alexametrics
vendredi 14 juin 2024
Heure de Tunis : 19:59
A la Une
Face aux Romains, Kaïs Saïed noie le poisson
16/05/2023 | 12:52
7 min
Face aux Romains, Kaïs Saïed noie le poisson

 

Le ministre italien de l’Intérieur a été reçu hier par le président Kaïs Saïed pour le sempiternel problème de la migration clandestine. Au lieu de faire comme la Turquie et la France et négocier son rôle de garde-frontières de l’Europe, Kaïs Saïed propose un sommet multipartite.

 

C’est une règle bien connue par l’ensemble des dirigeants du monde. Quand on veut faire oublier un dossier, on nomme une commission ad-hoc. C’est un peu ce qu’a fait Kaïs Saïed, lundi 15 mai 2023, face au ministre italien de l’Intérieur, Matteo Piantedosi, quand il lui a proposé une réunion internationale, dans les meilleurs délais, au niveau des chefs d'État et de gouvernement ou des ministres de l'Intérieur. Réunion à laquelle participeraient tous les pays concernés, y compris ceux d'où proviennent les migrants, afin de convenir de formules de coopération qui éliminent les causes de la migration illégale. Kaïs Saïed, lui le bleu en politique, s’est-il comporté par naïveté ou par machiavélisme ? Peu importe, le fait est que le ministre italien est rentré bredouille à Rome.

Le sujet de la migration depuis la Tunisie, devenue terre de transit depuis quelque temps, dérange énormément les Italiens. Depuis l’élection de Giorgia Meloni, en septembre dernier, on ne compte plus les visites de ministres italiens et les interventions de ces ministres pour trouver une solution à la crise économique par laquelle passe la Tunisie. Les Italiens ont réussi, par ailleurs, à sensibiliser l’Union européenne sur la gravité du problème tunisien et ses répercussions sur l’Europe.

« Si la Tunisie s'effondre, cela risque de provoquer des flux migratoires vers l'UE et entraîner une instabilité dans la région Mena. Nous voulons éviter cette situation », a averti Josep Borrell, Haut représentant des Affaires étrangères de l'UE, à une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE, à Bruxelles, en Belgique, le 20 mars 2023.

Prenant le relais des Italiens, les Européens ont envoyé des émissaires à Tunis la semaine dernière pour parler du dossier tunisien, de sa crise économique et des répercussions certaines sur l’Europe de cette crise. Face à la ministre belge des Affaires étrangères, des Affaires européennes et du Commerce extérieur, et des Institutions culturelles fédérales, Hadja Lahbib, et le ministre portugais des Affaires étrangères, João Gomes Cravinhon, Kaïs Saïed a été droit dans ses bottes, refusant tout diktat et toute ingérence. Un vrai pied de nez à l’Union européenne.

Faute de résultat tangible sur le terrain, l’Italie est revenue à la charge cette semaine en envoyant son ministre de l’Intérieur. M. Piantedosi semble être d’accord pour que la lutte contre la migration irrégulière (le terme policé pour désigner la migration clandestine) ne doive pas être abordée uniquement sous le seul angle de la sécurité, mais qu’il faut également aborder les aspects sociaux et économiques.

 

La migration entre l’Italie et la Tunisie n’a rien de nouveau, elle a toujours existé. Il y a un siècle, elle était dans le sens Nord-Sud, elle est maintenant dans le sens Sud-Nord. Ce qui est nouveau, c’est que la Tunisie est devenue un territoire de passage pour des milliers de migrants de l’Afrique subsaharienne. L’Italie veut que la Tunisie joue les garde-frontières de l’Europe. Et vu que l’Italie elle-même n’est qu’un territoire de passage vers l’Europe, l’Union européenne elle-même devient concernée par le sujet.

Partant, et vu que le problème n’a rien d’exclusif à cette zone de la Méditerranée, Kaïs Saïed devrait s’inspirer des expériences observées ailleurs. Les exemples de la Turquie et de la France sont les meilleurs et correspondent au mieux à la situation tuniso-italienne.

