alexametrics
dimanche 03 mars 2024
Heure de Tunis : 14:08
SUR LE FIL
Nabil Ammar : nous poursuivons le dialogue avec le FMI
28/09/2023 | 09:19
3 min
Nabil Ammar : nous poursuivons le dialogue avec le FMI

 

Le ministre des Affaires étrangères, Nabil Ammar, a indiqué, dans une déclaration accordée, ce jeudi 28 septembre 2023, à la chaîne « Russia Today », que la Tunisie n’a pas rompu la communication avec le Fonds monétaire international (FMI).

« Nous maintenons ouverte la porte du dialogue mais nous avons dit que nous avons des lignes rouges à l’intérieur desquelles nous sommes tout à fait prêts à discuter. Il s’agit de la stabilité du pays et de la situation des classes les plus fragiles » a-t-il précisé.

« Nous savons que cette affaire comporte une part politique importante et nous affirmons que cela n’est pas l’objectif et que le rôle du FMI est de sauver les pays qui traversent des périodes difficiles » a ajouté Nabil Ammar.

Le ministre a enfin souligné que les ministères et les organes de l’État œuvrent à engager des réformes « dont les fruits seront perçus dans la période à venir ».

Nabil Ammar, qui a rencontré, à Moscou, son homologue russe, Sergueï Lavrov, a affirmé que la Tunisie ne favorise pas un de ses partenaires au détriment d’un autre, évoquant les négociations avec le FMI.

« Il n’est pas dans la tradition de la Tunisie de rejeter un partenaire pour un autre. Nous avons les canaux ouverts de discussion, de partenariat et de discussion avec tous nos partenaires. Nous n’avons jamais dit que nous avons coupé les ponts avec le FMI, nous discutons avec le FMI, mais en lui disant nos contraintes et nos conditions et cela doit être clair. La stabilité du pays, la protection des couches sociales les plus défavorisées et la sécurité sont les lignes rouges à l’intérieur desquelles nous sommes tout à fait prêts à discuter. Nous faisons les réformes qu’il faut mais il ne faut pas mettre en péril la sécurité du pays, sa stabilité en appliquant des recettes dont on a très bien vu ce qu’elles ont donné, dans d’autres pays et à d’autres époques, des résultats catastrophiques. Le FMI doit être au service des pays et non l’inverse », a souligné Nabil Ammar lors d’une conférence de presse conjointe tenue mardi.

On rappellera que le président de la République, Kaïs Saïed, a martelé, lundi dernier, au cours de la réunion du conseil de la sécurité nationale que la Tunisie doit « compter sur elle-même ». Refusant de réduire le train de dépenses de l’État, de se départir de son rôle social et toute privatisation, Kaïs Saïed, a déjà sapé le dossier du FMI. Le Fonds monétaire international devait accorder à la Tunisie un prêt de 1,9 milliard de dollars depuis fin 2021.

La sénatrice italienne Stefania Craxi, présidente de la commission des Affaires étrangères et de la Défense au Sénat italien, a affirmé, dans une déclaration rapportée par l’agence italienne Nova, que la position des USA concernant la Tunisie est « très dure » et qu’il « n’y a pas d’issue à l’heure actuelle ». Nabil Ammar a, d’ailleurs évoqué les réformes, lorsqu’il a été interrogé sur les alternatives au FMI.

 

M.B.Z

28/09/2023 | 09:19
3 min
Suivez-nous
Commentaires
Gg
Donnez vous aux Russes et basta!
a posté le 28-09-2023 à 11:31
La duplicité est érigée en stratégie en Tunisie, mais pour une fois soyez clairs.
Saied a rejeté le FMI, dont acte, et c'est une bonne chose, car ce ne sont pas les pays en faillite qui dictent leurs règles au FMI, mais l'inverse.
N'essayez pas jouer sur les deux tableaux. Vous refusez les règles de bonne gestion du FMI?
Basta!
********
Gg
a posté le à 12:35
Franchement, il ferait mieux, parce que la FMI est le destructeur des pays pauvres, avec les conditions insupportables qu'ils exigent au détriment des pauvres gens, ils n'ont qu'à revoir leur politique.
La Tunisie a raison de ne pas accepter ces exigences morbides, pour affamé la population.

Le monde change, plus de monopole plus de chantage.....