alexametrics
vendredi 23 février 2024
Heure de Tunis : 15:35
Dernières news
Blocage des notes : l’examen de l’affaire ajourné au 4 avril
28/03/2023 | 17:47
2 min
Blocage des notes : l’examen de l’affaire ajourné au 4 avril

 

Le secrétaire général de la fédération de l'enseignement de base, Nabil Haouachi, a indiqué, dans une déclaration accordée, ce mardi 28 mars 2023, à la Tap, que le Tribunal de première instance de Tunis a décidé d’ajourner, pour la deuxième fois consécutive, l’examen de l’affaire engagée contre les Fédérations de l’enseignement de base et de l’enseignement secondaire, sur fond de blocage et de rétention des notes, au 4 avril.

Nabil Haouachi a estimé que l’affaire est montée de toute pièce et odieuse et qu’elle conduira probablement à un non-lieu. Il affirme, en contrepartie, que la Fédération exerce la rétention des notes pour l’administration seulement et permet aux élèves de consulter leurs notes tout en notant que l’affaire soulevée vise à déstabiliser le travail syndical.

Le président de la République, Kaïs Saïed, avait reçu, le 3 mars, le ministre de l’Éducation, Mohamed Ali Boughdiri.

 

Le chef de l’État a affirmé, à cette occasion, que le système éducatif sera « radicalement réformé » dans tous les niveaux d’études avec une vision globale qui place le cadre enseignant au premier rang.

« Je préfère que les plus hauts salaires soient destinés aux enseignants qui fournissent un effort incommensurable (…) d’un autre côté, ce qui est inacceptable et ne doit pas se poursuivre est qui a duré plus qu’il ne faut durant dix ans est cette situation anormale des revendications qui sont adressées au ministère. Oui au dialogue, oui à des solutions consensuelles, oui pour redonner aux enseignants la valeur qui leur est due mais, il n’est pas question de prendre les élèves en otages, car ceci n’entre pas dans le cadre de la notion de grève mais relève du code du travail » a déclaré le chef de l’État.

Kaïs Saïed a estimé la rétention et le blocage des notes décidés par le syndicat est une manœuvre inacceptable. « Les élèves ne doivent pas être pris en otage, cette situation a assez duré et ne peut plus se poursuivre. Que chacun assume ses responsabilités car ces générations ne doivent pas devenir les victimes d’enjeux politiques, je le dis avec tout le respect que je dois aux enseignants (…) nous ne laisserons pas faire, car ceux qui prennent les élèves en otage veulent atteindre l’éducation publique et nous le permettrons pas » a-t-il conclu.

 

M.B.Z

28/03/2023 | 17:47
2 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
takilas
Blocage ?!
a posté le 29-03-2023 à 15:03
C'est plutôt un sabotage, il s'agit d'un des sabotages de nahdha et de leur serviteur (dévoué) le minable Taboubi.