 

La Turquie était, pendant un bon bout de temps, un territoire de passage des Asiatiques vers l’Europe. Pour jouer le rôle de garde-frontières, le président turc a exigé et obtenu que les Européens passent à la caisse.

Recep Tayyip Erdoğan a ainsi obtenu quelque six milliards d’euros à l’issue de la déclaration de coopération entre les États de l'UE et le gouvernement turc, a été signée en mars 2016 et renouvelée en 2021. Depuis 2015, l’UE a mobilisé 9,5 milliards d’euros en faveur des réfugiés et des communautés d’accueil en Turquie.

Les points essentiels de cet accord est que la Turquie prenne toutes les mesures nécessaires pour empêcher les personnes voyageant irrégulièrement de Turquie vers les îles grecques.

Toute personne arrivée irrégulièrement sur les îles en provenance de Turquie pourrait y être renvoyée.

Pour chaque Syrien renvoyé des îles, les États membres de l'UE accepteraient un réfugié syrien qui avait attendu en Turquie.

Outre cette rétribution, le président turc a obtenu que ses ressortissants puissent voyager sans visa en Europe.

 

De l’autre côté de l’Europe, sur le front ouest, il y a depuis des années un problème migratoire entre la France et le Royaume-Uni. Comme la Tunisie et la comme la Turquie, la France est un territoire de passage vers l’île.

Après moult crises et des négociations au sommet, le Royaume-Uni a dû se résoudre de passer à la caisse comme l’ont exigé les Français. Ainsi, le Royaume-Uni a déclaré, en mars dernier, qu’il paierait 543 millions de dollars au cours des trois prochaines années dans le cadre d'un accord avec la France pour lutter contre la migration clandestine à travers la Manche.

L'accord a été annoncé lors d'un sommet conjoint entre le Premier ministre britannique Rishi Sunak et son homologue français Emmanuel Macron à Paris.

 

Les expériences française et turque montrent que Kaïs Saïed est à des années lumières en matière de négociation. Lui qui dit vouloir que la Tunisie compte sur elle-même plutôt que d’aller chercher des crédits au FMI et ailleurs.

D’ores et déjà, il y a quelque chose d’offensant à la souveraineté tunisienne de la part des Italiens. Alors que les présidents turc et français ont négocié directement avec leurs homologues, le président tunisien n’a d’interlocuteurs que des ministres italiens. Pourquoi donc Giorgia Meloni ne viendrait pas elle-même en Tunisie, comme elle est allée en Algérie pour négocier ses accords de gaz ? Si le problème migratoire est si important, elle devrait bouger comme se sont déplacés ses homologues à Ankara et à Paris.

Ceci sur la forme. Sur le fond, l’Italie a bien daigné offrir quelque chose à la Tunisie pour lutter contre la migration clandestine, mais force est de constater qu’il s’agit de pacotilles. En mars dernier, la Botte a offert quelque dix millions d’euros, dont 6,5 millions en équipements. Infinitésimal par rapport à ce qu’a reçu la Turquie ou la France. Pour ce qui est de la France, l’Italie mérite une petite leçon de géographie, car l’accord franco-britannique ne parle que de La Manche soit, au grand maximum, 350 kilomètres de côtes. Le littoral tunisien se déroule, lui, sur 1148 kilomètres, soit plus de trois fois La Manche.

Outre le montant ridicule proposé, l’Italie offre quelques dizaines de visas à des ressortissants tunisiens au profil bien précis. Ici aussi, ce sont des pacotilles quand on sait que la Turquie a carrément fait sauter les visas pour ses ressortissants.

Enfin, il est bon de rappeler les conditions inhumaines subies par les migrants tunisiens en Italie où nos ressortissants sont traités comme des chiens.

 

Plutôt que de noyer le poisson et de proposer un sommet multipartite sans résultat garanti, Kaïs Saïed devrait agir comme Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdoğan en chiffrant les services de garde-frontières de la Tunisie. Dans la foulée, il peut négocier la levée des visas des Tunisiens vers l’Europe. Il résoudrait ainsi le problème économique épineux de la Tunisie, il lui ferait éviter le FMI et le diktat étranger et offrirait un cadeau précieux à ses ressortissants.

