alexametrics
A la Une

Amor Chadli, le dernier des mousquetaires tire sa révérence !

Temps de lecture : 3 min
Amor Chadli, le dernier des mousquetaires tire sa révérence !
A lire également

 

Le médecin personnel et fidèle compagnon d’Habib Bourguiba, Amor Chadli, est décédé le 8 novembre à 94 ans. Il faisait partie, avec Allala Laouiti et Mahmoud Belhassine, du trio des fidèles du combattant suprême, ses confidents et ses amis de toujours. Avec le départ d’Amor Chadli, une page de l’histoire se tourne. Histoire que l’acolyte de Bourguiba a tenu à consigner, par devoir de mémoire et pour la postérité, dans deux ouvrages dédiés à son illustre patient et ami…   

 

Il est né le 14 mai 1925 à Tunis et il est originaire de Monastir, ville natale de Habib Bourguiba. Amor Chadli figurait parmi les premiers médecins qui ont édifié le secteur de la médecine en Tunisie. Il a été sollicité par Habib Bourguiba pour une consultation médicale en 1960 et sera médecin personnel du président jusqu'en 1987 et l’avènement de Ben Ali au pouvoir.

 

Amor Chadli est nommé en 1957 chef du service d'anatomie pathologique de l'Institut Pasteur de Tunis, étant l’unique médecin à l’époque à pratiquer cette spécialité. Il devient directeur de l’Institut Pasteur entre 1963 et 1988, années durant lesquelles il entreprend des mesures exceptionnelles pour interrompre la progression de la poliomyélite infantile, pour généraliser le vaccin anticholérique et éradiquer le paludisme en 1979.

 

En 1964, Amor Chadli fonde la faculté de médecine de Tunis. Il en est le premier doyen jusqu'en 1975. Pendant 20 ans, il y dispensera le cours de l'anatomopathologie en troisième et quatrième années. Quatre années plus tard, l'arrêté du 13 juillet 1968, vient accorder aux étudiants tunisiens l'homologation des années d'études en faculté de médecine de Tunis avec les années correspondantes dans les facultés françaises. Amor Chadli sera celui qui aura la charge de préparer les premiers concours d’agrégation nationaux. Il sera également celui qui est à l’origine de la décentralisation de l’Université de Tunis, lorsqu’il occupa le poste de recteur en 1986.  

 

Amor Chadli a occupé les postes de ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et de ministre de l'Education entre 1986 et 1987 (dans les gouvernements de Mohamed Mzali et de Rachid Sfar). Le 16 mai 1987, il est nommé ministre-directeur du cabinet présidentiel, succédant à Mansour Skhiri. Il occupera ce poste jusqu'au 7 novembre 1987, date à laquelle il se retirera définitivement de la vie politique.

 

Amor Chadli a ainsi vécu, 27 années durant, auprès du combattant suprême. Une complicité et une amitié sincère avait uni les deux hommes. Il fût ainsi témoin des événements qui ont marqué à jamais l'histoire de la Tunisie, les ayant vécus de très près. En 2013, Amor Chadli écrit un premier ouvrage intitulé « Bourguiba, tel que je l’ai connu. La transition Bourguiba - Ben Ali ». Dans ce livre, il relate la vie à l’intérieur du palais de Carthage, des intrigues, de l’état de santé du président Bourguiba jusqu’à sa destitution par Ben Ali. Dans cet ouvrage, l’écrivain Amor Chadli, à travers une biographie de Bourguiba, retrace également l'histoire de la lutte pour l'indépendance de la Tunisie et son édification en un État moderne.

 

En 2018, alors que depuis la révolution, la mémoire de Bourguiba ne cesse d’être bafouée par des pseudo-révolutionnaires en mal de reconnaissance, Amor Chadli revient à la charge. Estimant de son devoir de rétablir la vérité sur le combattant suprême, il publie en mars son deuxième ouvrage dédié à Habib Bourguiba, intitulé « La Vérité dévoilée ». L’auteur s'emploie dans une première partie à répondre aux calomnies dont fait objet Habib Bourguiba, rendant justice au père de la nation. Le livre se poursuit avec des récits relatant la maladie du combattant suprême pour finir avec les dessous du putsch de Ben Ali.

