alexametrics
mercredi 21 février 2024
Heure de Tunis : 05:53
Dernières news
L’UGTT dénonce les propos de Kaïs Saïed incitant contre l’action syndicale
01/02/2023 | 14:30
2 min
L’UGTT dénonce les propos de Kaïs Saïed incitant contre l’action syndicale

 

Le bureau exécutif de l’UGTT, présidé par le secrétaire général, Noureddine Taboubi a réagi, mercredi 1er février 2023, à l’arrestation du secrétaire général du syndicat des agents de la Société Tunisie Autoroutes, Anis Kaâbi survenue la veille mardi 31 janvier.

L’UGTT a condamné cette arrestation considérant qu’il s’agit d’une atteinte à l’action syndicale et aux droits syndicaux et une violation des accords internationaux ratifiés par l’État tunisien et de la constitution.

Le bureau exécutif a dit rejeter les circonstances de l’interpellation qui ont terrorisé les membres de la famille de Anis Kaâbi, faisant porter la responsabilité de ses répercussions aux autorités.

Par ailleurs, la centrale syndicale a précisé que la grève avait été décrétée sur la base d’un préavis légal conformément au Code du travail.

 

Ainsi, l’UGTT a mis en garde contre les atteintes visant des droits et libertés syndicales « d’autant plus que l’arrestation s’est déroulée immédiatement après le discours du président de la République à la caserne d’El Aouina. Un discours qui comprenait des incitations contre l’action syndicale et le droit aux protestations pacifiques ».

Dans la soirée de mardi lors d’une visite inopinée à la caserne de la Garde nationale d’El Aouina, le chef de l’État a évoqué, face à des hauts responsables sécuritaires, la grève des agents des péages de Tunisie Autoroutes et a affirmé « que ceux qui barrent les routes ne peuvent rester dans l’impunité ». Il a ajouté que « le droit syndical est garanti, mais ne peut devenir une couverture à des fins politiques, qui ne sont un secret pour personne ».

Anis Kaâbi a, notons-le, été interpellé dans la soirée du 31 janvier 2023 et conduit au district de police d’El Gorjani. Son arrestation a eu lieu vers 21 heures, soit deux heures après la publication de la vidéo de la visite du président de la République à la caserne d’El Aouina,

De ce fait, le bureau exécutif a appelé à la libération immédiate de Anis Kaâbi : « Le pouvoir exécutif est tenu pour responsable des conséquences de telles pratiques. Nous considérons que cette arrestation s’inscrit dans la continuité de ce que subit l’UGTT depuis un moment, notamment les tentatives de diffamation et les incitations pour empêcher l’organisation de jouer son rôle historique ». En définitive, les syndicalistes ont été appelés à la mobilisation générale afin de se préparer à défendre les droits et libertés.

 

I.L.

01/02/2023 | 14:30
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Mokthar
Agir
a posté le 02-02-2023 à 09:48
Kaeies Saied et le futur parlement ne pourront faire les reformes necessaires tant qu ils remettent pas
l ugtt a sa place, et l obliger a redevenir une organisation syndicale, dont le role est de travailler en faveur des droits economiques et sociaux des employes, et non faire de la politique sans avoir ete mandatee par les electeurs pour le faire. Kaeies qui parle d l autorite de l etat, ne doit pas permettre l existence d un etat parallell qui impose son pouvoir destabilisateur et effrayant pour
l economie du pays et le quotidien des citoyens, a travers les incessantes greves, les discours incendiaires et populistes
d un Taboubi, la paralysie de l administration et des entreprises paralysees par des milices maffieuses. Kaeies doit choisir et agir.

Patriote
Juste une réponse
a posté le 01-02-2023 à 15:18
Le proverbe dit "il m'a frappé et il est parti pleurer"
Des supposés syndicalistes opportunistes qui pensent être au desus de loi et d'attaquer le pouvoir exécutif et être surpris de la réponse pour leurs attaques et ingérence dans les affaires de l'état
Ils ont même menacés le gouvernement et ont démarré leurs plan diabolique de blocage du travail dans tous les secteurs
I
Ils doivent être arrêtés et jugés pour atteinte à la sûreté de l'état et stopper cette mascarade