alexametrics
jeudi 30 mars 2023
Heure de Tunis : 14:31
A la Une
Kaïs Saïed finit par accepter l’initiative de l’UGTT
30/12/2020 | 14:44 , mis à jour à 16:00
1 min
Kaïs Saïed finit par accepter l’initiative de l’UGTT

 

Le chargé de communication au sein de l’UGTT, Ghassen Ksibi a annoncé, dans un bref statut publié, ce mercredi 30 décembre 2020, que le président de la République, Kaïs Saïed a accepté l’initiative de l’UGTT relative au dialogue national.

 

L’UGTT avait présenté depuis plusieurs semaines son initiative au chef de l’Etat et attendait encore sa réponse. Cette initiative a été proposée pour parvenir à une solution pour sortir le pays de la crise socio-économiue actuelle.

On notera toutefois, que la présidence de la République n’a encore rien communiqué à ce sujet.

 

S.H

30/12/2020 | 14:44 , mis à jour à 16:00
1 min
Suivez-nous
Commentaires
MFH
Peut-être !
a posté le 12-01-2021 à 10:44
Si'il y a un décalage de temps entre la réaction et l'événement, c'est qu'il y a un problème de manque. Je crois que Kaïs Saïd, qui a la manie des grands fumeurs qui ne carburent qu'apres le plein de tabac et de café, soit dans cette situation....Qui sait, peut être ça marchera avec plus de café et plus de cigarettes ?
Un complexe polito-socio-économique à l'Arabe
Pour aboutir à quoi? Le même le prix de Nobel n'a pas encouragé à en finir avec cette bataille politique suicidaire
a posté le 31-12-2020 à 13:54
Depuis 2011 la Tunisie a subi une guerre civile de nature socio-économique. Les grands acteurs de cette guerre civile sont Ennahdha et l'Ugtt. Grâce à l'Ugtt Nidaa Tounes a eu le temps de se rassembler et de se metre sur la scène politique en fonction bipolaire opposant Ennahdha. Malheureusement Nidaa Tounes n'était qu'un club de leaders sans programme politique. La Tunisie a eu sa constitution. Manque de confiance, puisque la Tunisie est toujours en guerre civile socio-économique, les grands maitres de la scène politique ont souligné cette guerre civile en dérobant la Tunisie de la création de sa nouvelle cour constitutionnelle. La Tunisie est devenue une démocratie sans cour constitutionnelle. Rappelant que la Tunisie avait une cour constitutionnelle soumise sous le pouvoir du dictateur avant 2011. Mais une cour constitutionnelle dans un système démocratique serait elle dangereuse pour les démocrates qui ont peur d'une vraie démocratie? Dans le temps on comprenait très bien que Nidaa Tounes et Ennahdha avaient très peur d'un système juridique ayant une cour constitutionnelle qui protège et interprète la constitution. Mais l'Ugtt est le seul partisant qui a toujours le pouvoir effectif de contrecarrer le pouvoir d'Ennahdha à la rue et avec les grèves. Qualb tounes est trop petit pour un vrai consensus. Tahya Tounes est un soldat blessé. Le PDL se cherche. Attayar démocratique se trouve perdu dans cette guerre civile socio-économique. Afak Tounes est trop noble pour se salir les mains avec ces guerriers. Qualb Tounes, Tahya Tounes, le PDL pourraient se réunir. Mais bon on parle toujours des corrompus et des RCDistes. Dire que le PDL représente les RCDistes après qu´ils ont perdu une grande masse supportive à Ennahdha reste une blague. En fait, le RCD est devenu PDL, une aile invisible chez Ennahdha, une partie chez Qualb Tounes, une partie chez Tahya Tounes et une partie chez Affek Tounes. Les corrompus et corrupteurs sont partout. Un dialogue socio-économique ne peut exister sans l'Ugtt et les autres organisations. Mais, l'Ugtt sait très bien que ce n'est pas seulement un problème socio-économique. C'est le modèle de la femme tunisienne qui est en jeu, la république est en jeu, la nation tunisienne est en jeu. L'Ugtt reste un grand pilier à convaincre. Le discours du groupe parlementaire Ennahdha et al Karama met le modèle de la femme tunisienne en question, l'un avec son silence et l'autre en l'agressant au moins verbalement. Il faut mettre fin à cette guerre civile menée avec des outils socio-économiques. Sans résoudre le problème de la cour constitutionnelle, le système d'élection, sans un regroupement professionnel de quelques partis comme Qualb Tounes, Tahya Tounes et le PDL, et sans la reconisation que les grèves anarchiques ne sont qu'un outil de guerre civile, le dialogue national ne peut aboutir à un succès socio-économique.
retraité
aucun responsable dit non au syndicat
