alexametrics
lundi 24 juin 2024
Heure de Tunis : 13:17
Dernières news
Mondher Lakhal : la BNA Bank est résiliente et solide
29/04/2022 | 21:50
8 min
Mondher Lakhal : la BNA Bank est résiliente et solide


2021 a été une année compliquée pour l’économie mais également pour le secteur bancaire. Malgré une conjoncture difficile et de nombreux imprévus, la BNA Bank a amélioré considérablement son bénéfice et a poursuivi la consolidation de ses fondamentaux. Résolument tournée vers l’avenir, la banque est en train de préparer sa stratégie pour 2025, visant toujours à s’améliorer davantage.

 

C’est globalement ce qui ressort de l’Assemblée générale ordinaire de la BNA Bank pour l’exercice 2021 qui s’est tenue, vendredi 29 avril 2022, sous la tutelle de la présidente du Conseil d’administration Néjia Gharbi et du directeur général de la banque Mondher Lakhal.

 

 

« On aurait pu s’attendre à ce que l’exercice 2021 soit difficile, mais cela a été un exercice non-habituel avec beaucoup de contraintes et de charges non-récurrentes, qu’on espère ne pas avoir en 2022 », a affirmé Mondher Lakhal.

La banque a en effet achevé 2021 avec un résultat net de 160,14 millions de dinars contre 102,28 millions de dinars un an auparavant, en hausse de 59,50%. Certains éléments exceptionnels notamment l’augmentation des frais du personnel de 27,2%, outre un don de 22,38 millions de dinars pour le soutien de l’effort national de lutte contre le Covid-19 et pour le développement de l’éducation, ont impacté le bénéfice. Abstraction faite de ces éléments, la BNA Bank aurait réalisé un résultat net de 255 millions de dinars (2,5 fois celui de l’exercice de 2020).

En effet, fin juillet 2021, une augmentation salariale sectorielle de 5,3% au titre de 2020 et de 6,7% au titre 2021 dans le secteur bancaire et financier a été conclue, outre le doublement des pensions de retraite des agents du secteur, qui ont été révisées sur la base de 17,5 mois. Résultat des courses, une hausse importante des frais du personnel de 55,47 millions de dinars a été enregistrée, dont 30,8 millions de dinars relative à l’indemnité de départ à la retraite et 12,14 millions de dinars d’augmentation dont 6,78 millions de dinars relatifs à l’exercice 2021 et 5,35 millions de dinars relatifs à l’exercice 2020.

 

Par ailleurs, la banque s’est conformée à la circulaire de la BCT n°2013-21 du 30 décembre 2013, ce qui a engendré la constitution de provisions additionnelles sur les engagements ayant une ancienneté dans la classe 4 supérieure ou égale à 3 ans pour un montant de 63,15 millions de dinars, portant le solde de cette rubrique fin 2021 à 430,26 millions de dinars.

Malgré le durcissement par la Banque centrale de Tunisie des conditions de distribution des dividendes, l’établissement bancaire distribuera un dividende de près de 51,2 millions de dinars, soit 800 millimes par action nets de retenue à la source. Le dividende sera mis en payement le 23 mai 2022.

 

Côté performances, la banque a surperformé en 2021 son business plan, a indiqué le DG, en soulignant qu’il ne pouvait pas passer sous silence ces excellentes performances, en remerciant le personnel, le conseil d’administration et le directoire.

Les dépôts et avoirs de la clientèle ont enregistré ainsi une évolution de 12,3%, pour se situer à près de 9.858,30 millions de dinars et les créances nettes à la clientèle ont augmenté de 7,7%, atteignant les 12.844,79 millions de dinars.

Le Produit net bancaire (PNB) a atteint 850 millions de dinars fin décembre 2021 contre 669,94 millions de dinars fin décembre 2020, en évolution de 23,2%, grâce notamment à la maitrise des charges d’exploitation qui ont augmenté de 1,6%. Le coefficient d’exploitation s’est établi à 41,1% contre 41,9% au 31 décembre 2020. Il serait situé à 36,8% en faisant abstraction des éléments non-récurrents.

 

 

S’agissant des ratios de gestion et de rentabilité, la BNA Bank termine son exercice 2021 un ratio Tier 1 de plus de 15,88%. Le ratio de solvabilité se situe à 19,91% alors que le ratio liquidité (LCR) est de 104,10%. Commentant ces chiffres, M. Lakhal a souligné : « La banque est résiliente, elle a les fonds propres nécessaires pour faire face à tout événement majeur ou choc. La Banque est solide, nous n’en doutons pas ».

Pour sa part, le taux de créances classées (CDL) de 15,63% et un taux de couverture des créances classées de 69,85%. Dans ce cadre, le DG a considéré que le taux de créances classées est l’un des défis majeurs de la banque, sur lequel la direction va travailler en parallèle avec l’amélioration du portefeuille, la gestion des risques et le système de notation interne. 

 

Pour sa part, le groupe BNA Bank a terminé 2021 avec un résultat consolidé de 173,37MD, en progression de 61,1%. Le PNB consolidé réalisé augmente, quant à lui, de 32% pour se situer à 912,19 millions de dinars.

