alexametrics
mardi 19 octobre 2021
Heure de Tunis : 14:01
Chroniques
A l’origine du mal, les mauvaises gens que Mechichi fréquente : Ennahdha, Karama et Qalb Tounes
Par Nizar Bahloul
15/02/2021 | 15:59
5 min
A l’origine du mal, les mauvaises gens que Mechichi fréquente : Ennahdha, Karama et Qalb Tounes

 

Comme indiqué la semaine dernière dans cette même rubrique, l’information que vous ne deviez pas lire était bien celle de la question de l’empoisonnement présumé du président de la République. Cette semaine, non plus, vous ne lirez rien à ce sujet. On a étouffé l’affaire et seuls quelques journalistes râleurs en parlent encore. Ces journalistes finiront par se taire et plus personne ne se souviendra plus de ce vrai-faux empoisonnement.  

Cela fait trois semaines que le Parlement a donné sa confiance au gouvernement Mechichi II, mais les onze nouveaux ministres n’ont toujours pas prêté serment. Ici et là, on accuse Hichem Mechichi d’avoir fait appel à des ministres suspectés de corruption et de conflit d’intérêt. Ici et là, on accuse Kaïs Saïed d’avoir violé la constitution en dépassant ses prérogatives, créant par là un précédent dangereux. Très dangereux. Ici et là, on rappelle que la création de la cour constitutionnelle est le seul rempart pour résoudre ce problème. Toutes ces bonnes gens ont quelque part raison. La vérité n’est pas noire ou blanche. Que faire face à cet imbroglio ?

 

Pour résoudre le problème, chacun y est allé avec sa solution. Le président de la République a convoqué des députés de différentes factions et demandé à ce qu’on écarte les quatre ministres suspects, violant ainsi le principe de la présomption d’innocence. Le chef du gouvernement est allé voir le tribunal administratif, créant ainsi un précédent dangereux (un autre) que de mêler les juges administratifs à des sujets qui ne sont pas de leur ressort. Il est allé voir ensuite l’Instance provisoire chargée du contrôle de la constitutionnalité des projets de loi que préside un juge suspecté dans une série d’affaires de … corruption. Il a également consulté des constitutionnalistes triés sur le volet puisqu’il s’est débrouillé pour écarter ceux qui ont un avis contraire au sien.

Concrètement, qu’a-t-on obtenu de toutes ces consultations ? Rien puisque nous sommes encore dans une situation de blocage.  

Et si on reste dans ce blocage, c’est que la solution à cet imbroglio n’est pas juridique, elle est politique. Plutôt que d’aborder le problème d’un point de vue juridique, comme on l’a tous fait jusque là, abordons le d’un point de vue politique alors !

 

A l’origine du problème, les élections de 2019 qui ont donné Ennahdha vainqueur avec le droit de nommer le chef du gouvernement. Le parti islamiste a raté le coche en n’obtenant pas la confiance pour son poulain, atterri de nulle part et sans compétence particulière à faire valoir, Habib Jemli.

Comme le disposent les textes constitutionnels, le président de la République a pris la relève et c’est à lui de proposer un chef du gouvernement. Le président de la République est clair et il l’a dit à maintes reprises : son chef du gouvernement ne doit pas être quelqu’un du sérail politique et doit obligatoirement éviter toutes accointances avec les partis du parlement. En clair, il doit éviter de nommer des personnes désignées  par Ennahdha et ses pare-chocs Qalb Tounes et Karama.

Elyes Fakhfakh a respecté cette directive à la lettre, il s’est mis le parlement à dos et a été loyal, jusqu’au bout, à son bienfaiteur Kaïs Saïed. Quand ce dernier lui a demandé de démissionner, il n’a pas hésité un instant.

Hichem Mechichi, en revanche, n’a pas respecté la parole donnée à celui qui a fait de lui un conseiller, puis un ministre de l’Intérieur puis un chef du gouvernement. Il s’est rapidement acoquiné avec le parti islamiste et ses satellites.

