alexametrics
lundi 15 juillet 2024
Heure de Tunis : 15:42
A la Une
Le musée du Bardo, victime collatérale de la politique de Kaïs Saïed
18/01/2023 | 15:10
5 min
Le musée du Bardo, victime collatérale de la politique de Kaïs Saïed

 

Voilà 542 jours que le musée du Bardo est fermé au public. Depuis l’annonce des « mesures exceptionnelles » et le gel des travaux de l’ARP, le 25 juillet 2021, le musée attenant au siège de l’Assemblée est barricadé. Personne ne sait ce qu’il advient des collections uniques que recèle ce monument historique majeur de Tunisie et d’Afrique. Le sort de ce site, qui figure parmi les plus célèbres du pays, ne semble pas préoccuper grand monde, hormis quelques spécialistes et amoureux du patrimoine qui luttent encore contre l'oubli... 

 

Retour sur l’histoire de l’un des musées les plus importants du bassin méditerranéen et d’Afrique

Le musée du Bardo, a été créé en vertu du décret beylical du 25 mars 1885 proclamant la création du musée Alaoui – comme il se nommait alors - dans l’ancien harem de M’hammed Bey. Six années ont été consacrées aux travaux de réhabilitation et à la collecte des œuvres, avant que le musée Alaoui n’ouvre ses portes le 7 mai 1888.

Comme le mentionne la présentation du musée, le palais d’Ali Pacha, centre de l’exercice du pouvoir depuis 1705, devient à l’indépendance de la Tunisie en 1956, le siège de l’Assemblée nationale constituante. Le musée Alaoui est alors « amputé » du plus ancien de ses édifices, et change de nom pour devenir le musée national du Bardo.

Le musée du Bardo est, avec celui du Caire, l’un des monuments les plus importants et les plus riches d’Afrique. Il a la particularité d’abriter une collection qui provient essentiellement des fouilles effectuées sur le sol tunisien et qui donc reflètent l’histoire du pays. Le musée est célèbre pour sa collection de mosaïques romaines uniques, des œuvres d’art qu’on vient admirer par milliers du monde entier.

Les mosaïques du musée Bardo sont considérées comme l'une des collections les plus importantes au monde de mosaïques romaines. Ce sont principalement des œuvres de l'époque romaine de Tunisie (IIIe siècle apr. J.-C. à IVe siècle apr. J.-C.). Une des mosaïques les plus célèbres de la collection est celle de « La scène de chasse ». 

Le musée, outre les mosaïques romaines, abrite une collection remarquable d’artefacts phéniciens et des objets de la période islamique.

Au fil des années, le musée a subi plusieurs rénovations et extensions pour accueillir des collections croissantes d’objets historiques.

 

25 juillet 2021, le musée du Bardo victime collatérale

Nous avons contacté Habib Ben Younes, ancien conservateur du musée du Bardo, pour en savoir plus sur la situation du monument. Habib Ben Younes est parmi les rares personnalités qui bataille pour la réouverture du musée et son sauvetage.

« Ce n’est plus un simple musée, le musée du Bardo est un monument. Quel pays africain peut se targuer d’avoir un musée qui a 135 ans d’âge, qui recèle des pièces uniques dans le monde méditerranéen, des mosaïques et des bronzes exceptionnels ? Comment une telle chose peut arriver et durer aussi longtemps ? Comment le sort de ce joyau peut-il être mis entre parenthèses pour plus d’un an maintenant ? Vous imaginez le Louvre fermer ? Le musée du Bardo est un symbole de la Tunisie, il l’est comme l’est son drapeau, on ne peut pas le jeter aux oubliettes et ne pas en faire une priorité. Ce qui arrive est déplorable tant au niveau culturel qu’économique, les croisières reprennent, le tourisme bouge et c’est vraiment dramatique de ne pas offrir aux touristes la chance de visiter le musée », nous a confié M. Ben Younes.

 

Si seul un personnel réduit et listé a le droit d’accéder au site, l’ancien conservateur estime qu’une équipe réduite est loin d’être suffisante pour accomplir le travail colossal que nécessite l’entretien du lieu. « Le musée du Bardo est d’habitude une vraie fourmilière. L’entretien des collections n’est pas une mince affaire, nous sommes un pays humide et poussiéreux, le bâtiment est ancien et il est nécessaire d’œuvrer avec le laboratoire central de conservation et de restauration pour préserver les pièces et veiller au bon état des mosaïques et autres objets exposés », nous a-t-il expliqué.

« Pour ma part, j’estime nécessaire que des spécialistes attestent de la bonne préservation des œuvres, qu’un contrôle régulier soit effectué pour confirmer que les objets n’ont pas été altérés par cette fermeture. On ne communique rien de la situation actuelle, nous ignorons tout de ce qui est en train d’être fait, sur l’avancement des travaux qu’on dit mener. Il faut rassurer les Tunisiens, c’est très important de donner un calendrier, de montrer que le site vit », a déploré Habib Ben Younes.

