alexametrics
mardi 20 février 2024
Heure de Tunis : 22:40
A la Une
Dans sa guerre contre les islamistes, Kaïs Saïed gagne haut la main
06/04/2021 | 14:48
7 min
Dans sa guerre contre les islamistes, Kaïs Saïed gagne haut la main

 

La hache de guerre est déterrée, les combats sont déclarés et on en est à compter les coups entre le Parlement du Bardo que préside l’islamiste Rached Ghannouchi et le palais de Carthage que préside le constitutionnaliste Kaïs Saïed. On n’en est plus dans les déclarations à droite et à gauche, on est dans le réel. Tunisiens, à vos pop corn.

Cette guerre, on sait quand elle a commencé et on ne sait pas quand, ni comment, elle va finir.

Parce qu’il sait que les islamistes sont des menteurs, des tricheurs et des voleurs (il l’a insinué à plusieurs reprises), Kaïs Saïed a ouvert les hostilités l’hiver dernier en désignant à la Kasbah un candidat venu d’ailleurs.

La constitution est claire. Celui qui gagne les élections législatives doit choisir un candidat parmi ses rangs. Ennahdha a choisi Habib Jamli, mais ce dernier n’a pas obtenu le vote de confiance. Dans ce cas, ce n’est plus le parti vainqueur aux élections qui choisit, mais le président de la République qui nomme un chef du gouvernement après concertation avec les partis représentés au parlement.

Kaïs Saïed a respecté la forme, mais pas le fond, ni l’esprit démocratique en choisissant Elyes Fakhfakh dont le nom n’était cité que par deux partis. Rapidement éjecté de la Kasbah, à la suite d’un scandale lié à un conflit d’intérêts, M. Fakhfakh n’est pas resté longtemps à son poste. Kaïs Saïed devait choisir quelqu’un d’autre. Bis repetita, il respecte la forme en consultant les partis (à qui il a demandé de déposer une lettre avec leurs recommandations dans la guérite de permanence de la garde présidentielle), mais choisit un candidat ne faisant aucune unanimité. Il devait, pensait le président, être l’exécutant de sa politique.

Aussitôt proposé à la Kasbah, Hichem Mechichi trahit Kaïs Saïed et conclut des accords avec les partis majoritaires au Parlement pour obtenir le vote de confiance. Mission accomplie pour lui, mais son succès fut de courte durée, puisqu’il s’est mis à dos le président de la République qui jure sa fin. Ce dernier a tenté de conclure un accord avec Rached Ghannouchi pour renvoyer le « traître », mais le parti islamiste a refusé net. Le soutien du parti islamiste Ennahdha (et ses deux pare-chocs Karama et Qalb Tounes) au chef du gouvernement est périodiquement renouvelé. Jusqu’à hier lundi 5 avril.

C’est le début de la guerre. Kaïs Saïed a désormais un front face à lui et il est le seul à le combattre. Seul ? Pas vraiment. Kaïs Saïed est convaincu d’avoir raison et d’avoir le peuple à ses côtés. Les sondages (qui lui accordent près de 50% d’opinions favorables) ne peuvent que le réconforter dans sa position. Ce peuple, il le prend régulièrement à témoin à travers des discours enflammés dans lesquels il traite ses adversaires de traitres, de voleurs, de corrompus, de repris de justice…

En dépit du vote de confiance obtenu au Parlement, le président de la République refuse d’organiser la cérémonie de prestation de serment du nouveau gouvernement en se basant sur un texte de la constitution qu’il interprète à sa guise. Et c’est là le nœud du problème, car Kaïs Saïed tord les textes de la constitution de telle sorte qu’ils servent sa cause.

Cette arrogance présidentielle dérange les islamistes qui le font savoir, quasi quotidiennement, à travers des posts injurieux sur les réseaux sociaux. Sur ce registre, Rafik Abdessalem, gendre du président du Parlement, donne le la aux troupes islamistes qui s’exécutent immédiatement pour insulter et injurier le président de la République. Ce dernier voit tout et ne rate rien.

Les islamistes tentent une autre approche, la victimisation, en dévoilant la stratégie du président pour faire éjecter le président du Parlement de son perchoir. Ce fut leur « toutou » Rached Khiari aux manettes qui a fait fuiter des enregistrements d’une conversation confidentielle avec un député réputé proche du président. La tentative a fait pschitt, elle n’a pas mobilisé l’opinion publique contre le président. Mieux encore, la justice a ordonné l’arrêt des fuites.

Il fallait tenter une nouvelle approche pour isoler le président et lui faire cesser ses manœuvres. C’est ainsi que les islamistes se sont rendus compte que la Tunisie n’a pas encore de cour constitutionnelle. C'est-à-dire pas d’arbitre pour trancher les institutions de l’Etat. Une cour qui aurait dû voir le jour depuis 2015 d’après la constitution.

« Il vaut mieux tard que jamais », ont pensé les islamistes pressés d’en finir avec le président de la République. Ils agissent dans l’urgence et concoctent un projet de loi ad-hoc de sorte à obliger la présidence de la République, le conseil supérieur de la magistrature et l’assemblée à élire les membres de la cour constitutionnelle. Parmi les membres de cette cour, on retrouve deux enseignants de la chariâa à l’Université de la Zitouna.

Kaïs Saïed voit le piège de loin. Non seulement, il refuse de voir des experts en la chariâa s’infiltrer dans la cour constitutionnelle et s’immiscer dans la constitution, mais il refuse que les islamistes nomment les leur dans cette cour. Car l’étape d’après, pense-t-il, serait de l’éjecter du palais de Carthage et ceci n’est possible que s’il y a une cour constitutionnelle.

Il renvoie donc le projet de loi à ses expéditeurs en se basant sur un détail obsolète qui a échappé à tous les députés. Il rappelle l’article 148, paragraphe V de la constitution, selon lequel la cour devait être créée en l’espace d’un an après les élections de 2014. Comme elle n’a pas été créée en 2015, elle ne peut pas être créée maintenant. C’est sa lecture de la constitution et elle fait foi, pense-t-il.

Samedi 3 avril, il envoie un long courrier au président du Parlement rempli de messages entre les lignes. Les accusations de corruption et de trahison et les procès d’intention caractérisent ce courrier hors du commun.

