alexametrics
lundi 27 mai 2024
Heure de Tunis : 13:14
Dernières news
Tunisie - Multiplication des manifestations pour revendiquer le développement et l'emploi
21/01/2016 | 17:48
4 min
Tunisie - Multiplication des manifestations pour revendiquer le développement et l'emploi

 

Plusieurs marche et manifestions se sont tenus, ce jeudi 21 janvier 2016, à travers toutes la Tunisie, par des protestataires réclamant développement et droit à l’emploi dans leurs régions respectives. Au même moment, la situation dans les différentes délégations de Kasserine s’est apaisée. Kasserine qui a été la première région à se soulever.

 

Du nord au sud, les mouvements de protestations se sont multipliés avec blocages de route, pneus incendiés et des «dégages» contre des figures d’autorités, délégués ou gouverneurs, et parfois des violences entre les manifestants et les forces de l’ordre. Certains revendiquent que les mesures accordées la veille à Kasserine leurs soient accordées.

 

Les forces de l’ordre ont essayé de ne pas user de violence contre les manifestants pour ne pas envenimer les choses et causer des pertes humaines des deux côtés, sacrifiant parfois certains postes de police. Leur objectif premier étant de veiller à la non-dégradation de biens publics et privés.

 

Ainsi, les forces sécuritaires à Kébili ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants dans la délégation de Souk Lahad. Les protestataires ont mis le feu à des pneus et ont bloqué la route reliant les gouvernorats de Kébili et Tozeur ainsi que les accès à Souk Lahad et au siège de la délégation. Ils ont incendié le poste de police de Souk Lahad

Les élèves des écoles primaires dans la localité de Bou Abdallah près du siège de la délégation ont été contraints de quitter leur établissement et les cours ont été suspendus au lycée de Manchia dans la région afin d'épargner aux élèves l'inhalation des gaz lacrymogène.

 

A Tozeur, des diplômés du supérieur ont décidé de mener un sit-in ouvert à l'intérieur du gouvernorat pour revendiquer des solutions urgentes à l'emploi et au développement dans la région.

Les protestataires se sont réunis avec le gouverneur de la région, Lotfi Sassi. Ils ont convenu ensemble de préparer une motion des revendications régionales pour l'emploi des diplômés du supérieur, la régularisation de la situation des travailleurs de chantiers et du mécanisme 16 et de les transmettre à la présidence du gouvernement.

Des mouvements de protestation ont eu lieu dans la délégation de Nefta, menés par des jeunes sans-emploi qui ont bloqué la route nationale numéro 3 reliant Tozeur à Nefta.

 

A Médenine aussi, les protestataires ont incendié pneus et bennes à ordure. Ils ont bloqué, également, les routes menant à Gabès, Beni Khdech et Djerba, d’où l’intervention des forces de l’ordre pour la réouverture de ces routes.

 

A Gafsa, les manifestants se sont rassemblés devant le gouvernorat réclamant leur droit à l’emploi et la régularisation de leur situation de travailleurs de chantier et sous le mécanisme 16. Certains ont grimpé le mur extérieur du gouvernorat pour s’y faufiler et entamer un sit-in dans le hall d’entrée.

 

A Sidi Bouzid, des routes ont été bloqué avec des bennes à ordures, des pneus brûlés et des pierres ont été jetées par les protestataires, se trouvant à proximité du siège du gouvernorat et des rues avoisinantes, d’où le climat de tension régnant sur la ville. Des affrontements ont eu lieu entre ces derniers et les forces de l'ordre, qui ont répliqué en faisant usage de gaz lacrymogène pour les disperser et leur interdire l'accès au siège du gouvernorat. Les établissements administratifs public et privé situés à proximité du gouvernorat ont dû fermer leurs portes alors que des habitants se sont regroupés à la place Mohamed Bouazizi.

 

A Kairouan, les protestataires sont entrés au siège du gouvernorat, en scandant «L’emploi est un droit, bande de voleurs !».

 

A Sfax, plus exactement à la délégation de Tina, des chômeurs ont fait une marche de protestation et ont bloqué la route principale entre Gabès et Sfax.

