alexametrics
Chroniques

Borhane Bsaïes, une épine dans leurs gorges

Temps de lecture : 6 min
Borhane Bsaïes, une épine dans leurs gorges

Borhane Bsaïes est un enseignant d’éducation civique dans un lycée d’un quartier huppé de la capitale. Plutôt que de courir derrière l’argent sale des cours particuliers et d’observer les grèves indécentes à l’instar de ce que l’on voit actuellement chez certains de ses anciens confrères, Borhane a choisi de monnayer ses services au pouvoir en place. On était encore dans les années 2000 et on le voyait sur tous les plateaux de télévisions arabes jouant la brosse à reluire d’un Ben Ali qui commençait à chanceler. En contrepartie de ses bons et loyaux services de lobbying, Borhane recevait un salaire confortable pour un emploi fictif dans une entreprise de télécommunications. C’est la définition du mercenariat que Borhane Bsaïes n’a jamais nié, contrairement à l’écrasante majorité des autres lobbyistes notoires, qu’ils soient au service de l’ancien pouvoir ou de puissances étrangères. Borhane a assumé pleinement son rôle et l’a payé rubis sur ongle avec un séjour en prison. Un séjour assez court au regard strict de la loi, mais très long quand on sait que la pratique était courante et nettement plus dangereuse et préjudiciable chez d’autres mercenaires qui la jouent vierges.
Borhane a tout assumé, tout admis et tout avalé. Les campagnes de dénigrement et d’insultes qu’il a subies, et qu’il subit encore, sont inégalables. Contre vents et marées, il s’est remis debout. Il avait peu de choix d’ailleurs, puisqu’il devait gagner sa vie.

 

Après Ben Ali, il devait trouver un gagne-pain dans un pays où on ne voulait plus de lui. Et ceux qui voulaient de lui n’avaient pas suffisamment de courage pour le recruter. A l’époque, s’afficher avec Borhane Bsaïes était souillant. Pourtant, force est de constater que s’attabler avec ce lobbyiste est un pur plaisir, tant le bonhomme était courageux, cultivé et cohérent. Surtout cohérent. Une qualité qui manque énormément à nos hommes politiques, notamment parmi ceux qui se prétendent révolutionnaires. Borhane Bsaïes était cohérent et l’est encore. Jusqu’à ce dimanche 29 mars dans l’émission de Samir El Wafi où il a réussi à capter 59,4% d’audience.
Borhane devait donc trouver un gagne-pain et c’est Slim Riahi qui a eu le « courage » de le lui donner. Chacun avait besoin de l’autre. Le premier n’avait pas d’argent, le second n’avait pas de culture. Le premier avait besoin de travailler, le second avait besoin d’idées. Ça a marché, c’était du gagnant-gagnant. A l’époque, c’était un exploit, car les « révolutionnaires de caniveau » et prétendus droits-de-l’hommistes ne voulaient en aucun cas voir ce lobbyiste rebondir. Ils étaient (et ils sont encore) tellement mauvais qu’ils s’élevaient même à ce que son épouse ait un travail dans la chaîne Hannibal TV. Au prétexte qu’il était une « brosse à reluire », ils voulaient le voir sali à jamais, sa famille et lui. Pour lui, ils n’avaient qu’une seule issue : la prison. A leurs yeux, Borhane est dangereux, car il est l’un des rares à dire les choses crument et directement. Il est l’un des rares à dénoncer le manège, l’hypocrisie et le « retournement de veste » de ces « révolutionnaires » opportunistes.

 

Borhane Bsaïes est un mercenaire ? Oui, et il l’assume. Mais il est plus propre que Sihem Ben Sedrine qui vivait de prébendes étrangères, que Mustapha Ben Jaâfar qui jouait de la manche à l’ancien régime ou de Samir Ben Amor qui recevait des miettes à travers ses rapports policiers.