Mardi 6 avril 2021, il remet une couche à l’occasion d’un discours prononcé en marge de la célébration du 21ème anniversaire du décès du leader Habib Bourguiba.

Il accuse ses adversaires de tous les maux, il épingle leur corruption, il évoque l’argent sale, il les traite de lâches et de voleurs.

Sans aucun doute, ce discours du 6 avril 2021 est le plus offensif que Kaïs Saïed ait jamais prononcé.

Comme dans tous ses précédents discours, il jure de respecter à la lettre la constitution et il prend le peuple à témoin.

Les islamistes ont beau crier au scandale et dire que l’interprétation présidentielle propre et unilatérale de la constitution ne représente pas forcément la vérité, ils sont inaudibles.

Avec ses 2,7 millions d’électeurs, ses plus de 50% d’opinions favorables et l’animosité contre les islamistes qui caractérise les médias et l’opinion publique, Kaïs Saïed bat ses adversaires à plate couture.

Il a appris à jouer sur les cordes sensibles qui font vibrer les masses. Il rappelle ainsi qu’il est musulman croyant et pratiquant leur enlevant ainsi leur principal fonds de commerce. Il exploite même le filon pour les tacler en rappelant que le bon musulman ne ment pas. Il rappelle aussi que la Tunisie ne manque pas d’argent, la preuve les millions de dinars dépensés, en devises, lors de leurs campagnes électorales.

Ils veulent la cour constitutionnelle pour servir leurs desseins ? Tant qu’il est là, celle-ci ne verra pas le jour.

Ils infiltrent le gouvernement ? Tant qu’il est là, celui-ci sera affaibli.

Ils infiltrent la justice et les institutions de l’Etat ? Il a suffisamment de prérogatives pour déjouer leurs manœuvres.

Ils volent l’argent de la Tunisie ? Il est là pour les dénoncer.

On ne sait pas si la guerre entre Kaïs Saïed et les islamistes a atteint ou pas son apogée, mais les combats ne manquent pas entre les deux parties pour le plus grand bonheur (ou désarroi) des observateurs tunisiens.

La cour constitutionnelle, l’économie, le pouvoir d’achat, la situation sanitaire ? Ce n’est pas important, nos gouvernants sont en train de s’entretuer et ce n’est pas plus mal. Cette guerre contre les islamistes devait avoir lieu depuis 2011 et on ne cesse de la reporter. Peut-être qu’il faudrait la mener une bonne fois pour toutes avant de passer à la véritable construction de la Tunisie postrévolutionnaire. Car si Kaïs Saïed a raison sur une chose, c’est bel et bien celle-ci : la Tunisie postrévolutionnaire ne peut pas être construite avec ceux qui n’ont pas cessé de déconstruire et de voler l’Etat depuis qu’ils sont là.

 

Nizar Bahloul

 

 

 

 

 

06/04/2021 | 14:48
7 min
Suivez-nous
Commentaires
Mêmepaspeur
Quel est le con qui a dit ?
a posté le 07-04-2021 à 21:02
"Saied n'a aucune légitimité historique il a servi la dictature"
J'avoue préférer entendre cette idiotie que d'être sourd. . .

Désormais, la légitimité ne sera donc jamais celle des urnes. . .
La légitimité sera "historique" ou ne sera pas , d'après l'idiot de service !
Sont-ce là les propos imbéciles d'un histrion hystérique historique ?
Ou bien ceux d'un fascislamiste tristement ordinaire ?
MPP.
Mêmepaspeur
Alors ? Toujours juge et partie ?
a posté le 07-04-2021 à 19:30
"choisir un candidat parmi ses rangs."
"Parmi ses rangs" est un pléonasme. . .
Ce serait plus correct de "choisir un candidat DANS ses rangs".

"un candidat ne faisant aucune unanimité.". . .
"aucune unanimité" est aussi un pléonasme.
Ce serait plus correct d'écrire "ne faisant PAS l'unanimité". (Et qui le pourrait, d'ailleurs ?)

"il traite ses adversaires de traitres, de voleurs, de corrompus, de repris de justice'?'"
Et fort justement, d'ailleurs ! Qui peut dire le contraire ?

"Kaïs Saïed tord les textes de la constitution de telle sorte qu'ils servent sa cause."
Et ça, c'est une appréciation de quelqu'un de TOTALEMENT ignorant en matière constitutionnelle. Donc, appréciation nulle et non avenue !

"Cette arrogance présidentielle dérange les islamistes". . . ainsi que l'arrogant qui traite de la sorte le Président de la République ?

"pas d'arbitre pour trancher les institutions de l'Etat". . .
Les trancher en grosses ou en tranches fines ?

"les combats ne manquent pas entre les deux parties pour le plus grand bonheur (ou désarroi) des observateurs tunisiens.". . . ainsi qu'à la grande satisfaction des journalistes qui, de la sorte, auront du grain à moudre. . . jusqu'à la fin de la législature !

En somme, et si on a bien compris, si KS "gagne haut la main", c'est pour préserver la démocratie et sauver les Tunisiens de la mainmise des fascislamistes sur le pouvoir, qui est déjà bien chancelant !
Alors ? Toujours juge et partie ?
MPP.
AA
Merci @Observator !
a posté le 07-04-2021 à 16:33
Je vous repète: " Quelque fois j ai l'impression que je fais un cauchemar tellement c'est irréaliste."

