alexametrics
mercredi 29 mai 2024
Heure de Tunis : 13:19
Chroniques
Apporter des solutions à l’Afrique et l’humanité, disait-il…
Par Nizar Bahloul
29/08/2022 | 16:59
6 min
Apporter des solutions à l’Afrique et l’humanité, disait-il…

 

S’il y avait un concours mondial de la mégalomanie, Kaïs Saïed l’emporterait haut la main.

On dirait que le bonhomme se croit mu par une mission divine. Jeudi dernier, en recevant son ministre des Affaires étrangères, le président a « donné ses instructions afin de trouver des solutions à plusieurs problématiques à l'échelle de l'Afrique et du monde entier (…) soulignant l’approche tunisienne pour la résolution des problèmes de l’Afrique et de « l’humanité » en général. »

La même idée est reproduite trois jours plus tard, lors du sommet de la Ticad. Devant ses pairs africains, Kaïs Saïed les invite à regarder le monde à partir de son approche !

Notre président n’a pas été capable de trouver des solutions à un minuscule problème de levée d’ordures à Sfax, un problème qui traîne depuis le mois de novembre. En pleine pénurie de sucre, de café, de riz et de carburant, avec une inflation galopante et une crise économique aigüe, Kaïs Saïed déclare, devant les sommités africaines et nippones, être capable de solutionner les problèmes d’Afrique et de l’humanité. C’est juste une question d’approche, conclut-il.

Non, monsieur le président, c’est juste une question de mégalomanie. Je vous invite à vous documenter sur le principe de Dunning-Kruger, selon lequel les incompétents se croient compétents, c’est-à-dire surestiment leurs capacités et leurs performances. Quand ils croient détenir la science infuse, ils sont, en fait, au summum de la bêtise. Et plus ils avancent dans le savoir, moins ils sont sûrs d’eux. « L’ignorance engendre la confiance en soi plus fréquemment que ne le fait la connaissance », a déjà dit Charles Darwin.

Kaïs Saïed ne connait rien au management, il est ignorant en nouvelles technologies et même en réseaux sociaux, on ne lui connait pas d’amis, il n’a pas de connaissances diplomatiques et géostratégiques, Kaïs Saïed ne sait que pérorer.

Le problème principal de Kaïs Saïed est qu’il n’avait quasiment jamais voyagé de sa vie. Il n’a donc pas vu comment vivent les autres peuples et quelles sont leurs expériences. Il aurait voyagé, il aurait compris que les livres et les auteurs qu’il cite régulièrement sont anachroniques. Que leurs théories sont éculées. Que l’humanité a déjà essayé leurs méthodes pour aboutir à des échecs.

En donnant des leçons à ses pairs africains et nippons, Kaïs Saïed n’a fait étaler que son ignorance du monde, de l’Histoire et de l’humanité.

 

Alors qu’il propose de résoudre les problèmes du monde, sans avoir résolu ceux de son pays, Kaïs Saïed a créé vendredi dernier un nouveau problème. Un problème inédit carrément. Comme si on n’en avait pas assez déjà.

Il est allé lui-même recevoir à l’aéroport, avec les honneurs dus à un chef d’Etat, Brahim Ghali, le militant indépendantiste sahraoui, fondateur du Front Polisario.

Colère immédiate du Maroc qui rappelle son ambassadeur. Le ministère tunisien des Affaires étrangères répond, laconiquement avec des approximations et rappelle à son tour notre ambassadeur.

Jamais, au grand jamais, il n’y a eu une telle tension entre la Tunisie et le Maroc.

Le territoire du Sahara occidental est considéré comme un territoire national pour les Marocains, depuis le départ du colon espagnol et la Marche verte de Hassen II du 6 novembre 1975. L’Algérie considère les choses autrement. Pour elle, tout comme pour une partie des Sahraouis, ce territoire est indépendant et ne saurait être marocain.

Quand les uns parlent d’indépendance, les autres parlent de séparatisme.

En Tunisie, on a toujours évité de parler du sujet du Sahara occidental. Et la prudence exige que je l’évite à mon tour, dans la droite ligne de la conduite de Habib Bourguiba, Zine El Abidine Ben Ali et Béji Caïd Essebsi. La diplomatie tunisienne a toujours su ménager les Algériens et les Marocains, en adoptant cette prudente politique de neutralité.

