alexametrics
samedi 21 mai 2022
Heure de Tunis : 12:40
A la Une
Nadia Akacha : les raisons d’une démission
25/01/2022 | 14:44
6 min
Nadia Akacha : les raisons d’une démission

 

Les rumeurs vont bon train depuis hier à propos de la démission de Nadia Akacha de son poste de cheffe de cabinet du président de la République.

Sous un régime des plus opaques, qui ne croit pas du tout à la communication, et faute d’information officielle ou de source fiable à la présidence de la République, la place est devenue grande pour la rumeur. C’est donc à partir de bribes d’informations, ramassées ici et là, que la scène politique tunisienne essaie de deviner les véritables raisons de la démission de la « numéro 2 » de l’État.

Cela fait des mois, et bien avant le 25 juillet, que Nadia Akacha pense à démissionner et elle en a fait part à plusieurs de ses proches.

Se sentant dépassée par les charges de son poste et ce que lui demande le président, elle était épuisée. Faute d’équipe en bonne et due forme et refusant, de toute façon, de sous-traiter quoi que ce soit, elle était tout le temps au four et au moulin. Elle ne gérait pas que le cabinet présidentiel, elle gérait également les affaires de l’Etat, les affaires du président, les affaires de la famille… Elle ouvrait elle-même le courrier destiné à la présidence ! Avec des journées pouvant atteindre facilement les quinze heures, elle frôlait le burn-out. C’est ce qui est arrivé le 28 janvier 2021 justement, en s’évanouissant après avoir ouvert une lettre. Elle crut - ou on lui a demandé de dire cela - à une lettre empoisonnée. L’enquête diligentée à l’époque n’a abouti à rien de concret et les services spécialisés de la police n’ont trouvé aucune trace de poudre suspecte.

 

Accusée d’être à l’origine de toutes les combines du palais de Carthage et d’être celle qui a isolé le président de la République dans une tour d’ivoire, Nadia Akacha était la cible privilégiée des opposants de Kaïs Saïed et notamment les islamistes radicaux. Il ne se passait pas un jour sans qu’elle ne soit attaquée, souillée ou injuriée. Le degré de haine et de violence des islamistes a été au point de toucher sa famille et son propre frère pour l’atteindre et la pousser en dehors du palais.

Ne supportant plus ces attaques quotidiennes, qui touchent carrément son honneur et sa dignité, Nadia Akacha a jeté l’éponge à maintes reprises, mais c’est au mois de mai 2021 qu’elle a écrit sa démission en bonne et due forme pour la remettre au président. Refus net de ce dernier qui lui a promis de la protéger davantage devant ces attaques répétées. Concrètement, il a donné l’ordre pour lancer des procédures judiciaires contre quelques personnes qui agressent régulièrement la cheffe de cabinet sur les réseaux sociaux. Le député islamiste radical Rached Khiari et le blogueur Slim Jebali font partie de ces personnes.

Juillet 2021, tournant majeur avec la dissolution du gouvernement et le gel de l’assemblée.

Pour Nadia Akacha, c’était l’occasion de quitter le palais de Carthage pour occuper le prestigieux poste de cheffe du gouvernement. Elle voulait être la première femme tunisienne à occuper le poste. Kaïs Saïed le lui aurait même promis, d’après ses propres aveux à des proches.

C’était sans compter les autres personnes à qui Kaïs Saïed a promis le même poste, notamment Marouane Abassi, gouverneur de la Banque centrale de Tunisie, Taoufik Charfeddine, ministre de l’Intérieur et Najla Bouden qui a réussi le « strike ».

C’est à partir de ce moment-là que Nadia Akacha a jeté l’éponge et perdu toute motivation de rester dans le cercle de Kaïs Saïed.

Elle a compris qu’elle ne pesait plus lourd face aux autres personnes qui influencent le président. Qui sont ces personnes ? Elles ne sont pas nombreuses.

Il y a d’abord son épouse Ichraf Chebil ainsi que la sœur de Mme Chebil et son époux qui résident à Sousse. Il y a ensuite le frère du président, Naoufel Saïed. Et puis il y a ses amis, notamment Ridha Chiheb Mekki (alias Lénine), Sami Ben Jannet, directeur des études stratégiques et Sonia Charbti dont l’époux Kamel Fekih a été nommé récemment gouverneur de Tunis.

