alexametrics
Dernières news

Selon Abdelwaheb Maâtar, le parti de Moncef Marzouki est voué à l’échec

Selon Abdelwaheb Maâtar, le parti de Moncef Marzouki est voué à l’échec

 

Le co-fondateur et dirigeant du CPR, Abdelwaheb Maâtar est remonté contre ses anciens camarades qui ont rejoint le nouveau parti Irada créé par Moncef Marzouki.

Dans une publication sur sa page FB, M. Maâtar dit carrément « non au parti Irada dont les dirigeants ont corrélé sa création par l’assassinat du CPR et par l’héritage de sa logistique ».

D’après le pronostic de Abdelwaheb Maâtar, le nouveau parti Irada est voué à l’échec à cause de ces dirigeants. Il avertit ces derniers de toute tentative d’assassinat du CPR, surtout que ce sont eux qui étaient derrière la chute du parti afin de pouvoir l’achever et obtenir une nouvelle virginité devant une jeunesse trompée.

Après avoir parlé de leur virginité retrouvée, Abdelwaheb Maâtar épingle ses « nouveaux adversaires » en les accusant de chercher à éviter toute reddition de comptes relative aux finances et la logistique du parti, chose que « réclame la majorité des cadres et des bases cpristes qui n’ont pas rejoint Irada, conscients en cela de son aboutissement ».

 

En conclusion de son post, Abdelwaheb Maâtar avertit sans ambiguïté : « Nous disons à ceux qui étaient à la tête du CPR et partis à la tête d’Irada : allez-y, vous êtes libres, mais après avoir rendu les comptes comptables et politiques. Vous êtes libres, mais si vous laissez le CPR à ses militants. Vous êtes libres après avoir levé vos mains sur le CPR et rendu ses documents et ses biens sans bruit. Le terrain du militantisme est grand et ne corrélez pas votre avenir et celui de votre parti à l’assassinat du CPR ! ». Il conclut en lançant un avertissement très clair tiré du proverbe arabe « œil pour œil, dent pour dent » et en promettant une suite.

 

Pour le moment, Abdelwaheb Maâtar n’est soutenu que par Samir Ben Amor et nous n’enregistrons aucune réaction dans le « camp adverse », bien que les gesticulations du duo aient commencé depuis plusieurs jours.  

Abdelwaheb Maâtar ne cite aucun nom parmi les dirigeants qu’il cible par ses propos, mais il vise clairement un ou plusieurs dirigeants d’Irada qui étaient à la tête du CPR et il pourrait s’agir de Imed Daïmi, Salim Ben Hamidène, Tarek Kahlaoui ou Adnène Mansar, sachant que les deux derniers ont rejoint le CPR après les élections de 2011 avant de gravir très rapidement les échelons pour en devenir des dirigeants.

Samir Ben Amor et Abdelwaheb Maâtar sont les derniers cofondateurs du CPR à avoir été écartés du giron de Moncef Marzouki après Abderraouf Ayadi, Neziha Rjiba et Tahar Hmila.

 

R.B.H.


 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (6)

Commenter

Mansour Lahyani
| 20-01-2016 15:31
Ça fait plaisir, parfois, de voir que les gens les plus improbables peuvent se rendre enfin compte de leurs erreurs ! Si quelqu'un avait dit à Maatar que MMM fait fausse route, depuis le début, il se serait fait renvoyer chez les Grecs ! Il aura suffi de quelques mois loin du pouvoir qui l'aveuglait pour que Maatar soit convaincu de ce qu'on a vainement tenté de lui expliquer : l'inanité de MMM et de ses projets frappés du sceau de la démence politique ! Enfin dégagé des affaires, cet ex parmi les ex devient enfin capable de distinguer les choses!!

kameleon78
| 20-01-2016 12:45
Oui je n'ai pas compris si c'est Maatar qui dit que : "d'après le proverbe arabe" ("oeil pour oeil, dent pour dent" ou si c'est BN qui s'est trompé.

lambda
| 20-01-2016 12:07
pas envie de voir de nouveau leurs gueules à ces gens là.
@moez : citez moi le nom d'un journal privé, d'un seul journal, qui ne soit pas partial et partisan. Ca va de Le monde au Figaro en passant par l'Huma, de News Week au NY Times en passant par le Washington post, tous les journaux de la planète défendent une cause et luttent contre une autre. Même les agences de presse s'y mettent, l'AFP en exemple.

naanaa
| 20-01-2016 11:53
on vous a longtemps entendu.Vous avez prouvé votre échec: les CPR, les TAKATTOL, ENNAHDHA ...Toute la TROIKA Vous avez pillé l'argent de l'état

Herr
| 20-01-2016 11:15
Attention BN, ce n'est ni un proverbe ni une expression arabe.
C'est tiré de la loi du talion, dans la Torah, dans le Coran et dans d'autres textes.

Moez
| 20-01-2016 10:36
Vous êtes marrants BN. On n'entend plus parler de Maater pendant des mois (alors qu'ils continue à exister, notamment sur les réseaux sociaux), mais comme par hasard, quand il se met à critiquer Marzouki, vous lui consacrez un article.


C'est ce qu'on appelle du journalisme partisan et partial : vous ne rapportez les propos des gens que quand ils servent "la cause" que vous déféndez...

A lire aussi

Borhen Bsaïes a conclu « Nabil est dans ce monde où il y a la vie et la mort…les maladies…les

22/09/2019 19:28
8

Le conseil du secrétariat général élargi du mouvement la Tunisie en avant réuni, ce dimanche 22

22/09/2019 16:14
6

L’association Un Enfant Des Sourires a publié, ce dimanche 22 septembre 2019, un démenti à la suite

22/09/2019 14:36
1

Suite à ce désagrément, des excuses ont donc été présentées aux touristes,

22/09/2019 14:25
6

Newsletter