Chaque matin et soir, Id3i 3èlè Tounis Bel5ir !
observator
Une guerre contre le processus démocratique 2
a posté le 07-04-2021 à 15:49
Il est clair qu'il y a aujourdhui, une alliance entre le "populisme " de Saied et les forces corrompus qui contrôlent le pays pour réduire le rôle du parlement changer le régime politique et en définitive venir à bout du processus démocratique pour mieux contrôler la masse et installer une dictature contre les intérêts des tunisiens.
De deux choses l'une.
Où K. Saied est un vrai populiste et donc son alliance ( aléa de Monsatir : visite de la tombe de Bourguiba ) avec les forces de la corruption et de la dictature pour contrôler le pouvoir en évinçant le parlement et installer son pouvoir des soviets et là il se trompe car ces forces sont plus fortes que lui organisées et se débarrasseront de lui desqu'elles n'auront plus besoin de lui.
Ou tout simplement leur pion. Et son sort en définitive est le même.
Aucune force quelque soit son but ne tolérera un pouvoir des soviets. Le système mafieux va laisser Saied installer don pouvoir de comités populaires. Cela fait rire. Même Mr Saied en son fort intérieur ne croit pas à cela.
Beaucoup de ministres nommés par Saied sont originaires de la région de Bourguiba et certains ont eu des postes les plus sensibles. La visite répétée du président Saied à Monsatir, son silence sur ce qui s'est passé au port de Sousse ( poubelles chimiques italiennes, blé cancérigène importé......sa non réception de Mme Mahmoudi qui lutte avec beaucoup de risque contre les clans mafieux au port de Sousse...) alors que cela relève de la sécurité nationale.
Mr Saied oublie tous ces mafieux qui ont la main sur le système de crédit, sur les importations de produits agricoles, qui détruisent notre agriculture qui tous les jours transfèrent des milliards et des milliards du pays qui bloquenttoute reforme au bénéfice du peuple.
Son problème c'est le parlement biensure le but ultime est de venir à bout du processus democratique et des maigres acquis des tunisiens pour installer une dictature au profit des profiteurs. Ce sera fini du rêve des tunisiens d'un avenir meilleur pour leurs enfants.
Saied n'a aucune légitimité historique il a servi la dictature et n'a jamais levé le petit doigt pour dénoncer ses méfaits. Aujourdhui il a profité de cette démocratie à un moment d'inattention pour être élu président de la république et desqu'il a eu la chaise et à la première occasion, il s'est rebellée contre elle et tente de la poignarder dans le dos.
Je pense à tous ces jeunes qui ont donné leur vie pour que ce pays retrouve une dignité.
pourqu'un inconnu qui a servi cette même dictature qui les assassinés vienne aujourdhui nous donner la leçon.
Quelque fois j ai l'impression que je fais un cauchemar tellement c'est irréaliste.
Non Mr Saied vous n'aurez pas raison de ce peuple. Vous êtes peut-être d'une autre planète comme vous le dites mais nous tunisiens nous sommes des tunisiens et avons pieds sur cette terre. Ce peuple qui a finalement eu raison de Ben Ali aura raison de tous ceux qui essayent de le manipuler.
Donc ce n'est pas une histoire entre Saied et des islamistes comme veut nous le faire croire la propagande des clans mafieux mais un complot contre le processus democratique et le parlement la constitution et les institutions du pays. Les islamistes ne sont pas majoritaires au parlement.
C'est cela le fond du problème. Avec le temps il prend des formes différentes toujours le même problème Des forces corrompues qui ne veulent pas perdre le pouvoir continuer à piller le pays et des tunisiens qui luttent et qui veulent changer ce pays pour le bien de tous ses citoyens.
Voilà la problématique.
Saied combat le parlement or ce dernier est le fruit de la volonté populaire donc Saied s'oppose à la volonté du peuple.
OUI
@Observator : Bonjour !
a posté le à 16:25
Il ne faut pas oublier que sa femme est de Moknine à quelques Km de Monastir !

Ce que vous disiez ici n'est pas du tout absurde!
observator
@OUI
a posté le à 00:57
Bonsoir,
Je ne le savais pas.
Merci de me l'apprendre.
A.
@observator: Oui mais Kais Said a été élu par le peuple aussi
a posté le à 17:26
S'il y a quelqu'un qui a la légitimité pour combattre l'ARP c'est bien le président. l'ARP et le président ont été tous les 2 élus par le peuple.
La différence est que le peuple a neutralisé l'ARP en faisant élire l'une des ARP la plus heteroclyite et heterogène qu'on a connu jusqu'à maintenant. Celà veut dire que le peuple désapprouve les partis politiques actuel (et la secte à leur tête).
Le président quand à lui, il a été élu avec une écrasante majorité. Qu'on le veuille ou pas, il a un soutient populaire très solide ce que les partis politiques n'arrivent pas à avoir à l'exception du PDL qui fait une monté fulgurante. Il est claire que si on se base sur le choix du peuple, le peuple a clairement préféré un régime présidentiel à un régime parlementaire en vérouillant l'ARP avec un tel vote. C'est la ou je suis en désaccord avec vous cher commentateur. Selon mon interprétation Said est en position forte grace à un soutient populaire très fort. Il peut dissoudre l'ARP et dissoudre la secte s'il le veut et à mon avis il sera soutenu par le peuple.
Pour le reste, Kais Said est novice en politique mais le monsieur apprend et il est en train d"imposer son style, il réussit dans des coups et il échoue dans d'autres. Je suis du camp qui lui donne sa chance et on verra ou est ce que ca va mener. De toutes les facons avons nous une autre alternative maintenant? (oublions l'ARP, c'est le cancer de notre pays maintenant).
Mes salutations,
A.
observator
@A.
a posté le à 01:06
Bonsoir,
Biensure Kais Saied a été élu comme l'ont été les 217 membres de l'ARP par pratiquement les mêmes électeurs.
C'est Saied qui ne cesse de s'attaquer au parlement et non l'inverse.
Il est clairement établi aujourdhui que K. Saied ne croit pas du tout au système démocratique qui lui a permis d'être élu président.
Il collabore avec les forces de la corruption .
Il n y a qu'avoir l'indulgence et le soutien dont il bénéficie auprès des medias à la solde des clans mafieux pour mieux comprendre cela.
A.
@observator
a posté le à 13:25
Bonjour
Ne pensez vous pas que c'est la secte qui ne croit pas dans le système démocratique? Qu a t il fait de mon démocratique? La constitution écrite par la secte (parce que c'est ça la réalité, la secte s'est arrangée pour écrire une constitution sur mesure qui l arrange) lui a donné ces prérogatives. Il n a fait que les utiliser. Qu y a t il non démocratique dans ça? C'est la secte au contraire qui a fait une projet de lois pour modifier la constitution en baissant le nombre de voix requis pour faire passer le projet de lois. Alors dite le moi? Lequel des 2 n a pas respecté la constitution? Le président élu à 70 pour-cent qui utilise ses prérogatives ou bien la secte élue à 25 pour-cent et le gourou qui la modifient à leur guise?
A.
Compteur
Le score:
a posté le à 19:49
1 but à zéro pour A. contre observator.
A.
Francais
a posté le à 16:56
pour celles et ceux qui sont trés attentifs, ne faites pas attentions aux erreurs de francais dans ce que nous écrivons (il y avait une madame ou un monsieur, qui nous attrapait à la moindre erreur de e, s , conjugaison ou grammaire, nous ne savons pas ce qu'est devenue cette personne mais c'était tout une personne loool
A.
observator
Une guerre contre le processus démocratique
a posté le 07-04-2021 à 14:58
Ce n'est pas une guerre entre Saied et les Islamistes comme ils veulent nous le faire croire ceux qui man'?uvrent derrière la présidence de la république.
Saied islamiste Saied religieux Saied intègre Saied honnête.
Essayons de voir de plus près :
Depuis qu'il est élu Saied fait chaque année le pèlerinage à Monastir pour commémorer la mort de Bourguiba. Est ce que les musulmans commémorent l'anniversaire de la mort du prophète Mohamed saws ?
Je rappelle que le prophète est mort le 02 juin 632.
Nous connaissons tous la position de Bourguiba le laïque vous à vis du prophète de l'Islam et de sa religion. Mr Masmoudi ancien ministre de Bourguiba et Mr Mouaada qui ont bien connu Bourguiba ont témoigné que ce dernier en privé se moquait du prophète et de l'Islam. Je ne pense pas que Mr Saied ignore cela. Bourguiba a osé fermer la Zitouna que même le colonisateur ne l'avait pas fait. Une université plus vieille qu'Alazhar..Mr Saued le sait.
Ou pour Mr Saied, Bourguiba est plus important, à ses yeux, que Mohamed.
Il libre de croire ou non mais il ne faut pas tenir un double language.
Bourguiba a institué un régime raciste et regionaliste qui a eu pour conséquences le pillage de la plupart des régions du pays et de marginaliser des certaines de milliers de jeunes aujourdhui rasant les murs. Il faut venir par ici au kef et constater la misère impitoyable de milliers de jeunes errants sans espoir sans avenir..
Mr Saied se plaît à commémorer la mémoire d'un personnage qui en est le premier responsable de ces crimes contre l'humanité. Saied n'a rien à foutre des jeunes de ce pays il a voulu les utiliser pour d'autres fins que leur sort comme il a voulu utiliser Mechichi originaire du Nord Ouest comme un pion . Mme Ksouri a bien confirmé ce que nous pensons. Mais Mechichi s'est avéré un homme digne et a préféré être le pion au service des tunisiens que d'être celui de Saied et ceux qui sont derrière.
Quand Saied dit que Mechichi n'a pas respecté le pacte cela veut dire que Mechichi n'a pas respecté d'être son pion son toutou quoi. Voilà la mentalité qui gouverne chez beaucoup de gens de la Côte. Cette mentalité est une mentalité bourguibienne.
Les histoires de lettre soi-disant empoisonnée....les enregistrements fuités de Mohamed Ammar...de Ksouri.....mettant en cause directement la présidence de la république. La démission forcée de Fakhfakh.....
Mr Saied ne les a pas démenties à ce jour alors qu'il doit une explication aux tunisiens sur ces affaires. Son comportement est un mépris vis à vis des tunisiens.
Est ce que Mohamed saws ou Ibn Alkhatab auraient agit comme Saied dans pareil cas ?
Assurément non. Ils auraient appelé un chat un chat.