Alors qu’elle était la chouchoute du président pendant très longtemps, Nadia Akacha est consciente qu’elle n’avait plus son oreille comme avant et qu’il prend ses décisions stratégiques loin d’elle. Elle a commis des fautes et elle le sait, elle a été responsable de nominations désastreuses aux yeux du président (notamment celle de Hichem Mechichi) et elle le sait et c’est, entre autres, pour cela qu’elle voulait démissionner. Mais bien qu’elle ne soit plus sa première « influenceuse », Kaïs Saïed tenait à la garder auprès de lui et la faisait même assister aux conseils des ministres où, théoriquement, elle n’a rien à faire.

 

Cherchant à se rattraper et à récupérer sa confiance, Nadia Akacha a entrepris d’autres méthodes pour soigner l’image du président et ce en briefant, régulièrement, quelques journalistes qui se comptent sur les doigts d’une main, quelques propagandistes (comme Riadh Jrad et quelques animateurs de pages Facebook sulfureuses chargées d’injurier tous ceux qui s’opposent au président).

Elle pensait, ainsi, peser davantage dans l’estime du président et récupérer son aura d’il y a un an. En vain. Face au camp familial, elle ne faisait que prêcher dans le désert. Le président allait dans une mauvaise direction et refusait de l’écouter. Devenue inaudible, elle se sentait inutile depuis des semaines. Pire, elle ne veut plus être associée à l’entreprise du président, qu’elle estime dangereuse.

 

Pourquoi démissionner maintenant ? Pour le timing, les versions diffèrent selon les sources. Nadia Akacha n’a pas estimé utile de respecter son poste et de donner les explications nécessaires au contribuable. La présidence n’a même pas publié un communiqué annonçant la démission. C’est dire le degré de respect, quasi nul, de ce pouvoir au peuple.
Parmi les versions qui circulent, Nadia Akacha aurait voulu maintenir à leur poste deux directeurs du ministère de l’Intérieur que Taoufik Charfeddine voulait écarter. Son prétexte était que ces deux directeurs sont loyaux au président et l’ont aidé le 25 juillet et les jours suivants. Le président a tranché en faveur de son ministre de l’Intérieur refusant net l’ingérence de sa cheffe de cabinet.

Autre version, Mme Akacha aurait voulu nommer Kamel Guizani à la place de Taoufik Charfeddine, coupable à ses yeux, d’avoir été trop brutal le 14 janvier. Sauf que le président a décidé de renouveler sa confiance en son ministre.

Dernière version, enfin, celle présentée par le journaliste Elyes Gharbi, Mme Akacha aurait refusé le contenu du communiqué relatant l’entretien téléphonique entre le président de la République et son homologue français. L’entêtement du président lui a fait sentir qu’elle est devenue vraiment inaudible et inutile et qu’elle n’avait donc plus sa place à Carthage. 

 

Raouf Ben Hédi

 

