alexametrics
A la Une

RNTA : Entreprise publique gangrénée par la corruption !

Temps de lecture : 4 min
RNTA : Entreprise publique gangrénée par la corruption !

 

Le ministère des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières a publié samedi 6 juin un rapport accablant qui pointe la mauvaise gestion financière au sein de la Régie nationale des Tabac et des Allumettes (RNTA) durant la période 2010-2014.

 

Des dépassements à la pelle, d’après le rapport réalisé par l’Instance de contrôle général relevant du ministère des Domaines de l’Etat. La mission d’inspection a relevé plusieurs défaillances et suspicions de corruption qui touchent l’une des entreprises publiques ayant des répercussions négatives sur l’économie tunisienne.

Selon ce rapport, la société a enregistré, de 2010 à 2014, des résultats financiers négatifs cumulant des pertes de l’ordre de 136 millions de dinars.

La trésorerie nationale a dû combler le déficit de financement de la RNTA à travers les avances accordées à l’entreprise pour garantir son équilibre financier. Cela a fait perdre aux caisses de l’Etat 131 millions de dinars fin 2014.

 

En termes de gestion des ressources humaines, le rapport a pointé du doigt le manque de transparence au niveau des recrutements faits durant les deux années 2013 et 2014.

En effet, les représentants de la présidence du gouvernement et le ministère des Finances n’ont pas participé en tant que membres du comité du recrutement –contrairement aux critères de l’autorisation exceptionnelle- dans l’étude des dossiers des candidats, le contrôle du processus du recrutement non plus. Le rapport a révélé que la compétence des recrutés n’aurait aucun lien avec les postes auxquels ils sont nommés.  Certains candidats n’ont été pas nommés malgré leur compétence.

Le rapport d’audit a aussi révélé que la RNTA continuait à verser les avantages accordés à cinq de ses anciens employés dont un responsable qui a quitté son poste depuis 2011. Le total des sommes dépensées s’élève à 200.000 dinars.

Selon le rapport, des cadres de la Régie en exercice et retraités, des membres du conseil d’administration, des directeurs généraux, des contrôleurs de l’État et d’autres cadres et employés de la fonction publique ont  bénéficié illégalement, entre 2013 et 2015, de dix millions de paquets de cigarettes dont la valeur est estimée à 22 millions de dinars. Cette quantité de cigarettes aurait généré à l’Etat des revenus de quinze millions de dinars, selon le rapport d’audit.

 

Des agents, cadres et employés de la RNTA ont également bénéficié illégalement en 2015 d’un quota au titre du troisième mois de paquets de cigarettes d’une valeur globale de 370.000 dinars.

Le rapport a évoqué, par ailleurs, un retard important dans la mise en œuvre des programmes d’investissement liés à l’acquisition des équipements, au cours des années 2012-2014. Ce retard a coûté à la Régie un coût supplémentaire d’environ 2,2 millions de dinars.

En ce qui concerne les surfaces occupées par la société, la RNTA n’a pas d’inventaire précis sur les surfaces dont elle dispose et dont la majorité relève de la propriété de l’Etat.

Le rapport d’audit a dévoilé une mauvaise gestion de la production. La RNTA a, en effet, enregistré, en 2013 et 2014, une perte annuelle de 31 millions de dinars à l’exception des deux produits « 20 Mars légères » et « 20 Mars Silver » qui apportent de faibles marges bénéficiaires à la société.

 

Ainsi, le rapport a souligné les cas répétés de détournement de produits de la société, dont certains n'ont même pas été révélés. Le même rapport a dévoilé un manque de diversification des produits de la RNTA au cours des dernières années, les quelques tentatives ont même échoué et causé d'énormes pertes à l’entreprise.

Toujours concernant la gestion de la production, le rapport précise que la stratégie de commercialisation des nouveaux produits de la RNTA a échoué. La RNTA a, dans ce sens, subi des pertes énormes qui dépassent les 33 millions de dinars entre 2013 et 2014 car les prix de vente des cigarettes étrangères importées et distribuées sur le marché local n'ont pas été révisés.  

