alexametrics
dimanche 26 mars 2023
Heure de Tunis : 13:48
A la Une
Entre Kaïs Saïed et Noureddine Taboubi, la rupture est en vue
01/02/2023 | 14:02
5 min
Entre Kaïs Saïed et Noureddine Taboubi, la rupture est en vue


Rien ne va plus entre l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) et le président de la République, Kaïs Saïed, on le répète depuis des mois. La dernière rencontre entre Taboubi et Saïed remonte au 23 mai 2022 et quand ils se croisent les moindres réactions révélatrices des deux hommes sont scrutées à la loupe. On dit qu’il existe un bras de fer entre l’exécutif et la centrale syndicale, mais est-ce vraiment le cas ? L’UGTT crie, condamne une politique qui ne mène à rien, lance des initiatives mais semble n’avoir d’autre choix que de s’en remettre à un Kaïs Saïed plus hautain que jamais.


Lors de la célébration du 77e anniversaire de la création de la centrale syndicale, son secrétaire général, Noureddine Taboubi a affirmé que le pouvoir en place ne pourrait pas déstabiliser l’UGTT ou lui porter atteinte, qu’elle est la pierre sur laquelle tous les complots seront brisés, que la bataille est désormais politique, que celui qui gouverne aujourd’hui est responsable de la situation du pays. Le syndicaliste a appelé à une mobilisation sur le terrain et appelé les syndicalistes à intensifier les efforts pour se préparer à une mobilisation à la hauteur du rôle national de l’organisation. 

Rappelant toutefois que l’UGTT a manifesté son soutien au 25-Juillet pour mettre un terme aux dix ans de règne de l’après-révolution, Noureddine Taboubi a fait savoir que le processus politique du président de la République ne conduirait pas non plus au changement espéré pour le pays. 

Au lendemain du premier tour des législatives anticipées, le syndicat a violemment condamné un « cheminement qui n’a apporté au pays que davantage de crises et de catastrophes », qualifiant les principales étapes du processus du 25-Juillet comme un « changement forcé de la constitution orienté vers l’instauration d’un régime présidentialiste fermé » et souligné que l’UGTT doit prendre ses responsabilités nationales pour sauver le pays. L’Union ne s’en cache désormais plus et critique ouvertement le processus engagé par le chef de l’État, le qualifiant d’échec et même de danger pour le pays.

Il aura fallu du temps à l’UGTT pour prendre une position ferme vis-à-vis du projet de Kaïs Saïed et de le confronter. Le ton a été donné et une initiative de sauvetage du pays a même été lancée en collaboration avec l’Ordre national des avocats de Tunisie (Onat), la Ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH) et le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES), néanmoins si la puissante centrale syndicale crie dans les micros et martèle la nécessité du recours au dialogue, elle se retrouve face un sourd qui ne veut rien entendre et qui n’a que faire du bruit gênant qu’elle provoque.

 

Kaïs Saïed ne rate d’ailleurs aucune occasion pour signifier à l’UGTT que tout le brouhaha qu’elle fait lui passe au-dessus de la tête, qu’il reste imperturbable face à ses menaces et timides démonstrations de force. En témoignent les récents propos du président et ses provocations successives l’air de dire qu’il est seul maître à bord et qu’on peut parler autant qu’on veut, il ne dévira pas de sa trajectoire.

La récente nomination de l’ancien secrétaire général adjoint de l’UGTT chargé du secteur privé, Mohamed Ali Boughdiri, au poste de ministre de l’Éducation en est la preuve irréfutable. Mohamed Ali Boughdiri est, en effet, l’ennemi juré de Noureddine Taboubi, il s’était opposé à la tenue du 25e congrès de la centrale syndicale ayant permis à M. Taboubi d’occuper encore une fois la fonction de secrétaire général et s’est ouvertement allié au président alors même que l’Union avait officiellement critiqué sa politique.

Le mépris de Kaïs Saïed s’est également exprimé dans ses propos lors d’une visite inopinée à la caserne de la Garde nationale d’El Aouina où il a lancé des attaques virulentes à l’encontre de « ceux qui complotent contre l’État », soulignant que si le droit syndical est garanti par la constitution il ne doit en aucun cas se transformer en couverture d’enjeux politiques qui deviennent « évidents ».

Quelques heures seulement plus tard, le secrétaire général du syndicat des agents de la Société Tunisie Autoroutes, Anis Kaâbi a été interpellé et conduit au district de police d’El Gorjani sur fond de grève menée par les agents de la Société Tunisie Autoroutes.

Le chef de l’État a également exprimé, par une première réunion effectuée il y a deux jours à la Kasbah, son soutien à la cheffe du gouvernement Najla Bouden pendant que l’UGTT et ses alliés dans l’initiative de sauvetage appellent à la formation d’un nouveau gouvernement de compétences capable de sortir le pays de la crise et ont dans la ligne de mire la cheffe du gouvernement.

 

On ne saurait quoi penser de la position de l’UGTT face à un Kaïs Saïed qui sombre dans le mépris. On pourrait croire que la centrale syndicale continuera de mener son combat, poursuivre son initiative et lancer quand même le dialogue sans le président, comme cela avait été fait en 2013, mais il semblerait que ce n’est pas à l’ordre du jour, qu’on cherche encore à convaincre le chef de l’État qui avait pourtant déjà ignoré une première tentative en 2021.

L’Union syndicale, en ayant cherché à temporiser, sans doute pour s’extraire de tout amalgame pouvant la mêler à la cause des partis politiques, ne se serait-elle pas placée hors-jeu ? Une chose est sûre, dans cette bataille, ce n’est pas elle qui mène la danse même si Saïed s’enlise dans son propre processus comme en témoigne l’échec cuisant de ses législatives. En se plaçant sous la légitimité et l'autorité du processus du 25-juillet, l'intiative de l'UGTT et des organisations nationales qui l'accompagnent peut finir en simple produit intellectuel.

 

Myriam Ben Zineb

01/02/2023 | 14:02
5 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
VERITEE
Et je le dis avec conviction !
a posté le 03-02-2023 à 16:55
La disparition de l'UGTT est la condition nécessaire et suffisante pour guarantir l´epanouissement économique et politique du pays : Sans l'UGTT, la Tunisie sera une place très attractive pour les investisseurs du monde entier.
Sinon pourquoi un Tunisien, un Européen, un Asiatique, un Américain ou un cheikh devrait-il investir dans ce pays ?

Tunisie - sans UGTT = Tunisie moderne et florissante

Le Président M. Kais Saied dois sortir maintenant tous les dossiers de cette UGTT !
takilas
Il faut se débarrasser de ce profiteur, inculte et sans scrupules et
a posté le 02-02-2023 à 21:35
Il y en a assez de se cacher derrière la bonne réputation du martyr Farhat Hached il n'y a plus pour le profiteur Noureddine ves celTabboubi que de passer à la caricaturale mairie de Rades et de remplacer son nom avec celui de Farhat Hached et poursuivre son arnaque et sa complicité indécente et malhonnête avec le ***ghannouchi.
Abir
Ks, veut détruire la grande maison de Fat7at 7ached
a posté le 02-02-2023 à 13:19
Ce type qui est venu hier par les votes des destructeurs kwanjias, croit qu'il est le Dieu sur terre et qu'il a autant du pouvoir que le Dieu en ciel ! Il oublie qu'il est un simple être humain que son pouvoir n'est pas un fait à accomplir! Il doit savoir aussi, que devant Dieu , on ne peut rien , bon ou mauvais, mais devant un être humain on a le choix entre le refus et l'acceptation ! Moralité l'UGTT est une ligne rouge! La TUNISIE, ce n'est pas ks et l'UGTT, ce n'est pas Taboubi ! Fhemtella ya ks ! Tu es un destructeur par excellence! Toi et les kwanjias, une face pour la même monnaie
DHEJ
Entre ROBOCOP et le MRAKZI
a posté le 02-02-2023 à 10:37
Un texte de la loi à savoir Art. 6 du code de travail:

"Le contrat de travail est une convention par laquelle l'une des parties appelée travailleur ou salarié s'engage à fournir à l'autre partie appelée employeur ses services personnels sous la direction et le contrôle de celle-ci , moyennant une rémunération .

La relation de travail est prouvée par tous moyens ."

La grève c'est dire NON point. Tu outrepasses, tu es poursuivis au pénal!
Nephentes
2 millions de Tunisiens crevent de faim
a posté le 02-02-2023 à 08:28
Les rivalites politiques sont depassees compte tenu de la catastrophe sociale et economique et des conditions draconniennes du Club de Paris

Voici la situatiin economique pour les 3 prochaines annees

multiplication par 2 voire plus du prix de la quasi totalite des biens de premiere necessîte

licenciements massifs

blocage integral des depenses publiques

Donc la situation est desormais ingerable avec ou sans l UGTT

Tounsi
Le fléau ugtt
a posté le 01-02-2023 à 22:12
Sans être partisan ou pro saied,mais il faut avoué que taboubi et nahda sont les causes de tout les problèmes que traverse actuellement la Tunisie.
Le même taboubi qui fait la politique de l'autruche et ose toujours a demandé des augmentation salariales malgré la faillite du pays ,et son souci n'a jamais était les travailleurs mais son but est d'avoir une fausse légitimité et surtout renfloué les caisses de son syndicat qui augmente au prorata des augmentation salariale, ses même caisse que personne ne peut avoir un vrai contrôle de leurs gestion et des dépenses qui y découle .
takilas
Jusqu'à quand ? Mais on le savait depuis longtemps.
a posté le 01-02-2023 à 21:36
Jusqu'à quand Noureddine Tabboubi va-t-il cachè sa connivence avec nahdha ?
On sacaitbquil finira par craquer et puis decdevoiler tôt ou tard plusieurs arnaques de nahdha vu qu'il est proche d'eux pour ne pas dire un des leur.
Voilà un échantillon des fourberies vécues pendant une douzaine d'années et qui ont engendré, volontairement faut-il le préciser, le fiasco socio-économique de la Tunisie.
takilas
Erratum
a posté le à 05:08
"Va-t-il cacher ".
Bien sûr
@takilas
Il n'est ni d'el nakba, ni du cpr, ni d'ettakatol, ni d'ettayar, ni de quoi que ce soit
a posté le à 22:51
il est uniquement de ceux qui lui permettraient de pérenniser à la tête de cette entreprise mafieuse, destructrice d'emploi et d'industries !!


SALIM
TOT OU TARD LES MEMBRES DU BUREAU EXECUTIF DE L'UGTT SERONT ARRETES MAIS SANS 26 JANVIER.
a posté le 01-02-2023 à 21:04
Et ils seront arretés par application de la loi et SANS REGRET.Et sans aucune conséquence sur la stabilité du pays ou sur les intérets des travailleurs.Acommencer par les IMPOLIS. Et n'oubliez pas que l'état d'URGENCE a été prolongé cette fois de 11 mois et jusqu'au 31 decembre 2023.
SALIM
TOT OU TARD LES MEMBRES DU BUREAU EXECUTIF DE L'UGTT SERONT ARRETES MAIS SANS 26 JANVIER.
a posté le 01-02-2023 à 20:58
Et ils seront arretés par application de la loi et SANS REGRET.Et sans aucune conséquence sur la stabilité du pays ou sur les intérets des travailleurs.Acommencer par les IMPOLIS. Et n'oubliez pas que l'état d'URGENCE a été prolongé cette fois de 11 mois et jusqu'au 31 decembre 2023.
TAHAR
Ce qui a vraiment toujours bloqué la Tunisie..
a posté le 01-02-2023 à 19:51
Monsieur le Président Kaiis Saied !
Sachez que tant que l'UGTT ne sera pas interdite en Tunisie, aucun capital étranger ne viendra pour investir dans le pays.
Un décret d'interdiction de l'UGTT est le seul signal positivf que l'on peut donner aux investisseurs et aux marchés financiers étrangers, sinon ce n'est que du temps perdu aussi pour les générations futures !
takilas
Trouver un autre concept d'union des travailleurs
a posté le à 05:26
Ou le corriger par une autre appellation de travailleurs à ne pas confondre avec employés dans la fonction publique; or du temps de la colonisation travailleurs avait un sous entendu d'opprimés qui travaillaient dans tous volontairement) secteurs dont l'administration, l'agriculture et l'industrie etc..
Or, l'inculte Tabboubi confond (volontairement) travailleur avec employé de bureau, et script au fond ("scribaufon") dans l'intention de recruter pêle-mêle les partisans de nahdha, et les menbres des familles de l'UGTT et de nahdha et ce dans la fonction publique.
Donc il y a lieu de reviser le rôle de l'UGTT qui était de prime abord destinée à se défendre contre les injustices du colonisateur soit dans l'administration, les champs ou les institutions publiques.
Pour Taboubi et nahdha cela fait partie, pour eux, de leur gouvernement parallèle et le partage d'un butin qu'ils supposent avoir trouvé jeté à l'aéroport de Tunis Carthage lors de la mascarade du printemps arabe.
Tounisi
N'importe quoi
a posté le à 21:53
C'est du délire ou quoi..il y la liberté syndicale
Larry
@Tounisi
a posté le à 00:04
Juste pour vous confirmer les propos de @TAHAR....

Plus personne ne veut investir au pays avec les merdes imposées par ce syndicat pourri !...

Sérieusement.... si vous aviez les moyens (apparemment vous ne les avez pas)... vous investiriez chez nous ?....

NON !....
Alors ne venez pas parler de liberté syndicale... on sait très bien où vous vous situez !....
Chutttt...........
A larry
N'importe quoi
a posté le à 10:19
Hhhh larry il faut hausser le niveau de la discussion..chuuut!!?
Juste je voudrais une réponse : contre une inflation galopante et des prix en hausse vertigineuse les salariés avec un salaire fixe font quoi.. apparemment larry vous êtes un investisseur étranger et vous ne voulez pas augmenter les salaires ?!!?
Forza
Ils l'ont voulu
a posté le 01-02-2023 à 18:33
L'UGTT a supporté le putsch et c'est le résultat. Saied ne va pas utiliser les militaires et le MI seulement contre les partis mais il va faire de même pour les organisations nationales. Ses menaces depuis une caserne sont scandaleuses mais toutes les parties de l'ancien système dictatoriale ont cru qu'il va les débarrasser de Nahdha et ils peuvent après partager avec lui.
Ils constatent maintenant que le pouvoir est tenu par les militaires.
Lorsqu'on accepte un putsch contre la constitution, on ne peut venir par la suite demander le respect des syndicats ou toute autre institution.
Judili58
CE N EST PAS UN DERBY
a posté le 01-02-2023 à 17:39
L UGTT ne veut pas évoluer et se moderniser. L'action syndicale a changé depuis la chute du mur de Berlin. Les syndicats de base sont devenus plus impliqués dans la vie de leurs entreprises. Fini le centralisme syndical qui forcément comporte un risque considérable de politisation de l'action syndicale. Chez nous l'ugtt continue à s'arc-bouter à une conception désuète de l'action syndicale. Ce faisant l'ugtt porte atteinte aux droits de ceux qu'elle est censée défendre. Les quarante cinq dernières années ( depuis le 26 janvier 1978 ) sont remplis d'exemples de subordination de l'action syndicale à des considérations politiques. Pour l'intérêt suprême de la nation ceci doit cesser. Néanmoins ceci doit s'accompagner d'une profonde révision du code du travail qui consacre la concertation et la cogestion au sein des entreprises
AMMAR BEZZOUIR
A M. Taboubi et Co.
a posté le 01-02-2023 à 17:22
Une chanson universelle Mashallah 3alik Balti cette nostalgie prend aux tripes