On se rappelle encore du déjeuner du 2 septembre qui a rassemblé Hichem Mechichi, Rached Ghannouchi, Nabil Karoui et Seïf Eddine Makhlouf. Mechichi pensait jouer au plus malin en acceptant, dans un premier temps, des ministres proposés par le président pour les limoger trois mois après en les remplaçant par des ministres proposés par les partis. Ce genre de trahison ne passe pas pour Kaïs Saïed et c’est là l’origine du blocage politique actuel. 

La semaine dernière, il a invité des chefs des blocs parlementaires pour les consulter avec, à leur tête, Ennahdha, Karama et Qalb Tounes. Plutôt que de résoudre le problème, il s’enfonce davantage. Il le prouve aujourd'hui avec le limogeage de cinq ministres, Mechichi est en train de jouer la fuite en avant. Il n'est pas en train de chercher une solution avec le président, il est en train de chercher à se maintenir à son poste coûte que coûte. 

 

Comment peut-il espérer trouver une solution avec le président de la République en consultant le parti islamiste tant haï par le président de la République ?

Comment peut-il espérer gagner les faveurs du président de la République en consultant Qalb Tounes dont le président est en prison, suspecté de blanchiment d’argent ?

Comment peut-il gagner le respect du président de la République en conviant Al Karama dont les députés ont été récemment rappelé à l’ordre par le parlement pour violence à l’encontre de leurs collègues et dont le président Seïf Eddine Makhlouf est condamné par la justice à une peine de prison ferme pour agression verbale à l’encontre d’un juge et épinglé par le fisc pour fraude fiscale ?

En discutant avec Ennahdha, Qalb Tounes et Al Karama, Hichem Mechichi s’approche de tout ce que le président de la République (et pas que) exècre. Hichem Mechichi ne pourra jamais gagner les faveurs du président de la République, ni celles du peuple, en s’acoquinant avec des personnalités politiques aussi peu recommandables que les gens d’Al Karama et aussi controversées que les gens d’Ennahdha et Qalb Tounes.

 

L’origine du mal est là : Hichem Mechichi s’est approché de ceux que le président de la République considère comme ennemis du peuple, ennemis de la démocratie, ennemis de la République, ennemis de l’intégrité.

A vrai dire, le président de la République donne lui-même des signaux contradictoires. Sinon, comment expliquer qu’il a convié des Nahdhaouis à la réunion du 10 février tenue avec quelques blocs parlementaires ? Kaïs Saïed doit savoir sur quel pied danser. Soit il ne veut pas de politiques dans le gouvernement et, dans ce cas, il doit s’abstenir de consulter les politiques à tour de bras, soit il accepte un gouvernement politisé et, dans ce cas, il doit laisser Mechichi gouverner avec qui il veut. 

Le message du président de la République demeure clair cependant : si le chef du gouvernement veut gouverner tranquillement, il doit s’abstenir de fréquenter les mauvaises gens. Et ces mauvaises gens sont, à ses yeux, Ennahdha, Karama et Qalb Tounes. 

