alexametrics
mercredi 29 mai 2024
Heure de Tunis : 08:48
Dernières news
Mohamed Abbou : le cours normal des rouages de l’État s’est arrêté !
19/04/2024 | 16:42
4 min
Mohamed Abbou : le cours normal des rouages de l’État s’est arrêté !

 

L'avocat et ancien ministre, Mohamed Abbou était présent sur le plateau de Midi Show, au micro d’Elyes Gharbi sur Mosaïque Fm, vendredi 19 avril 2024. Il s’était exprimé sur l’affaire de complot contre la sûreté de l’État et le refus de libération des détenus. Exprimant son indignation, il a affirmé que « le cours normal des rouages de l’État s’est arrêté » et que « aujourd’hui, dans l’État, il n’y a plus d’institutions, mais plutôt une personne qui gouverne seule ».

 

L’avocat a affirmé qu’il ne commentera pas aujourd’hui la dimension juridique de cette affaire qui n’est, selon lui, que « l’enveloppe extérieure de cette mascarade ». L’affaire est, selon Mohamed Abbou « purement politique ». « La seule différence c’est qu’ils n’ont pas emprisonné les prisonniers politiques derrière des grillages, mais dans une prison appartenant au ministère de la Justice », a-t-il commenté.

Il ajoute : « Il est inutile aujourd’hui de plaidoyer devant la justice. Quiconque sera aujourd’hui convoqué à se présenter devant la justice, dans une affaire politique, devra refuser de comparaitre. […] Nous pourrons plaidoyer sur Facebook et dans les médias, si toutefois nous continuons à en avoir le droit […] Il vaut mieux cela que de participer à cette mascarade ! Le juge qui n’a pas le pouvoir de prendre une décision sans être puni, ne peut pas être juge. Il faudra chercher un héros national qui serait prêt à s’affamer et à affamer sa famille pour vous éviter la prison. Ils sont rares. Inutile de chercher, nous pouvons désormais le dire : le cours normal des rouages de l'État s’est arrêté ! ».

 

Mohamed Abbou a rappelé le cas du député Sami Ben Abdelaali, déchu de son immunité parlementaire car accusé de falsification. L’avocat a noté que le président lui-même avait été accusé de falsification de parrainages, à trois reprises, dans le rapport de la cour des comptes, lorsqu’il était candidat à la présidentielle. « Je ne dis pas que c’est lui-même qui l’a fait, il pourrait s’agir de l’un de ses soutiens. Pourquoi s’accorder le bénéfice du doute, mais ne pas l’accorder aux autres ? ».

 

Évoquant la relation des citoyens avec les forces de l’ordre, il a affirmé : « En comparaison avec les années pré-révolution, beaucoup de choses ont positivement évolué, Kaïs Saïed est en train de détruire cette relation. Devons-nous devenir ennemis ? ».

 

L’avocat va même jusqu’à dire : « aujourd’hui, nous n’avons plus d’institutions, nous avons une personne qui gouverne seule […] le cours normal des rouages de l'État s’est arrêté, je serai hypocrite si je disais le contraire, je l’ai déjà dit à Kaïs Saïed pour moins que cela […] Celui qui ne l’admet pas aujourd’hui, ne doit pas essayer de jouer au héros après la chute de Kaïs Saïed ».

Mohamed Abbou a d’ailleurs affirmé : « nous ne savons pas quand est prévue cette chute, j’espère qu’elle se fera à travers des élections ». « Il faudrait trouver une solution pacifique à la Tunisie, il ne faut pas que les élections se tiennent dans un climat de peur ».

 

Mohamed Abbou a aussi commenté l’affaire du journaliste Mohamed Boughalleb, condamné à six mois de prison, affirmant que c’est une affaire politique. « Par respect pour ma profession d’avocat, j’ai visionné les deux vidéos dix fois [objet de l’affaire] et je me suis attardé sur ses déclarations et sur les expressions de son visage. Je n’ai vu aucune allusion », a-t-il dit, invitant les citoyens à faire la même chose avant de s’empresser de condamner.

M. Abbou a aussi dénoncé « le climat de médiocrité qui prévaut, caractérisé par une abondance d’informations et des citoyens qui ne savent plus en quoi croire ». Il a appelé les citoyens à éviter de commenter et de condamner les affaires et les personnes qu’ils ne connaissent pas.

L’ancien ministre a, d’ailleurs, ajouté que Mohamed Boughalleb avait tenu des propos similaires du temps où lui était ministre et que des mesures avaient été prises, à l’époque, afin de limiter les avantages des ministres. S’adressant au président Kaïs Saïed il a, d’ailleurs affirmé : « M. Kaïs arrêtez de protéger vos proches. J’ai porté plainte contre l’un d’entre eux, celui qui n’arrête pas de vous défendre sur les plateaux télévisés. Il est accusé de vol, preuves à l’appui. Il ne suffit pas d’évoquer Omar Ibn al-Khattab dans ses discours, il faut les appliquer dans la réalité ».

R.B.H

 

19/04/2024 | 16:42
4 min
Suivez-nous
Commentaires
SALIM
I Still Haven't Found What I'm Looking For. Une chanson du groupe Iralandais U2 de l'album The Joshua Tree(1987)°
a posté le 21-04-2024 à 09:25
1-Il n' a pas trouvé ce qu'il cherchait. il a qualifié BEN ALI de SHARON et il a cousu sa bouche pour checher à etre un HEROS ou une VICTIME. Mais il n'a eu ni l'un ,ni l'autre et il a sombré dans l'oubli.