 

En termes de la gestion commerciale, le rapport d'audit explique que la RNTA n'a pas activé les procédures et mesures existantes liées à la distribution de tabac et à la pénalisation des contrebandiers et des propriétaires d'entreprises anarchiques. Selon la même source, le nombre des kiosques à tabac anarchiques est passé à 23.000 en 2013.

La RNTA a, par ailleurs, échoué dans la lutte contre la contrebande et le marché parallèle. Le marché parallèle accapare 50% du secteur, ce qui a entraîné une réduction annuelle de 500 millions de dinars des revenus de l’Etat. Il faut tenir compte du fait que les pertes du secteur sont supportées par des sociétés telles que la RNTA, selon le rapport.

 

 

Après avoir reçu le rapport d'inspection, le ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières Ghazi Chaouachi a ordonné d’informer le parquet sur les dépassements à caractère pénal et les dossiers de suspicions de corruption en question.

Il convient de rappeler que le directeur général de la Régie nationale des tabacs et allumettes (RNTA) Sami Ben Jannet- responsable en partie de cette mauvaise gestion- a été nommé à la tête de l’Institut tunisien des études stratégiques (Ites).

La lutte contre la corruption n’est pas un simple slogan, il doit être une guerre sans merci contre tous les responsables de ce phénomène qui ne cesse d’entraîner de lourdes pertes économiques.

 

Imen Mehrzi

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (5)

Commenter

Pit
| 10-06-2020 08:30
Parler de "mauvaise gestion" alors qu'il s'agit de manigances et de vol qualifié qui aurait dû valoir à ce Ben Jannet la prison et non le poste de patron de l'Institut tunisien des études stratégiques (en magouilles diverses peut-être)...mais malheureusement de nos jours ce sont les voleurs qui sont récompensés... il n'y qu'à voir les guignols de l'ARP en autre !

slim F
| 09-06-2020 16:19
Tous les employées des sociétés étatique ne veulent pas la privatisation de leurs sociétés car ceci veut dire qu'ils ne pourront plus faire leurs trafique , ils ne peuvent plus la coulée en douceur ( doucement le matin pas trop fort l'après midi ) , ils ne seront plus payés pour ne rien foutres ,

chikh
| 09-06-2020 15:00
C'est incroyable ce que ce pays subit depuis des années par la corruption, les malversations, les mauvaises gestions et les détournements qui sont devenus caractéristiques intrinsèques des grandes entreprises publiques.
Rien que pour cette semaine on a révélé quatre énormes dossiers : Les Douanes, SNCFT, TUNISAIR et RNTA.
La corruption, le détournement et la mauvaise gestion des deniers publics touche toutes les tranches de la population: hauts gradés de la sécurité, hauts cadres et responsables des entreprise publiques, députés, ministres, banquiers, classe politique ...etc.
Nous regretterons pour toujours une ère sur laquelle nous nous sommes révoltés pour se retrouver dans ce pétrin.

La Tunisie et le pauvre peuple tunisien méritent beaucoup mieux que ça.

l'idiot du bled
| 09-06-2020 09:46
Alors que nous croyions que la R'?GIE faisait un "TABAC" au point de vue résultats nous sommes obligés d'admettre que par un simple coup D'ALLUMETTES ces résultats escomptés étaient partis en fumée.

beni hilal
| 09-06-2020 01:57
Ennahdha a sûrement facilité l'embauche du personnel non qualifié quand aux autres dépassements, et pas des moindres, voler les caisses de l'état est encore pire car c'est aussi voler le peuple et c'est sévèrement punissable dans tout pays de droit qui se respecte.
Allez, nettoyez moi ca. Doutez ces voleurs dehors et embauchez des gens honnêtes et tenez les à l'oeil.

A lire aussi

Et pourquoi pas un Tunisien à la tête de la Confédération africaine de football (CAF) ?

22/09/2020 21:00
2

une lutte sérieuse et efficace contre le fléau de la

21/09/2020 19:59
5

les réseaux sociaux sont devenus des catalyseurs de toute sorte de

20/09/2020 20:45
2

Celui qui ne veut pas partir

18/09/2020 19:59
14