alexametrics
jeudi 25 avril 2024
Heure de Tunis : 03:16
Chroniques
Des perspectives positives pour 2019
Par Sofiene Ben Hamida
30/12/2018 | 15:59
3 min
Des perspectives positives pour 2019

 

L’année 2018 tire à sa fin. Elle n’a pas été une année faste mais elle n’a pas été une année catastrophique non plus. On retiendra de cette année que malgré les difficultés, les tunisiens ont réussi à préserver le caractère civil de leurs différences. Ils ont avancé sur le chemin de la construction démocratique encore perfectible. Ils ont amélioré des lois et adopté d’autres qui, à court et à moyen terme, auront des répercussions positives sur leur société. Ils ont proposé des réformes sur le plan social, notamment au niveau de l’égalité successorale, qui les rapprocheront des normes de la justice, de l’égalité et de l’équité.  Comparée aux évolutions connues, dans d’autres pays, c’est une attitude suffisamment positive pour être relevée.

L’année 2019 qui s’annonce, sera une année charnière qui ouvre des perspectives positives sur plusieurs plans politique, sécuritaire, économique et social. Le seul paramètre inconnu dans cette équation, c’est la capacité de la classe politique actuelle à se renouveler, se rapprocher encore plus des citoyens et se hisser aux niveaux des exigences et des attentes des tunisiens, qui eux ont beaucoup changé, au cours des huit dernières années, parce qu’ils se sont réellement affranchis de leur peur, ont retrouvé leurs voix et se sont réappropriés leur citoyenneté.

Sur le plan politique, l’année prochaine sera clôturée par l’organisation des élections législatives et présidentielles. Tout porte à croire que les délais seront respectés même si l’ISIE, l’instance qui les supervisera connait, pour le moment, une crise interne mais, qui ne semble pas entamer sa capacité à organiser les prochaines élections. Ces élections seront salutaires pour le pays car, elles permettront de remettre de l’ordre dans un paysage politique qui a été fortement pollué durant les trois dernières années par les magouilles et les manœuvres politiciennes qui n’ont servi que les intérêts personnels de quelques-uns. Elles permettront de dégager une configuration réelle des forces politiques et débarrasser la scène des parasites et des escrocs de la politique qui ont réussi à se faire une place sans commune mesure avec leur poids ou leur impact effectifs. Certains diront que les résultats des prochaines élections ne pourront être très différentes des précédentes. Cela ne dépend que des tunisiens qui doivent participer massivement à l’opération de vote. Ils n’auront qu’à pénaliser ceux qui ont déçu, avec la certitude que leurs voix ne seront plus désormais truquées.

Ces élections ne peuvent, bien entendu, se dérouler convenablement que dans un climat sécuritaire maitrisé, ce qui est globalement le cas. Il semblerait même que notre pays a eu la chance de passer rapidement de la phase d’un terrorisme actif à celle d’un terrorisme résiduel. La vigilance, l’efficacité et l’héroïsme de nos forces de sécurité, qui continuent à souffrir affreusement de manque de moyens, y sont pour beaucoup. Toutefois, il serait absolument nécessaire de mettre au clair durant l’année 2019, cette question épineuse de l’organisation sécuritaire secrète du parti islamiste. Il serait absurde de construire une démocratie avec des partenaires qui profite des mécanismes de la démocratie tout en fomentant des desseins malveillants pour l’anéantir.

Quant à la situation économique, elle ne connaitra pas une évolution significative au cours de l’année prochaine. Mais avouons que sur le plan économique, c’est surtout les finances publiques qui sont en crise. Le pays réel, lui, vit à son rythme cadencé malheureusement par le secteur informel et la contrebande qui génèrent des liquidités financières qui profitent aux classes défavorisées mais qui ne profitent nullement à l’Etat qui laisse faire et montre une permissivité déconcertante. La détérioration du climat social n’est que la conséquence de la politique et des orientations économiques de l’Etat. C’est pourquoi, ne serait-ce que pour des considérations électorales, le gouvernement pourrait initier au cours de l’année prochaine des mesures qui ne changeront pas radicalement la situation mais qui apporteront un répit certain, surtout pour les classes moyennes qui ont été les plus touchées par les politiques de l’Etat au cours des dernières années.            