« Nous avons pu comprendre qu’il soit fermé, les considérations politiques et sécuritaires nous les avons intégrées mais cela a assez duré et puis des solutions existent. On peut tout à fait sécuriser le périmètre, faire en sorte d’éviter toute infiltration mais on ne semble pas vouloir à tout prix trouver une solution, ça ne semble pas être une préoccupation », a-t-il ajouté, navré.

 

Il n’est pas grand-chose dans le pays qui n’ait été mis à mal par la situation politique calamiteuse qui perdure et s’éternise. Tout y est passé, absolument tout. Aujourd’hui c’est le musée du Bardo qui fait les frais de l’amateurisme et de l’irresponsabilité de dirigeants marchands de sable qui plongent le pays dans une léthargie affligeante et pour qui les priorités sont ailleurs.

 

Myriam Ben Zineb

18/01/2023 | 15:10
5 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
Nouri
destruction
a posté le 18-01-2023 à 21:59
l'occupation du palais de Bourguiba veut anéantir l'histoire de la Tunisie ancienne et contemporaine ( celle de Bourguiba)
tous les edifi5batis et tous le efforts consentis dans le domaine social, éducative et sanitaires l'a mis à genoux..rien que par pic contre Bourguiba
quand on est un ignare, il valait mieux se taire .....
takilas
Quoi d'autre comme victime
a posté le 18-01-2023 à 21:29
Ah oui ! nahdha qui n'a pas achevé ces duperies et ses manigances.
Les pauvres ils veulent plus d'argent de la part du peuple tunisien, c'est insuffisant ce qu'ils ont eu comme milliards.
Donnez-lui cette secte plus compensations de ce qu'elle n'a eu !
Elle a pris cette peine de venir de Londres "et pour quelques milliers de milliards en plus".
FAIZ
Changer la photo
a posté le 18-01-2023 à 19:09
Merci de changer la photo, ce n'est pas le musée national du Bardo Tunisien. C'est d'Alger.

https://www.facebook.com/MuseeDuBardoAlgerie
SAHLI
Tabaraka Allahou ..
a posté le 18-01-2023 à 18:12
3lè Sidnè Al3athim Wi ISid Fi CHaanou, Wè Rabbi Isid Fi 3mor El3askar Ettounsi Al3athim !
Léon
@BN Le Commandant Kouki
a posté le 18-01-2023 à 17:02
Alors mes chers BN, personne ne vous a communiqué le décès de l'un des pionniers (sinon le pionnier) de l'aviation civile tunisienne? Le Cdt Kouki. Un caractère d'enfer, un homme d'exception et de multiples anecdotes dans sa vie de pilote.
Allah Yar7mou.
Léon.
retraité
les vi et les victimes collateraux des islamistes et leeurs alliés ? urs alliés
a posté le 18-01-2023 à 16:21
pouvez vous nous citer les victimes collatéraux des islamistes et leurs différents alliés pendant 10 ans de règne il est VRAI que le musée du Bardo est fermé aux tunisiens et aux touristes depuis le 25 juillet 2021 par le président actuel je me rappelle qu'il a subi une attaque terroriste ou il y a eu des victimes tunisiens et touristes étrangers pendant le règne des islamistes et leurs différents alliés mais il est temps de l'ouvrir au moins pour quelques jours par semaine aux tunisiens et aux touristes étrangers il doit être sous surveillance policière exemplaire pour protéger les visiteurs et le contenu du musée .
zenobie
L'attentat de mars 2015
a posté le à 18:52
L'attaque terroriste a eu lieu en mars 2015 du temps où Essebsi était à la présidence. Pas grand-chose à voir avec les islamistes donc...
The Mirror
Le Musée du Bardo est victime de son voisin, le Parlement des bandits
a posté le 18-01-2023 à 15:58
Il est quasiment impossible de visiter le Musée du Bardo, car, le bâtiment qui abrite ce musée, abrite aussi le Parlement d'Ennahdha. Depuis 2011, Ennahdha crée une ambiance de clochards au Parlement, et ceci rend impossible l'accès au musée.

Tout lecteur honnête finira par conclure que le Président Said n'a rien à voir avec cette histoire, comme le prétend l'article.
Guide de tourisme
@ The Mirror
a posté le à 16:30
Pour certains, même la sécheresse qui sévit depuis quelque temps est la faute du Président.
@ Guide de tourisme
ENCORE MIEUX,
a posté le à 20:29
il est un des principaux responsables du réchauffement climatique.
Des enquêteurs internationaux travaillent en secret pour prouver que KS est le commanditaire du séisme et du tsunami de 2004, qui eut lieu dans l'océan Indien, et qui tua des centaines de milliers de personnes.
Et encore, ce n'est que la partie visible de l'iceberg.


GZ
La tête dans le guidon
a posté le à 01:41
Vous devriez faire quelque chose ou au moins le dire pour la réouverture de votre gagne-pain au lieu de raconter des inepties et
vous regarder complaisant dans ce miroir sans tain autrefois soutien bruyant des islamo-fascistes.
Sans vergogne !