alexametrics
dimanche 16 janvier 2022
Heure de Tunis : 19:48
A la Une
Le référendum dans l’histoire moderne de la Tunisie
03/12/2021 | 11:24
2 min
Le référendum dans l’histoire moderne de la Tunisie


Mot latin francisé, le référendum, est, selon Larousse, un « procédé de démocratie semi-directe permettant aux citoyens de manifester eux-mêmes un choix politique ». Alors que la crise politique s’approfondit en Tunisie, le hype autour de ce concept de consultation ne fait que s’amplifier.

 

A défaut de réunir les conditions nécessaires à un référendum tel que mentionné dans la Constitution de 2014 et le Code électoral, le président de la République, Kaïs Saïed, a évoqué, en octobre, le sujet appuyant la mise en place d’un genre « nouveau et innovant » de référendum sous la forme d’une consultation populaire dont l’objectif est de collecter un ensemble de propositions auprès des citoyens et ainsi concrétiser son projet de dialogue national avec la jeunesse tunisienne.

 

Plus tôt en juin cette année, de nombreuses associations, mouvements et personnalités politiques et publiques à l’instar de Mohsen Marzouk, Sahbi Ben Fredj, Chaouki Tabib et Saïd Aïdi ont annoncé la création du collectif Soumoud ; un front pour le référendum avec pour objectif le sauvetage du pays par le changement du système politique et l’amendement du code électoral à travers un référendum.

 

Ce procédé n’est pas totalement méconnu de la politique tunisienne. C’est en 2002 qu’il a été utilisé pour la première fois dans l’histoire moderne de la Tunisie. L’ancien président de la République, feu Zine El Abidine Ben Ali, en a fait usage pour s’assurer une présidence à vie. Il a, pour rappel, porté sur la révision de la Constitution de 1959 pour augmenter le seuil des mandats que peut briguer un chef de l’Etat et repousser l’âge limite pour postuler à la présidentielle de 70 à 75 ans.

 

N.J. 

 

 

03/12/2021 | 11:24
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Warrior
faite comme la Gambie ... votez avec des billes .......................................
a posté le 06-12-2021 à 13:19
en Gambie, on vote avec des ... billes !!
pas besoin de internet, de smartphones ...
https://www.youtube.com/watch?v=Y4LpBYBTNn8

zozo Zohra
Référendum
a posté le 05-12-2021 à 10:31
J'espère qu'il fournira la logistique, dans toutes les régions. Sinon je ne vois pas comment vont-ils faire.

Quand, je vois galère, de ces pauvres vieillards pour allez s'inscrire pour les aides de 300 dinars. Une queue pas possible devant "publinet"

Warrior
Rifirandoum .... de pacotille, poudre aux yeux ..................................
a posté le à 11:46
ce "rifirandoum" concerne les riches des berges du lac, qui ont internet, ordinateurs et smartphones.
Naturelement ils vont tous voter pour ce despote dicateur.
okba
quelle comparaison
a posté le 04-12-2021 à 21:05
M.URMAX-vous êtes sérieux en comparant la Tunisie à la Suisse pour le référendum populaire- niveau de culture et d'éducation, intégrité et indépendance des institutions dans leurs fonctionnements, ,véritable démocratie et non de façade ,sens de la citoyenneté ,du civisme , du patriotisme et de l' intérêt général aussi bien chez les gouvernants, les hommes politiques et les partis que chez le peuple_ vous plaisantez, nous en sommes à des années lumières
Soussi
Travailler
a posté le 04-12-2021 à 19:32
Comment le pays va avancer dans cet atmosphere bordelique
Tous contre tous et surtout
Qui fait mieux pour enfoncer le pays dans la merde
Mr Le President le 25 juillet va creer un autre 25 contre vous
Ou sont vos conseilles
BIEN
La "démocratie directe" reste une utopie ?
a posté le 04-12-2021 à 17:02
Par example organisons un référendum en France ou en Allemagne : faut-il sortir de la zone euro ? ou faut-il expulser les étrangers du pays ? A votre avis, quelle serait la réponse la plus probable et les dommages irréversibles pour le pays ?