Par Nizar Bahloul
15/02/2021 | 15:59
5 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
EL OUAFI
Effectivement
a posté le 16-02-2021 à 17:21
Mr Nizar, vous avez retracé l'historique et les causes qui ont engendrées ce blocage de la situation, le fautif est montré du doigt,ragaillardi par Ennahda et ses deux pare-chocs !
La solution ne peut être que politique certes, nous nous posons toujours la même question, pourquoi Ennahda veut toujours gouverner ?
Pourquoi cette obstination ?
N'y a-t-il pas des secrets que Ennahda se défend becs et ongles pour que ça ne tombe jamais entre des mains étrangères à leur clan?
Vous avez brossé les tumultes de ce tableau sombre, il nous reste le fameux revirement de Mr Michichi et pourquoi a-t-il trahi son mentor ? Les raisons auxquelles ce premier ministre a franchis le Rubicon, fraîchement nommé le pied dans l'étrier avec un avenir prometteur soutenu par le sommet de l'?tat et une majorité des tunisiens, comment ce revirement a pu être opéré ?
Nous sommes nombreux à nous nous poser la question, la perplexité s'est emparée de nos concitoyens, comment peut-on en arriver là ?
La ficelle est trop grosse qu'on peut l'avaler.
Si ce marché a été concocté derrière le dos du président de la République le but ?
Cette trahison n'est pas innocente il y'a un grosse énigme à résoudre et pour le moment personne ne détient les cléfs !
Mr Nizar Bahloul,il vous reste à nous résoudre ce fameux secret, et nous prédire le retour à la raison de l'état, sans qu'il ait trop de casses,
Merci, nous éclairer nos lanternes, nous sommes perdus dans ce labyrinthe. (Manai)
Raad
L'EAU TROUBLE
a posté le 16-02-2021 à 11:40
La non reconnaissance du bien fait du président envers ce Mechichi le laisse aujourd'hui nager dans une eau trouble.
Mais qui paye aujourd'hui cette stagnation où plus personne ne comprend plus rien, C'est bien la Tunisie toute entière à cause des caprices de ce chef de gouvernement inconnu au bataillon sauf depuis sa nomination par ce même président.
Nous sommes la beresina aux yeux du monde entier par nos bêtises incompréhensibles ou rien ne fonctionne dans ce pays que pour des raisons politiques et personnels.
La preuve en est, C'est la constitution de cette court constitutionnel qui ne voit pas le jour depuis dix ans .....
La faute incombe à nos dirigeants de toutes parts, et le manque de confiance de cette court.....
Nous ne comprenons pas non plus la corrélation de la religion avec la politique, car rien ne se produira dans ce pays et même jamais, avec la présence des partis islamistes dans ce pays.
Certains pays voisins l'ont compris avant nous sans les nommer.
Alors la seule solution qui reste, C'est de dissoudre cette assemblée de mercantile qui ne sert plus à rien, sauf pour être utilisé comme distributeur de billets de banque.
Meymi Daoud
Bonnes gens
a posté le 16-02-2021 à 11:08
A Tunisiano. Publié le 15/02/2012.
L'expression bonnes gens est correcte.
Il n 'est jamais tard pour apprendre, et surtout vérifier avant de commenter. Google vous explique tout.
Tunisienne qui respecte la langue de Molière , m'ayant permis d'accéder à la fac, d'enseigner, de faire des petits enfants qui tiendront le flambeau du savoir. . .
Gg
Tout à fait!
a posté le à 12:13
Absolument, et cette expression poétique est très jolie. Comme "Jamais nous n'oublions nos premières amours..."
Bonne journée :-)
AR
Le Fossé
a posté le 16-02-2021 à 11:08
Mechichi à été humilité et en public par le Président dans les premiers contacts, R.G utilisant sa malice habituelle pour amadouer Mechichi, pour le dompter et le dresser. Le reste c'est de la tarte, il a choisi son camp pour se consolider et se maintenir au pouvoir quitte à devenir la Marionnette entre les mains de la Mafia Parlementaire
La morale et la dignité n'ont aucun sens devant les intérêts.
Si vous arrivez à convaincre les mouches que les fleurs sont meilleures que les ordures vous pouvez alors convaicre les lâches et les traîtres que le pouvoir et l'argent prennent le dessus sur La Patrie.
Le recours de Mechichi aux différentes institutions et les acrobaties réalisées non pas pour chercher une légitimité mais essentiellement pour contrer le Président, l'affaiblir, le marginaliser, l'isoler voir le ridiculiser. Mr Bahloul a mis l'accent sur cette mauvaise fréquentation de Mechichi le poussant à prendre les décisions qui servent les intérêts de ses protecteurs, il est devenu le chouchou incontournable de la coalition, le" soldat" de service.
Croyant au triomphe, avec ses sauts périlleux, il est pris dans la tenaille un sacré piège.
Enivré pour le moment par ce sacre, il continue dans le mauvais chemin. Le jour où il va se rendre compte des méfaits de ses choix ce sera trop tard.
Il est entrain de jouer avec le feu et il finira par se faire grillé.
Gg
@ Barberousse
a posté le 16-02-2021 à 09:18
Vous dites "Les partis élus par le peuple sont l'origine du problème? La majorité parlementaire est infréquentable?"