Avec ça, sa popularité grimerait au zénith et il se garantirait sa réélection un an et demi à l’avance.

Sauf que Kaïs Saïed est loin d’être dans cet état d’esprit. Face aux Italiens, il devient mou, très mou. Il accepte de recevoir des ministres, alors que ses homologues turc et français traitent directement avec les chefs de l’exécutif. Aucun mot sur le traitement inhumain subi par nos ressortissants de la part des autorités italiennes. Il accepte quelques millions d’euros, alors que les Français et les Turcs négocient des centaines de millions et des milliards.

Une cohérence entre le discours présidentiel et les actes est, du coup, le bienvenu. Il serait le premier bénéficiaire de cela.

 

Nizar Bahloul

16/05/2023 | 12:52
7 min
Suivez-nous
Commentaires
Abdelhamid
Pas de visa pour les turques qui se rendent en Allemagne
a posté le 19-05-2023 à 11:46
L'information que les Turques peuvent entrer en Allemagne sans visa est fausse!
Dziri
Alea Jacta Est.
a posté le 18-05-2023 à 19:48
J'ai personnellement rencontré une personalité européenne dans un contexte amical, qui a voulu me sonder sur un projet soumis à l'approbation de la Commission Européenne, en collaboration avec certaines ONG.

Elle me dit en substance :
On voudrait que les migrants de pays tiers candidats à la traversée de la méditerranée s'installent en Tunisie et en Algérie.
Pour ce faire on voudrait créer une agence de gestion des migrations, ouvrir des bureaux à Tunis et Alger, et nous cherchons des gens compétents pour gérer cela.
Cette agence sera dotée d'un budget de centaines de millions d'Euros, son rôle sera de fournir une allocation à chaque migrant, peu importe son origine, qui accepte de s'installer en Tunisie ou en Algérie plutôt que de venir chez nous en Europe. Cette allocation pourra être versée soit dans le pays d'origine, soit dans un pays de transit, à tout candidat à l'asile remplissant des conditions.
Nous préférons que les congolais, les nigérians, les syriens, les afghans et les tchétchènes qui quittent leur pays s'installent chez vous, et nous sommes prêts à les payer pour leur installation, disons 3500 euros par migrant, en échange d'un engagement sur l'honneur à ne jamais demander l'asile en Europe: croyez vous que cette somme suffirait?
Pouvez vous nous aider à créer une formule de calcul de la somme d'argent efficace, à fournir directement à chaque migrant, pour qu'il reste chez vous?
-
J'ai avalé de travers mon café.
Après une longue pause, pendant laquelle j'ai vissé mon regard au sien, je lui ai donné mon avis qui a été assez brutal.
Je n'ai plus jamais entendu parler de cette personne ensuite.
-
KS a raison. Que les Européens se démerdent avec leur problèmes de migration. S'ils n'avaient pas détruit la Libye et la Syrie et massacré le Sahel, etc, ils n'auraient jamais connu un tel flux d'arrivées.
Qu'ils assument les conséquences de leurs actes.
Gg
N'importe quoi!
a posté le 18-05-2023 à 14:55
On lit dans l'article "il [KS] peut négocier la levée des visas des Tunisiens vers l'Europe."