Par Sofiene Ben Hamida
30/12/2018 | 15:59
3 min
Suivez-nous

Commentaires (7)

Commenter

Léon
| 03-01-2019 14:02
Ton axe est vraiment mal orienté mon cher Sofiène. Du moins, nous n'avons pas du tout la même notion de positivité.
Peut-être que ton axe de jugement était-il mal orienté depuis bien avant la merdolution. L'orientation mon cher Sofien, l'orientation! Un élément essentiel en Géométrie.
Ceci explique peut-être pourquoi tous les ans tu nous arroses de ta positivité. Change le sens de ton vecteur unitaire normal avant d'analyser quoi que ce soit. L'actuel "madhroub" et dirigé vers l'étranger.
Bonne année 2019 quand même!

Léon; Min Joundi Tounis Al Awfiya;
Résistant pour la souveraineté de mon pays (mon principe).

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES (mon vecteur directeur qui, jusque là, ne m'a pas trompé).

mariosss
| 31-12-2018 17:44
Trop d'optimisme, mais malheureusement déplacé, mr sofiene, vous ne pouvez pas nier que le chomage augmente d'une année à une autre surtout des jeunes et des diplomés, et c'est là la plaie sociale la plus dangereuse, vous ne pouvez pas niert que 100 000 jeunes quittent les bancs de l'école chaque année, et se dispersent dans la nature, car nos établissements de formation professionnelle sont incapables d' encadrer leur minimum, ect....ect ...., 2019 sera une année de statu quo ou méme le pire, nos décideurs politiques actuels n'auront qu'un seul et unique souci qui est de consacrer tous leurs efforts, tous leurs moyens financiers ou autres pour faire face aux prochaines élections, à la concurrence des partis qu'on la voit trés chére et trés lourde de conséquences de toutes les cotés , tous les secteurs seront focalisés sur son échéance, sur sa préparation , son déroulement et ses surprises, ce que je peux vous solliciter c'est de consacrer un article pour expliquer a nos citoyens et citoyennes le pourquoi ? il est impérativement de se déplacer pour voter, de donner aux urnes leur importance vitale, et de les bien conseiller à bien choisir les élus qui méritent leur confiance de bien accomplir leurs devoirs et leur mission envers eux et de se sacrifier pour l'intérét de notre chére nation, notre chére TUNISIE qui ne mérite pas un tel sort et des telles calamités qui est en train de les subir depuis une belle lurette , voilà cher sofiene où je vois notre vérité , notre réalité, notre devoir de le mentionner dans l'urgence et de ne pas se fatiguer de le rappeler

DHEJ
| 31-12-2018 12:25
!

dr
| 31-12-2018 10:27
A lire l article on dirait il parle de la suisse qui a un seul probleme une hypothese qu un parti aurait pu avoir une organisation securitaire secrete , a part ca aucun probleme en 2018 et tout ira bien en 2019 ....

Pourquoi faire
| 30-12-2018 19:18
Il faut reconnaître que les Tunisiens sont devenus des amateurs dans quasiment tous les domaines.
Notre amateur journaliste n'a pas vraiment compris que les contrats énergétiques de notre pays le mettent de facto en faillite et nos compatriotes islamistes dépêchés par nos amis occidentaux n'ont pas de solution à ce problème parce que n'en déplaise à ces derniers il n'y en pas ou plutôt si arrêter de dépouiller la Tunisie.
Par conséquent, contrairement à ce que prétend notre camarade Sofiane, 2019 sera marquée par un changement radical de la gouvernance du pays ou alors il y aura de très grands problèmes en perspective.
La prédation comme socle des relations internationales doit cesser en commençant par la Tunisie pourquoi pas !
Bonne année 2019 !

mansour
| 30-12-2018 19:03
avec une nouvelle offre pour partager le pouvoir et des propositions pour limoger tout responsable qui ose s'affranchir des diktats des islamistes freres musulmans salafistes d'Ennahdha

Citoyen_H
| 30-12-2018 18:13
Depuis la faillite totale héritée des gangsters de la chaotique troika, vous nous chantez chaque année la même chanson, alors que dans la réalité, chaque année passée est pire que la précédente.

Le gouffre généré par la disparition des trois mille milliards (au moins) dilapidées durant la gouvernance des chameliers et des milliers d'escrocs qui leur gravitent autour, est insurmontable.

Soyez franc et dites à haute voix, ce tout tout le monde pense tout bas.
Annoncez la vérité. Il n y a que cela qui calmera les esprits.
Tout le reste n'est que baratin.........................!!!!!!!!!!