La "démocratie directe" n'est pas compatible avec le système de gouvernement parlementaire.
Cet argument doit être nuancé en fonction des différentes procédures. Dans le cas de la législation populaire, une démocratie de concordance de type suisse pourrait se développer. Une dissolution de la concurrence entre les partis et une présidentialisation du système politique en seraient la conséquence si les restrictions aux initiatives et aux demandes populaires étaient assouplies dans le pays ou si la législation populaire était introduite au niveau régional. Les référendums obligatoires ne présentent pas ce risque. Ils entraînent toutefois un conservatisme de vote (Ennahdha passe lo bonjour!) qui pourrait avoir un effet négatif sur la capacité de réforme. Les référendums facultatifs ou les consultations populaires pourraient en revanche être utilisés abusivement par les parlementaires ou les gouvernements pour renvoyer au peuple des décisions politiques déplaisantes et se dégager de leurs responsabilités.

La "démocratie directe" n'apporte aucun gain de liberté au peuple.
Les partisans de la "démocratie directe" argumentent souvent que les citoyens ont ici une influence directe et sont donc plus libres. Mais les plébiscites ne représentent un gain de liberté que pour les initiateurs, qui formulent la question soumise au vote, et pour les votants, qui s'identifient entièrement à la demande. Les votants n'ont aucune influence sur l'évolution de la question soumise au vote.

La "démocratie directe" favorise l'exclusion de certains groupes et milieux sociaux.
Tant à l'initiative de l'introduction d'une procédure de "démocratie directe" qu'au moment de la votation, ce sont les membres des couches sociales proches de la formation et aisées qui dominent. Le Parlement offre en revanche un cadre institutionnel solide pour les processus de formation de la volonté de l'ensemble de la société. De plus, les députés intéressés par une réélection sont enclins à s'associer le plus largement possible à la société.

Avec la "démocratie directe", la responsabilité et l'orientation vers l'intérêt général sont négligées.
Si les décisions prises par voie plébiscitaire s'avèrent erronées, les initiateurs ou les votants ne peuvent pas être tenus pour responsables. C'est au contraire le Parlement qui doit intervenir pour corriger le tir. Dans ces conditions, il n'existe pas de contrainte durable à l'orientation vers l'intérêt général chez les initiateurs de plébiscites et chez les votants.

Le plébiscite ne met pas fin au débat politique, mais peut avoir un effet d'aggravation des conflits.
De nombreux partisans de la "démocratie directe" espèrent qu'elle aura un effet pacificateur, car le plébiscite met un point final à un conflit politique. Les éléments plébiscitaires s'accompagnent toutefois d'une polarisation qui n'est pas de nature à mettre fin à des discussions non disputées.
WArrior
Franalphabétisme et moutons suiveurs de la France ..............................................
a posté le à 12:04
1. la Suisse est un ensemble de petits pays, equ. de Wilaya, avec chacun ses lois:
code pénal vaudois ( francophone) :
https://www.lexfind.ch/fe/fr/tol/19239/fr
code pénal de Bern ( germanophone):
https://www.belex.sites.be.ch/frontend/texts_of_law?locale=fr
vous n'ètes pas la suisse. obviously.

2. en démocratie, le régime parlementaire est la règle: UK, B, D, Esp, Dk ...
le régime presidentiel est dictatorial. ex. Macron peut dissoudre le parlement !!
dans 1 régime parlementaire, Zine Alioglu ou Qays ... n'aurait jamais pu faire son coup.