https://www.youtube.com/watch?v=tS8nzAQg_8k
Tounsi
Contrepoids
a posté le 01-02-2023 à 17:03
Il faut toujours une organisation qui défend les intérêts des ouvriers et fonctionnaires..la France est paralysée par les grèves..arreter de chialer et de pleurer l'économie c'est pas la faute des fonctionnaires ou ouvriers..nous on paye nos impôts..ce. Sont les décideurs politiciens qui ont detruit l'économie tunisienne pendant ces 10 dernières années..
Retraite
Tous les moyens
a posté le 01-02-2023 à 16:44
Le President va utiliser la poltique de tous les moyens sont pour sauver le pays
Le ravin derriere nous et les changements et le nettoyage du pays devant nous
Abir
Moralité
a posté le 01-02-2023 à 16:44
Peu n'importe les défauts de l'UGTT, ks ne pourra jamais arriver à son but avec "11%" Si il est fier de ce nombre, il n'a que quitté le Palais et prendre le 11% à la Mnihla, ainsi, yaraia7na men charo! Tounes 3andha Nsaha wa Rjalha
Naim
Toutes tentatives seront vaines.
a posté le 01-02-2023 à 16:30
La panique de taboubi et sa clique les incite à bordelaise ( un certain Moussa Darmanin ) la vie societale tunisienne. Conscients que l'heure de s'expliquer devant la justice concernant leurs enrichissements soudains approcher à grand pas, les pontes de l'ugtt sont dans leur vil rôle pour brouiller les cartes dans l'espoir d'échapper à la justice des hommes.
Jilani
KS a entièrement raison
a posté le 01-02-2023 à 16:08
Il faut mettre un terme à cette organisation mafieuse et ses syndicalistes pourris, le charcutier se prend pour le dieu de ce pays avec ses menaces de grève générale et le blocage des réformes nécessaires. Un charcutier contre un professeur, qui va gagner ? Nous espérons voir ce charcutier qui n'a pas respecté même le règlement intérieur de cette organisation de faire emprisonné pour tout le malheur qui a causé pour le pays.
souilem
Chacun dans son rôle
a posté le 01-02-2023 à 15:36
Vous me faites rire quand vous me dites que l'UGTT doit prendre ses responsabilités pour sauver le pays, alors je me pose la question suivante : Depuis quand l'UGTT pense à sauver les pays ? depuis qu'elle a entamé les grèves sauvage et les sit-in durant la décennie noire, l'enseignement a été bafouillé et paralysé par le voyou Yaakoubi, un voyou qui a menacé de retenir les notes trimestrielles des élèves tout en méprisant les parents d'élèves qui ont mis tout leurs économies pour l'enseignement de leurs enfants, sans parler des syndicats voyous au sein de l'administration publiques et les entreprises du secteur privé, sans parler de la probabilité de la corruption au sein de cette organisation. L'UGTT a été l'organisation patriotique le temps de Farhat Hached, ya hasra!
Aujourd'hui, chacun reste dans son rôle, l'UGTT doit défendre dans le cadre de la loi le droit et les intérêts des ouvriers sans perturber l'économie du pays, elle ne doit pas s'occuper de la politique du gouvernement, mission qui incombe au Président de la république et du chef de gouvernement.
Devant cette situation, le gouvernement doit multiplier les actions d'audit dans les différents établissements y compris l'UGTT et de faire sortir les inquiétudes et les défaillances en vue de corriger le tir. Pour mener à bien la mission du contrôle et de la sécurité, il est conseillé d'augmenter le budget de ces structures afin de permettre aux agents de la sécurité de faire leur travail dans de bonnes conditions car il y a beaucoup de réseaux de vols, beaucoup de braquages et beaucoup de corruptions. Le citoyen tunisien ne se sent plus en sécurité.
Jean Neymar
Diviser pour mieux régner....
a posté le 01-02-2023 à 15:31
Diviser pour mieux régner,Telle est la devise,vieille comme le monde de Mèwlènè el Emir Kaissona premier.....
Nommer le secrétaire général adjoint de l'UGTT à la Tête du Ministère de l'Education....
L'ISIE? Nommer Bouasker l'adjoint de Baffoun....
L'UTAP? virer Ezzar et mettre son bras droit Ben Ayed etc etc etc.....
La politique du Pire ,adhrab rass bi rass,Telle est la ligne de conduite machiavélique de Kaissrona...
Demain un Parlement? une deuxième chambre créée au cas où....
Méskinè Tounèss.
Gg
L'Initiative?
a posté le 01-02-2023 à 15:24
"l'intiative de l'UGTT et des organisations nationales qui l'accompagnent peut finir en simple produit intellectuel"