 

Cohérent dans sa logique, Borhane continue à jouer aux mercenaires et propose ses services au plus offrant. Il a réussi à faire de Slim Riahi le président de l’un de nos plus prestigieux clubs sportifs et celui d’un parti classé troisième aux dernières élections. De 51.665 voix en 2011 (12ème ; 1 siège ; 1,26%) l’UPL a réussi à obtenir 137.110 voix (3ème ; 16 sièges ; 4,02%) en 2014. Son président, candidat à la magistrature suprême, a réussi à obtenir 181.407 voix se classant 5ème avec 5,55% des suffrages exprimés. Borhane avait quoi offrir à Slim et le résultat est là.
Un malentendu après, Borhane quitte le giron de la holding de Riahi pour joindre Nabil Karoui. Ce dernier aussi a des visées politiques et a une idée claire de qui il doit « recruter » pour l’aider à trouver une place dans cette jungle. N’ayant qu’une expérience en matière de marketing, de management et de communication audiovisuelle, Karoui a besoin de la culture et du tact politique de Bsaïes et Bsaïes a besoin de l’argent de Karoui.
Le bonhomme ne fait pas l’art pour l’art, ne joue pas aux hypocrites et déclare haut et fort qu’il vend ses services pour celui qui veut bien les acheter. Il ne prétend pas être un idéologue, devant les caméras, et cherche à obtenir un dividende derrière. Il a un service à proposer et de l’argent à recevoir. Il ne cherche pas à présider une instance d’intégrité ou un portefeuille dans un ministère.
Fin de l’histoire, tout le reste n’est que de la littérature.

 

Maintenant que tout cela a été présenté et que les choses sont tirées au clair, il faudrait écouter ce que raconte Borhane Bsaïes. Certains disent que son discours est irrecevable, vu que le type est mercenaire. Le bon sens exige cependant que l’on écoute tout le monde, ce que dit Borhane est loin d’être dénué de bon sens.
Ôter le masque des néo-révolutionnaires, des mercenaires qui se la jouent idéologues, des voleurs qui se la jouent intègres et des repris de justice qui se la jouent victimes de l’ancien régime est indispensable pour que l’on puisse aller de l’avant.
Une réconciliation nationale ? Cela se conçoit, mais il faudrait d’abord que tout le monde passe aux aveux. Les RCDistes ont fauté ? Indéniable, mais ils ne sont pas les seuls. L’ancien régime a failli ? Indéniable, mais il faut « contextualiser » les failles avant de juger.
On ne pourra jamais aller de l’avant si l’on ne juge que Ben Ali et son régime. Les islamistes ont des choses à se reprocher et on aurait pu avoir une démocratie dans les années 1980-2000, s’ils n’ont pas été « terroristes » en leur temps. La Tunisie aurait pu réussir sa révolution, si la troïka a été respectueuse des lois et a placé de véritables compétences à la tête de l’Etat.
Il a y eu des fraudes avant la révolution, mais il y en a eu après aussi. Et les voleurs ne sont pas les mêmes.
Borhane Bsaïes ne joue plus à la brosse à reluire de l’ancien régime. Il demande à ce que l’on cesse de jouer à la brosse à reluire des « néo-révolutionnaires » et de regarder les choses en face, telles qu’elles sont. Il demande à ce que l’on juge tous nos gouvernants d’avant et d’après la révolution, à charge et à décharge, sans parti-pris, sans effervescence et sans gabegie. C’est l’Histoire de la Tunisie que l’on écrit actuellement. Les vainqueurs de 2011 ont essayé de l’écrire à leur façon et ils ont triché et menti. Le Livre noir et la composition de leur IVD en témoignent. Maintenant que les opportunistes de 2011 ne sont plus là, il faut essayer d’écrire la véritable Histoire de la Tunisie et bloquer la route aux opportunistes et menteurs parmi les vainqueurs de 2014.
Et s’il faut convier un mercenaire pour atteindre cet objectif, eh bien soit ! Il vaut mieux un mercenaire honnête qu’un idéologue naïf ou qu’un opportuniste menteur.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (58) Commenter
Que des l-èche-bottes
salah damak
| 17-04-2015 10:45
Hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh
le peuple tunisien n'est plus le même
Rfouga JAZ
| 07-04-2015 23:44
l'article de Mr Bahloul invite les tunisiens à choisir entre le pire et le "moins pire " comme s'il n'y'avait pas d'autres alternatives. ce choix proposé qui en fait n'est pas un vrai choix mais plutôt une résignation fait abstraction à une réalité fondamentale : le peuple tunisien n'est plus le même , grâce à sa révolution il a découvert qu'il est fort , qu'il peut vaincre les pires fatalités comme celle imposée par l'un des plus cruel dictateur , ben ali .alors pourquoi voulez vous qu'il limite ses choix entre le mauvais et le moins mauvais ? ......
DHAALIM
maamar
| 04-04-2015 19:37
Ce Abel Chater m'a tueR par son analyse très réaliste. Il n'a pas soufflé un mot offensant à l'encontre de Mr Bahloul mais lui a signifié très intelligemment qu'il appliquait vis à vis de Mr Bsaiès un code d'honneur à savoir "Etre avec son ami"Dhaliman ou Madhlouman". Sans vouloir chercher ce qu'il y'a entre l'écorce et l'arbre, il est clair que chacun est libre de choisir son projet pour son pays et affronter l'adversité courageusement comme le font nos journalistes.
cru
nass
| 02-04-2015 09:42
cru ;revoltant mais realiste pourvu que ca ne repete pas souvent cher nizar
dear Yasmine
pafou
| 01-04-2015 18:20
My "educated guess" let me assume your primary language is not french thus I'm not surprised you did not understand the article.
just teasing you but why the hell you write in english on a french forum?
je n'ai rien compris :-)
yasmin
| 01-04-2015 15:31
Si Nabil , I like reading your articles because your style is very clear ; However this time as I read one paragraph after the other, I was still hoping the next would be more concrete, but....nope!. I think you assumed everyone knows who is BB and has he done post 2011
Leurs gorges ???
Nomade
| 31-03-2015 21:17
Leur gorge !!!
NON MATIERE. inerte
nazou
| 31-03-2015 18:09
Vous avez attaqué un intervenant qui est la gentillesse même !!!!
Et arrêtez de croire que tout ceux qui défendent ben Ali se sont goinfre'.
Je n'ai jamais bossé ni pour ben Ali, ni pour aucun politique.
Mais.... A choisir entre ben Ali et vous, les révolutionnaires envieux.
Évidemment vous avez beau être inerte, vous devinez mon choix.

