinars pour chaque contrat de sous-traitance conclu, alors que le personnel d’entretien contractuel ne perçoit pas plus de 570 dinars.

Les chiffres donnés par le président de la République sont exacts, mais ils ne prennent pas en considération les dépenses totales de la société en question. Dans les 1410 dinars reçus par la société en question, il y a les taxes et impôts sur le revenu du salarié et retenus à la source, ainsi que les cotisations sociales à la CNSS. Il y a également le 13e mois, imposé par la législation, ainsi que les congés annuels et les congés de maladie pris en charge par la société. Outre les frais imposés par la loi et qui concernent le travailleur, il y a les frais de la logistique de la société, les frais d’équipement de travail, les produits qu’utilise le salarié pour son travail (détergents, parfumeurs, etc s’il s’agit d’un personnel d’entretien) ainsi que les taxes sur les sociétés. Autant de dépenses qui expliquent la différence de prix entre les 1410 dinars perçus par la société et les 570 dinars payés par la société. D’une manière générale, et ceci est facilement vérifiable, les sociétés de sous-traitance ne sont pas réputées rouler sur l’or. Essentiellement utilisé pour le nettoyage et le gardiennage, le secteur est fortement concurrentiel et il y a une véritable bataille de prix sur le marché pour un bénéfice net final des plus dérisoires.

 

Le recours à ce genre de sociétés de sous-traitance est nécessaire, que ce soit pour le public ou le privé, et il est justifié par des raisons économiques et de bon sens. Une petite entreprise a besoin d’une technicienne de surface (anciennement appelée femme de ménage) pour une heure de travail par jour, il n’y a aucune raison qu’elle en recrute pour un plein temps de 48 heures par semaine.

En recourant aux sociétés de sous-traitance, l’entreprise ne paie que le service rendu dont elle a exactement besoin. En cas d’absence de l’agent en question, la société de sous-traitance lui assure quand même le travail en lui mobilisant un autre immédiatement.

De plus, la société reste concentrée sur son secteur d’activité et n’aura pas à gérer la logistique et le personnel spécialisé dont elle ne maitrise pas les particularités.

Ce qui est valable pour le gardiennage et l’hygiène est également valable pour la comptabilité, la maintenance informatique, l’entretien régulier des équipements et installations électriques, etc., autant de domaines où les entreprises (et même les particuliers) sous-traitent puisqu’ils ne nécessitent que du travail à temps partiel.

 

En interdisant la sous-traitance, Kaïs Saïed va obliger les entreprises publiques à recruter du personnel à plein temps dont elle n’a besoin qu’à temps partiel. Il les oblige également à une logistique budgétivore et énergivore qu’elles ne maitrisent pas. Bon à rappeler, le recrutement est gelé dans le secteur public depuis des années et l’État souffre, déjà, du déficit abyssal de son budget.

Pour le privé, l’interdiction de la sous-traitance est inapplicable sur le terrain. C’est tout simplement contraire à la logique économique que de recruter et de payer un personnel pour 48 heures de travail par semaine, alors que celui-ci ne va travailler réellement que cinq heures, voire moins quand il s’agit de travaux de maintenance ou de comptabilité.

Chaque fois qu’il s’agit d’économie, Kaïs Saïed a le chic de mettre le pied dans le plat. Il agit comme un éléphant dans un magasin de porcelaine et chamboule tout sur son passage par ignorance totale de la réalité du terrain et des chiffres. Sous prétexte de bonnes intentions, il met à mal l’écosystème économique et ne se rend pas compte de la gravité et des conséquences désastreuses de ses décisions, puisqu’il prend ces décisions sans étude préalable.

 

Raouf Ben Hédi

12/03/2024 | 11:00
6 min
Suivez-nous
Commentaires
Sixtus
Le soleil se couche
a posté le 14-03-2024 à 23:42
Mieux vaut un petit horizon que plus d'horizon du tout.
Sammari
Sous traitance=esclavage
a posté le 13-03-2024 à 00:09
Il faut abolir la sous traitance. C'est vrai que les sous traitant touche des sommes colossales par contre ces malheureux gardiens et femmes de ménage touche des miettes. Aussi ces sous traitant ne déclarent que 3% de ses employés, même cette déclaration à la CNSS est dérisoire, c'est le minimum et le strict nécessaire. Souvent ces malheureux se trouvent à la fin de vie avec une rente de honte où ils n'ont rien. '? cause de la sous déclaration où le non déclaration. Alors c'est l'état qui va prendre ces malheureux avec l'aide sociale avec le fameux pnafn. Il faut que tous les sociétés bénéficiaires recrutent ces employés, et qu'ils finissent avec l'esclavage. Au code du travail tunisien existe le travail à temps partiel, n'ayant pas peur de faire travailler une dame 2 où 3 heures par jours et on peut décaler le montant brut équivalent à ce temps partiel. Assez de bleuf et de mensonges, arrêter de faire de la démagogie. Ceux qui sont contre, ils ont peur pour leurs avantages inadmissible.
Carthage Libre
Il veut quoi? la FIN TOTALE de la Tunisie et de son économie nationale? C'est ça?
a posté le 12-03-2024 à 22:57
Le danger Kaies saied avance à roues de buldozer.

CHAQUE jour apporte son lot de destruction du pays, de sa population, de sa société, des entreprises, des filières logiques et du MORAL général des investissements, du travail et de la population.

je suis honnête. j'essaye de vous dire la vérité : on SUBIT ce Monsieur depuis 2019 et surtout le 25 juillet 2021 (à part la suppression...PROVISOIRE d'Ennahdha).

