alexametrics
mercredi 26 janvier 2022
Heure de Tunis : 06:35
Dernières news
Les fugitifs d’Al Karama…
17/08/2021 | 11:49
10 min
Les fugitifs d’Al Karama…

 

Pas moins de trois députés d’Al Karama sont actuellement en fuite, recherchés par les autorités et fortement dénigrés par la population. Jusqu’à il y a trois semaines, ils croyaient pourtant être les meilleurs représentants du peuple et criaient sur tous les toits qu’ils sont les plus intègres et les plus sincères de toute la classe politique tunisienne.

Un mandat d’amener a été diffusé hier soir par le juge d’instruction près du Tribunal militaire de Tunis à l’encontre des députés d’Al Karama Abdellatif Aloui et Mohamed Affes. Un autre député de ce parti islamiste radical a fait l’objet du même mandat, Nidhal Saoudi. A ces trois là, s’ajoute Rached Khiari, élu de la circonscription de Manouba sur les listes du même parti, qu’il a quitté quelques mois après les élections. A ce quatuor devraient s’ajouter la semaine prochaine les noms de Seïf Eddine Makhlouf, président du parti et Maher Zid.

A l’exception de Rached Khiari, le plus radical de tous, les quatre islamistes sont impliqués dans l’affaire de l’aéroport. En mars dernier, ils sont allés à l’aéroport Tunis-Carthage tentant de forcer la police des frontières à autoriser une passagère à voyager. Celle-ci est fichée S17, c'est-à-dire interdite de voyager par la police, pour suspicion dans une affaire terroriste. Les députés d’Al Karama estiment que le fichage S17 est illégal tant que l’interdiction de voyage n’a pas été décidée par un juge et, se basant sur cette lecture de la loi, ils ont décidé d’aller intimider les agents de la police des frontières. Mal leur en a pris, car ces derniers se sont levés comme un seul homme et ne se sont pas laissés impressionner par le banditisme des députés islamistes. Seïf Eddine Makhlouf a beau jurer, devant une caméra, qu’il ne quittera pas les lieux avant que la dame voyage, il a beau appeler des renforts de venir l’assister à l’aéroport, il a quand même été poussé en dehors de l’aérogare et la dame n’a pas pu quitter le pays.

Ce n’est pas la première fois que les députés d’Al Karama jouent l’intimidation devant les forces de l’ordre. En juillet 2020, un membre de ce parti a été empêché d’accéder au parlement parce qu’il est fiché, lui aussi, S17 pour la même suspicion d’implication dans une affaire terroriste. Qu’à cela ne tienne, Seïf Eddine Makhlouf et les membres de son bloc parlementaire se sont amassés devant les agents de la garde présidentielle, chargés de la sécurité des lieux, pour les injurier devant les caméras. Grâce à l’intervention du chef de cabinet du président du parlement, Habib Khedher, ils ont réussi à faire entrer de force leur ami, malgré l’opposition ferme de la garde présidentielle.

Ce n’est pas la première fois, non plus, que les députés d’Al Karama se trouvent dans des endroits où ils ne devraient pas être. Ainsi le cas de Mohamed Affes qui voulait participer, de force, à une réunion des cadres de la santé à l’hôpital de Sfax. Les cadres ont beau lui expliquer qu’il n’a pas le droit d’être avec eux, le député est resté quand même dans la salle poussant à l’annulation de la réunion. Les syndicats ont réagi immédiatement à ce banditisme et l’ont agressé physiquement, ce qui leur a valu quelques mois d’emprisonnement.

 

Les coups de force des membres d’Al Karama sont motivés par leur intime conviction qu’ils sont dans leur bon droit. Ils sont également motivés par leur impunité et la complicité dont ils bénéficient dans l’appareil judiciaire. Leurs agressions physiques et verbales ont beau être nombreuses, ils n’ont jamais été inquiétés. Le parquet argue, à chaque fois, qu’ils sont députés et bénéficient, de ce fait, de l’immunité parlementaire. Pourtant, cette immunité ne couvre que le travail parlementaire. Pourtant, également, le parquet se devait d’engager les procédures et de correspondre la présidence du parlement et c’est à cette dernière de faire valoir l’immunité du député quand celui-ci dépose, par écrit, une correspondance dans ce sens. Quand il s’agit d’Al Karama, le parquet ne s’est jamais embarrassé de toutes ces procédures et il coupait l’herbe sous le pied des plaignants dès le départ. Du coup, les plaintes ont beau être nombreuses, elles sont toutes jetées au fond d’un tiroir.