 

Trois thématiques essentielles ont été abordées par les actionnaires. En premier lieu, plusieurs actionnaires ont estimé que le dividende de 700 millimes par action proposé à la distribution par le conseil d’administration était peu, prenant en considération la performance de la banque et le bénéfice réalisé. Et d’estimer que cette politique de distribution a impacté négativement le cours de l’action BNA.

L’Office des céréales était le deuxième sujet de préoccupation des actionnaires, notamment à cause de son degré d’engagement avec la banque. En effet, et selon le rapport des commissaires aux comptes, les engagements de l’Office des céréales envers la banque a totalisé 3.940,88 millions de dinars au 31 décembre 2021 (soit environ 24% du total des engagements de la clientèle, en bilan et hors bilan), en hausse de 637,77 millions de dinars (+19%). Bien que les commissaires aux comptes affirment que la banque dispose de garanties couvrant tout le montant entre chèques de la société de son compte auprès du Trésor pour un montant 1.596 millions de dinars et les garanties de l’Etat conférées pour un montant de 2.344,88 millions de dinars. Quelques actionnaires se sont ainsi demandés si la banque pouvait discuter avec l’Etat pour diviser le risque, en le répartissant sur plusieurs banques.

La troisième thématique a concerné les normes IFRS et leur répercussion sur la banque.

 

 

En ce qui concerne le dividende, Néjia Gharbi a souligné : « Je comprends vos soucis. Vous avez été très patients. Nous voulons aller doucement, avec une politique claire ». Et d’expliquer que le conseil n’est pas resté insensible aux revendications des actionnaires minoritaires et qu’il a tenu une réunion juste avant le conseil pour porter le dividende à 800 millimes et d’espérer que le montant sera plus conséquent dans l'avenir. 

 

S’agissant de l’Office des céréales, le DG a indiqué qu’un conseil ministériel s’est tenu en présence de banques de la place pour proposer que l’ensemble du système bancaire coopère au financement de l’office. Seuls quelques établissements, dont les deux autres banques publiques, ont accepté, a-t-il spécifié.

La présidente du Conseil d’administration a précisé que des discussions sont en cours avec le ministère des Finances et que la banque aura peut-être droit à un traitement particulier

 

Sur le volet des IFRS, Mondher Lakhal a noté que la banque a commencé à travailler sur ces normes. Et d’affirmer : « On sait pertinemment qu’on a de la marge par rapport à nos actifs qui sont valorisés au coût historique, alors que leur valeur réelle dépasse largement ce qui existe aux états financiers. Ces actifs pourront alléger l’impact de la migration vers les normes IFRS ainsi que par les provisions constituées ».

Pour sa part, Mme Gharbi a assuré que les travaux sont en cours et qu’il y a eu une estimation générale, sans donner plus de détails.

 

A une question de Habib Bouzouita, le DG a indiqué que la radiation de créances carbonisées permettrait à la banque de baisser son taux de créances classées de 4,5%.

En réponse à une question de Jamel Eddine Ben Aissa sur le recours aux assurances pour l’indemnité retraite, M. Lakhal a précisé que c’est l’option choisie par l’ensemble des banques de la place et de rappeler les relations étroites liant les assurances aux banques. D’ailleurs, l’établissement bancaire a augmenté sa participation dans le capital d’Ami Assurances de 25,9% à 52,16%, devenant de ce fait une filiale de la banque.

 

Le management a profité de l’occasion pour annoncer la nomination des deux DGA de la banque : Arbia Alaya, DGA « Supports et Transformation Digitale » et Ahmed Ben Moulehem, DGA « Exploitation ». En outre, avant l’AGO, une assemblée élective a été tenue et a permis l’élection de l’administrateur représentant des petits-porteurs, Kais Jomaa.

 

 

Côté perspectives, la BNA Bank reste prudente vu la conjoncture. Elle table en 2022 sur la réalisation d’un PNB de 820,58 millions de dinars et un résultat net de 200,12 millions de dinars

La présidente du conseil d’administration a spécifié, dans ce cadre : « La banque est en train de valider la stratégie 2025, parce qu’on veut absolument marquer sa transformation et son évolution au niveau du contrat-programme qui sera signé au ministère des Finances. (…) Dans la stratégie de la BNA Bank, il y aura une très grande orientation vers la digitalisation. D’ailleurs, on a voulu marquer cette transformation digitale lors de la nomination des DGA ».

Pour sa part Mondher Lakhal a affirmé : « Nous avons une politique claire avec des objectifs clairs. Nous savons où nous voulons aller. Nous travaillons sur six axes stratégiques, fixés par les membres du Conseil d’administration en coordination avec le Comité de direction. Nous sommes conscients des quelques faiblesses qui sont devenues des axes d’amélioration ainsi que des niches de performances ».

 

2021 a été une année compliquée. La BNA a prouvé sa résilience : elle a su augmenter sa rentabilité tout en renforçant ses fondamentaux. L’établissement pense aussi à son avenir et est en train de peaufiner sa stratégie, via la mise en place d’un nouveau contrat-programme avec de nouveaux objectifs et de nouveaux challenges.

 

Imen NOUIRA

29/04/2022 | 21:50
8 min
Suivez-nous
Commentaires
Faysal
Fausse vocation
a posté le 01-05-2022 à 12:44
Une Banque agricole dont 76%. de ses credits sont destines a l immobilier.!! Tres agricole cette Banque!