AB
Stalinisme en Afrique du Nord ?
a posté le 07-04-2021 à 14:55
Malheureusement, personne ne comprend cela, le Président introduit simplement le stalinisme en Tunisie, qui sait déjà ce que signifie le stalinisme. Mais vous en ferez l'expérience bientôt !!!
A.
Un des personnages les plus énigmatiques de la scène politique tunisienne
a posté le 07-04-2021 à 13:34
Kaisoun est un président entouré de mystères.
Certains jours et sur certains dossiers il nous rappelle tartour I et sur d'autres dossiers il nous rappelle BCE et ses stratégies très subtiles.
Ce qui est sur c'est que kaisoun n'est pas une bouchée facile pour la secte.
On ne sait pas où est ce que ça va mener tout ça. Est ce que tout ce que fait kaisoun est du cinéma pour finir par laisser faire ou bien on est en présence de la naissance d'un nouveau leader tunisien qui est encore en train d'apprendre les rouages de la politique pour devenir le nouveau bourguiba ou bien c'est un futur tartour II. Nous observons et nous sommes nous mêmes intrigués par la fin de cette phase. Allons nous nous diriger vers une confrontation directe entre le gourou et kaisoun? Kaisoun devrait soutenir les jeunes d ennahdha. Ces jeunes ne veulent plus du gourou du bhiri du Mekki et des faucons de la secte mais eux mêmes sont coincés. Les faucons ne veulent pas partir. Soutenez les jeunes monsieur le président. La secte est divisée plus que jamais et c'est le moment de réduire son pouvoir encore plus en l attaquant de l intérieur. Divisez la, encouragez la rébellion à l intérieur de la secte , soutenez le mouvement progressiste de la secte qui veut se débarrasser du courant ultra radical dirigé par le gourou. Qalb tounis est à oublier son sort est le même que nida afek tahya il va disparaître. C'est le pdl qui va prendre le pouvoir à l'ARP.
Il faut suspendre cette constitution et revenir à celle de l indépendance revue et corrigée. Faire voter le peuple par référendum.
La 2ème république est mort née . Il faut passer à la 3ème le plus rapidement possible. Il ne faut pas dramatiser ça fait parti de l apprentissage démocratique. On ne sait pas combien de républiques seront nécessaires avant d arriver à la bonne mais ce qui est sur est que la 2ème est un échec. La 1ère a réussi mais à atteint ses limites parce que bourguiba et ben Ali n ont pas préparé la démocratie comme ce qu a fait l Afrique du Sud.
Vive la Tunisie bourguibienne vive la république tunisienne
Groupe des A.
DHEJ
Le Khriji et les présidents de la Tunisie
a posté le 07-04-2021 à 12:32
"...Condamné à onze ans de prison (trois ans purgés) en 1981, amnistié en août 1984 et retourné ensuite à la lutte intestine[22], il est à nouveau condamné aux travaux forcés à perpétuité le 27 septembre 1987[27]. Néanmoins, cette condamnation n'est pas considérée comme suffisante par le président Bourguiba qui ordonne un nouveau procès destiné à obtenir la peine de mort[22]. Il n'a pas lieu en raison de la destitution de Bourguiba, Ghannouchi étant gracié par le nouveau président Zine el-Abidine Ben Ali le 14 mai 1988[28]. .."

