alexametrics
lundi 22 avril 2024
Heure de Tunis : 11:29
A la Une
Les enjeux tunisiens du sommet de la ligue arabe
19/05/2023 | 10:54
4 min
Les enjeux tunisiens du sommet de la ligue arabe

 

Il est incontestable que la ligue arabe jouit d’une mauvaise réputation au sein des populations des pays concernés. Souvent accusée d’être en situation de mort clinique, la ligue arabe ne s’est jamais distinguée par des décisions courageuses et efficaces. Toutefois, le 32e sommet de la ligue qui se tient actuellement à Djeddah en Arabie Saoudite, peut receler certaines opportunités pour la Tunisie, en marge du sommet en lui-même.

 

Le premier des enjeux, et sans doute le plus important pour la délégation tunisienne présente au 32e sommet de la ligue arabe, est financier. Le président Kaïs Saïed devra se transformer, ainsi que les membres de sa délégation, en véritable VRP de la Tunisie pour tenter d’obtenir des financements et des prêts destinés au budget de la Tunisie. Les besoins sont importants et la fenêtre d’un accord avec le Fonds monétaire international se referme doucement suite aux déclarations du chef de l’État selon lesquelles il refuse tout diktat. Même si cet accord finissait par aboutir, il faudrait quand même faire des efforts importants pour attirer d’autres financements et contracter d’autres prêts auprès des pays frères et amis pour combler les déficits abyssaux des finances de l’État. Jihad Azour, directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI, avait déclaré que l’apport de plusieurs pays était nécessaire à la Tunisie en plus du prêt de l’institution de Bretton Woods.

 

Toutefois, la délégation tunisienne devra faire preuve de subtilité et de crédibilité dans la démarche de trouver des sources de financement pour le budget de l’État. Il est fini le temps où des pays comme l’Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis ou les autres pays arabes riches prêtaient de l’argent et soutenaient les pays d’Afrique du Nord sur la seule base de la fraternité et des liens historiques. Il s’agit aujourd’hui de prêts conditionnés et encadrés à l’image de ce qui se pratique partout dans le monde en matière de coopération bilatérale. Le prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohammed Ben Salman a donné le ton en accordant à l’Égypte des prêts faramineux sur la base de projets d’investissements. Le temps où les monarchies du golfe pouvaient renflouer les caisses d’un autre État semble révolu et il s’agit aujourd’hui de présenter un programme d’investissements crédible pour attirer les fonds de ces pays dans une logique différente de celle de la fraternité interarabe. Malheureusement, les trop rares expériences de ce type en Tunisie ont été des échecs retentissants.

 

Les enjeux diplomatiques seront également à suivre de près lors de ce sommet. Le premier d’entre eux sera de tenter un rabibochage avec le Royaume du Maroc. Il s’agit d’un partenaire important pour la Tunisie en Afrique du Nord. Il faudra tenter de retrouver une relation normalisée avec le Royaume chérifien sans pour autant fâcher le partenaire algérien. Rappelons que le Maroc n’avait pas du tout apprécié le fait que le président de la République, Kaïs Saïed, reçoive en grande pompe le chef du polisario, Brahim Ghali, à l’occasion du sommet de la Ticad. Les choses s’étaient envenimées au point que les deux pays ont rappelé leurs ambassadeurs respectifs pour consultation. Rabat a interprété cela comme une rupture de la Tunisie avec son historique neutralité concernant la question épineuse du Sahara Occidental et donc, un alignement aveugle sur les positions algériennes à propos de cette problématique. Les représentants de la Tunisie devront profiter de l’occasion de ce sommet pour essayer d’arrondir les angles avec le Maroc et pour démontrer que la neutralité positive reste l’un des fondements de la diplomatie tunisienne.

Autre enjeu d’importance : la Syrie. Le pays présidé par Bachar el Assad fait son retour, lors de cette édition, dans le giron arabe en participant au sommet de la ligue après une absence de douze ans. Pour la Tunisie, il s’agira de continuer le travail pour faire oublier le coup bas asséné en février 2012 quand le « congrès des amis de la Syrie » avait été organisé dans notre pays. D’ailleurs, le président de la République, Kaïs Saïed, a reçu son homologue syrien dans son lieu de résidence à Djeddah et s’est dit heureux de tenir cette rencontre historique qui traduit les relations d’amitié entre les deux pays « contrairement à ce qu'avaient prétendu certains en tant qu'amis de la Syrie alors qu'ils ont participé à la souffrance du peuple syrien pendant des années » d’après le texte du communiqué. La référence est claire à ce qui s’est passé en 2012. Cette rencontre semble couronner les efforts entrepris récemment par la Tunisie pour renouer les liens diplomatiques entre les deux pays à travers, notamment, la nomination d’un ambassadeur à Damas et la réouverture de la représentation diplomatique syrienne en Tunisie.

 

Le 32e sommet de la ligue arabe devrait traiter, de manière générale, les enjeux du commerce interarabe, du climat et les défis reliés à l’énergie et à l’approvisionnement. Il n’y a pas de décisions révolutionnaires attendues lors de ce sommet. Néanmoins, ce type de sommets reste une bonne occasion pour des pourparlers et des efforts diplomatiques et politiques qui se font en marge des travaux officiels. La Tunisie a actuellement besoin du soutien des partenaires arabes. Pour l’obtenir, il va falloir la jouer fine et surtout clarifier la position officielle tunisienne sur plusieurs sujets. La balle est dans le camp de la délégation tunisienne.