A Skhira, le délégué Hafedh Bouaziz a dû quitter le siège de la délégation sous la pression des protestataires qui ont scandé «dégage». Les routes ont été bloquées avec en plus l’enregistrement d’actes de violence ou de pillage,

A Jebeniana, des groupes de chômeurs ont organisé une marche en direction du siège de la délégation pour revendiquer le droit à l’emploi et au développement. Les protestataires ont quitté la délégation, sans enregistrer aucune tentative de violence, l’établissement public ayant été fermé provisoirement depuis 11heures du matin en prévision de toute détérioration de la situation.

 

A Enfidha, les manifestants ont bloqué, en incendiant des pneus, les routes menant à Tunis et à Sousse. Ils ont aussi organisé une marche de protestation et envahi le siège de la délégation, ce qui a mené à son évacuation et sa fermeture.

En outre, l’Union régionale de travail a annoncé, ce jeudi, une grève générale régionale dans la délégation de Enfidha le 26 janvier courant, pour protester contre la marginalisation, l’absence de développement et le chômage.

 

I.N avec TAP

21/01/2016 | 17:48
4 min
Suivez-nous

Commentaires (7)

Commenter

CZB
| 22-01-2016 00:13
Bonsoir,

Il y a une faute de frappe à la dernière ligne --> "développement".

Bonne soirée


B.N : Merci d'avoir attiré notre attention

premiumwatcher
| 21-01-2016 18:32
Création de départements économiques et sociaux dont les membres sont élus dans chaque région.
Transfert partiel de propriété des entreprises publiques agissant dans ces départements.
Les dividendes générés par ces entreprises permettrons de financer les investissements des départements.
Ces mêmes dividendes garantissent les rentrées futures des départements, ce qui les autorisent à contracter des crédits bancaires servant de levier à leurs investissements.
Création de pôle d'accompagnement à la création d'entreprises (type chambre de commerce) dont les intervenants spécialisés seront rétribués par les départements. Ces intervenants aideront les nvx entrepreneurs à créer mais aussi à gérer leurs entreprises.
Création par ces départements grâces à leurs dotations de fonds de participation et de développement permettant de concourir au financement des projets privés initiés par les jeunes chômeurs.
Ces mêmes départements pourront développer des centres de formation techniques adaptés aux besoins de leurs région......

Ces solutions bien connues ont été développés et expérimentés partout dans le monde et avec succès, je ne vois pas pourquoi la Tunisie maintient à ce jour un système archaïque, centralisé qui a démontré ses limites depuis bien longtemps. A la limite du temps de la dictature, cela aurait pu être compréhensible mais plus maintenant. Je pense dès lors que les équipes au pouvoirs sont obsolètes!!

chou
| 21-01-2016 18:13
Il semble que l'UGTT a tenu bon à exercer la grève qu'il avait annoncé pour le 21/01 mais sous une autre étiquette ! ceci est habituel chez les gens de la gauche, donc ne cachons pas le soleil ....wil fahem yefhem.

Karim Othmane
| 21-01-2016 18:06
Il nous faut quelqu'un comme Ben Ali pour remettre l'autorité de l'Etat. Vive Ben Ali, vive le RCD et vive le peuple tunisien. Mes amis prions pour que la Tunisie redevienne comme avant et mieux qu'avant ! Prions mes amis pour que Ben Ali revienne en Tunisie en tant que président.

salahtataouine
| 21-01-2016 18:03
On me dit des "dimplomés" ? en quoi en fait ?
Il faudra laisser les murs en paix ,gens de gafsa !!
La fausse copie et son maitre le gourou vont vous ouvrir les portes : nul n a besoin d escalader un mur meme non peint !!

jilani
| 21-01-2016 18:03
Le mois de janvier est le mois du bilan pour les tunisiens. Et si les voyous de Nidaa qui sont derrière ces révoltes. HCE ne va pas croiser les bras après les coups qu'il a encaissé.

mounir
| 21-01-2016 17:55
C'est pas habib essid qui a dit à Davos que la Tunisie respectera ses engagements environnementaux?
Et bien avec toutes ces roues brulées je crois qu'il devrait revoir ses engagements environnementaux à la baisse!