Vu les résultats obtenus sur tous les plans, notamment sécuritaire et économique, oui les partis élus sont le problème.
C'est tout le danger de la démocratie, il faut réfléchir avant de voter car on met le destin du pays dans l'enveloppe.
Des pays ont, dans l'histoire même récente, sombré corps et bien suite a des élections. Et j'aimerais, par exemple, qu'avant de voter Lepen en France, on observe son programme économique, car ce serait l'échec assuré.
Donc pour la Tunisie, on ne peut que rêver de nouvelles élections anticipées, qui placeraient à l'ARP des gens intègres et compétents.
Ne croyez vous pas?

En tous cas, excellent article de Nizar Bahloul, merci BN.
Barberousse
Ok
a posté le à 16:01
Nous sommes d'accord sur l'intérêt d'élections anticipées pour sortir de la crise... mais imputer les problèmes économiques et sociaux du pays aux partis élus à l'assemblée est un raccourci simpliste de même que qualifier leur élection d'erreur. Les électeurs , libres et conscients ont préféré le parti de Makhlouf à ceux de Jemma ou Chahed, ils ont préféré K. Said a Ezzbidi ou Aidi....bref, personne ne les a forcé. Il faut donc assumer et ne pas renverser la table quand on n'est pas content. '?a, ça n'est pas démocratique cher ami.
Koura
Cour Constitutionnelle
a posté le 16-02-2021 à 09:03
Si quelque chose devait mobiliser les Tunisiens et les inciter à descendre dans la rue, c'est bien pour inciter les 3 pouvoirs à achever le processus institutionnel en mettant en place dans les plus brefs délais cette Cour Constitutionnelle, seule instance à même de nous faire sortir de cette crise en jouant son rôle d'ARBITRE;
Peut-être que des milliers de citoyens patriotes issus de la Société civile, portant des pancartes ayant pour slogan: COUR CONSTITUTIONNELLE URGENT seraient une action d'envergure afin de faire bouger les choses.
Barberousse
BN?
a posté le 15-02-2021 à 23:35
Mais qu'arrive à BN Vous avez cessé d'être des journalistes ou quoi !
Les partis élus par le peuple sont l'origine du problème? La majorité parlementaire est infréquentable? Mais vous vous relisez des fois ou êtes vous simplement aveuglés par la haine. Dommage Si Bahloul. J'aimais bien vous lire.
observator
J ai encore été censuré
a posté le 15-02-2021 à 21:42
?
Mr Bahloul n'admet plus qu'on le critique ?
mansour
Hichem Mechichi un politicien arriviste, opportuniste, raté et un cadeau offert
a posté le 15-02-2021 à 20:23
à l'islamiste frere musulman salafiste Rached Ghannouchi pour en faire un soldat à son service comme Seifedine Makhlouf, Youssef Chahed, Nabil Karoui, Marzouki, Mustapha Ben Jaafer et tant d'autres...
Nephentes
Et il fait beaucoup de degats
a posté le à 20:59
Le pays est a l'agonie

Ca va exploser le sang va couler

et ces trois cretins se disputent les lambeaux d'une légitimité moribonde

NON ASSISTANCE A PEUPLE EN DANGER

J'ai toujours écris que la classe politicienne n'etait plus constituée que de clochards repugnants
Forza
Fausse analyse à mon avis
a posté le 15-02-2021 à 19:30
L'origine du problème est le système hybride choisi par la constitution. Nous savons tous que c'était un compromis, Ennahdha voulait un système parlementaire et d'autres partis voulaient un système présidentiel. Ce système hybride ne fonctionne pays indépendamment des personnes au palais de Carthage ou à la Kasbah. Il faut donc présenter des modifications pour que le peuple tranche pour un système parlementaire ou présidentiel.
S'ajoute à ce problème de la constitution, des fautes et des ambitions des uns et des autres
1- Enanhdha n'a pas su construire un gouvernement et a perdu l'initiative par ses propres fautes et différends entre le camp de de Ghanouhci e le camp de Mekki et les deux ont commis des fautes stratégiques. Ghanouchi en s'attaquant à Qalb Tounes et Karoui pendant la campagne électorale et Mekki qui s'est trompé de la nature du Tayyar et d'Echaab
2- Kais Saied qui veut utiliser la faute d'Ennahdha pour placer un premier ministre qui exécute ses instructions. Il veut donc imposer un system présidentiel en violation de la constitution.
Mechichi montre bien qu'il a appris des fautes de Fakhfakh. Mr. Mechichi comprend que le gouvernement est responsable devant le parlement et non pas le président. Fakhfak voulait gouverner contre le parlement et a payé le prix. Mr. Mechichi devrait foncer comme l'a fait Mr. Echahed lors de son différend avec le marhoum BCE.
Je constate un changement de ton chez BN, le journal devient de plus en plus anti Mechichi.