 

 

Amor Chadli aura ainsi contribué avec tant d’autres illustres compagnons, chacun dans son domaine, à l’édification d’un Etat moderne et éclairé. Il était le dernier membre du cercle très rapproché d’Habib Bourguiba à le rejoindre dans l’éternité. Avec son décès, la Tunisie perd un autre de ses valeureux bâtisseurs, elle qui subit aujourd’hui les assauts des semeurs de désolation…

 

 

Myriam Ben Zineb

Sur le même sujet: 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (18)

Commenter

Cami
| 12-11-2019 07:42
Bel hommage à cet homme exceptionnel. Je propose modestement au chef du gouvernement, aux ministres de la santé et de l'enseignement supérieur de nommer la faculté de médecine de Tunis en son nom. Je trouve que c'est la moindre des choses et que c'est bien mérité. Merci

achour
| 11-11-2019 22:01
Je ne me lasse pas de lire les commentaires et les idioties de Chater et ses semblables malgré leur mauvaise foi manifeste. On ne peux être plus ingrat qu'eux. Sans la politique de Feu BOURGUIBA pourriez-vous s'exprimer de la sorte. C est Feu BOURGUIBA qui a instauré l'obligation et la gratitude de de l'enseignement dont vous avez bénéficié et qui tait réservé auparavant pour les privilégiés.
Autre constat ( 1965- 80) en France ,on est fier d'?tre TUNISIEN et économiquement le dinar plus solide que le FF. Depuis 2011 que pensez-vous des Tunisiens qui ont battu le record des terroristes et sont persona non grata partout dans le monde et leur économie vit de la mendicité.
Vous parlez de régionalisme ? Une étude statistique serveuse montrera bien que les vrais possedants et bien nantis sont originaires de l'intérieur du pays pour la simple raison que tout crédit bancaire recu pour revaloriser la reg ion a et transféré par l'acquéreur pour achat de bien au bord de mer. parole d'ancien cadre de banque.
Alors SVP soyez lus honnête dans vos cmmenteres et cessez de dénigrer et de déformer la vérité.

CHDOULA
| 11-11-2019 17:03
Merci à vous aussi car c'est la stricte réalité , j'ai oublié de préciser que pendant les 30 glorieuses le Tunisien musulman pratiquant respectait les non pratiquants quelque soit sa confession et vice versa ! c'était harmonieux et l'islam n'était pas en danger ! Maintenant , on veut nous imposer de force un islam radical et politique ! Cordialement

Maxula
| 11-11-2019 16:42
"qui nous a laissé un pays sous-développé."

Quand on lit vos commentaires de sous-développés, vous et le châtré, on ne peut qu'être d'accord avec vous !
Et vous resterez des sous-développés !
Maxula.

mansour
| 11-11-2019 16:41
ces islamistes freres musulmans salafistes d'Ennahdha et d'Al Karam ce sont des profiteurs sans vergogne qui se servent des réalisations et avancés sur tous les domaines du Zaim Habib Bourguiba avec tous ses compagnons de lutte et de bâtisseurs de la Tunisie moderne comme l'illustre feu Amor Chadli

