alexametrics
jeudi 25 avril 2024
Heure de Tunis : 03:15
Dernières news
En violation flagrante de la loi, le maire nahdhaoui de Bizerte convoque un journaliste pour instruction !
17/10/2018 | 11:06
2 min
En violation flagrante de la loi, le maire nahdhaoui de Bizerte convoque un journaliste pour instruction !

 

Les maires d’Ennahdha sont tombés sur la tête. Ils ont été élus pour un poste municipal et ils se croient tout permis. Celle de Tunis veut le titre de secrétaire d’Etat, celui de Sfax exige une voiture de luxe et celui de Bizerte convoque un journaliste pour instruction ! 


C’est notre confrère d’Oxygène FM, Badreddine Araar, qui est ciblé par cette convocation hors du commun et en violation flagrante de plusieurs textes du décret-loi 115 relatif à la presse. 
Ainsi, le maire nahdhaoui Kamel Ben Amara a adressé à Oxygène FM un courrier officiel en bonne et due forme, signé par ses soins, suite à un post « Facebook », publié par le journaliste sur sa page personnelle. Quel rapport entre la page personnelle du journaliste, la radio et sa direction ? Seul le maire le sait ! Dans ce courrier, le maire demande au directeur d’Oxygène FM d’inviter son journaliste à se présenter à la mairie et à assister aujourd’hui, mercredi 17 octobre 2018 (il a écrit mercredi 14 dans sa convocation), à une réunion pour enquête et information à propos d’un incident dans une station de louages relevé par le journaliste sur sa page personnelle. 
Le maire justifie son courrier par la bonne volonté de la radio de préserver sa transparence et sa crédibilité en relayant les informations ! 
Encore un peu et ce Nahdhaoui va dresser des procès en bonne et due forme pour les journalistes !

 

Bon à rappeler, pour le maire, l’article 11 du décret-loi cité indique que « le journaliste ne peut faire l’objet d’aucune pression, de n’importe quelle autorité et il ne peut être également exiger d’un quelconque journaliste ou d’une quelconque personne participant à la confection de la matière journalistique de révéler ses sources d’information, sauf autorisation du juge judiciaire compétent et sous réserve que ces informations soient relatives à des infractions présentant un risque grave pour l’intégrité physique d’autrui, que leur divulgation soit nécessaire pour prévenir la commission de telles infractions et qu’elles soient du type d’informations ne pouvant être obtenues par tout autre moyen ».


Toute infraction à cet article 11 est punie de la peine d’outrage à fonctionnaire public ou assimilé, prévue à l’article 123 du code pénal.

 

R.B.H


 

17/10/2018 | 11:06
2 min
Suivez-nous

Commentaires (33)

Commenter

Mansour Lahyani
| 18-10-2018 10:26
"L'honorable" Kamel Ben Amara, sa marque brune sur le front parle pour lui : il est donc un nahdhawi pur et dur... Pourquoi n'irait-il pas jusqu'à convoquer un insolent journaliste ? Il pourrait même envoyer une brigade de gardes nationaux, ou de zélés séides au cas où la Garde Nationale se ferait tirer l'oreille, pour quérir ce journaleux récalcitrant, qui ne va pas assez franchement dans le sens indiqué par ce maire trop fraîchement élu, mais déjà habité par sa conviction que tout lui est permis et que rien ne saurait échapper à sa puissance, nahdhawie elle aussi...
Alors, tout ce que vous pourriez dire de lui et de ses initiatives comportementales glissera sur la carapace étanche dont Ennahdha l'a revêtu !
En fait, c'est bien la preuve que, même nahdhawi, ce maire manque singulièrement d'instruction!

OU EST LE PROBLEME
| 18-10-2018 10:13
un journaliste rapporte un cas de FASSAD d'une élue municipale.
Le maire, premier responsable de sa commune ou circonscription donne de l'importance au sujet, ouvre une enquête et dans la transparence totale invite le journaliste à assister à cette enquête.
OU EST LE PROBLEME

KAABOURA
| 18-10-2018 10:04
de tout manière ces politiciens ont intérêt a obtenir du résultats sinon ils iront a la poubelle de l histoire . il faut qu ils travaillent au moins 15 h par jours pour embellir leurs villes

SBL
| 18-10-2018 09:19
La tâche ronde et brune sur le front,qui rappelle que ce maire est un pratiquant Nahdhaoui,lui donne tous les droits.
C'est aussi simple.

Moustache
| 18-10-2018 08:44
Je ne suis pas un fervent admirateur des nahadhaouis, mais il est plus juste de dire que cette lettre n'a rien d'illégale, depuis des lustres, les ministères, gouvernorats et municipalités travaille directement ou indirectement avec la presse. On y voit souvent des articles dénonçant l'état des routes, le permis d'une institution etc.. et quelques jours plus tard est publié une réponse de la part de l'entité gouvernementale qui a pris en charge le dossier.

Je pense que la réunion étant officialisé, le journaliste doit s'y rendre, tout noter (et je ne pense pas que la municipalité se risquerait a aller à l'encontre de la loi sinon il n'y aurait eu aucun trace et tout se serait fait par téléphone).

Voyons ensuite si le maire s'appuiera sur les dires du journaliste pour en accélérer l'enquête, pour prendre des décisions sérieuse, pour contacter la police judiciaires (seule apte a arrêter les individus prétendus coupable), ou si au contraire il menacera le journaliste ou essaiera de le soudoyer.

C'est regrettable de lire ce genre d'article

Bab ezzira
| 18-10-2018 06:50
Si on veut combattre les frérots du diable, c'est pas avec ce genre d'article qui au fait glorifie plus la secte..Ce qu'il faut retenir de cet article pour un être humain ayant un tout petit QI légèrement inférieur à nos cousins les macaques et supérieur ou égale aux équidés , ce qu'il faut retenir donc:
un journaliste rapporte sur sa page FB un cas de FASSAD d'une élue municipale.
Le maire, premier responsable de sa commune ou circonscription donne de l'importance au sujet, ouvre une enquête et dans la transparence totale invite le journaliste à assister à cette enquête.
OU EST LE MAL Tout l'honneur est au maire. Pour moi c'est un article qui glorifie la secte.

Imed
| 17-10-2018 21:34
On est beaucoup à détester viscéralement Ennahdha. Mais lorsqu'un maire essaie d'élucider une affaire de corruption en invitant la personne qui a dénoncé l'abus, il a certes commis une maladresse car l'individu en question est un journaliste et il aurait dû être traité différemment mais de là à vilipender l'élu comme vous le faites, le pas est grand. Mettez de la rationalité dans vos attaques anti Ennahdha, vous n'en serez que plus crédible.

Gabsi
| 17-10-2018 20:02
La Turquie profite de l'affaire Jamel khachakjifait et fait chanter l'Arabie saoudite...Blanchir le roi et prince héritier MBS contre un soutien inconditionnel d'Ennahda en Tunisie...
Les négociations ont abouti, vous pouvez dire Adieu aux élections de 2019...La Turquie vient de marquer dans le temps additionnel et les frères musulmans tunisiens seront les uniques gagnants...
Les jours à venir seront très juteux....

Salim
| 17-10-2018 19:46
Tu te poses la question « Et la justice sert à quoi ? », mais tu t'es pas demandé pourquoi ce journaliste n'a pas saisi la justice dénoncer ce soupçons ?!
Bla bla bla...

Bertrand
| 17-10-2018 19:02
Pauvre type IGNORANT. Ne mérite aucun intérêt Dégage et Dégage la Tunisie Verte n'a pas Besoin d'un énergumène.,