a posté le 31-12-2020 à 09:39
aucun responsable dit non au syndicat et à son secrétaire général ce fut un temps ou le premier ministre de l'époque feu Hédi Nouira Dieu garde son âme en paix qui a refusé une demande de l'UGTT une 'augmentation excessive des salaires il a provoqué le jeudi noir du 26 janvier et en 2015 le gouvernement intérimaire de Jomaa a refusé le diktat de l'UGTT mais il n'a pu rien faire étant concocté par le quartet . tous les gouvernants depuis sont devenus des béni oui oui et ne refusent rien au syndicat général et son secrétaire général . on peut le nommer premier ministre pour un an ou deux à conditions de faire moratoire sur les grèves les augmentations de salaires des blocages de toutes sortes et remettre le pays et lutter efficacement contre la corruption le marché parallèle la contrebande la spéculation et les importateurs peu scrupuleux et de rectifier certains articles de la constitution et de la loi électorale et de les soumettre par référendum au peuple pour acceptation ou refus
MFH
Un dialogue avec les islamistes...
a posté le 30-12-2020 à 20:49
C'est demander la lune.
De la part des khouenjias, ce sera comme lors des dialogues passés. Ils accepteront en vrac toutes les conditions, signeront tous les documents qu'on leur présente, remercieront et souhaiteront la réussite à tous les participants, puis, une fois réunis entre eux, feront comme si de rien n'était. Comme s'ils n'avaient rien su, rien signer, rien, rien....
Le proverbe de chez nous dit : le dialogue avec les sourds écourte l'existence.
Khazri Mongi
L,UGTT puissance N1
a posté le 30-12-2020 à 18:19
L,UGTT est la puissance N*1 en Tunisie.et c,est lui qui a changé le régime de Ben Ali Ni Bourguiba,ni Ben Ali ne peuvent que coopèrer avec L, UGTT
A4
Zéro !
a posté le 30-12-2020 à 18:17
Ceux qui sont à l'origine des catastrophes sans fin, vont "dialoguer" pour nous trouver des solutions ... Yebta chwaya !!!
Tunisien amer
Illusions perdues
a posté le 30-12-2020 à 18:06
Je ne suis pas sûr que cette initiative va sauver le pays. Vlan a très bien résumé la situation.
Le coeur du problème de notre pays sont ceux qui prétendent initier un dialogue national pour soi-disant sauver le pays. ce sont les mêmes qui ont détruit le pays depuis 2011 à savoir l'UGTT, Ennahdha, le CPR, Ettakatol, la ligue de protection de la révolution.
Pourtant la solution est très simple : il faut écarter d'abord ceux qui ont échoué et mis à mal le pays afin de pouvoir partir sur de bonnes bases avec de vraies compétences.
Si on demande à l'UGTT qu'il faudra supprimer la moitié des postes de fonctionnaires inutiles, on aurait des grèves sans fin. Cette même UGTT demande des augmentations de salaires ou engager d'autres employés alors qu'ils savent que les caisses de l'Etat sont vides.
Avec Ennahdha, le terrorisme est rentré de plein fouet dans notre pays, plus la corruption qui est devenue une institution, sans oublier l'envoie des jeunes à l'étranger tuer des innocents.
Ennahdha nous a inventé un chef-d'oeuvre qui s'appelle ETTAWAFFEk, afin de rester au pouvoir et tirer toutes les ficelles.
Toutes ces magouilles, tous ces mensonges ont trop perduré.
Depuis 2011 je n'ai pas vu un seul gouvernement qui a le niveau pour diriger le pays ou du moins on leur a mis les bâtons dans les. roues.
La Tunisie ne peut plus être gouvernée pendant dix ans encore avec les mêmes imposteurs,
ça suffit.
SAM53
EN EFFET
a posté le à 22:54
CEUX QUI SONT LA SOURCE DE NOS PROBLEMES NE PEUVENT ETRE LA SOLUTION
Abir
@Président
a posté le 30-12-2020 à 17:40
Quand vous acceptez la secte dans cette réunion et son chef de ***comment vous acceptez pas ses enfants la non karama,ou bien même vous, on vous a appris comment magouiller! Est ce que vous avez des principes ou vous ne les avez pas! le peuple attende que cette secte et son chef kiriji le criminel et vous, vous acceptez le recevoir pour discuter les problèmes dont il est le seul responsable! vous êtes vraiment bizarre et étrange! Vous devez savoir que les voyous de non karama sont compris dans cette réunion à travers la secte ennahda, donc, il ne faut pas rigoler sur nos tronches
OUA
@Forza: vous avez bien fait le diagnostic !
a posté le 30-12-2020 à 16:29
C´est exactement ça et nous devons nommer bien un Chat un Chat!
La mafia propose des programmes économiques pour le pays !?

