alexametrics
mardi 25 juin 2024
Heure de Tunis : 15:29
Chroniques
Kaïs Saïed : gouverner n’est pas tricher
Par Karim Guellaty
28/01/2023 | 14:00
6 min
Kaïs Saïed : gouverner n’est pas tricher

 

Il convient de s’interroger sur la rotation de la terre, car même si nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes, notre planète n’est-elle pas responsable du fait que les Hommes qui la peuplent tournent en rond ? #bocalcerebral

 

En Ukraine, rien de nouveau sous les bombes, le soleil attendra. Zelensky passé de jeune premier à Président, menace de ne pas faire participer son pays aux JO de 2024 si des athlètes russes sont présents. Le Président Macron disait à propos de la Coupe du monde de football au Qatar qu’il convenait de ne pas politiser le sport, repris en cœur par quasiment tout l’occident en mal de pétrole. Il faut reconnaitre qu’il serait hasardeux de se fâcher avec tous ceux qui produisent de l’énergie dans le monde. En Tunisie on ne s’embarrasse pas avec ces détails, on ne politise plus, on populise. #realpoliitik

Résumons le résultat de l’équation, le sport au Qatar ne doit pas être politisé, mais les athlètes russes doivent être boycottés. Ou quand une démonstration ne résout pas des inconnues, mais en rajoute. #cestlalgebrequonassassine

 

Nous pourrions nous cristalliser sur les pertes humaines de cette folie inhumaine, mais même là, on y voit aussi clair que dans un discours du Président Kaïs Saïed. Et comme pour un discours de Kaïs Saïed, les experts sont impuissants, la science a abdiqué et on ne peut procéder que par extrapolation pour comprendre et donc pour savoir. Ainsi et à la louche, on s’accorde à estimer que le conflit a déjà fait 250 000 morts qui se décomposent en 100 000 militaires dans chacun des deux camps et 50 000 civils, uniformément repartis entre les deux pays. Et quand on en vient à utiliser une louche pour parler de vie humaine, il est peut-être temps de se demander si la raison nous habite toujours.  250 000 morts, c’est le prix payé pour animer des débats sur l’équilibre des puissances dans le monde. #debatsansconscience

 

Aux États-Unis, le gendarme du monde, la police a parfois cette efficacité assez curieuse d’assassiner les citoyens dont elle garantit la sécurité. Surtout quand ces citoyens sont noirs. Le mouvement Black Lives Matter aurait obligé Michèle Alliot-Marie, ancienne ministre française des Affaires étrangères, à proposer l’aide de la police française aux Américains pour le maintien de l’ordre. Mais voilà, les États-Unis d’Amérique ne sont pas la Tunisie et les commentaires sur ce qui s’y déroule comme drame ne sont ni édulcorés, ni langue de bois, ils sont simplement inexistants. Le 7 janvier dernier, le citoyen Tyre Nichols, Afro-Américain, c’est important de le préciser, 29 ans, l’âge n’a pas ici d’importance, est passé à tabac lors d’un simple contrôle routier. L’homme a émis quelques réserves sur la justifications objective des contrôles incessants qu’il subissait et s’interrogeait sur sa couleur de peau comme éventuelle cause. Grand mal lui en a pris, roué de coups, il est mort trois jours plus tard à l’hôpital. Ce ne sont pas moins de 5 policiers, tout aussi Afro-Américains qui se sont acharnés sur lui. Lui qui va rejoindre la trop longue liste des victimes de la folie des Hommes à qui on donne le début du commencement d’un pouvoir. Je ne ferai pas d’analogie pour rester dans les clous du décret 54... #meutredetat

 

En République Tchèque, on vote pour le second tour de l’élection présidentielle ce week-end, afin de désigner un Président dont le rôle est essentiellement honorifique. Le résultat du scrutin fait peu de mystère, et l’ancien militaire chef d’état-major, Petr Pavel, l’emportera face à l’ancien Premier ministre, Andrej Babis, issu de la gauche populiste. L’incidence politique sera quasi insignifiante si ce n’est qu’elle met à mal la vague populiste qui se répand depuis quelques années dans le monde. #populisme

