alexametrics
jeudi 19 mai 2022
Heure de Tunis : 06:21
Dernières news
Noureddine Taboubi : nous sommes capables d’une solution tuniso-tunisienne
18/01/2022 | 08:51
2 min
Noureddine Taboubi : nous sommes capables d’une solution tuniso-tunisienne

 

Le secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Noureddine Taboubi, est revenu, mardi 18 janvier 2022, sur sa rencontre samedi dernier avec le président de la République, Kaïs Saïed.

Après une rupture de six mois, le locataire de Carthage s’est décidé à convier le chef de la Centrale syndicale pour une entrevue qui a duré plus de trois heures durant laquelle Kaïs Saïed s’est dit ouvert au dialogue mais, encore une fois, sans certains partis, Ennahdha entre autres.

Dans une interview accordée à Acharaa Al Magharibi, Noureddine Taboubi a affirmé que les Tunisiens étaient capables d’une solution tuniso-tunisienne pour sortir le pays de l’ornière. « Nous n’avons d’autres choix que d’avoir espoir en l’avenir de notre pays », a-t-il déclaré soulignant qu’aucun retour au dialogue n’a été évoqué lors de sa rencontre avec le chef de l’Etat.

« Il y a de l’ouverture mais rien de précis », a-t-il indiqué notant que la discussion avec le président de la République a porté sur des généralités, la position de l’UGTT du plan de réforme élaboré par le gouvernement Bouden en prévision des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI).

La Centrale syndicale a, rappelons-le, rejeté en bloc le programme de réforme avançant opacité et exclusion. Selon Noureddine Taboubi, le président de la République a manifesté de la réceptivité quant à la position de l’UGTT vis-à-vis de ce programme.

Le chef de l’organisation syndicale a ajouté qu’il avait, également, évoqué avec le chef de l’Etat les questions de l’indépendance de la justice, la liberté d’expression, la liberté de la presse et le droit de manifester. « Il faut qu’il y ait une démarche participative entre les forces civiles et politiques qui croient en la nécessité de mettre le pays sur la voie de la modernité », a-t-il déclaré notant que toutes les parties devraient contribuer à calmer la situation, y compris celles qui pensent que le 25-Juillet était un « coup d’Etat ». « Nous avons laissé passer notre chance après la Révolution, saisissons celle-ci », a-t-il lancé.

N.J.  

18/01/2022 | 08:51
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Madou
Oui , tout a fait possible, mais....
a posté le 18-01-2022 à 11:38
sans vous.
Sans doute
Sans doute
a posté le 18-01-2022 à 09:53
Sans doute,la solution Tuniso-tunisienne est possible mais à une condition:
Un prochain décret présidentiel spécifiant que tout citoyen tunisien doté d'une autre nationalité est inéligible;
Il pourra sans doute participer au débat,l'enrichir par des avis éclairés,vilipender à souhait le pouvoir en place lorsqu'il dévie de sa trajectoire démocratique mais il doit rester loin de la décision finale:
Le pauvre citoyen lambda de nationalité tunisienne à l'exclusion de toute autre a trop souffert durant la décennie passée de tout ces Binationaux ministres,députés ou autres (je n'en citerai personne,la liste est trop longue et chacun se reconnaîtra)) qui ont conduit le pays au gouffre et qui aujourd'hui,tels des rats, ont quitté le navire,pour aller continuer à ronger ce qui peut-être rongé dans leur nouveau pays hôte.