Ce silence et cette complicité de la justice n’ont pas empêché les forces vives du pays de réagir, avec force, contre ce banditisme affiché au grand jour. Syndicats, médias et ONG ont dénoncé des dizaines de fois les actes d’Al Karama. Même la présidence du parlement a réagi une fois par un communiqué lapidaire dénonçant leur violence.

La réaction des élus d’Al Karama a toujours été la même : des vidéos et des posts Facebook injuriant les critiques. Les plus grandes victimes des agressions verbales d’Al Karama sont les médias et les syndicats de l’UGTT. Il ne se passe quasiment pas un jour sans qu’un député du parti n’injurie un journaliste ou un syndicaliste. Leur honneur a été souillé des dizaines de fois et on ne compte plus les accusations fallacieuses contre les journalistes d’être à la solde de la France (pour les médias francophones) ou des Emirats (pour les médias arabophones). Les injures ont atteint un tel point que le syndicat national des journalistes a émis la consigne aux médias de boycotter les activités du parti islamiste radical.

Plutôt que de se remettre en question et de chercher à comprendre les raisons d’une telle décision extrême, les élus d’Al Karama ont redoublé d’injures et de provocations. Ils n’injurient plus et ne salissent plus l’honneur des journalistes sur les réseaux sociaux, c’est désormais dans l’enceinte même du parlement, en plénière, qu’ils les agressent verbalement. Ces attaques régulières de la presse ont poussé RSF à déclasser la Tunisie dans l’indice de liberté de la presse en avril dernier en mentionnant clairement les agressions de Seïf Eddine Makhlouf à l’encontre des médias.

Ce déclassement n’a pas fait reculer le député, pour autant, c’est même tout le contraire puisqu’il a détourné le classement en sa faveur, en répétant à son public que le classement reflète le niveau des journalistes tunisiens en baisse.

 

Outre les journalistes et les syndicalistes, les députés islamistes d’Al Karama agissent aussi agressivement avec leurs opposants.

Celle qui a le plus subi les agressions verbales de ces députés, notamment Seïf Eddine Makhlouf et Zied El Hachemi, c’est indéniablement Abir Moussi, présidente du PDL. On ne compte plus le nombre de vidéos qu’elle a enregistrées immortalisant les injures et les intimidations des islamistes radicaux.

Elle est tout le temps moquée et surnommée exclusivement par le sobriquet « zaghrata » en rappel à ses youyous du temps de Ben Ali.

Le 30 juin dernier, on atteint le summum, les députés islamistes ne se suffisent plus de l’injure, ils passent à l’agression physique. Abir Moussi est ainsi giflée par le député Sahbi Smara (ex Karama) avant de recevoir un coup de pied violent de Seïf Eddine Makhlouf.

La présidence du parlement, complice de toujours des députés d’Al Karama, s’est contentée d’un communiqué d’une légèreté inouïe.

Autre députée régulièrement agressée par les islamistes radicaux, l’élue d’Attayar Samia Abbou, en permanence qualifiée, du sobriquet « Ayata », parce qu’elle crie toujours d’après eux.

Elle a également subi les agressions physiques des élus d’Al Karama, en décembre dernier, avec ses camarades Anouar Ben Chahed et Amal Saïdi, ce qui les a poussés à observer un sit-in puis une grève de la faim de plusieurs jours pour pousser la présidence du parlement à réagir.

Réaction des membres d’Al Karama, aucune empathie, aucun retour en arrière. Tout au long de la grève de la faim, ils se sont amusés à moquer les élus d’Attayar et à la tourner en dérision sur les réseaux sociaux. Quant à Anouar Berrached, blessé au visage, il a eu droit au sobriquet « le mkhabech ».

 

Non satisfaits de collectionner autant d’adversaires sur la scène politico-médiatico-syndicaliste, les islamistes radicaux s’en sont pris à Kaïs Saïed coupable, à leurs yeux, d’être hostile à Ennahdha et proche de leurs adversaires d’Attayar et d’Echaâb.

Après les syndicalistes, les journalistes et les ONG, c’est au tour du président de la République de subir les affres des députés d’Al Karama et de leurs inféodés.