Vague populiste qui a également été stoppée nette aux dernières élections brésiliennes du 30 octobre 2022, et qui a vu la défaite du président sortant Jair Bolsonaro populiste, lui, d’extrême droite, face à l’ancien président Lula, de gauche, lui, sortant de prison.  Est-ce à dire que c’est la fin de la mode populiste dans le monde ? L’Histoire le dira. Mais en attendant, la misère sociale, les inégalités et les injustices qui augmentent dans ces régimes, démontrent s’il le fallait que le populisme est une supercherie, comme peut l’être les ombres projetées dans la caverne de Platon. Et comme dans Platon, gare à celui qui tente de révéler cette supercherie. Ici encore, pas d’analogie, le décret 54 nous oblige.

 

C’est donc avec cette transition que nous arrivons tout naturellement en Tunisie. L’Histoire ne s’écrit pas à coup de décrets et encore moins de décrets 54. Inique s’il en est, il pousse au contraire ceux qui tiennent la plume à désormais écrire pour l’Histoire et éviter ainsi que ceux qui tentent de la confisquer y arrivent.

La Tunisie c’est ce grand pays, avec son grand peuple et sa grande Histoire que des épiphénomènes, à l’échelle du Temps de l’Histoire, n’arriveront pas à réduire à une nation populiste. Le Tunisien n’est pas dupe et sait lire l’étiquette d’un prix dans un supermarché, étiquette d’autant plus lisible que le produit auquel elle renvoie n’existe plus. On peut lui apporter mille explications, arrivera un moment, où à défaut du quoi qu’il en coute, il voudra que quoiqu’il en soit, il puisse se nourrir et nourrir sa famille.

On peut confisquer les pouvoirs pour en faire des fonctions, on peut faire taire la parole en la bâillonnant, on peut faire des discours aussi soporifiques qu’incompréhensibles pour accuser la terre entière, au propre comme au figuré de ses propres turpitudes, on peut se croire légitime avec un scrutin boycotté, on peut se sentir tout puissant, invectiver, menacer et calomnier, mais arrive un moment où tout cela ne remplit pas une assiette. Et lorsque la difficulté du quotidien empêche d’envisager l’avenir, il devient impossible de vendre à ceux-là qu’il sera meilleur. Car encore faut-il survivre pour arriver à cet avenir-là. La mégalomanie des Hommes les empêche de prendre conscience que l’Histoire leur survit, et qu’ils ont beau faire pour retenir l’Histoire, elle, femme de devoir, de raison et de justesse, les ignorera, tout simplement. Toute cette démonstration est évidement de la pure théorie, le décret 54 nous empêchant de transposer son application dans la pratique. Mais un décret, même s’il peut empêcher de parler, n’empêche pas de penser.

Et comme je ne suis pas Homme à me taire, Monsieur le Président, vous nous avez bercé d’illusion, de promesses, de menaces et d’invectives, de rêves, peu, de peurs, beaucoup, mais force est de constater que vous avez échoué. Visitez nos hôpitaux, nos écoles, nos supermarchés, nos épiceries, visitez nos maisons, nos vies, notre quotidien, et hasardez-vous dans nos têtes, vous constaterez que vous avez échoué. Mais pour ça, il faudrait que ces visites, ne soient pas comme le reste, trichées.

 

C’est la fin de la semaine, c’est la fin de ce trip, vous pouvez éteindre vos smartphones et souhaiter un merveilleux anniversaire au Grand Docteur Ahmed Souki.

