alexametrics
samedi 28 novembre 2020
Heure de Tunis : 17:25
Dernières news
Néji Jalloul et Najat Vallaud-Belkacem signent un accord pour enseigner l'arabe dans les écoles françaises
01/04/2017 | 11:17
1 min
Néji Jalloul et Najat Vallaud-Belkacem signent un accord pour enseigner l'arabe dans les écoles françaises

Un accord pour enseigner la langue arabe dans les écoles françaises a été signé hier, vendredi 31 mars 2017, entre le ministre de l’Education, Néji Jelloul et la ministre française de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem.

 

C’est au cours de la tenue de la 3ème conférence des ministres en charge de la Recherche, l’Innovation et l’Enseignement supérieur des pays du Dialogue 5+5 qui s’est tenue hier que la convention a été conclue.

 

Néji Jalloul et Najat Vallaud-Belkacem ont également abordé la possibilité de créer une école tunisienne à Paris.

01/04/2017 | 11:17
1 min
Suivez-nous

Commentaires (51)

Commenter

Leila
| 31-05-2017 22:46
La langue arabe a porté une civilisation des plus prospères, des plus créatives et des plus inclusives, pendants plus de mille ans, elle n'aurait pas pu le faire en portant un dogme religieux étriqué. !
Comme dans toutes les grandes cultures, la culture arabe a produit des chefs d'oeuvres de littérature, de poésie, de théatre, et a donné des penseurs, des philosophes, des historiens, des inventeurs à l'ensemble de l'humanité, ne serait-ce que pour avoir inventé le zéo, l'algèbre et les milles et unes nuits ... c'est une culture qui chante l'amour, le vin, l'érotologie, autant que la paix, la sagesse et la bienveillance.

Apprendre la langue arabe dans un cadre officiel est justement le meilleur remède contre l'islamisme, car c'est la méconnaissance de la culture arabe, en particulier par les émigrés déracinés et aculturés de force dans les pays qui les accueillent, qui crée l'extremisme.

C'est à cause de cette ignorence qu'ils absorbent sans filtre le discours wahabite inventé il y a à peine 200 ans, et son poison de violence et de haine, et l'acceptent comme pouvant représenter la culture arabe pré- et post-islamique !

Quant à ceux qui s'inquiètent de ne pouvoir apprendre à un enfant plusieurs langues à la fois, il suffit d'observer les pays fédéraux voisins, où etre bilingue, voire trilingue est une évidence et une richesse et certainement pas un danger.

Pour les éloigner du terrorisme, il faudrait que ces jeunes en désarroi lisent :

"La religion que je professe,
Est celle de l'Amour,
Partout où ses montures se tournent,
L'amour est ma religion et ma foi."
Ibn Arabi.

ou encore,

"Le vin est défendu, car tout dépend de qui le boit, - Et aussi de sa qualité et de la compagnie du buveur.
Ces trois conditions réalisées, tu peux dire:
Qui donc boit du vin, si ce n'est le sage ?" Omar Khayyam.

Cécile
| 08-04-2017 12:15
Les familles qui en Tunisie envoient leurs enfants dans une école française veulent justement les soustraire au bourrage de crâne religieux et leur donner le meilleur disponible en matiere d'etudes.Les familles qui en France enverraient leurs enfants dans une école tunisienne le feraient l'optique d'exposer leur enfants à plus de contenu et d'encadrement musulmans, tournant le dos aux valeurs républicaines et devenant des éléments de trouble dans notre société.

roger
| 05-04-2017 04:51
Il me semble que nous ne comprenons pas la meme chose.Il est question , d'une école , comme il y a dejà bien d'autres écoles de toutes confessions .Juives, russes, américaines.Ceci il me semble n'est qu'echange culturel.voici donc le nombre d'écoles françaises implantées en Tunisie:


Présentation du réseau scolaire français en Tunisie




' Établissements homologués en gestion directe de l'AEFE

9 établissements scolaires français, en gestion directe de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger (AEFE), homologués par le ministère de l'Éducation nationale, dispensent un enseignement conforme aux programmes français, de la moyenne section de maternelle à la terminale. Ils sont regroupés au sein de deux pôles régionaux :



- Établissement régional de Tunis :
'Lycée et collège Pierre-Mendès-France à Tunis (de la 6e à la terminale) ;
'École Robert-Desnos à Tunis (de la moyenne section au CM2) ;
'École Georges-Brassens à Mégrine (de la moyenne section au CM2) ;




- Établissement régional de La Marsa :
'Lycée et collège Gustave-Flaubert à La Marsa (de la 6e à la terminale) ;
'Collège Charles-Nicolle à Sousse (de la 6e à la 3e) ;
'École Paul-Verlaine à La Marsa (de la grande section au CM2) ;
'École annexe La Soukra (de la moyenne section au CM2) ;
'École Jean-Giono à Bizerte (de la moyenne section au CM2) ;
'École George-Sand à Nabeul (de la grande section au CM2) ;
'École Guy-de-Maupassant à Sousse (de la moyenne section au CM2).