Sur les réseaux sociaux, le président est moqué et injurié quotidiennement. Dans les plénières au parlement, on ne compte plus le nombre d’interventions durant lesquelles les députés islamistes dénigrent et provoquent le président de la République.

La palme d’or revient cependant à Rached Khiari qui accuse carrément Kaïs Saïed de haute trahison. A l’entendre, le président de la République et sa cheffe de cabinet seraient au service de la France. Il lui colle le sobriquet « Bawwes laktef » parce qu’il a embrassé les épaules d’Emmanuel Macron. Il ne se passait plus un jour sans que Rached Khiari ne diffuse un post Facebook ou une vidéo dans laquelle il dénigre et injurie le président. Quant à ses accusations, il a beau dire détenir des preuves, il ne les a jamais présentées.

 

Ces agressions à répétition ont fait que les députés d’Al Karama soient rejetés par un large pan de la société. Les sondages les montrent régulièrement en net recul. Peu importe, Seïf Eddine Makhlouf and co tournent en dérision les instituts de sondage en remettant en doute leur crédibilité. Les réactions hostiles sur leurs pages des réseaux sociaux ? Les commentaires sont systématiquement effacés et leurs auteurs bloqués. Depuis le 25 juillet, on les bloque carrément puisque les élus d’Al Karama ne supportent aucune contradiction de leurs propos. Pour justifier ce nombre important de commentaires hostiles, les députés islamistes prétendent que ce sont des robots ou bien des personnes payées par l’Egypte et les Emirats pour les dénigrer.

Il y a beau avoir une quasi-unanimité contre eux, ils restent (à ce jour) dans le déni. Ils estiment être dans leur droit et qu’ils sont intègres et irréprochables. Si tout le monde s’en prend à eux, c’est parce qu’ils ont osé s’attaquer à la France et à des dossiers sensibles tabous.

Depuis le 25 juillet, pourtant, force est de constater que la forte violence, les provocations, les injures et l’agressivité qui caractérisait leurs réseaux, a laissé place à des publications plus modérées, voire pas de publication du tout.

Avant le 25 juillet, ils se vantaient d’être les plus virils, les plus courageux, les plus déterminés. Après le 25 juillet, Rached Khiari a disparu de la circulation fuyant la police qui le recherche. Il n’ose même plus publier un post Facebook de peur qu’on remonte à sa cachette à partir de son adresse IP.

Abdellatif Aloui et Mohamed Affes pleurnichent et dénoncent la bêtise du peuple qui s’est laissé manipuler par Kaïs Saïed. Quant à Seïf Eddine Makhlouf, il se contente de poster des sourates de coran ou de relayer les quelques très rares posts Facebook de soutien.

Rejetés, méprisés, humiliés, les quatre élus d’Al Karama se trouvent aujourd’hui dans la délicate position de fugitifs. Ils sont cachés quelque part dans la nature craignant d’être attrapés à tout moment. Seïf Eddine Makhlouf et Maher Zid attendent, quant à eux, d’être inscrits dans les registres des personnes recherchées pour fuir, à leur tour, la justice.

Ils agissent, un peu, comme leurs « ancêtres » islamistes et leurs amis du CPR des années 1990 quand ils ont fui la justice pour se réfugier en France et au Royaume-Uni.

Les fugitifs d’Al Karama ne peuvent même pas partir à l’étranger comme l’ont fait les islamistes d’Ennahdha, jadis, puisqu’ils sont fichés, à leur tour, S17.

Cet état d’avilissement est la conséquence logique et naturelle de toute personnalité qui se croyait, à un moment, toute puissante et qui utilise sa force pour s’en prendre à autrui. C’est aussi la confirmation de la citation d’Abraham Lincoln : « On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps. ». Alors qu’ils avaient près de 6% aux dernières élections, les fugitifs d’Al Karama pèsent à peine 1% aujourd’hui, d’après les derniers sondages d’opinion. Est-ce suffisant pour qu’ils se remettent en question et modèrent leurs propos ? La réponse est négative et, de toute façon, c’est déjà trop tard, ils doivent passer par la case prison pour l’ensemble de leur œuvre. 

 

R.B.H.