encore une fois, la France est votre malheur.
Sebei
Le cercle vicieux
a posté le 04-12-2021 à 16:19
La question à poser pourquoi les deux régimes consécutifs ayant reigné le pays ont procédé au même recours une présidence à vie et même la transition démocratique a échoué après 10 ans et n'a pas pu aller loin pour se retrouver dans un régime carismatique malgré que toutes les techniques démocratiques sont utilisées de la liberté d'expression à la participation de la société civile aux elections jusqu au conflit d'intérêt et abus de pouvoir je pense que le problème est un problème systémique un problème de mentalité snob et de croyances de marché et de système archaique que toutes les stratégie conjoncturelles ne peuvent pas l'influer et le changer il faut alors enraciner un nouveau système de valeur et une autre programmation civile basée sur Le respect de la légitimité rationnelle et légale, la limitation des pouvoirs et le contrôle entre elles, la suprématie de la loi et l'égalité de tous devant elle, l'indépendance de la justice, le civisme et le respect des institutions et du travail institutionnel, la citoyenneté et la vie citoyenne qui nécessitent le respect des spécificités et la construction d'un ensemble vivre commun, la lutte contre le radicalisme, la corruption et les privilèges, la propagation des valeurs humaines de tolérance et de dialogue. Sans tous ça on retournera aux mêmes résultats avec d'autres acteurs mais avec des pertes humaines et matérielles
BOUSS KHOUK
CE N'EST PAS UN R'?F'?RENDUM (( A BIEN LE COMPRENDRE ))M
a posté le 04-12-2021 à 00:04
ce n'est que CONSULTATION des demandes et l'attente des tunisiens tout simplement !!! ARR'?TEZ DE BOURRER LES CR'?NES DES CITOYENS AVEC VOTRE REFERENDUM '? LA CON !! j'alucine ! êtes vous vraiment minables à ce point pour embourber certaines catégories de citoyens tunisiens ! Qu'elle mesquinerie ..
URMAX
Excellent !
a posté le 03-12-2021 à 21:57
Le même principe qu'en Suisse :
L'opinion populaire est consultée en premier.
...
C'est le PEUPLE qui doit décider !
...
... pas des pions obscurs au parlement, qui ne viennent meme pas aux séances parlementaires.
ILs veulent le salaire, sans faire le travail. Et si ils viennent, c'est pour transformer le parlement en une vraie cage aux folles
Basta, de toutes ces mises en scènes théatrales.
Warrior
le Lac du Referundum ........................................
a posté le 03-12-2021 à 15:19
1. d'abord qui possède Internet ?
et qui possède un smartphone ?
son référundum se limite ... aux berges du Lac .

2. il est très trop facile de truquer le résultat, surtout en absence d'observateurs , autres que les laquais du dictateur.

son référundum il peut se le carrer où vous pensez.
takilas
Entre truquer et corrompre les résultats que faut-il privilégier ?
a posté le à 05:19
Il faut apprendre aux corrompus et aux régionalistes de distinguer les les gens honnêtes des maniganceurs et des escrocs en plus de la compétence qui a fait défaut depuis durant lpériode, entre 2011 et 2021 de tous les malheurs et les toutes et les escroqueries eb Tunisie, et dont le peuple tunisien (les libres et non les esclaves de nahdha) et leur président dévoué, serein et nationalistes, se rendent compte de l'arnaque jamais connue pendant des siècles, à savoir une arnaque planifiée à Londres entre 2006 et 2011 par des deboussolés qui ont supposé que la démocratie peut se réaliser par la formation d'un clan (ou une secte de proches parents issus du sud tunisien) réfugiés politiques qu'ils supposent dangereux et terroristes, mais qui peuvent leur rendre service un autre jour de saisir le pétrole libyen qui les tient à coeur.
En conclusion, il y a lieu de de déduire que même à l'orée du troisième millénaire l'esprit colinisateur demeure présent plus que lors de la colonisation par quelques occidentaux de l'Afrique et de la d'Asie lors du début du XX ème siècle et marqué par les guerres mondiales, la question qui se pose ainsi, c'est de savoir si une troisième guerre mondiale aura lieu ? à cause de ce pétrole libyen tant apprécié
ourwa
@ Warrior, 03-12-2021 à 15:19
a posté le à 22:48
Vos remarques sont légales et légitimes à propos de ce référendum en ligne projeté par KS, mais elles vous obligeraient-elles de plonger, encore une fois, dans votre fonds de commerce idéologique exclusivement tapissé d'insultes et de grossièretés ? OUi, je sais, c'est plus fort que vous; les hyènes de votre espèce se multiplient actuellement dans le pays comme le font des métastases cancéreuses...
Warrior
tu confonds critiquer et insulter ..................
a posté le à 16:05
où vois-tu des insultes ?
suis le seul qui n'insulte personne. j'en reçois plein, mais je n'y réponds pas.
URMAX
? !!! ? Seulement aux berges du lac, dites vous !!! ?
a posté le à 21:44
... no comment ...
Mais, ... une chose est certaine :
Vous ne voyagez guere dans les régions intérieure du pays, vous ... !