' Établissements homologués partenaires

3 établissements scolaires tunisiens sont homologués par le ministère de l'Éducation nationale et dispensent un enseignement conforme aux programmes français :

- École internationale de Carthage (homologation de la petite section de maternelle à la Terminale) ;

- Groupe scolaire René-Descartes à Tunis (homologation de la petite section de maternelle à la 6ème)

- Lycée Louis-Pasteur, de la Fondation Bouebdelli, à Tunis (homologation de la 6ème à la 2nde).

' Établissements non homologués associés

1 établissement scolaire tunisien non homologué par le ministère de l'Éducation nationale dispense un enseignement conforme aux programmes français :
'École internationale de Tunis (primaire et secondaire).

Gg
| 03-04-2017 17:06
Je ne fais aucun amalgame, et n'en ai jamais fait. Je dis seulement que les lieux où on apprend l'arabe, en France, sont largement et insidieusement infiltrés par la religion, et que ceci est inadmissible.
Et que dans ces conditions NVB est totalement irresponsable de vouloir faciliter l'enseignement de l'arabe comme si c'était une autre langue.
Mais elle peut signer ce qu'elle veut, ce ne sera jamais appliqué... il est temps qu'elle dégage, celle là!

Zohra
| 03-04-2017 16:24
Gg,

Vous m'avez répondu exactement ce que je voulais.

La langue arabe est exactement comme fille a du sang arabe mais n'est islamistes. Vous voyez l'amalgame.

Bises et sans rancune

Gg
| 03-04-2017 14:48
Oui, ma fille a peut être du sang arabe dans les veines.
Et alors ?
En tous cas elle n'a pas de sang islamiste, je m'en serais aperçu.
Bonnnne journée à vous aussi !

Gg
| 03-04-2017 14:43
Il y a un sujet pour toi ces jours-ci : des "savants" à la sauce coranique ont démontré que la terre est plate et immobile.
C'est pour toi, ça ! Et de ton niveau...

Tunisienne
| 03-04-2017 14:13




Ya Chater, pas besoin d'être "hébreuse" pour dire que les jeunes ont le choix (qui n'est malheureusement pas toujours un choix), soit d'être abreuvés de télévision arabe abrutissante, de confusions identitaires aliénantes et marginalisantes et de langue arabe qui, aussi belle soit-elle, ne permet pas de suivre les évolutions de la connaissance, des technologies et des compétences, soit de bien maîtriser l'essentiel qui va permettre de vivre dans son époque et sa société, ne pas avoir de conflits internes et pouvoir pousser les études, trouver du travail et vivre en harmonie avec soi-même et les autres (et non pas être marginalisé, ghettoïsé et/ ou déchiré).




Tunisienne
| 03-04-2017 14:04



Il fallait lire : " (...) et également avec d'AUTRES langues qui maximisent les chances du jeune (...)".


Merci !



Tunisienne
| 03-04-2017 12:36



Bonjour chère Zohra,


Il faudrait peut-être recentrer le débat car il semble être parti dans tous les sens ! Introduire l'arabe dans l'école publique française est une redondance puisque cette langue y est déjà enseignée. L'introduire pour contrer les écoles privées et clandestines qui prônent un enseignement melting-pot entre l'arabe et l'islam(isme) n'est pas une solution puisque ça défigure l'enseignement public français à partir du moment où on dépasse le simple enseignement d'une langue (et c'est manifestement ce que veulent certains parents). En se positionnant du côté des élèves et en essayant de réfléchir à ce qui peut leur servir le mieux pour qu'ils puissent s'insérer naturellement dans la société française, on peut raisonnablement penser qu'ils n'ont pas besoin d'être éparpillés entre différents référents identitaires (et que les référents qu'ils ont à la maison peuvent suffire). Maintenant, rien n'empêche que la langue arabe soit belle, que ceux qui veulent en approfondir la connaissance en grandissant s'y mettent. Mais l'essentiel, c'est d'être outillé et bien outillé dès le plus jeune âge avec la langue de base qui va permettre d'être français parmi les français, et également avec d'êtres langues qui maximisent les chances du jeune et lui ouvrent des opportunités socioprofessionnelles.


Donc, nous ne sommes pas en contradiction, nous débattons de l'ordre des priorités dans la perspective de l'intérêt même de ces jeunes. Sachant bien évidemment que les parents restent les seuls juges en dernier recours, mais que ces parents sont eux-mêmes parfois tiraillés entre plusieurs exigences (ou ce qu'ils ressentent comme telles).




Bises et bonne journée !