 

 

17/08/2021 | 11:49
10 min
Suivez-nous
Commentaires
Sami Benyoussef
DarkSides
a posté le 18-08-2021 à 23:15
Profils DarkSides PP 2006!
Sami Benyoussef
DarkSides
a posté le 18-08-2021 à 23:14
Voilà des profils identiques aux DarkSides PP 2006!
Houcine
Le mythe de l'islamisme rédempteur.
a posté le 18-08-2021 à 22:54
Il me revient à l'esprit ce cri de Poseidon échouant à faire périr Ulysse et qui dit: Misère ! Voici que les dieux changent leurs décrets en faveur d'Ulysse !
Ces petits malins voulaient organiser notre péril.
Les voici frappés par un décret du ciel. Ils sont fugitifs et leur avenir est déjà passé.
Virtuel
Redressement urgent
a posté le 18-08-2021 à 10:54
Du moment que la justice est en chomage depuis belle lurette, il ne faut pas s etonner que tous les dossiers trainent y compris les affaires urgentes
L'insulaire
Ils devaient payer un jour ou l'autre....
a posté le 18-08-2021 à 03:05
....Eh bien,ce jour-la est arrive et comme toujours,comme des rats d'egouts,ils se sont volatilises...

Ou ils joindront le maquis....puisque cette vermine de makhlouf a deja poste sur une photo avec une arme que je nommerai pas,alors lui pret pour le maquis....les autres comme cette vermine et morveux de khiari....ON LES AURA et ils goutteront en premier a la justice avant d'etre envoyes chez leur tante....et comme toujours bon appetit pour nos pauvres prisonniers assoiffes.....
tun2020
Accélérons la justice pour mieux construire
a posté le 18-08-2021 à 01:44
Que de seconds couteaux - Babouche Bou Massa.

A quand le Gros Gibier ?
Citoyen_H
ALORS LES FILLES
a posté le 17-08-2021 à 22:29
Dur dur, n'est-ce pas ?
él flouss jéhlitkom, ya jouwé3a !!!!
Préparez-vous au crash final.
Beaucoup de dents vont sauter.
Famma Rabbi, ya jouhéla

Bisous les filles.



EL OUAFI
@ bn dites leurs
a posté le 17-08-2021 à 22:01
Fini la récré, bientôt à l'ombre les crapules ! Bientôt on ne verrait plus vos gueules,vous allez moisir bande d'escrocs.
BN : Vous leurs donnez l'opportunité de nous narguer davantage, cachez nous cette espèce de vermine.
On fait pas l'éloge à des voyous, des escrocs,des défenseurs de terroristes, des hors la loi,des bandit qui insultent nos soldats, nos sécuritaires, rendez-nous service pour un minimum de respect pour nos martyrs nos blessés pour tous ceux qui se sont battus, pour ce pays par les moyens de chacun de sa place, journaliste, soldat policier médecin jeune vieux etc . . . Merci d'avance. (Manai)
Carthage Libre
Fini la "joie de vivre" des Terroristes.
a posté le 17-08-2021 à 18:58
Ils ont rigolé...

Ils ont sauté (de joie)...

Ils étaient "insouciants"...

Ils étaient beau comme un lavabo...

Ahhh...qu'elle était belle la vie!!!