Par Karim Guellaty
28/01/2023 | 14:00
6 min
Suivez-nous
Commentaires
Ancien '?lu de la république française
Mr Karim le plus n'est pas dupe
a posté le 30-01-2023 à 05:39
Mr Karim guellaty, vous n'avez triché de votre vie, s'il vous plaît arrêter de mentir le peuple tunisien n'est pas dupe sans commentaire, on apprend jamais à un vieux singe à faire des grimaces , Mr Karim soyez impartial, il faut chercher l'intérêt général du peuple tunisien, cordialement assil iRRiF luid ETTABOUNA ahlou erroujoula ahlou ELWATTANiA ahlou elkaram, à la fin je vous demande de dire toujours la vérité, le mensonge ne sert à rien et la vérité est une qualité
Mansour Lahyani
Ou, encore, l'inverse !
a posté le 29-01-2023 à 10:27
Tricher n'est pas gouverner, ça sonne bien mieux...
Naim
Drôle de tête !
a posté le 29-01-2023 à 00:53
Pourquoi es-tu si effrayé. On t'en veut pas. Tu es libre de raconter autant de bêtises que tu veux mais calme toi.
GZ
@ N...
a posté le à 12:14
Il n'est pas interdit d'interpeller
le monde en termes polis.
Fares
Al jabr wal moukabala
a posté le 28-01-2023 à 20:18
Merci pour cet article qui donne un bon résumé de l'actualité internationale.

Quelques petites précisions. Généralement, on ne parle pas du résultat d'une équation, mais de solutions. Aussi les preuves ne permettent pas de résoudre des équations, mais de prouver des conjectures, leurs produits sont des lemmes, des théorèmes et des corollaires. La résolution d'équations se fait grâce à des procédés algorithmiques exacts ou approximatifs.

Maintenant, et pour réagir à une partie de cet article. Avant d'extrapoler les "discours" de Kaisollah, faut-il encore commencer par se donner à un petit exercice d'interpolation. L'interpolation permet, au sens figuré comme au sens propre, de relier des points par des traits afin de bâtir des modèles à partir de données expérimentales. L'extrapolation est plutôt reliée à la prédiction. Que peut-on prédire à partir des "discours" d'un président qui l'est devenu par accident et qui ne dispose d'aucune vision? Je dirais rien, zéro, walou, nada.

Tout compte fait, l'interpolation serait également un exercice stérile. Les "discours" de Kaisollah prononcés toutes gencives dehors et postillons à volonté, ressemblent plus aux aboiements d'un caniche impuissant qu'aux discours d'un homme politique qui se respecte et qui respecte les citoyens. Avez-vous déjà vu un berger allemand aboyer?

Kaisollah vagabonde d'une accusation à l'autre lors de ses "discours" et ce sans aucun fil conducteur. Il serait vain d'espérer de construire un modèle mathématique à partir de ces données disparates. On aura plus de chance dans la modélisation de la marche d'un ivrogne titubant.

La réalité économique a déjà rattrapé Kaisollah et "echaabou" finira par vouloir autre chose que des promesses foireuses.
Matheuse
"Culture mathématicienne"
a posté le à 15:50
"La culture (de Fares), c'est comme la confiture, moins on en a, plus on l'étale".
Françoise Sagan.
Fares
@Matheuse
a posté le à 19:13
Comme a écrit mon ami GZ, où est passé l'argumentaire? Sans arguments valides une matheuse n'est qu'une vulgaire matteuse.

En passant, ma formation initiale est en mathématiques et je suis assez humble pour ne pas signer mes commentaires avec Dr Fares.

Donc, pour la confiture, vous repasserez quand vous voulez ma chère matteuse.

Bon dimanche GZ et merci d'avoir pris ma défense :)
Formation intiale hhhh
Ces Douktours au chomdu.....
a posté le à 20:14
Ceux qui passent leurs temps comme certains retraités, à se défouler sur BN pour meubler le quotidien...
Sinon...Vous faites quoi de bon, Fares, à part râler sans apporter de VA à votre pays?
Vous soignez les malades comme je le fais? Vous cultivez la terre pour nourrir vos compatriotes comme le font mon père et ma mère?...
Fares
@Racaille de Kaisollah
a posté le à 01:02
Ou c'est ça, c'est comme si j'allais répondre aux questions d'une racaille anonyme. Ils sont cons ces Kaisounistes. Dump try. Essaie de faire mieux la prochaine fois, petit.
GZ
Où est passé l'argumentaire ?
a posté le à 17:31
Il se trouve que Fares, à la différence de beaucoup limités à des slogans ressassés à l'envi, sait rédiger et surtout raisonner. Faire des phrases longues, cohérentes et intelligibles à l'appui de sa démonstration, n'est pas à la portée de tous.
Vous avez visiblement raté ses commentaires sur la physique quantique et le chat de Schroedinger, le comportement des pigeons en "société" et bien d'autres d'une acuité et d'une pertinence définitives.
Personnellement, je bois du petit lait et me contenterais bien du peu de confiture qu'il a.
Si vous avez quelque autre reproche, dites-le sans Sagan ni confiture.
L'argumentaire !
Nino
le régime présidentiel est une pourriture
a posté le 28-01-2023 à 15:08
pas besoin de parler des langues.
les VRAIS pays démocratiques sont PARLEMENTAIRES.
dans un régime parlementaire, roi, président, empereur resp. UK, D, Japon ... ils n'ont AUCUN pouvoir. le pouvoir, c'est le PM ( D= chancelier = PM).