 

Marouen Achouri

19/05/2023 | 10:54
4 min
Suivez-nous
Commentaires
Larry
Pour les deux guignols qui m'ont répondu et qui se sentent arabe !
a posté le 21-05-2023 à 11:43
Un canadien parlant le français est il un européen ?....
Un mexicain parlant l'espagnol est il un européen ?....

Un tunisien parlant l'arabe est il arabe ?.... comme un mauritanien ou un marocain ?

Nous sommes africains, d'origine berbère, nous vivons au maghreb....
Nous n'avons rien d'arabe à part la langue !
Si c'est trop dur à comprendre pour vous ?....
Désolé.....
Jimmy
@larry le bougnoul
a posté le à 21:31
Quoi que tu fasses avec ta tête de cramé, tu seras toujours pris pour un arabe .....tu t'es pris pour un suédois face de rat
Larry
C'est hilarant !...
a posté le à 23:35
Tu insultes donc tout les tunisiens de ce forum de tête de cramé, face de rat et de bougnoul !....

Tu vas te faire des amis !...

Pour ton info personnelle, j'ai une bonne tête de nord européen (d'où mon pseudo)... je ne ressemble absolument pas à un méditerranéen et je n'utilise jamais mon passeport tunisien pour éviter les emmerdes dans les aéroports....

Pour conclure, c'est tout de même mieux que Jimmy le bâtard !.....
takilas
Dieu merci ! Hamdou Lillah
a posté le 20-05-2023 à 12:23
Une pourriture cachée au fond du c'?ur depuis plus que dix ans commence à s'enlever.
Sahha lihom ya...âabathtou kima habbitou lâaounata.......ya.....sourrak ya moujrmine.
Zarzoumia
Hak alfine
a posté le 20-05-2023 à 09:07
Marratane fi baytina
Ja ana rajolone nathif
Ydour bka3ba kapoussin
Wsigarou ya3mel elkif
Ma y7ebech el5awana
W la y7eb yhoudi wla wssif
Y7eb elkelma mawzouna
Ma fale7 kan fi ta3lif
Nass lkol za9afouna
Bissiassa walla bissif
Kayénou yz9a9 fina
7kayatou kan etta5rif
A7na eloued hazezna
Howa yghanni el7al sif
5ater chef jradetna
We dziri kollou ta9fif
Zarzoumia
On verra
a posté le 19-05-2023 à 19:06
Malheureusement, la finesse n'est pas le fort de ce pouvoir. Il ne fait pas dans la dentelle que ce soit sur le plan intérieur ou extérieur. Sur le plan financier, le dicton dit aide toi le ciel t'aidera. Il faut primordialement poser les jalons des réformes structurelles pour espérer fructifier d'éventuelles aides. Le tunisien dit qu'aucun chat chasse pour le bon dieu, les pays du golf ne font pas exception. Ils voudront rentrer dans le capital de pas mal de secteurs. C'est à nous de définir les priorités et les investissements stratégiques. Tout cela doit se faire en toute transparence avec les tunisiens et non pas comme les négociations menées avec le FMI. Ce pouvoir doit éviter l'opacité et informer les tunisiens.
Le rapprochement avec la Syrie doit nous permettre, en priorité, d'éclairer les zones d'ombres autour de la question des djihadistes tunisiens et clore ce dossier. Attention aux liens avec l'Iran.
La ligue arabe est une coquille vide politiquement et économiquement, traversée par des fractures béantes, continuons à faire semblant, cela peut satisfaire certains penchants identitaires. Je pense qu'arrimer la Tunisie à ce monde, c'est la plomber. Je pense que la tunisianité avec ses particularités et son histoire doit primer, l'équidistance et la neutralité doivent se concrétiser politiquement avec un penchant vers les valeurs de démocratie et de liberté. Faire le fière à côté d'Al Assad, c'est insulter la révolution Tunisienne ou plutôt ceux qui espéraient sincèrement une révolution vers la liberté et la démocratie. Cela ne dédouane nullement les forces obscures dont les occidentaux et les pays du Golf qui avaient d'autres visées que la démocratie et la liberté.

DZ Ex Machina
Simple Question
a posté le 19-05-2023 à 16:56
Je voudrais qu'on m'explique en quoi le Maroc est un partenaire important pour la Tunisie en Afrique du Nord.
- La Tunisie partage-t-elle une longue frontière commune avec le Maroc : NON
-La Tunisie reçoit-elle de manière régulière des aides financières et des prêts à des conditions avantageuses du Maroc : NON
- La Tunisie a-t-elle des liens économiques importants et une complémentarité économique avec le Maroc : NON
- La Tunisie est-elle d'accord avec l'alliance militaire tous azimuts entre le Maroc et Israel : Non
Larry
Ne pas confondre....
a posté le 19-05-2023 à 13:44
La ligue des pays arabes....
Et la ligue des pays qui baragouinent l'arabe !....

Nous sommes africains !...
Ne l'oublions jamais...
Wissem
Baraguouine ?
a posté le à 09:10
Personne ne baraguouine l'arabe. Tu n'es pas plus compétant que les linguistes. Nous sommes aussi arabes !!! Ne l'oublions jamais. D'ailleurs culturellement nous le sommes plus qu'africains.
Beur
La haine de soi.
a posté le à 16:13
Parle pour toi. Les gens comme toi veulent nous détruire par ethno-masochisme poussé à l'extrême.
Les tunisiens se se sentent Arabes.
Espèce de taré !