Source Wikipedia


Le locataire de Carthage tient un procès populaire et inculpe le GOUROU de la secte de toux les maux.
VOILA
Question
a posté le à 18:58
Mais il les a survécu tous, n'est-ce pas ?

tragique non ? ou bien cela a-t-il un rapport avec la justice divine ?
Abel Chater
Hier, je n'ai eu le temps que de lire l'intitulation de l'article, mais aujourd'hui !!!
a posté le 07-04-2021 à 10:21
Je suis vraiment bouche bée au sujet de cette fuite en avant, de ceux qu'on croyait les honnêtes parmi les médias tunisiens. Leur manière primitive de vaguer autour d'une vérité circonstancielle, qu'ils transforment en la règle d'un modèle inébranlablement sacré.
Tout Tunisien possédant un seul iota d'intelligence, sait que les 2,7 millions qui ont voté pour l'incognito Kaïs Saïed aux présidentielles de 2019, ne le firent que parce qu'ils n'avaient pas d'autre choix avec son adversaire Nabil Karoui. Un escroc devant la justice et de par sa malhonnêteté de faux «bienfaiteur», filmé pour son propre intérêt politico-électoral, qui n'a même pas hésité à abuser de l'âme de son propre fils Khalil, mortellement accidenté. Donc, le nombre de ceux qui ont élu Kaïs Saïed, est complètement erroné par les circonstances et par l'inégalité flagrante entre les deux candidats, par le biais de tous les supports de l'information à l'intérieur comme à l'extérieur du pays. N'importe quel autre candidat à la place de Kaïs Saïed, aurait eu de telles ou même, plus de voix contre la malhonnêteté dévoilée de Nabil Karoui.
Ici, il n'est pas honnête du tout, du tout et mille fois du tout, de ne faire que mâcher ce nombre erroné de ceux qui ont élu Kaïs Saïed, malgré eux et suivant les circonstances de l'époque. Personne n'a élu Kaïs Saïed pour sa compétence politique. Une gigantesque faute dont nous souffrons tous, suite aux résultats catastrophiques de son incompétence, devenue tellement évidente, que personne ne pourra plus la nier, hormis ceux qui tournent toujours autour de leurs marabouts «islamistes». Des «gourous», des «sectes», des «islamo-fascistes», des «barbus», des «Nikah al-jihad», des «terroristes qui luttent contre le démocrate Bachar Assad de Syrie», des «criminels Savants Ouléma de l'Islam qui veulent nous faire apprendre notre religion musulmane», les «deux criminels enseignants de la chariâa à l'Université de la Zitouna, proposés pour la Cour constitutionnelle», des «voleurs qui ont dérobé la Tunisie sous le régime de Béji Caïd Essebsi et de Mohamed Ennaceur». Il faut qu'ils leur fassent la guerre par le mensonge et par l'intrigue, parce qu'ils n'arrivent pas à les vaincre par les urnes électorales. Le peuple Tunisien est d'un côté et eux, ils sont de l'autre côté. C'est l'effet du chantage d'intérêts imposé par le criminel américain Donald Trump.
Et les fameux sondages où 72% des 1400 personnes interrogées ont refusé de déclarer leurs intentions de vote. Il y a encore ceux qui osent encore parler de leurs plus de 50% d'opinions favorables, dont Kaïs Saïed devrait y compter, l'épée à la main dans sa «croissantdade» contre les «assaillants colonisateurs islamistes» de leur Tunisie francisée.
Hasbounè Allah wè Niima Al-Wakil !!!
A.
Arrêtes tes mensonges le pourri kwenjy
a posté le à 13:41
Comme d habitude tu délires. Ti meni kotlik il faut apprendre à boire.
Ta secte avait ses candidats qu elle a choisit elle même avec ton mourou ye kwenjy. Il a été rejeté par le peuple.
Alors arrête de mentir et raconter n importe quoi. Soit honnête . Hasbouna allahou we naama el wakil: est ce que vous savez ce que ça veut dire cette phrase avant de la dire? Plus hypocrite que vous on en trouve pas. C'est pour ça que les skin head vous détestent en Allemagne c'est parce que vous êtes des voleurs qui arnaquez le système allemand qui lui se base sur l honnêteté des personnes.
Vous êtes des pourries avec votre secte.
Adhrabli attraya min and les azlem A. Avec nos tahhyyet ye kwenjy.
Vive la Tunisie bourguibienne et la république
Amazigh
Vive le President
a posté le 07-04-2021 à 09:22
Bravo KS nous vous soutenons car malgré toute la ruse et malhonnêteté islamiste vous parvenez à vous tenir droit et à convoquer la loi et la constitution, seuls et uniques balanciers de l'etat de droit.