Pour le moment il y a rien, rien du tout.
Pauvre pays...
DIEHK: Je pouffe
Depuis 2011......
a posté le 01-02-2023 à 15:17
Depuis 2011......
la rupture est en vue
Qu'on attendait ces ruptures je dirais!!!
Et en ce 1er février 2023, on philosophe encore dans cette contrée qui porte l douce appellation de Bagla Liha ?
Moi, je vous dirai que vous n'arrêterez pas d'arrêter à cause de votre inculture Civique, Morale, Philosophique et surtout "Politique".
Je vous vois bientôt rentrer dans l'étable puante de l'autiste et ça vous irait bien pardi !
C'est votre destinée deuis 1 certain 14 janvier 2011, j'étais chez moi (quand je suis à Tunis) en face de Bourguiba school vers les 15h, des gens, ces gens là qui gueulaient "Khobz wa Maa et Ben Ali laaaa"
Et maintenant, il vous faudra crier ou beugler "La Khobz wala Maaa" et l'autiste Laaaaa!
Continuez vous êtes sur la bonne route qui ne mène à nulle part puisqu'elle infinie!!
Patriote
C est déjà la rupture
a posté le 01-02-2023 à 15:06
La rupture à été déjà déclaré par l'opportuniste tabboubi quand il s'est permis de s'immiser dans les affaires de l'état et df ce fait à teinte à la sûreté de l'état
La loi est claire à ce sujet indiquant que toute attaque du pouvoir exécutif et législatif avec itentions de changer le régime est considéré comme atteinte à la sûreté df l'état et ce malade lf sait bien
Si Hached allah yarhmou était encore il l'aura certainement radié ddu fameux UGTT qu'il est entrain df détruire avec sa bande d'opportunistes qui ont détruit le pays par tous les moyens
La loi entérine bien le droit syndical qui est le même partout dans le monde à savoir la défense des droits des travailleurs et non l'ingérence dans la gestion de l'exécutif
Ils savent bien que le pays passe par une période très difficile avec des finances à zéro suite à la décennie noire des kouanjias
Malgré Cette connaissance des faits ils essaient de mettre en cause le gouvernement de le dénigrer , le provoquer et de le pousser à la bataille
De plus ils mettent en cause tout l'exécutif et se permettent de prendre sa place
Le procureur doit intenté une procédure judiciaire pour atteinte à la sûreté de l'état envers ces perturbateurs qui ne pensent nullement au pays mais seulement à leurs intérêts
Et les modifications des status lors du congrès de sfax prouvent bien les vrais intentions de ces opportunistes
VOILA
Et ..
a posté le 01-02-2023 à 14:35
La guerre contre la démocratie est déjà là. - La seule question est de savoir quand les Ammar d'El3askar seront entraînés dans cette guerre par les putschistes du RCD.

Cette guerre a été décidée il y a longtemps.

Le public tunisien n'a qu'à se préparer par petites étapes et - plus ou moins - bien dosées.

C'est comme un poison mortel administré à petites doses.
Lol
Les syndicats pendant la faillite
a posté le 01-02-2023 à 14:32
C'est un scoop de dire que pendant la faillite d'un pays c'est la rupture avec les syndicats.
Lisez les prévisions pour la Tunisie et vous allez voir quelles confrontations nous attendent pendant les 2 prochaines décennies