Je lui veux pas de mal. Je veux juste qu'il rentre chez lui, à Mnihla, dans son café, avec ses idées très très très dangereuses et qu'ils les exposent en toute liberté à la télé, de temps en temps ; ce type mène droit notre pays vers un MUR. si vous restez assoupie après le chaqane fatr, vous serez engloutie vous, votre faille et vos enfants par ce type.

La Tunisie est en danger.
ourwa
Les sous-traiteurs bas de gamme
a posté le 12-03-2024 à 22:42
Pas de sous-traitance pour KS; la constitution de 2022, l'arp 2022, les assemblées " régionales" ne suffisent-ils pas au populo comme machins en sous-traitance pour sauver le pays de l'effondrementet et ce depuis le 25 juillet 2021? KS, on le constate, déteste l'éparpillement, tant en politique, tant en économie...Alors les sous-traitants, quels qu'ils soient, ils n'ont qu'à aller se rhabiller...
Un lecteur
Et ce président on peut pas le sous traiter ailleurs ?
a posté le 12-03-2024 à 20:42
Cela nous épargnera ces divagations digne d'un Don Quichotte se battant contre un ennemi imaginaire et qui détruit le semblant d'état encore debout et nous avec !
Le Fouineur
Béni-oui-oui
a posté le 12-03-2024 à 13:27
Les fautes, « s'ils y auraient » incombent aux béni-oui-oui. Les conseillers et les ministres sont- ils entrain d'accomplir convenablement leur boulot ? Si un conseiller ou un ministre n'aurait pas expliqué ceux-ci au Président, le moins que l'on puisse dire de lui, c'est qu'il ne mérite pas le poste qu'il occupe : 1) Qu'elle soit employée du public ou du privé la personne citée ne toucherait pas plus des 570 dinars qui sont d'ailleurs supérieur au Smig tunisien. 2) S'il n'y a pas sous-traitance une seule personne est insuffisante pour ce poste, car lors du congé annuel et lors des congés de maladie le travail ne sera pas effectué et parfois même avec 2 recrues on pourrait avoir une absence des 2 personnes. 3) Aux 570 dinars net il faut rajouter les charges sociales et la retenue à la source ce qui ferait un salaire brut de plus 750 dinars et comme pour avoir un service continu il faut au moins 2 employés : le coût pour l'Etat serait de plus de 1500 dinars, comme l'Etat paye ce service 1410 dinars l'Etat gagne 90 dinars et l'épée de Damoclès de l'UGTT pour les grèves. 4) Revenons maintenant aux 1410 dinars que perçoit le sous-traitant : aux frais de 750 dinars de salaire, RS et charges sociales, il faut rajouter plus de 300 dinars de TVA+TFP+FOPROLOS+TCL. Donc il lui reste moins de 400 dinars à multiplier par le nombre d'employés par mois mais il faudra retrancher d'autres charges : personnels administratifs, location du local téléphone, électricité, eau, internet sa cotisation personnelle à la CNSS, impôts sur les sociétés et D.U.R.
Larry
Une boîte crânienne vide ?....
a posté le 12-03-2024 à 13:26
A t'il un minimum de neurones pour réfléchir aux conséquences de ses actions ?...

Et aux fervents supporters de KS, c'est pour " ça ".... c'est pour ce type que vous voulez voter aux prochaines élections ?...

OUPS !....
Ahmed
Le peuple veut
a posté le à 16:12
Je doute que les électeurs de kais saied comprennes une notion d'économie .
La majorité des tunisiens veulent juste avoir assez d'argent pour nourrir leur enfant , les habillez , les soignez et leur éducations .
Mais le terrain ne ment jamais . Hélas la miséré s'est accentué j'ai jamais vu autant de personne fouiller dans les poubelles et des enfants en plus .
Rabi tostor bientot on n'aura plus de médecins plus de médicament plus rien du tout
Bbaya
Rien ne justifie 30 000 DT de salaire alors le SMIG est de 450DT
a posté le 12-03-2024 à 11:52
Avec les mêmes arguments utilisés par la même personne, on lui dit que rien ne justifie un salaire de 30 000DT!
Le salaire de son premier ministre est 10 fois moins, peut-on appeler ça de l'exploitation
Franchement le pays dekhel fi hite!
ourwa
@ Bbaya
a posté le à 15:37
Avant de dire des bêtises, vous auriez dû vérifier vos connaissances à ce sujet. " Selon le décret présidentiel n° 2015-658 du 3 juillet 2015, qui a fixé les privilèges et les avantages alloués au président de la République, le salaire du président s'élève à 17 mille dinars : 10 mille dinars de salaire mensuel et une prime de 7 mille dinars bruts.", soit 17000 dinars bruts. ( cf BN ). Mais à notre sens, un salare de 5000 dinars bruts mensuels auraient été trop...vu la réalité et la qualité du travail qu'il fournit dans l'intêret du pays... En plus, ne pas confondre le budget de la présidence de la république et salaire du président.
mtz
sous traitance
a posté le 12-03-2024 à 11:50
sous traiter une activité n'est pas une location de main d'oeuvre .ainsi on peut confier des travaux de nettoyage de gardiennage, d'entretien de materiel bureautique, de peinture ou d'electricite a des societes specialisées .le personnel de ces societes est payé selon la legislation en vigeur .et les marges beneficiaires sont libres mais soumise a la loi du marché .
maintenant l'etat va recruter un personnel qui au bout de quelques mois ne travaillera plus dans les taches pour lequellles il a ete recruté et rebelotte pour un prochaine decennie .
apres la revolution l'UGTT pour cacher sa complicité avec Ben Ali et son pouvoir et pour se racheter aupres du peuple a fait la meme chose en interdisant la sous traitance .
on connait le resultat aujourd'hui .
les entreprises publiques a cours de main d'ouvre lance de plus en plus des appels d'offres de sous traitance car le personnel integtré en 2011 est hors service .
on refait les memes ereurs