A4
Variant robocop
a posté le 06-04-2021 à 22:27
Pour les khwenjia, il s'avère que le variant robocop est plus coriace que les variants mauviettes type 3M (m. m. marzougui), type BCE (b. c. essebsi) ou type MBJ (m. b. jaafar).
Sans vaccin efficace, il vont tout droit vers la mort !
Alors mort aux salauds !!!
Srettop
Le vrai combat.
a posté le 06-04-2021 à 22:26
Le soi-disant combat dont vous parlez est un combat entre islamistes et quasi islamistes pour le pouvoir. Le vrai combat contre l'islamisme est mené par Abir Moussi que vous boycottez.
MFH
K.S est une aubaine poùr le pays.
a posté le 06-04-2021 à 21:08
Dans sa guerre contre les Islamistes, K.S gagne haut la main et c'est de bonne guerre. Que serait la Tunisie, dans quelques années, si on laissait les Islamistes appliquer leur projet d'Islamisation ? Les Tunisiens sont disposés à accepter toute conjecture pourvu qu'elle soit autre que celle que les traîtres veulent imposer.
Abel Chater
De quelle guerre et de quels "islamistes" avec un président Kaïs Saïed, dirigé par le trio féminin, Maya Gsouri, Samia Abbou et Nadia Akacha!!!
a posté le 06-04-2021 à 21:05
C'en est fini avec la feuille de vigne, qui cachait le faible du président Kaïs Saïed pour les femmes.
Nous avons cru, qu'il ne s'agissait que de Samia Abbou, mais il s'est avéré que même Maya Gsouri, lui imposait la destitution d'Elyes Fakhfakh, pour le changer par son "homme de paille" Hichem Mechichi. Le seul qui lui est acquis à 100%, dit-elle.
Aux temps de Ben Ali, le palais de Carthage était entre les mains d'une seule femme, Layla Trabelsi. Maintenant avec Kaïs Saïed, le palais de Carthage s'avère entre les mains de plusieurs femmes et leur "Boukhoukou". De quels "islamistes", parle-t-on mon cher Nizar Bahloul, de Maya Gsouri, de Samia Abbou ou de Nadia Akacha.
Au secours Madame Ichraf Chebil Saïed. L'eau t'emporte sous les pieds et ils te parlent de "islamistes"!!!
Quant à cette peur de Kaïs Saïed de la Cour Constitutionnelle, comme ce fut le cas de son prédécesseur Béji Caïd Essebsi, c'est une question de conscience. Celui qui a la conscience propre, il n'a peur de rien du tout. Seuls ceux qui nous jouent faussement au «Meister Proper», y trouvent toujours des excuses pour s'esquiver vers le néant. Nous savons bien ce qui nous attend avec cette histoire de la poule et de l'oeuf, dont Kaïs Saïed et compagnie vont nous amuser, jusqu'à la fin de leur mandat.
Allah yostir Tounes.
Alya
Oui et si nous étions trompes depuis 10 ans
a posté le 06-04-2021 à 20:21
Oui KS vient de nous démontrer que les progressistes n ont rien compris au peuple tunisien. Depuis la révolution, nous parlons de laïcité de démocratie.. Le peuple a compris que nous laïcs étions les malhonnête.,alors que l identité réelle était celle d ennahdha et de ses dérivées. Ce qu il fait aujourd'hui aurait pu être fait depuis longtemps par des progressistes tel que youssef essidik, les benachour etc...
Taoufik
Poudre aux yeux
a posté le 06-04-2021 à 20:15
Vous dites que la momie a déterré la haché de guerre contre le pion de la kasbah et boujalgha non Monsieur c'est de la poudre aux yeux pourquoi ? Et bien s'il était clean honnête et bon patriote il n'aurait pas hésité une seule seconde pour mettre des gardes de corps à disposition de Abir Moussi non il a refusé toutes demandes de cette dernière la laissant se jeter dans la cohorte des ***du parlement alors pourquoi il fait ça irresponsabilité et mégalomanie que je vomis
takilas
@Taoufik. Bien vue !
a posté le à 03:12
Mais vu la situation politique et l'historique des faits ou plus exactement les sabotages antopatriotiques de nahdha, d'énormes contraintes sont avérées.
Réagir autrement, c'est de donner l'opportunité à nahdha de Réagir, alors que cette est dans le pétrin et dans une impasse inévitable ; c'est seulement une question que le peuple tunisien parviendra à se débarrasser de ces vermines et ces escrocs.
Cette mascarade ne peut pas durer; c'est connu dans toutes situations basées sur l'arnaque et la corruption; ghanouchi et vu son illetrisme et manque de formation en politique et en histoire en général ne peut pas le savoir puisqu'il est immunisé actuellement par son argent colossal lui servant d'acheter plus d'esclaves, de milices et de traîtres.
Citoyen
Moi
a posté le 06-04-2021 à 19:42
Il faut crever l'abcès... Et au plus vite !
Soussi
Les Dons
a posté le 06-04-2021 à 19:04
Il n y a pas que le probleme de la fameuse cour.
Mr Le President qui est ce qui va nous eclairer sur l argent des dons recu par notre gouvernement
Jupiter
Hors sujet bahloul
a posté le 06-04-2021 à 19:03
Hors sujet
mansour
Le Président Kais Said et Mme Abir Moussi rendront le pouvoir légal confisqué par l'islamiste Rached Ghannouchi aux tunisiens
a posté le 06-04-2021 à 18:47
Depuis 2011 le pouvoir a été confisqué par une clique religieuse-islamiste freres musulmans salafistes d'Ennahdha qui sélectionne les ministres, les juges et etc candidats serviles conformes à ses intérêts politique pour garantir la victoire de l'islamiste Rached Ghannouchi et sa dictature islamiste des freres musulmans salafistes
takilas
Un titre risible !?
a posté le 06-04-2021 à 18:40
De quelle combat ? Et de quels islamistes parlez-vous? Le seul combat des tunisiens est celui préconisé depuis l'ère de Bourguiba et ce contre l'analphabétisme, l'illettrisme, l'inculture et lobscurantisme religieux pour rappeler quil ny a pas plus facile que lislam en tant que religion sauf quen tunisie, et faute d'un enseignement devenu précaire ce volet ( une matière comme yltoute autre à enseigner à l'école), est devenue une sorte de tabou et un complexe afférent au savoir en général.
Il y en assez d'entendre de telles bêtises
D'abord le Président de la République n'a appliqué que le rôle que lui sied en accomplissant un effort pour éradiquer les dépassements et les agissements désinvoltes hérités, au fil de temps, de certaines habitudes impropres aux tunisiens au vrai sens du mot de "tunisienneté" si l'on ose dire.
Cependant de mauvaises habitudes et de mauvais comportements ont vu le jour depuis un certain temps et se sont amplifiés depuis 2011 et ce soit par bargnbarismes ou sauvageries ; et dire que le fait d'être violent ou régionaliste et devenue une démonstration de supériorité et de plus qualifié que d'autres et qu'il s'agit donc d'un complexe qui s'est développé vu l'absence ou le ralentissement flagrant de l'enseignement et des programmes relatifs à l'enseignement.
Ainsi les jeunes sont sur le point de rencontrer, et d'intégrer, une situation alarmante et grave pour s'instruire, se cultiver et se former ; bref l'éducation nationale a du pain sur la planche et la restructuration de l'enseignement est nécessaire dans l'immédiat sans plus attendre ni bac ni neuvième ni BTS pour soi-disant une évaluation car la précarité et la médiocrité sont apparentes dans tous les rouages de l'état tunisien et qu'il s'agit d'une vérité à ne pas dissimuler.
La violence est en expansion et la culture est en régression. Personne ne peut le nier.
L'urgence est signalée.
AB
Il joue avec les femmes !
a posté le 06-04-2021 à 18:39
Il joue avec les femmes !?
Misken Ouallah Misken, Bouhèli ou yèl3ib m3aa Enninsè..
EL OUAFI
IL est dans son rôle !
a posté le 06-04-2021 à 18:11
Mr Nizar Bahloul, vous avez énuméré toutes les prérogatives du président de la République, il s'oppose à la déconstruction de la Nation et il a raison, il tient parole, cet honnête homme que le peuple tunisien est à la recherche depuis des décennies, les années de plomb sous le précédent régime de ben Ali.
Il faut remercier la providence d'en avoir un Président honnête répond à ce que aspire le peuple depuis l'indépendance, nous voici aux croisés des chemins, cette pseudo révolution auquelle nos regards étaient braqués pour enfin un avenir meilleur, on a vite déchanté, une invasion de dirigeants politiques qui nous promettaient le délice de la vie.
Kais Saeid est une chance pour notre pays, il s'oppose à nouvelle forme de gouvernance, ces islamistes qui n'ont de l'islam que le nom,ils s'avèrent des véritables ennemis de l'islam et la nation, des nuisibles des voleurs et des traîtres.
Mr Nizar,ne trouvez-vous pas que ce Monsieur, ce président est un "Messi" un envoyé par la providence à sauver ce peuple il a tant souffert de cette injustice des hommes,pourquoi ne pas l'encourager, l'aider à se défaire de cette calamité que ce miséreux peuple est soumis, les sondages le plébiscitent, or unissez-vous les médias pour faire triompher la justice, aidez ce président loyal qui nous veut à nous tous que du bien.(Manai)
takilas
@ Ouafi. Bizar Bahloulvest certainement en mauvaise posture qu'il est pris entre le marteau et enclume vi son journal tout comme lemission
a posté le à 03:36
@ Ouafi. Bizar Bahloulvest certainement en mauvaise posture qu'il est pris entre le marteau et enclume vu son journal, tout comme l'émission de la télé hiwar tounsi, bénéficié d'un audimat élevé réciproquement à d'autres.
Il faut supposer, pour ne pas dire certain, vu les faits constatés, que M.Bahloul subit une pression, voire des menaces, de la part de nahdha faute de quoi son journal risque d'être censuré, et cela a été constaté dans plusieurs autres cas, que nahdha a des latitudes et un pouvoir de violenter, de réprimander et de massacrer n'importe qui qui se permettrait sur son passage ; business news entre autre ne pourrait jamais être apprécié par nahdha vu la participation de plusieurs tunisiens nationalistes et honnêtes qui n'ont comme seul objectif que de contribuer du peu qu'il soit à sauver la Tunisie de cette catastrophe subie par les massacres socioéconomiques commises par nahdha la destructrice.
D'ailleurs c'est pour cela que nahdha place des contrôleurs et des gardes-fous partout et ce en dépensant beaucoup d'argent alloué par ghanouchi le milliardaires; lui c'est son argent qui fait son bonheur mais non pas lors de la résurrection qu'il n'a pas lu au Coran cet ignare.
En islam, et dans toutes religions, il n'y a que la patience qui paye. Cela ne tardera pas...
retraité
une solution radicale est en vue
a posté le 06-04-2021 à 17:54
le pays et le peuple ne peuvent plus attendre le président à l'instar du feu son prédécesseur convoque une commission d'experts, des représentants des organisations nationales des anciens politiciens et des hommes politiques actuels intègres pour modifier certains articles de la constitution actuelle , de la loi électorale et de loi des partis qui sont les malheurs du pays et de sa population depuis 2015 et de les proposer par referendum au peuple pour acceptation ou refus dans un délai d'un mois et demi , de dissoudre le parlement, de nommer un gouvernement provisoire d'experts indépendants et ne présentent à aucune élection pour 6 mois et d'organiser une élection législative dans une durée 3 mois le pays et le peuple ne peuvent attendre longtemps ces gouvernements depuis 10 ans ont échoué et les électeurs sont lucides pour leurs renouveler leur confiance une quatrièmes fois c'est le salut notre pays regorge des hommes et des femmes qualifiés pour relever le défi le pays qui a eu avant 2011 une croissance plus de 6 % est devenu un pays très pauvre qui attend des dons et de la charité internationale pour soigner et vacciner ses citoyens de ce covid-19 et ses multiples variants très contagieux et très mortels.
Canusian
Une chanson
a posté le 06-04-2021 à 17:49
Message à mes compatriotes