Abel Chater
| 11-11-2019 14:39
Pourquoi tu veux me combattre sans que tu ne puisses me démentir?
Non, non, ne perds pas ton temps avec moi. Ce n'est pas moi qui vous ai éradiqués lors de ces dernières élections législatives et présidentielles. C'est le peuple tunisien qui vous a chassés avec tous vos contes mythologiques au sujet de votre Marabout "Petit-Cou".
Rappelle-toi toute l'énergie, tout le soutien et toute la manipulation médiatique régionalistes que les nullards de ton espèce aviez investi pour hausser Abdelkrim Zbidi au poste de président de la République.
Le peuple tunisien vous a dit "nein", allez jouer ailleurs. Vous nous dégoûtez. Vous êtes "Mrèmdiyas". Laissez les honnêtes gouverner et cessez de les saboter. Allez jouir de vos grenouilles, que vous essayez de faire grosses comme nos chameaux, là où les touristes visitent votre mausolée avec leurs haleines alcoolisées. Eux au moins, ils s'amusent, mais nous pleurons et nous souffrons pour la trahison des "Bourguibistes" contre nos Martyrs et contre les vrais "Combattants Suprêmes" de la Tunisie, qui ont offert leur vie pour que nous vivions libres avec une dignité que nous ont volée, ceux qui meurent centenaires d'aisance et de richesses, alors que plus des 3/4 de la Tunisie vivent dans des "zones de l'ombre".
Donc, n'essaie pas de me combattre, puisque je dis la vérité. Essaie seulement de me démentir ou de me corriger afin que tu me vainques. Sinon, va brouter de l'herbe ailleurs.

observator
| 11-11-2019 14:07
Encore faut i il en avoir des idées
Mais vous et vos semblables vous en manquez cruellement normal, vous sortez de l'ecole Bourguibiste habitués que vous étiez à lecher les bottes, beni oui oui et mcervelles rouillées.

Bourguibiste nationaliste
| 11-11-2019 14:02
Merci si CHDOULA
On ne pouvait pas mieux évoquer la période bourguibienne que comme vous l'avez fait.
Comme vous, j'ai également vécu cette période glorieuse et je suis heureux et fier d'avoir vécu sous Habib Bourguiba. Nous étions pauvres mais heureux. Bien sûr, il n'y avait pas de démocratie (mais l'a-t-on maintenant...!) mais il y avait la joie de vivre et surtout la TOLERANCE. Notre pays était pauvre, modeste mais respecté. Habib Bourguiba était reçu par le Général de Gaulle à l'Elysée et la voix de la Tunisie était écoutée. Les mosquées étaient des lieux de prière, de méditation et de tolérance. Aujourd'hui, elles sont devenues des couveuses de salafîstes et de terroristes. Voilà où nous en sommes si CHDOULA.
Avec tous mes respects

CHDOULA
| 11-11-2019 13:13
D'avoir vécu les 30 glorieuses avec le zaim , le grand leader , le combattant suprème Habib Bourguiba en tant que président , le génie de Bourguiba ne sera jamais égalé , il était en avance sur son temps et il n' y a pas plus patriote que lui Allah yarhmou . Il était notre fierté et notre guide . Quel bonheur de l'avoir eu comme 1er président de la république Tunisienne .La Tunisie était belle durant les 30 glorieuses , le peuple avait la joie de vivre avec les moyens du bord , chacun vivait sa vie tranquillement et respectait le choix de vie de son voisin , nos fêtes et nos coutumes étaient Tunisiennes , nos habits étaient Tunisiens , notre mentalité était Tunisienne . Allah yarham si Amor Chadli et le Combattant suprème Habib Bourguiba .

Jha
| 11-11-2019 12:29
A tous les nabbaras..
Continuez à dénigrer les grands hommes d'état, particulièrement ceux qui n'ont retiré aucun bénéfice, et ont perdu leur santé à force de veiller sur le bien du pays...
Vous qui n'êtes capables que de déverser du fiel à longueur de lignes infâmes..trempez votre plume dans votre poison et sucez bien fort...

A lire aussi

Malgré les efforts du mouvement Ennahdha et de la Coalition Al Karama qui ont même proposé le

10/12/2019 20:03
0

Tout le monde veut en avoir un ! Dans un pays où préparer son voyage revient souvent à aller

09/12/2019 19:59
10

Depuis six jours, tous les regards sont braqués sur l’hémicycle du Bardo.

08/12/2019 17:46
13

« Serpillère », « terroristes », et autres insultes sexistes et même racistes se font entendre

06/12/2019 19:59
6

Newsletter