alexametrics
lundi 15 juillet 2024
Heure de Tunis : 22:32
Dernières news
Partis et personnalités de la société civile publient la Charte Républicaine
18/06/2024 | 10:21
3 min
Partis et personnalités de la société civile publient la Charte Républicaine

 

Un ensemble de militants, de personnalités publiques, de partis politiques et d’associations ont publié, le 18 juin 2024, un document intitulé « La Charte Républicaine » dans lequel ils ont exprimé leur attachement à un nombre de principes et de valeurs, dont la souveraineté du peuple et la démocratie.

Selon la charte, les signataires se sont accordés sur les points suivants :

1- La souveraineté nationale.

2- La souveraineté du peuple exercée par le suffrage secret et direct afin de choisir son représentant et ses dirigeants.

3- Le système républicain démocratique basé sur l’État de droit et des institutions, garant de la séparation des pouvoirs et de l’équilibre entre eux et insistant sur l’indépendance de la justice et de la transition pacifique des pouvoirs.

4- L’État civil préservant la liberté de croyance, séparant la religion de la politique et n’exploitant pas les lieux de cultes pour de la propagande politique.

5- La neutralité des appareils de l’État, de l’administration et des forces armées et ne pas les impliquer dans les conflits politiques.

6- La citoyenneté étant l’une des bases de la République démocratique en raison de ce qu’elle inclut comme égalité entre les membres de la société, en dépit de leur couleur, races, convictions, région d’origine ou genre et tout en insistant sur l’égalité homme-femme.

7- La liberté de la presse, son indépendance et son droit d’accès à l’information afin d’exercer son rôle de contre-pouvoir.

8- La préservation des libertés collectives et individuelles dans leur conception universelle par l’État, les protéger des atteintes, le rejet de toute forme de violence et le respect de la vie humaine.

9- L’indépendance de la société civile en tant qu’espace de citoyenneté et de liberté et en raison de son rôle de contre-pouvoir.

10- L’exercice d’une politique étrangère fondée sur l’intérêt supérieur du citoyen, le respect du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et le soutien aux causes justes, notamment la cause palestinienne.

Les signataires ont, aussi, annoncé qu’ils comptaient œuvrer pour :

A- La réforme du système politique, à savoir la constitution et le système électoral et la révision des décrets portant atteinte aux libertés et à la démocratie.

B- L’adoption d’un nouveau modèle de développement social basé sur la complémentarité des secteurs public, privé et solidaire, ainsi que sur l’économie du savoir afin de garantir un développement durable préservant les droits des générations futures.

C- La protection et le renforcement des droits fondamentaux du peuple tunisien en matière de santé, d'emploi, d'éducation, de culture, d'enseignement et de qualité de vie.

D- Écarter le pays des alliances conflictuelles, renforcer le positionnement de la Tunisie au niveau maghrébin, arabe et africain et renforcer les partenariats traditionnels tout en s'ouvrant aux économies émergentes.

 

 

Parmi les signataires, nous pouvons citer Hamadi Ben Jaballah, Sghaïer Zakraoui, Lotfi Ben Aissa, Mounir Charfi, Chokri Latif, Yosra Frawes, Mohamed Fadhel Mahfoudh, Ahmed Souab, Kalthoum Kennou, Ayoub Amara, Dalila Ben Mbarek Messadek, Amine Barkallah, Jinen Limam, Moez Attia, les partis Al Massar, le Parti Socialiste, Afek Tounes et l’association Soumoud.

 

S.G

18/06/2024 | 10:21
3 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
Jean Neymar
Cour Constitutionnelle
a posté le 18-06-2024 à 12:36
Je ne serais jamais fatigué chaque fois que l'occasion m'est donnée de rappeler de la Nécessité de militer pour l'établissement dans les plus brefs délais de la COUR CONSTITUTIONNELLE;
Tous ces partis et personnalités de la Société civile ont été piégés une fois et ils n'ont pas encore retenu la leçon puisqu'ils se font encore piéger une seconde fois.
Ils publient une Charte républicaine mais celle-ci restera sans effet tant que la Cour Constitutionnelle n'a pas été édifiée;
Je me demande parfois s'ils connaissent les règles de jeu démocratique et s'ils sont seulement conscients que les abus constatés aussi bien lors du précédent quinquennat avec l'ancien Destour de 2O14 que ceux actuels avec le Destour de 2022 (en particulier ce fameux Décret 54) sont principalement dus à l'absence de cette COUR.
"Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu'ils en chérissent les causes."
Bacchus
Charte de Judas Iscariote
a posté le 18-06-2024 à 12:29
J'aurais adhéré à cette tarte si et seulement s'il n'y aurait pas eu des points clientélistes corporatistes, pour ne pas dire plus. Pour le point 7 : nous plaidons pour une presse libre, libre de diffuser l'information, libre de formuler des critiques sans tomber dans la diffamation, libre même de diffuser des informations privés sur des personnes publiques sauf, si elle touche sa proche famille ( adultère : oui, les seins nues de sa femme sur une plage : non). Concernant l'acquisition de l'information, les journalistes doivent se débrouiller seul. Pour le point 9 : ce n'est pas moi qui l'ai inventé, « la société civile agit comme un groupe de pression pour influencer les politiques gouvernementales dans un sens favorable aux intérêts de ceux qu'elles représentent, « La mise en avant de la société civile peut aussi être vue comme une remise en cause du système démocratique reposant sur les états-nations, comme c'est le cas en France. » (Wiképédia). Les seuls contre-pouvoirs tolérés dans une démocratie où la souveraineté appartient au peuple sont le Tribunal Administrative et la Cour Constitutionnelle. Point 10 et point A : La souveraineté appartient au peuple et ces ignares pour ne pas dire plus ne doivent pas se prononcer sur la politique 'étrangère qui est du ressort du parti politique qui acquiert la majorité absolue aux législatives ou du président de la république élu au suffrage universel direct.
MFH
Baliverne.
a posté le 18-06-2024 à 11:27
Certains perdent leur temps dans les futilités. 60 ou même 100 signatures ne représentent pas la majorité du peuple. Seul le vote doit obligatoirement être retenu.
le financier
KS devrait les mettre en prison
a posté le 18-06-2024 à 10:56
KS devrait les mettre en prison pour haute trahison et demande anti constitutional.
c est comme si je demandais avec 30 autres guenons a la france que l Islam devienne religion d etat .

d ailleurs ils le disent eux meme que leur demandes est illegal
" A- La réforme du système politique, à savoir la constitution et le système électoral et la révision des décrets portant atteinte aux libertés et à la démocratie."

ca devient n importe quoi ce pays , ils se reunissent , decident a 30 qu il represente le peuple . Ils decident eux meme de passer au dessus du parlement et du president .
Je ne suis pas en accord avec le president , mais il y a des maniere de faire les choses . qu ils creent un parti et debatent avec le president , propose leur projet aux tunisiens qui voteront
SAHLI
Excellent !
a posté le 18-06-2024 à 10:44
Je signe des deux mains cette "Charte républicaine".