alexametrics
mercredi 29 mai 2024
Heure de Tunis : 08:31
Chroniques
Sauvés par le feu…
13/02/2018 | 16:00
3 min

Le décès des deux collégiennes, Rahma Saïdi et Sourour Hichri - paix à leurs âmes – dans un internat à Kasserine la semaine dernière, soulève bien des questions sur le respect des normes de sécurité dans des établissements qui logent des enfants.  Si la thèse du court-circuit a été écartée par le ministère et que ce dernier « se défend de toute négligence », il y a bien une faute quelque part. La piste criminelle n’est, d’ailleurs, pas à écarter, surtout si l’on sait qu’un autre incendie, dans des conditions presque similaires, s’est déclenché ce matin dans un pensionnat à Kesra (Siliana). Cette fois-ci, heureusement, aucune victime humaine n’est à déplorer.

Si Sourour et Rahma ont tragiquement péri dans cet accident, une de leurs camarades de chambre a été miraculeusement sauvée car elle ne dormait que d’un œil et a pu être évacuée à temps. « J’avais trop froid et trop faim pour dormir », a-t-elle dit. Cette triste phrase sera désormais culte et marquera par sa puissance la situation de centaines de jeunes scolarisés. Les régions intérieures sont toujours, tristement plus impactées que les autres.

 

Dans les foyers et internats scolaires, les normes de sécurité sont une chose rare dont on ne prête attention, en général, qu’après qu’un drame se produise. Extincteurs installés bien en évidence, grilles d’aération, sorties de secours et exercices d’évacuation en cas d’incendie, tout cela semble anecdotique et peu, ou presque jamais, respecté dans la majorité des établissements abritant pourtant des centaines d’enfants.

Le syndicat, qui prend en charge les travaux de rénovation et d’aménagement du foyer incendié, a pourtant alerté le ministère contre la non-adaptation des établissements scolaires depuis un moment. Rien n’a été fait et les choses ont été reléguées aux oubliettes. Sans doute le ministère n’avait pas évalué les travaux à entreprendre d’une urgence vitale, ou alors estimait que les fonds nécessaires seraient plus utiles ailleurs. Mauvais calcul.

 

Cette nonchalance et cet irrespect des normes de sécurité ne sont pas uniquement observés dans les établissements scolaires. Si le danger est plus terrifiant quand il vise la vie d’enfants, vivant de surcroit loin de leurs parents, il est tout aussi sérieux lorsque des établissements à forte fréquentation sont concernés.

Depuis 2011, les mesures anti-attentats dans les grandes surfaces, les hôtels, les magasins et tous les lieux très fréquentés, ont été revues et améliorées de manière importante. En revanche, les normes de sécurité, elles, n’ont pas bougé d’un pouce. Pire encore, elles sont toujours aussi superbement ignorées.

Dans la loi tunisienne, le code de la sécurité et de prévention des risques d’incendie, d’explosion et de panique dans les bâtiments  réglemente les mesures à prendre  afin de prévenir, notamment, les risques d’incendie. Parmi les dispositions prévues, un « dossier de sécurité », pour les bâtiments concernés, doit être déposé aux services de la Protection civile pour « s’assurer que les conditions de sécurité et de prévention des risques d’incendie » sont respectées. Au niveau législatif, les choses sont claires, c’est dans les faits que ça se corse. Le nombre de constructions à usage d’habitation ou destinées au public qui ne sont pas équipées du minimum des normes de sécurité est incalculable. Ne parlons pas des foyers et internats dans lesquels on ne trouve pas l’ombre d’un extincteur ou d’une issue de secours, que ces établissements en question soient construits dans de grandes villes ou dans de petites bourgades des régions intérieures.

 

Au-delà d’un cadre législatif qui a tout prévu et d’un ministère de l’Education qui entame une procédure judiciaire dans l’affaire de l’incendie de Thala, un constat doit être fait. Il serait criminel d’attendre le prochain incendie pour que les choses bougent enfin, pour que les normes de sécurité ne soient pas uniquement de l’encre sur du papier et de simples dispositions encombrantes dont on se débarrasse moyennant pot-de-vin.

Le drame vécu la semaine dernière par les deux familles Hichri et Saïdi devra au moins avoir le mérite de servir de déclencheur pour une prise de conscience générale. Afin que ce soit le dernier, avant qu’il ne soit trop tard…

 

 

13/02/2018 | 16:00
3 min
Suivez-nous

Commentaires (3)

Commenter

DHEJ
| 14-02-2018 09:32
La SÉCURITÉ!!! Et comme aiment le dire les chinois " N°1 c'est la sécurité"!!! Mais en Tunisie, nous vivons la "baraka des islamistes"!

