alexametrics
dimanche 26 mai 2024
Heure de Tunis : 04:40
SUR LE FIL
Bassem Trifi : Si les conditions d’un dialogue ne sont pas réunies, la LTDH ne participera pas
06/05/2022 | 09:37
2 min
Bassem Trifi : Si les conditions d’un dialogue ne sont pas réunies, la LTDH ne participera pas


« La LTDH considère que le dialogue national n’a pas encore commencé », a déclaré l’avocat et vice-président de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH), Bassem Trifi, vendredi 6 mai 2022 sur les ondes de Shems FM.
 
Précisant que le président de l’organisation a bien été convié par le chef de l’Etat, il a signalé qu’il n’y a pas de dialogue tant que les parties concernées ne sont pas encore réunies autour d’une table pour débattre des modalités, participants et finalités de ce dialogue.  
 
Il a noté que la LTDH ne pourrait prendre part à un dialogue dont les aboutissements sont prédéfinis expliquant que le programme du prochain gouvernement, les solutions à la crise socio-économique, et le projet du président de la République sur les prochaines années, devraient être discutés. 
 
Si les conditions d’un dialogue ne sont pas réunies, la ligue tunisienne des droits de l’homme pourra ne pas participer au dialogue national, a-t-il laissé entendre au micro de Myriam Belkadhi dans la Matinale de Shems FM. 
 
 
 
Samedi dernier, le chef de l’Etat a annoncé la création d’une commission pour préparer l’installation de la nouvelle République en quelques jours. Cette commission sera composée de deux instances dont l’une sera chargée de l’organisation du dialogue avec les organisations nationales. La synthèse des travaux de la commission sera soumise au référendum à la date fixée au 25 juillet.
Bassem Trifi a ajouté que ce dialogue national devrait inclure « tout le monde » sauf « les forces obscures » et « ceux qui ne veulent pas de bien pour la Tunisie » notant que « certains de ceux qui s’opposent au 25-Juillet et qui sont tout de même des patriotes » devraient prendre part au dialogue. 
 
Soulignant que le 25-Juillet était un tournant décisif nécessaire pour rompre avec le système en place de la dernière décennie, il a critiqué la démarche du président de la République ; l’autocratie qu’il a installée, notamment. Il a mis en garde, dans ce sens, contre l’exclusion des partis de la vie politique. « Cela est extrêmement dangereux », a-t-il affirmé.  
 
Kaïs Saïed a, rappelons-le, exclu les partis politiques, entre autres, du dialogue qu’il souhaite initier. Jeudi, le front du salut national a annoncé que le président de la République envisageait même la dissolution des partis politiques. Pour le moment, aucune décision présidentielle n’a, cependant, été prise dans ce sens. 
 
  

N.J. 

06/05/2022 | 09:37
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Jilani
Toujours des obstacles
a posté le 06-05-2022 à 15:36
Ces gens là comme il a chanté Jaques Brel soi-disant des défenseurs des droits de l'homme cachent leur soutien aux opportunistes et islamistes et préfèrent garder leurs privilèges.
Agatacriztiz
Regardez l'avenir...
a posté le 06-05-2022 à 10:50
On ne fera pas de dialogue national avec ceux qui sont "ancrés" dans le passé, attachés à leurs petits privilèges ou pieds et poings liés par des "contrats" passés avec des pays ou puissances étrangères.
Ce même dialogue concerne les bonnes volontés de ce pays résolument tournées vers l'avenir, et, jusqu'à présent, elles ne ne sont pas fait encore connaître...
La LTDH ferait mieux de faire partie de ces dernières.
Ancien '?lu de la république française
Vous êtes tous des menteurs, celui qui dira la vérité en TUNISIE , il ne sera jamais le bien venu
a posté le 06-05-2022 à 10:46
Vous parlez de droit de l'homme en TUNISIE , je vous pris arrêter de mentir, en TUNISIE , il faut dire le droit des riches, vous êtes tous des menteurs, la preuve Kaïs Saïed veut sauver le peuple tunisien et le pays, la majorité de droit des riches sont contre lui , s'il vous plaît arrêter de mentir, arrêter de mentir, arrêter de mentir, le peuple tunisien a compris vos magouilles, Mr je vous signale, vous avez sali l'image de l'islam aux yeux de monde entier, je vous signale le vrai islam est en France, souvenez-vous une juge a perdu sa vie pendant la Covid-19, parce que un établissement privé a refusé de la soigner ( avant son hospitalisation l'établissement a demandé un chèque de 10 000 dinars à cette juge , la juge a dis non je n'ai pas sur mon compte cette somme pour honorer l'image de la justice, sa famille, ils l'ont amené à un établissement public où elle a perdu la vie, alors votre droit de l'homme je m'assoie déçu) que pensez-vous un tunisien sans papier suite à un bagarre entre tunisiens, ils lui ont
cassé la jambe , il est soigné gratuitement, il a une jambe fracturée , il a une chambre tout seul plus les soins par jour, il revient à l'état français 840 Euros par jour, je précise ce tunisien, il n'a pas de couverture sociale et sans papier, voilà le pays qui applique l'islam, le peuple tunisien bientôt , il fera justice lui même à cause des islamistes et des traîtres comme vous Mr le responsable de droit de mensonges, vous êtes tous des pourris- es
Remarque : j'ai rendu visite personnellement à ce tunisien , Mr si vous êtes courageux il faut ouvrir la porte de chaîne de TV pour savoir votre niveau de vie, vous ne connaissez rien en politique, vous êtes des serpillères des ramasses merde des bouffons, vous serez jugé à la fin de votre vie, si vous êtes courageux, il faut accompagner Mr MOHAMED BOUZIDI quand il se déplace pour montrer la misère des familles tunisiennes, les arabes ne comprennent qu'avec le Bâton , Mr le représentant de droit des oubliés de la république, que pensez-vous un jeune médecin, il est né en France, il est rentré exprès pour aider un hôpital en Tunisie, les islamistes l'ont menacé de mort, il a repris l'avion de suite pour rentrer en France, les gardes Nationales de la région, ils n'ont pas levé le petit doigt , par contre l'ambassade de France a été à la hauteur, elle a assuré la sécurité de ce jeune médecin Mr le responsable des droits de l'homme et des menteurs, je suis le papa, je ne laisserai jamais tombé cette affaire