La situation politique est très bien décrite dans cette vielle chanson qu'on peut écouter sur YouTube

'Tout va très bien Mme la Marquise, tout va très bien, tout va très bien
.....mais'?'
Nephentes
Esperons que le pari de miser sur KS sera fructueux
a posté le 06-04-2021 à 17:41
Le ROI est l'abreviation de return on investment ; cet indice permet de comparer des investissements en prenant en compte l'argent investi et l'argent gagné (ou perdu). Il permet d'orienter ses choix en matière d'investissements pour choisir le plus rentable.

Faut espérer que le canasson sera digne du pari ; bon la cote choisie par Si Nizar est raisonnable pour l'instant

Mais BN et par consequent NB savent pertinemment que l'assistant en droit est inapte a sa fonction et peut tout au plus foutre la merde dans le paysage comme un chien fou dans un jeu de quille

Les jeux seraient ils truques

juste
Tanboura
La confrontation
a posté le 06-04-2021 à 16:54
Ce que feu BCE a évité de faire par souci de stabilité politique , KS l'a fait avec courage et témérité.
La confrontation avec les islamistes est inévitable .
Tunisino
Oui!
a posté le à 21:12
La confrontation avec Nakba est inévitable, mais faut-il laisser la sortie de Nakba du pouvoir aux élections, ou faut-il faire un soulèvement pour accélérer son départ?
AT
Tanboura ya Tanboura !
a posté le à 17:33
Et vous êtes chaud pour une guerre civile, il me semble ?