JOHN WAYNE
| 13-02-2018 16:54
C’est à ma vétuste et coloniale base nationaliste du Bardo que me parviennent tous les jours de bonnes nouvelles. Et donc tout en sirotant un bon café importé de Londres grâce au salaire de mon garçon et après avoir embrassé les photos de Bourguiba et de Ben Ali posées sur mon bureau et inspecté mon Browning 9mm offert par Bourguiba, je jubile, je me tort de rire, je convulse de bonheur, et je sautille de joie. La Tunisie des traitres, celle de George Soros, du Qatar, et donc du Mossad et de la CIA s’effondre. La Tunisie n’est plus, Dieu merci ! Car je préfère une Tunisie brulée, exsangue, agonisante, effritée, et désintégrée qu’une fausse Tunisie exploitée par une multitude de puissances sionistes et vendue par des traitres et des imposteurs comme ces beurres des banlieues d’Europe dégoutants, les Tunisiens de la révolution cupides, et les islamistes qui rêvent d’un Califat ou l’on exciserait les organes génitaux des petites filles avant de les faire tourner autour de Mecques miniatures dans des écoles primaires aux institutrices coiffées de hijabs répugnants. Oui peuple dégoutant de traitres et de renégats, votre déchéance est proche et elle fait mon bonheur de retraité de Bourguiba et de Ben Ali au compte BIAT quasi-vide en dinars depuis quarante années. Je suis pauvre mais fier de mon patriotisme et de mon intégrité. Vous êtes angoissés, perturbés, et agités. Vous avez bâti une fausse Nation sur des mensonges et une imposture historique nommée printemps Arabe. J’ai contribué à l’édification d’une Nation exemplaire qui faisait l’envie du monde entier et surtout de ces sionistes qui aujourd’hui vous tiennent en laisse comme de misérables toutous affamés. Vous êtes faits comme des rats et dorénavant plus rien de peux vous sauver ! Lorsqu’une nation s’effondre peuple de rats dégoutants, c’est bien parce que ses structures ont été minées et détruites soigneusement par un complot alliant traitres Tunisiens et agents étrangers. Et comme je l’illustrerai dans cet article, les causes de cet effondrement imminent sont simples à énumérer avec comme point commun un complexe colonial et une admiration pour les sionistes et les blancs qui caractérise un peuple Tunisien devenu la honte de l’humanité. Même Israël vous méprise peuple dégoutant de traitres affamés et corrompus ! L’ARMEE : Elle a été la pièce maitresse du coup d’état du 14 Janvier dont le chef d’orchestre était des agents de la CIA en poste a l’ambassade des Etats Unis a Tunis. Elle a chassé Ben Ali par ses blindés et exigé son exil à Jeddah comme le voulait Hilary Clinton. Comme intermédiaire et traitres en chef, il y a eu le général R.A et l’ex ministre de la défense Kamel M. Mais son crime impardonnable a été de s’allier rapidement à l’OTAN et au Qatar lors des accords de DOHA de l’été 2011 qui ont vu BCE et son efféminé de fils en compagnie du gueux plein de tics Abdelkrim Z., permettre aux forces colonialistes d’encercler le Colonel Kadhafi par le Sud Tunisien et de couper le pont en arme de la glorieuse Algérie. Cette armée est aujourd’hui encadrée par la CIA et le Qatar. Pauvre Bourguiba !

JOHN WAYNE
| 13-02-2018 16:53
LE GLORIEUX MINISTERE DE L’INTERIEUR TUNISIEN : Fondé par Bourguiba et utilisant depuis l’indépendance un immeuble symbole de la colonisation Française et de ses crimes, il a eu comme Ministres les plus grands Nationalistes de l’histoire comme Hedi Khefacha. Il a abrité les plus grands cerveaux du monde, beaucoup étant diplômés des plus grandes écoles militaires et de renseignement avec comme exemple glorieux le général Zine El Abidine Ben Ali lui-même. Ce ministère a offert au peuple Tunisien dégoutant plus d’un demi-siècle de sécurité et de stabilité. Ce Ministère est devenu rapidement une référence internationale en matière d’archives en renseignement et de stratégie de lutte contre le terrorisme avant et après le 11 Septembre 2001. Ce Ministère a été démantelé par les hommes du général R.A. mais aussi par des agents du Mossad comme Siheme BS et ses alliés les islamistes Tunisiens du MI6. L’ECONOMIE TUNISIENNE : Peu après le 14 Janvier 2011, l’économie Tunisienne n’a eu qu’une seule priorité : permettre aux islamistes Tunisiens une ascension et une prise de pouvoir irrévocables. Par ses banques devenues de vulgaires machines de blanchiment, elle a permis au terrorisme de proliférer et d’implanter des racines profondes grâce a la création de partis politiques de l’Islam orthodoxe financés par le Qatar et l’Arabie Saoudite. Elle a participé à la destruction des pays arabes par la création de compagnies aériennes au seul but de créer des ponts aériens pour jihadistes qui plus tard commettront des génocides en Libye, en Syrie, et en Irak. Son coup fatal lui fut porté par de nombreux attentats terroristes qui ont achevé sa seule source en devises : le tourisme. Un tourisme ridiculisé et malmené par des Tunisiens ayant la double nationalité Israélienne comme Amel K. Son bourreau principal a été l’UGTT et ses alliés de Enahdha qui ont autorisé d’interminables grèves et agitations sociales qui ont paralysé à jamais ses industries comme celle de l’exploration pétrolière et les investissements étrangers. UN GOUVERNEMENT TUNISIEN MARIONETTE GERRE PAR LA CIA ET LE QATAR : La Tunisie est un pur produit de la conspiration sioniste de Hilary Clinton et de Barack Hussein Obama qui prévoit l’avènement global des frères musulmans dans le monde Arabe avec son chaos et ses guerres civiles interminables. Souvenez-vous qu’un BCE jovial avait un jour déclaré en public que Barack Obama lui donnait des ordres directement. Souvenez-vous aussi des ces islamistes Tunisiens qui se sont pavanés à la Maison Blanche et du sourire colonisé de Mehdi Jomaa en présence de Barack Obama. Et cela sans compter les embrassades de John McCain créateur des Jihadistes Syriens, avec Hamadi Jebali dont le front est tuméfié depuis cinquante années par des prières violentes demandant d’Allah la fin de Bourguiba et de Ben Ali. C’est ce même gouvernement qui a même eu comme Président un psychopathe du Qatar nommé Moncef Marzouki, qui a autorisé une infiltration irréversible des structures de l’Etat Tunisien par des islamistes ayant des casiers judiciaires comportant des crimes terroristes et des voyages en Afghanistan. JOHN WAYNE