25/01/2022 | 14:44
6 min
Suivez-nous
Commentaires
Amine Mnihla
Tout le monde s'attendait à ça !
a posté le 26-01-2022 à 22:58
Tout le monde parle du fait qu'elle était derrière l'ascension de Mechichi'?'?videmment Si celui ci a été évincé et si logiquement ( et pas nécessairement dans les faits !)celui ci serait « maintenu »( et pas nécessairement de sa propre volonté ) toujours en contact avec le réseau du fameux déjeuner a l'ARP, le jour de son investiture comme chef de gouvernement,
alors logiquement:
KS devait faire quelque chose pour se rassurer qu'il n'y a pas d'eau ( même s'il n'en ressent rien dans les faits) qui circule sous les pieds!! Lorsqu'on prend de telles responsabilités exceptionnelles , tolérance doit être nulle à l'erreur et même pas au moindre doute!!
Donc éviction ou entente pour démission c'est la seule et unique option. Dommage beaucoup ont aime cette image d'homme honnête avec son élève paraissant de bonne famille disciple et correcte.
Dommage que Nadia n'a pas enfin eu la patience d'éviter de porter atteinte à cette belle image même si elle aurait été lésée !
Si elle ose réparer cette publication en annonçant le respect à la nature de son poste et à la qualité de la relation d'apprentissage avec son mentor , elle garderait mieux la meilleure image en mémoire des tunisiens même si elle envisagerait une carrière politique! Les tunisiens ont besoin de voir des gens qui passent dans les postes de responsabilités du gouvernement et qui savent bien porter le respect aux institutions de l'Etat même s'ils sont mis dehors du fait du risque du métier.
EL OUAFI
Ai-je le droit de commenter ?
a posté le 26-01-2022 à 19:17
Bonsoir, me voici après plusieurs fois d'adresser des commentaires malheureusement je ne les vois pas apparaitre ! Je me pose la question question pourquoi,censure, ou le tout simplement un problème technique ?
Merci de me donner la réponse.
BI
Quand tu réalises que tu chevauches un cheval mort - descends du cheval !
a posté le 26-01-2022 à 16:56
Quand tu réalises que tu chevauches un cheval mort - descends du cheval ! dit une sagesse ancestrale des Indiens du Dakota. Cela semble assez évident. Mais en tant que métaphore, on constate régulièrement que de nombreuses personnes décident plutôt de continuer à monter un cheval mort pendant longtemps.

Une évaluation irréaliste
Pour descendre de cheval, il faut une fois reconnaître que le cheval est effectivement mort. Cela peut déjà être un problème en soi. Nombreux sont ceux qui ne veulent même pas admettre qu'il est temps d'évoluer et de se réorienter. Au lieu de cela, les personnes concernées se mentent à elles-mêmes. La situation est embellie. Et l'on justifie sa propre persévérance par des arguments (parfois) absurdes.