Tanboura hè Tanboura !
Azad
Balivernes
a posté le à 18:59
Vous croyez que B.C.E a évité une guerre civile ?C'est la pratique des islamistes pour rester sur le plancher de la scène politique;vous pensez que les tunisiens porteront les armes pour s'entretuer y compris les islamistes et permettre à des tas de vauriens de prendre les commandes ,c'est difficile à imaginer.
The Mirror
Le Parlement vote en mode prépayé, Kais Saïd protège le pays du Parlement
a posté le 06-04-2021 à 16:49
le Président Kais Saïd ne mène aucune guerre. il protège le pays de la corruption.

Tout le monde sait que tous les votes au Parlement sont prépayés par Ghannouchi.
Aucun projet de Loi adopté au Parlement n'est légal. Ghannouchi achète les voies des députés vendables, qui, additionnés à son troupeau élargi Ennahdha, Kalb Tounes et Al Karam, votent massivement pour faire passer n'importe quelle saloperie.
Kais Saïd n'est pas là pour parafer les saloperies de Ghannouchi.
Forza
Une guerre contre le parlement et la constitution
a posté le 06-04-2021 à 16:47
et non pas contre les islamistes. l est vrai que les trois forces qui se déchirent pour le pouvoir sont Saied, Nahdha et Abir Moussi mais on ne peut négliger les autres non plus. La modification de la loi a été adoptée par plus de 109 députés. Ennahdha n'a que 54 sièges.
The Mirror
Le Parlement vote en mode prépayé, Kais Saïd doit protéger le pays du Parlement
a posté le 06-04-2021 à 16:34
le Président Kais Saïd n'est pas un homme de confrontation; il il agit en sa qualité de Chef d'Etat. et à ce titre-là, il protège les tunisiens et le pays des corrompus du Parlement.
Tout le monde sait que tous les votes organisés au P

le Président Saïd est une chance inouïe par la Tunisie. c'est le premier président de l'après révolution qui a su dire NON à toutes les magouilles, les combines, les marchandages, les coups bas, l a trahison de Rached Ghannouchi.

Ghannouchi se sert du Parlement pour ses fins personnelles, le Président protège le Pays du Parlent.

HQT
Les imbeciles heureux
a posté le 06-04-2021 à 16:09
Ceux qui jubilent de voir Said taper du khwenji me font penser aux Zarabes qui glorifient Hitler parce qu'il voulait exterminer les juifs, ils ne savent pas qu'ils étaient dans la liste...
Hadou
Tu es out..
a posté le à 16:35
Hors sujet, d'ailleurs tu comprends rien de ce qui se passe..
Yezzi
Les marchands de la religion doivent être mis à leur place.
a posté le 06-04-2021 à 16:09
Très bonne analyse Mr. Bahloul.
Il faudra inviter le président Sissi le jour ou on d'egage cette racaille islamiste. On lui demandera de les ramener pour être jugés en '?gypte. Sissi est leur bête noire et croyez moi, il leur en faira voir des vertes et des pas mûres dans les géoles '?gyptiennes. surtout que nos islamistes ont toujours été leur branche Tunisienne.
Moi je prédit que ce sera le peuple qui dégagera les frères maudits et non pas des élections. Oui le sang coulera mais les frères disparaitront une fois pour toutes.
Je prédis aussi que le PDL aura la majorité aux prochaines élections, non pas que Abir soit sans reproches, ce sera donc notre choix entre Charybde et Scylla. Entre les 2 mals, on choisira le plus tolérable.
Abir
Deux faces pour la même monnaie
a posté le 06-04-2021 à 16:04
Kais et la secte sont de temps de l'obscurantisme, il ne se battent pas pour des principes ou pour le bien du pays, mais pour le pouvoir et qui détruit ce pays avant l'autre pour faire ses projets destructifs de l'Etat! La seule victime entre ces deux gourous , c'est ABIR MOUSSI, le criminel gannouchi lui retire les gardes de corps et kais , le conforte par le silence ! Peut être il attend que ABIR soit assaisonnée par gannouchi , pour que kais savoure deux effets au même temps , se débarrasser d'une cancurante sans aucun doute et enfourner le criminel gannouchi au prison et kais resterait la bête qui décidera de ses troupes comme il veut! Voilà BN, la vérité de vérité
Hamdi
ouui!
a posté le 06-04-2021 à 15:58
on doit tous maintant le soutenire chacun à sa façon ! je vous donne raison, il faut déraciner les islamistes de l'etat avant de commencer toute re-construction !! car construction de 'état ne peut de toute façon pas se faire avec eux dans les rouages!! alors il est temps retrousser nos manches pour ce dernier combat!!
jilani
Voilà que tu retrouves la raison
a posté le 06-04-2021 à 15:44
C'est le seul qui a su comment combattre ces islamistes menteurs et ce gourou magouilleur et combinard. Il les affronte avec la même arme le coran et l'islam sans islamisme, ils ne peuvent pas lui attribuer comme ils font avec les élites laïque, mécréant, ... Fini l'époque du feu bce qui a ruiné le pays par son consensus à la con, ou ces syndicalistes pourris qui mettent leurs intérêts en avant et qui ont massacré le pays. Même si je ne suis pas tout à fait d'accord avec ses idées rétrogrades, je le soutiens pleinement dans ce combat. Chose que je ne le ferai pas avec abir moussi qui fait partie du même gêne des privilégiés et dictateurs corrompus.
Bouamoud Mohamed
Eloges
a posté le 06-04-2021 à 15:40
Quel bel article, très édifiant, fort bien construit, pro pour tout dire. Bravo Nizar !
Petite faute, néanmoins : les leurs (pas les leur)
ZOZO Zohra
On n'y est pas
a posté le 06-04-2021 à 15:13
Laissez le temps au temps. Pour l'instant on est loin, très loin des élections.
Ne perturbez pas les gens, avec vos sondages a 2 balles.


Abou Qalypse
Elargissez la mire Nizar !
a posté le 06-04-2021 à 14:58
Kaïs Saied voue aux gémonies Ennahdha parce qu'il se considère comme le vrai garant et représentant de l'islam politique, voilà ce que les "progressistes" dans leur haine contre Ennahdha n'ont pas vu.
Lui et Abir Moussi sont les mêmes faces du conservatisme et de l'obscurantisme. De même que Ennahdha et Karama.

Si les loups peuvent se manger entre eux, ils ne le font qu'une fois tous les moutons décimés, et dans le cas d'espèce, nous, le peuple tunisien, sommes le troupeau à leur merci.