Faux frères ou vrais ennemis ?
ourwa
| 31-03-2015 16:19
Certains "dénigreurs" se montrent très coriaces envers ceux qu'ils critiquent, surtout quand ceux-ci ont commis le même type d'écarts ou de "délits"...Quand on n'est pas blanc comme neige, vaut mieux s'abstenir de lancer ce genre de boomerang...qui risque de vous revenir dans la gueule...Ainsi, les journaux, blogs et autres publications peuvent se révéler de véritables mines, qu'il ne faut nullement négliger :
http://www.kiffegrave.com/2011/02/page/2/
@Nazou
matieregrise
| 31-03-2015 16:16
Si je comprends bien, tous ceux qui critiquent les trabelsi's sont prétentieux et pas authentiques, et de surcroit crient 'dégage' à longueur de journée. Tu es un pure stigmatiseur: soit tu es avec moi, soit tu es contre moi: la logique du benalisme (et par ailleurs de la troika).

Tu as la nostalgie du régime Ben Ali qui s'est implosé de lui-même. Ben Ali avait la possibilité de faire une transition démocratique et sortir avec les honneurs. Mais, il ne l'a pas fait, car son entourage était gangréné par la corruption et le népotisme.

Ben Ali est la cause de la révolution et non pas sa victime, comme tu essayes de faire passer. Toutes les révolutions s'accompagnent à court-terme de problèmes d'anarchie et de faiblesse de l'état. Il n'y a qu'à voir de près la révolution Française où des dizaines de milliers de personnes ont péri.

Tu t'es certainement bien goinfré grâce à l'ancien système et je comprends bien ta déception d'aujourd'hui, toi et ceux qui cautionnent les anciens malfrats d'hier (exemple M. Bsais).
Tu adresses des insultes sans aucune argumentation. Si je suis une matière inerte, t'es le néant, soit l'absence absolue.

A lire aussi

Rached Ghannouchi a enfin obtenu le poste tant convoité de chef du

10/12/2019 15:59
6

Pour bien tuer le temps, Ennahdha et Habib Jamli nous occupent comme ils

09/12/2019 15:59
24

Pour ces trois dames, il existe trois profils différents qui les guideront vers deux destinées

08/12/2019 15:56
14

C’est ainsi, tout finit par finir. Presque

07/12/2019 13:59
6

Newsletter