Pour être honnête, le sauvetage de l'économie tunisienne ne pourra jamais se faire avec cette UGTT, mais après sa destruction par la loi !

"Qui veut investir dans un pays champion du monde des grèves ?"

Réponse : Même pas le plus bête d´entre nous...

==================================================================================
Une femme demande à un homme quel est votre travail.
L'homme a dit qu'il travaillait avec des animaux.
La femme : oh comme c'est mignon quel est le nom du travail exactement?
L'homme: "boucher"
La femme : comme film " le boucher " de claude chabrol ?
Le Boucher repond fièrement : OUI exactement, chacun a son metier !!
VIAN
LA FUITE EN AVANT
a posté le 30-12-2020 à 15:20
Et bis repetita ! pourquoi changer une stratégie qui a si bien marché ?redistribuer les cartes avec le mêmes acteurs pour enfumer le peuple .Comme d'habitude, l'UGTT à la manette. La centrale syndicale tend et tendra toujours la perche aux autres membres de la camorra à la quelle elle est associée. Cet organisme squatté par des kwamjias se révèle le meilleur allié des khwanjias et des mafiosi de tout bord. Comment résoudre le problème avec touts les parties du même problème? Le butin se tarissant en une peau de chagrin, le jour où tout le monde retournera son arme contre tout le monde est proche.
Forza
L'UGTT est plutôt est un des problèmes du pays
a posté le 30-12-2020 à 15:08
Elle croit que la richesse se crée sans effort et que le gouvernement peut imprimer de l'argent. L'UGTT rend la Tunisie un site non attractive a l'investissement par rapport à des pays comme le Maroc, la Turquie, l'Egypte et l'Europe de l'est. Qui veut investir dans un pays champion du monde des grèves ? Les syndicats non responsables ont détruit l'industrie de la Grande Bretagne, que dire d'un petit et pauvre pays comme la Tunisie. Une initiative dirigée par l'UGTT ne peut donner que des résultats décevants pour l'économie, le vrai problème du pays. La mentalité d'un fonctionnaire soviétique comme celle de Mr. Tahri ne mène nulle part.