le régime présidentiel copié sur la France est propice à la dictature.
oui, la France que vous copiez, n'est pas démocratique, Micron a trop de pouvoir. son PM ne sert à rien.
en 2014: 2 clans. ceux qui ont connu un VRAI régime parlementaire, et les moutons copieurs francophoniques qui ne voient que la France. c'est la querelle, qui finit par un régime hybride à 2 tètes, qui ne marche pas !!

CONCLUSION:
bannir ce régime présidentiel, cause de vos malheurs depuis 56, car propice à la dictature.
imposez un régime parlementaire. appelez le, Bey, Roi ... mais sans aucun pouvoir.
seul pouvoir c'est le PM, qui répond au parlement élu du peuple.

NOUVELLE REVOLUTION s'impose, pour mettre fin au régime présidentiel. et tant pis si çà ne plait pas à la France et ses laquais.


GZ
Nuance
a posté le à 12:55
La France, nonobstant son régime présidentiel surtout après la réforme instituant l'élection du président au suffrage universel, bascule en régime parlementaire qui ne dit pas son nom, à chaque cohabitation. Mitterrand, réduit au rôle de "sherpa", selon PPDA et Chirac à celui de "roi fainéant" selon Sarkozy, en ont fait l'expérience. Aujourd'hui L'occasion se présente moins en raison du quinquennat présidentiel calé sur celui des législatives institué par L. Jospin. Le président n'a plus la haute main sauf sur ses domaines par la Constitution réservés, diplomatie et affaires étrangères.
Je vous rejoins sur un point, le régime présidentiel est comme le disait Mitterrand, "un coup d'Etat permanent". Un régime où tout procède d'un seul homme à qui tout remonte est un régime insupportable non exempt de dérives.
La France est, en Europe occidentale un cas à part. Les autres pays, républiques et monarchies, sont des démocraties parlementaires où l'alternance au pouvoir est régulière sans heurts ni violences. Tout le monde joue le jeu et respecte le verdict des urnes. Tu as eu le pouvoir, mais tu n'a pas su t'y maintenir, tu dégages. Place au mieux disant qui n'est assuré de rien.
Quant au régime hybride de la Tunisie, lequel aboutit à la situation actuelle, la secte n'est pas la dernière à y avoir poussé les constituants de 2014.
La France n'y est pour rien.
Ne pas se défausser sur le voisin.

PS.@M. K. Guellaty, content de vous relire. Bien(re)venue à la maison que vous n'avez au demeurant jamais quittée.
Gg
La France, encore!
a posté le à 19:50
Nino, on se moque de vos problèmes, en France. Rien à cirer!
Et de toutes façons, avec votre ARP, que vous apporterait un régime parlementaire?
Rien. Tant que vous ne serez pas capables de vous regarder en face et de comprendre que vos problèmes viennent de vous, et que les solutions viendront de chez vous, vous n'avancerez pas.
Le parlement britannique, c'est un autre monde. Rien à voir avec votre ARP!
Nino
ou plutot, moutons suiveurs de ta France
a posté le à 20:34
qui t'a dit j'ai des problèmes avec la France, où je ne réside mème pas ?
tu peux pas discuter logique ?
décevant.