Et quoi encore? Vous oubliez vos attentats en Europe, vos islamos, vos analphabètes etc... Restez chez vous.
Gg
Mayotte?
a posté le 18-05-2023 à 14:52
Stop, camarade! Les Comores ont voulu être indépendantes, elles le sont. C'est la famine? Il fallait y penser avant. Maintenant, qu'elles se débrouillent.
Et Mayotte est française, elle se protège contre l'immigration clandestine venant des Comores, c'est normal.
ANTIRELIGION
MAYOTTE
a posté le 17-05-2023 à 11:00
Malheureusement partout dans le monde existe des problèmes avec les malheureux émigrés qui cherchent à avoir une petite place au soleil, les autorités Françaises de Macron donneur de leçons ont mobilisé des milliers de policiers contre les émigrés comoriens à MAILLOTE
ali
Rectificatif
a posté le 17-05-2023 à 10:40
L'article omet un détail qui a son poids. L'aide de 6 milliards '?' n'est pas versée au gouvernement turc mais allouée à des projets spécifiques au profit des réfugiés et c'est une commission de l'UE qui en contrôlera les dépenses.Moralité les turques ne profitent pas des 6 milliards et au contraire,la Turquie se trouve piégée par des millions de réfugiés sur son sol.Les candidats aux présidentielles et surtout Erdogan promet même de les expulser!
SALIM
HE B.N ET QUAND VOUS ALLEZ ARRETER DE VOUS NOYER DANS LA PARTIALITE ET LE MANQUE D'OBJECTIVITEE
a posté le 17-05-2023 à 10:34
Et c'est la majorité de vos lectrices et lecteurs qui ont constaté ça. Prenons l'exemple de la condamnation du journaliste de Mosaique F.M .Vous avez fait la sourde oreille sur la condamnation, et dans la meme affaire, du sécuritaire, source du journaliste, à DIX ANS , vu qu'il s'agit d'une affaire de TERRORISME et non de non divulgation de source, comme la SNJT le prétend. Déja MOSAIQUE FM a bien publié le chef d'accusation et qu'il s'agit d'un crime touchant une opération ANTI-TERRORISTE QUI EST ENCORE ENCOURS au moment de l'intervention du journaliste sur MOSAIQUE FM, et non d'un delit de presse et que le journaliste a été condamné en tant que complice.
Nephentes
Prostitution souveraine
a posté le 16-05-2023 à 23:04
Il faut etre dote d une capacite de bassesse et de servilite assez peu commune pour accepter l infame deal propose par les Italiens

Mr Kaes Saed semble assumer avec une aisance peut etre naturelle cette bassesse
profondement meprisable

Cependant il oublie peut etre qu il agit ainsi au nom de la Tunisie
Bdouz
A QUI LA FAUTE
a posté le 16-05-2023 à 23:04
Critiquer le Président sur ce sujet c'est vraiment de la pure bassesse, alors que ce phénomène n'est autre voulu que par les dirigeants de l'ensemble des pays subsahariens et rien d'autres.
La mane de devises que ces pauvres gens envoies dans leurs pays ce chiffre en millions d'euros et de dollars pour aider leurs familles de la misère.
Une bonne partie de ce trafic humains par des mafias aussi bien locale que de l'étranger.
Ces mouvements humains se trouvent également en Amérique, en Asie, et bien évidemment en Afrique, mais à qui la faute.....aux risques de la mort au bout..
Ahmed
@ NB, vous avez tord. L'idée de KS est bonne
a posté le 16-05-2023 à 21:17
Attaquez KS sur tout devient contre productif.
L'Italie est un grand allié de la Tunisie.
will
je rêve ou quoi
a posté le 16-05-2023 à 20:09
dites moi si j'ai bien lu ou je rêve! la Turquie et Erdogan sont des exemples à suivre :'
Citoyenne
Depuis qd il croit aux commissions, négociations...
a posté le 16-05-2023 à 15:53
Jusque-là KS nous a habitués à son refus des dialogues, négociations, intermédiaires. Mais voilà que pour 1 question où il fallait être ferme et catégorique, il nous sort des compétences en matière d'interactions internationales. Decidement KS et sa Tunisie nouvelle n'ont pas fini de nous épater!!!
LMT
Inutile
a posté le 16-05-2023 à 14:14
Vous oubliez monsieur Bahloul que ce président n'est bon que pour les palabres, qu'il est très loin d'être un stratège et qu'il est à mille lieux de la politique dont il ignore les moindres détails.
Hamza Nouira
Et bien....
a posté le 16-05-2023 à 13:37
Face aux Romains Ca Vous arrive Monsieur Nizar de vous exprimer normalement? A moins que vous vous prenez encore pour un carthaginois descendant d'Hannibal
N'importe quoi...

Réponse BN : C'est du second degré, s'il vous échappe, on n'y peut rien.