2-En 2011, Il a cherche un poste de SUPER-MINISTRE ,de la JUSTICE, ou de l'intérieur, mais NAHDHA ne lui a offert qu'un ministere de LA REFORME ADMINISTRATIVE!!!.Il l'a accepté puis il a démissionné après quelques mois.

3-Il a cherché à etre un GRAND LEADER d'un parti politique, le CPR de M.M.M et OM ZIED!!!. Mais il a démissionné.

4-IL a cherché à 'fonder' UN GRAND PARTI ' politique (ATTAYAR) mais il l'a quitté aprés ses très faibles resultats et de son 'parti' aux présidentielles et législatives de 2014. Et il a décidé de CESSER TOUTE ACTIVITé politique!!!.

5-Il a cherché à entrer dans l'histoire à travers le PRESIDENT 'SI KAIS' en prétendant etre l'INSTIGUATEUR de l'application de l'article 80.Mais il n'a eu que la méconnaissance de la part du président.

6-Il a cherché d'etre convoqué par la justice en multipliant les DECLARATIONS et accentuant
l' agressivité , la provocation et la fureur envers SI KAIS (KAIS EL YAAKOUBI du CA). Mais malgré ça, le président et la justice continuent dans la meconnaissance et la negligence.

7-Il cherche à etre LE PARRAIN d'un candidat aux présidentielles MIN KHAREJ ESSANDOUK!!!!
Mais il n'a pas encore trouvé!!!.Meme ECHITAN (satan) n'a pas accepté .IL A EXIGE ........UNE BLOUSE BLANCHE!!!!!.

8-Maintenant il cherche à etre la STAR des radios (2 articles de BN dans 2 jours) pour la propagande contre le PRESIDENT .Mais il l ne reviendrait que dans un ou 2 mois.

MAIS POURQUOI ON NE LUI PROPOSERAIT PAS LA PRESIDENCE DE LA FEDERATION TUNISIENNE DU FOOTBALL(PARDON JE VEUX DIRE DU KARATE)!!!.

WITH OR WITHOUT YOU (une autre chanson de U2), la JUSTICE, LA TUNISIE et meme LE KARATE AVANCENT!!!
Abir
Un mot à Abou, ne te fatigue pas !
a posté le 20-04-2024 à 13:19
Si, tu cherche la prison , ne rêve pas tu es un poids plume et ks le sait, si non, tu l' as touché du loin et du pré mais l'homme sait à qui a affaire et il l'a séquestré ça fait presque 6mois et 17 jours, qui est la patriote ABIR MOUSSI, c'est elle la seule rivale qui fait peur à ks et qui est un poids lourd politiquement et populairement ! Toi et les autres, vous ne faites qu'aider le pouvoir à masquer ses fausses manoeuvres par vous agitations bidonnes
ourwa
Rouages arrêtés et rouages abjects.
a posté le 20-04-2024 à 01:36
" le cours normal des rouages de l'?tat s'est arrêté !" selon Mohamed Abbou; c'est exact...pour ne pas dire qu'il se mod la queue comme le ferait un chacal pestiféré.. Ah cet "Etat" qu'on ne cesse de nous balancer dans la gueule tous les jours...comme si nous l'avions démocratiquement choisi et agréé...celui d'aujourd'hui, comme celui du temps où Mohamed Abbou, transfuge du parti de Marzouki, s'est jeté, toute conscience et tout honneur bridés, dans les bras d'une idélogie gouvernante islamo-fasciste et totalitaire, celle de Nahdha. Manifestement, faisant semblant de se démarquer de ses maîtres islamo-fascistes dont il avait soutenu les politiques totalitaires en tant que ministre, le voici mu en " démocrate républicain" anti KS; c'est de bonne guerre et ça pourrait convaincre auprès d'une populace sans istruction ni mémoire...au moment crucial et endémique où cette populace aux abois raisonne actuellement au jour le jour en termes de " farine", " sucre", "café" et cette vox-populi semble être l'ultime vraie-fausse bouchée des hyénes politiques telles que Mohamed Abbou et ses semblables, qu'ils soient islamo-fascistes et autres " démocrates" de pacotill du CPR... Dites-moi qui vous étiez, je vous dirai ce que/qui vous êtes, Mr Mhamed Abbou; vous avez lopé le coche de plusieurs décennies et la Tuisie n'a pas la coutume de négocier aec aec des momies.
Bbaya
Abbou ya emsatek!
a posté le 19-04-2024 à 22:42
Tout ça fetek ya abbou avant le 25 Juillet en appelant à appliquer l'article 80! Mala emsatek!
Tout était prévisible si on passe par ce chemin!
Tu dois beaucoup militer pour être pardonner!
Jilani
Il aurait dû coudre ses lèvres à vie
a posté le 19-04-2024 à 19:27
Ce type a bien défendu KS au début, il espérait avoir en retour un poste de ministre mais il a désenchanté. Le voilà retourné à ses sources de défenseur des islamistes et du lobbyiste Kamal ltaief. A l'époque lui et sa houleuse femme étaient du côté des LPR cette milice armée créée par le gourou. Vous imaginez si cette milice n'a pas été démolie, le pays serait devenue comme la Somalie, Afghanistan ... Ses racines existent encore comme ce abbou makhlouf khiari. Ce type aurait dû garder ses lèvres cousues.
veritas
Nabbar sans plus '?'
a posté le 19-04-2024 à 17:24
il a eu un ministère il n'a rien fait il été incapable de faire quoi que se soit il a préférer déserté'?'.les déserteurs doivent se taire.
SALIM
ABBOU HIER .ABBOU AUJOURD'HUI.ABBOU DEMAIN!!!!
a posté le 19-04-2024 à 17:03
On attend la PARITE HOMME FEMME sur B.N!!!!