Tunisino
Gens au féminin?
a posté le 15-02-2021 à 18:34
1. Gens, nom masculin pluriel et féminin pluriel, au féminin?
2. Soit que KS accepte le gouvernement de Ghannouchi: On sera dans un gouvernement Chahed2, Chahed n'était pas un succès, au contraire il était une catastrophe, merci BCE.
3. Soit que KS n'accepte pas le gouvernement de Ghannouchi: On sera aussi dans un gouvernement Chahed2 mais tronqué, et sachant que Mechichi est plus catastrophique que Chahed, merci KS, et que la situation est plus difficile qu'en 2016, alors aucun espoir!
4. Faut-il que tous les tunisiens parient sur Abir Moussi puisque les imbéciles de la deuxième république sont loin de comprendre qu'il faut passer à une troisième république pour sauver les tunisiens et la Tunisie?
Nephentes
Un gamin si crédule
a posté le 15-02-2021 à 18:31
La jeunesse a ses défauts

comme celui de ne pas la part entre bonnes et mauvaises frequentations;

Le jeune et sympathique Hichem est après tout excuse ; il était ministre de l'interieur pas des affaires religieuses; or comment savoir distinguer le bien du mal quant on est ministre de l'interieur

en fait le president comme son poulain fugueur sont tous deux de braves gens qu'on a monte l'un contre l'autre; il n'y a que l'interet du peuple et de la nation qui les intéresse et on le vérifie chaque jour


BI
Oui cher @Nephentes..
a posté le à 19:29
La jeunesse a ses défauts, mais la vieillesse n´a que des defauts , avec des cellules altérées et un reste infime de neurones qui ne peuvent se regenèrer et ne se multiplient plus !

C'est la verité !
Psy
Conseil
a posté le à 11:52
Manifestement vous êtes gravement touché par cette vieillesse dégénérative dont vous décrivez les symptômes.

Je vous conseille de vous inspirer du président KS, lui seul a le secret de la jeunesse éternelle, corps et âme :
si vous êtes gros et gras devenez svelt comme lui ;
si vous êtes inculte et ignorant rejoignez les étudiants qui s'inspirent de lui ;
si vous êtes corrompu et vendu soyez honnête et désintéressé comme lui ;
si vous êtes obscurantiste et goujat soyez éclairé et fin comme lui ;
mais si la nature vous a privé de cerveau, alors là mon vieux, vous ne pourrez jamais avoir sa jeunesse ni sa droiture à lui, car aucune greffe de cerveau ne réussira sur les vieux malhonnêtes comme vous, le gourou et vos semblables !
Fin du diagnostique.
Abir
Correction
a posté le 15-02-2021 à 18:17
Sa carrière politique
Abir
@BN bonne analyse
a posté le 15-02-2021 à 18:05
@BN, vous parlez de déjeuner,ce fameux,déjeuner qui a fait tourné la tête de mechichi à 180° et depuis, il ne voit que le trio de malheur en rose en renvoyant la Tunisie,le président et son carrière politique à la merde! Un conseil à mechichi, le jour où tu te réveillerais, après avoir tout piétiné et piétiner ta propre personnalité, donc le jour où tu laisses tomber ce trio, mon conseil,c'est de ne plus manger et boire avec eux , si non là , vous serez parmi les empoisonnés ! C'est comme ça leur stratégie ,ils s'accrochent à leur proie à mourir,mais une fois cette dernière se manifeste, ils l'achèvent par leur façon
DHEJ
La source du mal... suite
a posté le 15-02-2021 à 17:42
Extrait d'une partie de l'article 89 (modifiée) de la constitution :