Kaïs Saïed a balayé d’un revers cette tradition et s’est permis, de son propre chef, sans consulter personne, de recevoir le représentant du Polisario. Ce geste est un vrai cadeau offert à son ami Abdelmajid Tebboune président de l’Algérie. Est-ce une bêtise, est-ce une erreur diplomatique ou est-ce un calcul tactique de la part de Kaïs Saïed ? L’avenir le dira.

 

Sur le principe, la Tunisie est souveraine et c’est son droit absolu de recevoir qui elle veut sur son sol.

Le président de la République est souverain chez lui et personne n’a le droit de lui dicter quand il doit aller à l’aéroport et qui il doit recevoir.

De même, le Maroc est souverain et c’est son droit absolu de nouer des relations avec qui il veut. Ainsi, la Tunisie n’a émis aucune réserve et n’a pas rappelé son ambassadeur, quand le Maroc a noué des relations diplomatiques et amicales avec Israël, un pays ennemi qui a bombardé la Tunisie en 1985. On aurait pu, mais on ne l’a pas fait.

Que le Maroc se fâche que Kaïs Saïed reçoive Brahim Ghali à l’aéroport et qu’il considère le geste de la Tunisie comme inamical, cela peut se comprendre. Sauf que la réaction du Maroc est franchement disproportionnée. Cela a même dépassé le monde politique pour toucher celui sportif.

La Tunisie a toujours respecté la souveraineté du Maroc (et pas que), le Maroc se doit en retour de respecter celle de la Tunisie.

Pourquoi cette attitude disproportionnée ? Sans entrer dans les détails, il est bon de rappeler que les relations entre la Tunisie et l’Algérie sont au beau fixe. Comme souvent.

Il est également bon de rappeler que les relations entre l’Algérie et le Maroc sont exécrables. Comme souvent.

Il est enfin bon de rappeler que l’ancien président Moncef Marzouki est le chouchou du roi Mohammed VI et un des pires ennemis de Kaïs Saïed qui l’a récemment fait condamner à quatre ans de prison ferme.

Ces pistes de lecture suffisent pour comprendre la disproportionnalité entre l’attitude de Kaïs Saïed et la réaction du Maroc.

 

Au-delà de l’attitude de Kaïs Saïed et de la réaction marocaine, cet incident relève au grand jour deux choses.

Kaïs Saïed est incapable de résoudre des problèmes, comme il prétend. Au contraire, il en crée. On l’a déjà vu à l’œuvre, à maintes reprises, sur le plan national, le voilà maintenant qu’il agit sur le plan international.

Le Maghreb arabe, et la nation arabe tout court, sont une utopie. Il n’en est rien réellement. C’est un discours unioniste qu’on sert aux peuples depuis l’époque des colonisations, mais les Arabes sont loin d’être une nation, ni même les Maghrébins. « Les États n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts ».

Le Maroc est allé chercher ses intérêts chez son nouvel ami israélien, grand bien lui fasse.

Kaïs Saïed devrait faire pareil et aller chercher ses intérêts là où ils se trouvent. Chaque action, chaque geste, chaque politique doit répondre systématiquement à cette question : « est-ce utile aux intérêts de la Tunisie ? ».

Partant, nous sommes en droit de nous poser cette question : quelle est l’utilité de recevoir Brahim Ghali au pied de l’avion ? On n’en voit aucune !

Par Nizar Bahloul
29/08/2022 | 16:59
6 min
Suivez-nous
Commentaires
MAC
Que du bla bla bla !!
a posté le 05-09-2022 à 16:05
@Nizar Bahloul toujours du bla bla bla !!
Mais propose qq chose, construisons ensemble pour ce pays !!
C'est la énième fois que je lis l'un de tes articles .. que des critiques .. que les critiques !!
Voila un défi pour toi: pour un problème soulevé, proposes-nous une, une seule solution !!
Nephentes
Ou va nous mener Mr Kais Saed
a posté le 30-08-2022 à 09:58
Mr Bahloul a raison de souligner l'inaptitude l'incapacité de Mr Saed a exercer la fonction a laquelle il a été elu