Ahhhh...qu'il sera beau mon trou à rat dans la Prison de Mornaguia.
EL OUAFI
@ Carthage Libre
a posté le à 21:20
Moi c'est Gaafour libre ! Comment allez-vous ?
'?a frime, chez ces corrompus,
Il y a du côté de Gaafour une ancienne mine désaffectée (mine d'El Akhouat. Qu'on les enferme dedans, et on oublie les crabes.
De Gaafour un grand bonjour.(Manai)
MFH
Vous le méritez bien
a posté le 17-08-2021 à 18:55
Quel plaisir à vous voir humiliés et rabaissés.
Bande de vauriens.
ladhari riadh
Réflexion
a posté le 17-08-2021 à 17:15
Et finalement ces zozos vont aller ou? C'est beau de se plaindre.
GZ
Huit gars et une fille
a posté le 17-08-2021 à 17:12
Non, non il ne s'agit pas de cela.
Cette photo, prise à leur sortie de la Kasbah après leur entretien avec M. Mechichi, a servi d'illustration à BN pour rendre compte de ladite rencontre. Ils avaient alors le vent en poupe, ils portaient beau, ou essayaient, bluffaient leur monde et se prenaient pour de jeunes premiers.
De tout cela, il n'est plus rien.
Gone with the wind.
Je me souviens avoir commenté la photo en leur disant leur fait et remis ces énergumènes à leur juste place.
Cavale sinon garde à vue en vue.
Comme, ils sont, qui avocat, qui médecin, qui... Tous élus de la nation, mieux que quiconque ils font confiance à la justice de leur pays.
A4
Il paraît que...
a posté le 17-08-2021 à 16:34
Ils vont demander l'asile politique en Afghanistan. . .
Jean Némarre
Les dindons de la farce, c'est nous, les contribuables
a posté le 17-08-2021 à 16:16
Je puis vous assurer que cette photo aurait tout aussi bien pu être prise aujourd'hui. Elle illustre une brochette de canailles qui rigole tout le chemin qu'ils ont à faire vers la banque.
Ne vient-on pas de les payer pour le mois de juillet et d'août malgrès le gel du parlement ?
C'est la présidence elle même qui a autorisé le versement des salaires. D'où les sourires de ces salauds. Au fond, ils auront bien raison de rire. On est après tout les dindons de la farce.
zozo Zohra
Ils étaient heureux
a posté le 17-08-2021 à 15:01
4000 dinars par mois, ils avaient fait la fête entre copains min roussssss edghofff. 4000 dinars pour avoir fait du foutage de gueules. 4000 dinars pour avoir cracher sur les tunisiens. 4000 dinars pour nous aboir narguer pendant plus 2 ans.

Ils étaient combien 25 x 4000 = 100 000 dinars.

Allah ysamahkom ya tounssa
Pendant que vous vous étiez en galère même pour boire de l'eau.
Ils vous ont même coupé la vie
Qui dit eau dit vie
The Mirror
Tout député qui va en taule est un acquis pour les tunisiens
a posté le 17-08-2021 à 14:47
Et je continue mon titre: toute crapule d'Alkarama jetée à la prison est un honneur pour les tunisiens.
Khalid
Les douze salopards, euh les neuf!
a posté le 17-08-2021 à 14:36
Une belle brochette de sousdoués, ahahah !
MH
Bonjour Khalid
a posté le à 23:07
Je préfère de loin les 8 salopards de Quentin Tarantino. Un excellent film à voir absolument. Ils sont sept gars et une fille. Là on est pas loin. Il y a un intrus. Ce qui est sûr pas la fille.
ZEBULAN
EL KARDOUNA
a posté le 17-08-2021 à 14:28
Ouaouuuu quelle photo
Cela me fait penser à la trilogie (Eleven / Twelve / Thirteen) + spinoff ( eight)

Parti AL KARDOUNA a eu cette folle idée de commencer à boucher le trou de la suite logique en commençant par 9 (Nine)
The Ocean Nine
Un film ' dont le scénario a été pondu par GHANOUCHOU dans les studios ISLAMIST ARP CORPORATION LIMITED

Al karama
Retour de manivelle
a posté le 17-08-2021 à 14:18
Espérons que les choses se passeront dans de bonnes conditions. Que le peuple Tunisien n'est pas à subir les conséquences de ce banditisme flagrant. Ils ont régné en sbires d'ennahdha et confrères, ils se croient au dessus des lois. Ils sont inscrits à l'ordre des avocats pour certains, à se poser des questions?
zozo Zohra
Excellent
a posté le 17-08-2021 à 14:01
Même la présidence du parlement a réagi une fois par un communiqué lapidaire dénonçant leur violence.

Je me suis étouffée de rire


moez
Et v allez garder cette photos qq jours ?
a posté le 17-08-2021 à 13:18
indirectement vous les rendez vedettes en laissant affichée cette piètre photo. Otez la le plus tôt possible sinon vous aurez l'effet inverse de votre article. Il y a des moments où il faut abandonner le profit s'il est de provenance sale.
RBH v v êtes partiellement rattrapé en citant la case prison après "la remise en question". De quelle remise en question vous parlez, on joue dans la division vingt quinze ou quoi ? c'est génétique et leur ego ne les laissera plus faire marche arrière, ils sont foutus pour la vie, il faut tourner la page. Allez y carrément, n'ayez plus peur. Bien à vous.
Gg
moez a raison
a posté le à 14:06
Cette photo fait des vedettes de cette brochette de racailles.
BN, enlevez la, cette photo est de provocation.
takilas
Kamcha klab.
a posté le 17-08-2021 à 13:09
Khoummaj. Sahha lihom lkaou ghanouchi al khayen bach yestâamalhoum âabid.