"...le Président de la République engage, dans un délai de dix
jours, des consultations avec les coussins parlementaires en vue de charger la personnalité la mieux à même d'y parvenir de former un Gouvernement, dans un délai maximum d'un mois..."


naif
élémentaire mon cher NB
a posté le 15-02-2021 à 17:29
Je rêve ou est-ce que NB prend des largesses avec la réalité ? je t'ai connu plus rigoureux, toi qui ne lâche aucune petite erreur d'un politicien. Comment tu peux dire : » Elyes Fakhfakh a respecté cette directive à la lettre » alors que le gouvernement Fakhfakh était 100% politique !?
Et puis le gros problème est simple et malheureusement inévitable avec cette constitution. Le président élu s'est rendu compte en rentrant au palais de Carthage qu'il n'a aucun pouvoir dans ce pays. De toutes façons il n'est ni le premier, ni le dernier à qui ça arrivera. Quand il a eu la main une première fois pour nommer un chef de gouvernement malléable à souhait (Fakhfakh) et docile comme une brebis, c'était une mauvaise pioche..le gars est corrompu. La seconde fois, il a choisi un énarque originaire du nord-ouest, en croyant qu'il va suivre ses directives aussi fidèlement qu'un chien, et qu'en lui imposant plus de la moitié des ministres parmi ses fidèles partisans il va ainsi pouvoir gouverner directement le pays en dépit de ce que prévoit la constitution que c'est le chef du gouvernement qui gouverne le pays. Mais il a eu affaire au fort caractère d'un de nos frères du nord-ouest qui ne s'est pas laissé piétiné par Saied et qui est décidé à jouir de ses prérogatives comme le lui garantit la constitution.
Hichem Mechichi en fin connaisseur de la constitution et de la vie politique sait qu'il ne pourra gouverner que grâce à une ceinture politique stable au parlement formée par les partis majoritaires.
A tous ceux qui contesteraient ses choix, il dirait : « vous n'aviez qu'à pas voter Ennahdha, QT et El karama aux dernières législatives. On est dans un pays démocratique où la majorité gouverne et l'opposition chiale'?' jusqu'en 2024.
MH
Bravo
a posté le à 21:19
Vous n'êtes pas si naïf que ça!!
DHEJ
L'origine du mal
a posté le 15-02-2021 à 17:23
Quand ROBOCOP a désigné une personne sans aptitude à former un coussin parlementaire !

L'origine du mal quand le Président de la République soucieux de stabiliser le pays n'a pas voulu dissoudre le parlement !

L'origine du mal quand celui élu avec 2,7 millions de voix n'a pas voulu écouter le peuple

Un peuple qui réclame haut et fort la dissolution de l'ARP.

Trop tard !?
Forza
Bonsoir DHEJ, pas pour la stabilité
a posté le à 19:43
Kais Saied craint la dissolution du parlement. Si après les élections Ennahdha arrive première et qu'elle reconduit le même gouvernement, la constitution stipule que Kais Saied serait obligé de démissionner. C'est son professeur Ben Ahour qui a soulevé ce point.
De deux si les sondages sont corrects et que le PDL arrive en tête, il aura à avoir avec Abir Moussi et elle cherche beaucoup plus les confrontations que Mechichi et Ghanouchi.
La dissolution du parlement reste un rêve des pro Saied, car leur idole craint les possibles conséquences.
retraité
le peuple n'est pour rien
a posté le 15-02-2021 à 17:09
galvanisé par ses soutiens dans l' ARP il persiste et signe tant pis si ses résultats sont décevants depuis qu'il est à la tête de l'exécutif le peuple souffre et va souffrir encor pour une longue période le président a une fonction symbolique selon le guide des islamistes qu a pompé la constitution actuelle il ne pourra rien faire sauf de dissoudre l'ARP et d'appeler à une élection législative anticipée qui n'apportera rien au pays et au peuple tunisien
BIEN
En Résumé et c'est clair..
a posté le 15-02-2021 à 17:01
"Il doit laisser Mechichi gouverner avec qui il veut. "
Le sage
Et les 2 qui ont succédé à Jemli
a posté le 15-02-2021 à 16:58
@BN.
Et les 2 qui ont succédé à Jemli C le parlement qui les a désignés
Qui assume la responsabilité de l'échec de Fakhfakh et des déboires de Mechichi ? Je ne défends ni la coalition au pouvoir ni le gouvernement qu'elle appuie et arrêtons de prendre des positions paradoxales dictées au gré des vents par nos intérêts primaires.
Achille
Ca n'a non plus rien avoir avec la Politique
a posté le 15-02-2021 à 16:45
Soyons clair, le parti Ennahdha n'est pas un parti politique. Ca tout le monde le sait, même les chats et les chiens le savent, même les plantes le savent, même l'air le sait.