C'est pourquoi les politiques ne descendent pas du cheval mort qu'ils montent à propos du Covid ou du Putsch, par exemple.
Spectateur
Modestie Mme!
a posté le 26-01-2022 à 16:36
La dame Akkacha se dit avoir de profondes divergences avec Kaeies,
s il s agit de divergences politiques, personne ne l a elue pour avoir une propre ligne politique qui lui donnerait le droit d avoir le droit d avoir des divergences politiques avec son chef. Elle est un haut fonctionnaire a Carthage pour executer la politique du seul qui a ete mandate par le peuple pour faire de la politique et c est Kaeies Saeid independamment de ce qu on pense de cette politique. La dame Akkacha n a apparamment pas compris le role d etre chef de cabinet, ou c est Kaeis Saeid qui a choisi la mauvaise personne a
l image de Mechichi propose par la dame Akacha. Le president devrait apprendre a faire de meilleurs choix..
souilem
KS devrait remettre l'ordre à Carthage
a posté le 26-01-2022 à 16:10
Après la démission de Nadia Ackcha et les raisons de sa démission, il est urgent de mettre l'ordre dans la maison et arrêter l'influence de la famille. Il ne faut surtout pas prendre les conseils sans réfléchir sur la faisablité et leurs impacts sur la bonne marche de la présidence et du pays. Les électeurs e KS commencent à douter de la bonne gestion politique des affaires du pays. Ces petits coups peuvent arriver même dans les pays les plus avancés. KS doit tirer les conséquences pour ne pas tomber encore dans l'erreur. Il doit coute que coute briser les barrières entre les hautset principaux responsables de la Présidence et sa famille et insister sur le travail d'équipe en communiquant entre eux. Il ne devrait pas y avoir de champions individuel, le champion c'est toute l'équipe de la Présidence. La concertation entre eux et entre le Président de la République est obligatoire dans toute décision, il faut banir le système classique que chacun travaille tout seul pour attirer les bonus à lui seul. Le Président doit donner l'exemple de cette approche, travailler en équipe et interdire le travail personnel.
Rabbi yoster ala tounes.
François Marie
Islamism ou bien'?' ?
a posté le 26-01-2022 à 12:04
Pensez-vous vraiment que tout est de la faute des islamistes ? Ne vous vient-il même pas à l'esprit qu'il peut y avoir différentes responsabilités à l'origine des problèmes que connaît ce pays? Ou les islamistes sont-ils un bon stratagème pour éviter de mettre le doigt dans le vrai bobo purulent ?
Un lecteur
Qui était au pouvoir durant ces 11 ans de ruine ?
a posté le à 12:24
Shakespeare
That in thé question !
a posté le à 13:14
Merci lecteur.
Shakespeare
That is the question
a posté le à 13:30
Merci lecteur.
Abel Chater
Un conte mythologique d'Ommek Sissi unilatéral, qui ne parle que de l'écorce des histoires de Hammam Ennissa.
a posté le 26-01-2022 à 11:30
Surtout cette victimisation du bourreau, pour s'être transformée en la colombe blanche du porte-avions de Carthage, attaquée par l'armada des chaloupes de ses propres victimes, les fantômes pêcheurs de sardines, que tout le monde appelle "islamistes".
Où trouve-t-on donc des traces d'influence médiatique des "islamistes" en Tunisie, pour que la régente de Carthage Nadia Akacha, soit lésée par leurs paroles?
Tous les médias de la Tunisie, à quelques exceptions près, qu'on compte sur les doigts d'une seule main, sont payés pour s'attaquer à l'Islam et à ses "islamistes", par le même système d'autoroute de haine talmudique financée de l'étranger, à l'image de ce qu'on le vit nous-mêmes en cette Europe, sous influence médiatique lobbyiste judaïque.
L'article parle de la pauvre princesse au bois dormant, qui a tout fait pour que le prince tombe amoureux d'elle. Elle a pensé pouvoir s'emparer de tout le pouvoir de la présidence de la République, par le jonglage de ses intrigues. Elle ne s'attendait qu'à une simple bise magique du président Kaïs Saïed. Elle a oublié la présence de la beauté féminine de l'épouse du président, Ichraf Chebil, qui ne l'a tolérée aux côtés de son mari, que parce qu'elle ne pourra jamais faire le poids avec son charme. Comme c'est d'ailleurs le cas avec l'autre arriviste Nejla Bouden.
Qu'elle nous parle de toutes ses intrigues qui ont mené la Tunisie dans cet état de risée du monde entier.
Qu'elle nous parle de sa trahison du côté du putschiste genocidaire de son peuple égyptien, le Saffah Sissi, comment elle cherche à l'imiter en Tunisie, au point que de grands médias de confiance internationale, parlent d'agents spéciaux égyptiens à ses côtés au palais de Carthage!!!
Qu'elle nous parle de toutes ces arrestations arbitraires et de ces séquestrations despotiques en copie-conforme avec les crimes de la dictature égyptienne.