C'est des pourris que ghanouchi les a utilisé comme esclaves, et de les financer par son argent sale.
Cassius
Quel plaisir
a posté le 17-08-2021 à 13:06
Une expression tunisienne dit : "Fej3ane eddhib ou lè guetlènou !!!" Je trouve s'applique parfaitement à cette bande de dégénérés ! Ils se terrent comme des rats et respirent doucement pour ne pas attirer l'attention des voisins du trou dans lequel ils se planquent ! Ils sursautent au moindre bruit ! Et tout le plaisir est là ! Quelque soit la sanction qui leur sera infligée par la justice, même si c'est une relaxe pure et simple, le bruit distant de leurs pets de trouillards me fait rire aux éclats !!! Ha les enfoirés !!!
nazou de la chameliere
Bravo a el karama
a posté le 17-08-2021 à 13:04
El karama les islamistes et kalb tounes ont été les seuls a défendre la démocratie
Un triste soir d'un 25 juillet !!!

Un lecteur
Au moins on sait pour qui vous rouler et pour qui vous complotez
a posté le à 17:19
On fait moins la fière maintenant ...
nazou de la chameliere
Lecteur qui n'a même pas le courage d'avoir un pseudo
a posté le à 17:49
Je roule pour le monde libre !!
Mais ça.
'?a ne peut que dépassé votre cerveau enfermé.
Regardez matrix .
Vous y êtes !!
Si si je vous l'assure !!
Un lecteur
Le monde libre y'a***
a posté le à 20:42
Le monde des traîtres qui continuent de détruire le pays de l'extérieur et de l'intérieur !
Un lecteur qui vous emmerde vous et votre secte de ***vous ne payez rien pour attendre !
takilas
@ naziu la chameliere. C'est fini pour vous.
a posté le à 13:55
Et on attend avec impatience que votre sale Wadii Jeri sera refoulé par le hublot.
Vous avez certainement obr'tenu un recrutement dans la fonction publique à Tunis. N'est-ce pas ?
Ya sourrak wa khawana.
nazou de la chameliere
Oui taktaktak talkias
a posté le à 14:40
Oui j'ai obtenue un sacré job !!!
Et on viendra vous chercher par la peau des fesses !!
Meil
@Madame Abir Moussi
a posté le 17-08-2021 à 12:54
quand est-ce-que vous allez poser une plainte contre vos agresseurs à l'ARP? votre comportement est vraiment excentrique, vous avez reçu des coups de pieds, des gifles et vous refusez de porter plainte contre vos agresseurs. Et dire que vous voulez conquérir Carthage à la prochaine élection législative :)))


Non Madame Moussi, vous êtes en tant que représentante du peuple dans l'obligation du moins morale de porter plainte contre vos agresseurs, sinon vous donnez le mauvais exemple à la femme tunisienne de recevoir des coups et de fermer sa gueule :((

Bourguibiste nationaliste
LES DEPUTES DE « KARAMA » NARGUENT LA JUSTICE ET INSULTENT LES TUNISIENS
a posté le 17-08-2021 à 12:37
LES DEPUTES DE « KARAMA » NARGUENT LA JUSTICE ET INSULTENT LES TUNISIENS
Les députés voyous de Karama narguent la justice tunisienne et insultent le peuple. Ils parlent de « bêtise du peuple qui s'est laissé manipuler par Kaïs Saïed ». La seule « bêtise » que certains tunisiens ont commise, c'est en fait d'avoir voté pour ces voyous qui profitent actuellement de l'indétermination et de manque de fermeté et de résolution du président de la République. Ces voyous ont vécu aux crochets du peuple qu'ils insultent aujourd'hui.
Voilà ce à quoi nous a conduit l'imposture de 2011 que certains continuent à appeler « résolution » y compris à BN.
Il était temps de fermer ce parlement. Mais maintenant il est urgent de couper les vivres à ces voyous, ne plus leur verser de salaire et les poursuivre en justice, en espérant que celle-ci se montre plus ferme et plus et déterminé. Si ces voyous ne sont pas arrêtés, cela signifierait que l'Etat est impuissant devant ces malfrats.