Derrière eux se trouvent des états, des gouvernements étrangers, des émirs et prince du wahhabisme, des sultan néo ottomans, des milliardaires influents qui aiment l'odeur des cadavres et la vu du sang et des gens qui meurent. Derrière eux se trouve des fraudeurs qui se disent démocrates et qui font des guerres qui n'ont pas de fin ni de justification, qui disent libérer des peuples alors qu'ils les tuent devant les yeux du monde entier.

Aussi, El Karama n'est qu'une duplicata d'Ennahdha. Donc surement une filiale de l'organisation internationale du crime contre l'humanité géré par tous les psychopathes du monde qu'ils soient placé a Washington ou en péninsule arabique ou en Suisse et ou a Berlin.

Qalb Tounes, ayant menti clairement disons que si il est élu il ne travaillera jamais mais alors la mais jamais avec les islamistes tueurs de musulmans en masse qui rappelons le ont éradiquer la Syrie, l'Irak, et la Libye en destabilisant en chemin l'ensemble du monde arabo musulman et du monde tout court. Mais Qalb Tounes a travailler avec eux et les a protégé.

Donc ici l'affaire n'est pas politique, il n'ya pas de politique ici, il y'a des criminels internationales qui essayent d'avoir officiellement l'état tunisien et la Tunisie.

La solution n'est donc pas politique la aussi.
La solution d'après moi citoyen patriote éclairé, c'est d'apporter la Russie et la Chine et de leur dire aidez nous on veut reprendre notre pays. C'est tout.

La Russie première puissance militaire mondiale, son armement surpasse l'armement americain d'au moins trois si ce n'est cinq génération. La Russie peut balayer en une demi heure chrono via une salve de missile hyper sonique l'ensemble des forces de l'OTAN.

La Chine première puissance économique et une population d'un milliard et demi de citoyens disciplinés nourris aux art martiaux et a l'hyper patriotisme. La Chine qui envoyé en mer deux portes avions en 4 ans. C'est a dire un porte avions chaque deux ans !
Nous en Tunisie on a des projets insignifiants digne du tiers monde qui datent de 10 ans qui attendent encore si oui ou non ils peuvent se faire, et eux ils te sortent un porte avion comme ci c'était un bateau de pêche !
Leur armée c'est deux millions de soldats actifs, deux millions ! deux millions d'actifs ! et le nombre de disponibles en tout c'est 385 millions de soldats !
Qui va battre ça ? soyons sérieux y'a même pas a y penser, même avec du nucléaire c'est pas possible a moins de pulvériser toute la terre.

Donc invitons nos amis a déjeuner, et a se balader un peu, et remonter le moral de notre armée a nous et leur dire que la Chine et la Russie sont la pour l'humanité libre, celle des valeurs humaine, celle qui se respecte et respecte la vie et l'humain !
On verra par la suite si les criminels qui veulent faire tomber la Tunisie se sentiront toujours aussi fort et libre de le faire.
charnine
Les mauvaises fréquentations
a posté le 15-02-2021 à 16:34
C'est ce que résume le proverbe : " dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es " !!!