alexametrics
Dernières news

Slim Riahi : Le remaniement ministériel est un putsch !

Slim Riahi : Le remaniement ministériel est un putsch !

 

Le secrétaire général de Nidaa Tounes, SlimRiahi a qualifié, lors d’une conférence de presse tenue ce mardi 6 novembre 2018, le remaniement ministériel effectué, lundi 5 novembre 2018, par le chef du gouvernement de « putsch doux et invisible» soulignant que cela était plus dangereux qu’un putsch armé.

 

Dans ce sens, M. Riahi a déclaré que Nidaa Tounes ne reconnait pas ce remaniement et qu’il peut appeler à des élections anticipées. « Il s’agit d’une opération de putsch à laquelle on veut accorder un cadre constitutionnel. Nous avons demandé au président de la République d’intervenir. Nous aurons également des discussions avec tous les blocs parlementaires pour que ce remaniement ne soit pas approuvé et pour accélérer la mise en place de la Cour constitutionnelle qui jugera de cette question », précise SlimRiahi.

 

Pour sa part, le coordinateur général de Nidaa Tounes, Ridha Belhaj a affirmé que par ce remaniement, Ennahdha a changé le paysage politique et n’a pas pris en considération les résultats des urnes.

« Youssef Chahed n’a pas le droit de procéder à un remaniement ministériel total qui a touché à l’essence du gouvernement. Le gouvernement était issu des résultats des urnes et désormais il émane d’une mentalité de putsch des Frères musulmans », martèle Ridha Belhaj.

 

B.L

 

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (24)

Commenter

larioss
| 07-11-2018 07:52
Combien de putschs exécutés en douceur et notre peuple se patiente et assiste en spectateur, le vrai putsch ne sera que démocratique et 2019 EST A NOS PORTES, c'est le jour J, ça sera pour notre chére TUNISIE quitte ou double, et les vrais putschistes re reconnaitront

Mandhouj
| 07-11-2018 07:36
La politique n'est pas qu'un combat de positionnement, c'est un combat de solutions et pour des solutions. La difficulté des familles politiques tunisiennes se situe dans des cartons fermés, bien scotchés, prêts à l'expédition. Vers où ? On ne sait pas. Certaines familles politiques ont choisi l'état, et d'autres ont choisi les partis. Mais. Erryahi a choisi le clan, ni l'état, ni le parti. Difficile à exister alors. Et là toutes les interprétations les plus médiocres deviennent sujet à créer le buzz, putsch, à titre d'exemple !

Le putsch est bien chez Hafed Qaïd Essibsi. Ceux qui participent aujourd'hui au gouvernement, ont choisi la continuité de l'état. Certes dans se positionnement, ils défendent des intérêts politiques d'avenir, et ça c'est normal. Choisir la continuité de l'état, pour quelle politique sociale, économique, de développement,... ? '?a c'est autre chose. L'important est que l'état ne tombera pas entre les mains d'un amateur envieux.

L'observateur ne voit que cette image aujourd'hui.

N'empêche que la réalité politique montre bien que le combat des classes est marginalisée dans les analyses publiées. Et pourtant.

Prendre le processus constitutionnel en otage est un crime politique, et ça c'est notre président de la est le premier responsable.

Il faut se souvenir de ses engagements en 2014.

Pourquoi faire
| 06-11-2018 23:12
Le parti des connards qui bavardent pour exister !

Vilard
| 06-11-2018 21:00
Qui a détruit Nidaa tounes ? Une réponse s'impose pour ceux qui ont voté pour ce parti politique. Jadis on a cru au slogan publicitaire la patrie avant le parti , hélas c'est vraiment dommage.

Hadj
| 06-11-2018 20:50
Regardez l'expression du visage de belhadj sur la photo! Il doit se dire qu' es ce que je fais sur cette galère? Qu' ai je fais pour mériter d'être coiffé par cet imbécile de riahi? Eh oui sur le résultat de choix malheureux et d'ambition démesurée à laquelle on sacrifie tout ,même sa dignité!!

Tunizar
| 06-11-2018 20:33
Slim mdr mais vous êtes tous des politiCHien qui surveillent un troupeau de moutons et de poules. Vous êtes tous les mêmes sans exception, et quand je dis tous c'est tous les partis politiques. ***

le patriote
| 06-11-2018 18:03
Allez chiche...il y a plus de 4 ans qu elle dort dans les tiroirs ou mieux encore au frigo...Mr Riahi veut "accélérer la mise en place de la Cour constitutionnelle".Inchallah min foummek errabbi.

Tunisino
| 06-11-2018 17:01
Merci aussi. Ces politicards de l'après révolution sont d'une stupidité incroyable, ils nous ont rendu dégoutés et démotivés, après tout leur mission est de nous servir ainsi que les générations futures et non pas de conforter leurs CV. En plus du chômage, on souffre de la cherté de vie suite à la baisse du Dinar, qui s'est multipliée par deux à trois depuis 2011. On commence à regretter le départ de ZABA malgré tous ces dépassements, d'où à se rendre compte que la révolution n'était bonne que pour des faiblards qui n'avaient aucune chance à arriver au pouvoir dans des circonstances normales. Il semble que le futur n'est pas aussi brillant que le présent, mais restons optimistes, après tout on est loin de ce qui se passe en Lybie, Syrie, ou Yamen, pour le moment!

Zohra
| 06-11-2018 16:56
Et en ne vous a pas séquestré ? Oh mince alors CY a raté son coup.
"Ergod ergod fi tibnek"

Mansour Lahyani
| 06-11-2018 16:28
Un putsch ! Un peu à la manière dont Nabot-Riahi a débarqué à Nida...
Mais comparaison n'est pas raison : à Nida, le nabot a arraché la télécommande des mains d'un autre, lui-même déjà intronisé par un papounet obnubilé par sa seule succession ! De toutes les manières, il était hors de question que la suite de Chahed fût dévolue au nabot : simple question de taille... et d'envergure!

A lire aussi

La direction a assuré que la dernière visite des éléments sécuritaires à M. Jarraya datait du 27

25/08/2019 22:11
0

Dans un statut Facebook datant de ce dimanche 25 août 2019, M. Jebali a appelé les Tunisiens à

25/08/2019 20:06
9

Et d’ajouter qu’il était « inquiet pour la démocratie » en Tunisie ainsi que du retour des pratiques

25/08/2019 19:04
6

Le département a ainsi réitéré son refus de s’enliser dans des tiraillements politiques appelant le

25/08/2019 17:15
6

Newsletter