Lui ne peut pas l'écrire mais moi simple lecteur je l'écris et au diable les rats de la police politique

selon toute vraisemblance Mr Kaes n'a pas toutes les facultés intellectuelles pour faire face a la situation que vit le pays; après, personnes n'a jamais eu toutes les facultés intellectuelles pour exercer n'importe quel poste a responsabilité

Mais là je parle de capacités d'analyse et de discernement, et de faculté de prise de décision rationnelle

La teneur de certains passages de son discours ne laisse aucun doute : il est hors sujet

Dangereusement hors sujet

Et très certainement on ne lui remonte pas toutes les informations nécessaires pour piloter de manière adéquate

Au vu de ce qui nous attend en termes de crise socio-économique il faut écrire noir sur blanc que Mr Saed est totalement dépassé par les évènements et qu'il constitue un péril certain pour ce pays

et que des lobbys mafieux tapis au sein de l'Etat profond attendent leur heure
Usurpateur
Voyons,voyons.....
a posté le à 13:09
Voyons,voyons,@Néphentes,vous savez bien que l'on n'est plus du temps* de Ben Ali ou de Bourguiba où c'était " à qui parlerait le premier",la parole a été libérée le 14 janvier 2011 "oul lsèn méfihouch âdham",alors vous savez pour faire taire 12 millions de Tunisiens,il faut se lever de bonne heure......
*Ceci dit,attendez-vous à recevoir de la visite ce soir,non pas à cause de la nature de vos propos,mais pour avoir envoyé au Diable de pauvres gens....
Le derviche
Recommandation à messire Pangloss.
a posté le 29-08-2022 à 20:17
https://www.ox.ac.uk/admissions/undergraduate/courses/course-listing/classics
EL OUAFI
Qu'est-ce que vous proposiez Mr N B
a posté le 29-08-2022 à 20:04
Oui c'est toujours la même rengaine,Kais Saied est un nul supposons, de votre coté y a t-il des solutions concrètes, proposez ce qu'il fallait faire entreprendre ?
Même si c'est du bénévolat, beaucoup de vos compatriotes vous seront reconnaissants monsieur Nizar.
Vous vous murer derrière les critiques, et la vilenie, Kais Saied n'est pas HEDI NOUIRA, ni Bourguiba, certes que faire en l'abscence des stratèges ?
Il y a des éminences grises dans notre pays, pourquoi ne pas les mettre en valeur ?
On attend impatiemment votre réponse monsieur Bahloul.
Fares
Fair deal
a posté le 29-08-2022 à 19:13
Tebboune: Kaisoun, tu vas aller tout de suite à l' aéroport pour accueillir le chef du Front de Polisario, compris?

Kaisollah: J'aurais quoi comme récompense moi?

Tebboune: Je te donnerai des biscuits.
AMMAR BEZZOUIR
Nous sommes aussi fidèles à notre Kaddafi !
a posté le 29-08-2022 à 18:31
Si les Japonais ne s'étaient pas mis en travers de son chemin, le Kaisollah aurait imposé facilement sa Constitution meme sans référendum (substitut du livre vert de Kaddafi !) au continent africain. Il a été assez réticent - ou a oublié - et n'a même pas appelé Tounis comme capitale de l'Afrique et Mnihla son QG, dommage !

Mais ce qui n'est pas encore fait peut encore l'être, nous n'abandonnons pas !
Fares
Qui peut le plus, peut le moins?
a posté le 29-08-2022 à 17:51
Certainement pas et comme dit l' adage: le bossu ne voit jamais sa bosse.

Kaisollah continue sa fuite en avant afin de cacher son incompétence historique à lui même d'abord et à l'ensemble des citoyens.

Il est le pire président que notre pays n'ait jamais eu et quelqu'un de complètement irresponsable et donc dangereux.
Smida
Mohsen
a posté le 29-08-2022 à 16:59
Marzouki est le chouchou du roi marocain pourtant businessnews avait fuité soit disant l'altercation entre les deux même en 2013!!!!
Couyonade
Bof!
a posté le 29-08-2022 à 16:55
Bof,on n'est plus à une couillonnade près!