Qu'elle nous dise à quoi servira toute cette destruction aveugle, d'un Etat démocratique tunisien, des plus modernes de ce monde.
Qu'elle jure sur le livre saint de l'Islam, le Coran, que le parti d'Ennahdha et ses "islamistes", ont gouverné quoi que ce soit du pouvoir tunisien, après l'élection de Beji Caïd Essebsi et de son parti Nida Tounes, hormis l'utilisation démocratique de son poids électoral, à égalité avec tous les autres partis politiques représentés au parlement ARP.
Qu'elle nous éclaircisse la citrouille, pourquoi maintenant, elle encourage toutes ces méthodes mafieuses à ceux du parti d'Echaâb, qui n'a réussi que 15 seulement des 217 sièges du parlement ARP, ce qu'elle interdit au parti d'Ennahdha, avec sa majorité parlementaire de 52 sièges, presque le quart du parlement!!!
Si ceux d'Ennahdha sont "islamistes", ceux d'Echaâb sont des communistes autodéclarés, au temps où les vrais Communistes de l'URSS, n'existent plus. Alors que l'Islam grandit et grandira sur l'ensemble de notre globe terrestre.
Devrions-nous, toujours nous ranger du côté des perdants, pour jouer aux Pacha et aux Pharaons par nos mensonges de "islamistes"!!!
Allah yostir Tounes.
Un citoyen
Pas une grande perte bien au contraire
a posté le 26-01-2022 à 11:29
Cette dame a fait preuve de froideur et était surtout connu pour travailler dans l'ombre et ne supportait pas le travail en équipe sa démission ou plutôt son éviction est plutôt une bonne chose pas besoin d'en faire comme BN le fait tout un foin !
ANTIRELIGION
LES CIMETIERES SONT REMPLIS D'IRREMPLCABLE
a posté le 25-01-2022 à 22:17
Une ou un responsable qui démissionne il n'y a rien d'anormal, les hommes et les femmes passent le principale reste. Le principal est la continuité de ce qui a été décidé le 25juillet 2021 sachant que l'instigateur est toujours là, sans oublier que les cimentière sont remplis d'irremplaçables.
URMAX
... judicieuse manoeuvre ... elle a su "sortir par la grande porte ... au bon moment ...
a posté le 25-01-2022 à 19:50
Discrète, compétante, elle a su se forger un nom ... et une solide réputation.
Son expérience bisannuelle a l'un des postes "des plus hauts rouages de l'état", fait d'elle "une compétance prisée" ... ainsi qu"une éventuelle "candidate redoutable".
Sa sortie s'est faite "au bon moment" ; n'ayant pas encore été secouée et entachée par "les hauts remous" de ces derniers temps ...
A suivre ...
Elle peut aller loin ... très loin ...
BOUSS KHOUK
OU ALORS ! SORTIE PAR UNE FENETRE
a posté le à 20:59
on verra bien !! à bien noter : cette femme connait tout du palais et au courant d'absolument tout , lui souhaitant de ne pas avoir commis l'impensable . pour avoir était limogée == ceci est bizarre , mais attendant la suite .
vérité
pourquoi ?
a posté le 25-01-2022 à 17:52
Pourquoi parfois RBH parfois Raouf Ben Hédi ?
De vous à moi
"Humouristiquement" votre
a posté le à 13:55
Je vous ai répondu mais modérateur a manqué d'humour sur ce coup-là.
Tu
Gh
a posté le 25-01-2022 à 16:40
C'est bien. Tu blanchis bien. Continue.
Abir
Tout les chemins mène à Rome
a posté le 25-01-2022 à 16:37
Kif etass kif elmaless ! Les deux sont catastrophiques pour le pays
Niko
@abir
a posté le à 17:59
Tu crois que ta guignole du rcd est capable de quoique ce soit dans ce pays à part brayer...
On te l'a dit mille fois la représentante du rcd et ses déchets ne dépassera jamais les 5%......okkk abir..
Vive le boss kaiess said.
MH
@RBH
a posté le 25-01-2022 à 16:16
Dans tout ce que vous venez d'écrire, on ne peut retenir que les 4 dernières lignes. Tout le reste est tiré par les cheveux.
HO
PROPAGANDE
a posté le 25-01-2022 à 16:05
Propagande
Tunisino
Les trois clans
a posté le 25-01-2022 à 15:57
Un clan administratif tenu par Nadia Akacha, un clan idéologique tenu par Naoufel Saied, et un clan sécuritaire tenu par Taoufik Charfeddine, par ordre de création. Les trois clans sont gérés par des littéraires qui n'ont pas les moyens pour se projeter dans le futur, leurs durées de vie ne peuvent être que courtes. Le clan de Nadia vient de tomber le premier, le clan de Taoufik serait naturellement le deuxième, le clan de Naoufel serait éventuellement le troisième, et finalement la chute du littéraire illettré Zakafouna, pour laisser les tunisiens compter leurs dégâts pour la nième fois depuis 2011!
DHEJ
On ne dit pas qu'elle est "conseillère juridique" du président
a posté le 25-01-2022 à 15:34
Or le projet du décret sur la réconciliation pénale non approuvé par le CSM et jugé trop grave te destructeur du pouvoir juridique est-il l'oeuvre de NADIA AKACHA conseillère juridique?

Si ce projet trop cher à notre ROBOCOP tombe à l'eau alors rien ne restera des SOCIETES MUTUELLES!

zozo Zohra
Mesquina tounes
a posté le 25-01-2022 à 15:23
"Zid elmaa zid edkik"
Pauvre pays, pauvre peuple.
Histoire sans fin.