alexametrics
mercredi 20 octobre 2021
Heure de Tunis : 01:00
Dernières news
Borhène Bsaïes s'adresse à l'opinion publique et pose ses conditions
28/04/2013 | 1
min
Borhène Bsaïes s'adresse à l'opinion publique et pose ses conditions
{legende_image}


Borhène Bsaïes, figure médiatique controversée depuis la révolution, a rendu publique, samedi 27 avril tard le soir, une lettre publiée sur son compte Facebook et dans laquelle il s’adresse à l’opinion publique.

M.Bsaïes a rappelé qu’il fait l’objet actuellement d’une procédure judiciaire dans le cadre de la loi 96 du code pénal l’incriminant dans une affaire d’abus de biens publics dont a résulté un mandat de dépôt contre sa personne et contre différents directeurs généraux au sein des administrations tunisiennes.

Borhène Bsaïes s’est dit prêt à se rendre aux autorités dans le cas où celles-ci acceptaient ses conditions à savoir : suspendre la retraite accordée à Foued Mbazzaâ, président de la République par intérim du 15 janvier au 13 décembre 2011 et ex-président de la chambre des Députés sous Ben Ali. Selon M.Bsaïes, percevoir une somme avoisinant les vingt mille dinars par mois est indécent dans un gouvernement postrévolutionnaire, d’autant plus que cela survient à la suite d’un « changement de couleurs et de peau dans les temps requis ». M.Bsaïes a précisé qu’énoncer une telle condition est, pour lui, « le résultat d’un ensemble d’ambiguïtés d’ordre moral et juridique faisant de la justice transitionnelle en Tunisie un laboratoire d’essais opérant avec le principe de deux poids-deux mesures ».
Borhène Bsaïes a annoncé qu’il a, à ce propos, chargé un avocat de poursuivre en justice M.Mbazaâ ainsi que toute autre personne ayant continué à tirer profit d’avantages octroyés lors de la période Ben Ali.

M. Bsaïes a avancé sa disposition à rembourser l’ensemble des salaires qu’il a perçus dans le cadre de l’affaire Sotetel (120 mille dinars pour les 6 ans de fonction) et ce en vendant la maison familiale qu’il possède conjointement avec sa mère. Cependant, il n’a pas manqué de soumettre quelques conditions : faire don de cette somme d’un montant de 8 mille dinars pour la cité Ezzouhour à Kasserine afin d’aider la population y habitant à améliorer ses conditions de vie et accorder un montant de 40 mille dinars aux anciens détenus de différentes obédiences politiques, ceux-là mêmes qui ont été victimes de persécutions sous Ben Ali.

Borhène Bsaïes a assuré que ce qu’il écrit est un appel du cœur où il désire, « en toute âme et conscience, contribuer à la mise en place d’un processus de justice transitionnelle dont la première visée pédagogique serait basée sur l’espoir d’un avenir meilleur, loin de toute volonté de vengeance sur fond de blessures du passé générant un climat de surenchère politique ».

Notons que Borhène Bsaïes fait l’objet, depuis le 3 avril, d’un mandat de dépôt, émis par la Chambre des mises en accusation de la Cour d’Appel de Tunis. Il est accusé d’avoir bénéficié, illicitement, d’avantages matériels, et ce dans le cadre de l’affaire d'un emploi fictif à la Sotetel.
28/04/2013 | 1
min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous