alexametrics
A la Une

Ramadan et restauration : De simples circulaires de 30 ans érigées en loi

Ramadan et restauration : De simples circulaires de 30 ans érigées en loi
Encore une fois, en ce mois de Ramadan et pour la quatrième année consécutive après l’avènement de la révolution, les cafés, les restaurants et une bonne partie de citoyens vivent le même manège, à savoir celui de l’impossibilité de manger ou de boire, de jour, dans ces lieux de restauration.
Profitant d’un flou juridique et législatif, les différentes autorités concernées, plus précisément les municipalités, les gouvernorats et les agents de sécurité agissent à leur guise et imposent leur diktat.


Ainsi, pour le quatrième Ramadan consécutif (2011, 2012, 2013 et 2014), des descentes, parfois musclées, sont enregistrées dans ces lieux pour leur signifier l’obligation de s’abstenir de servir conformément, apparemment, à une note circulaire datant de plus de 30 ans, dite « circulaire Mzali de juillet 1981 ». D’autres parlent d’une circulaire municipale ou émanant du ministère de l’Intérieur, sous le gouvernement de la Troïka.

Pour ce qui est de la circulaire Mzali de juillet 1981, elle préconisait entre autres, durant le mois de ramadan, la fermeture des cafés et restaurants, ainsi que l’interdiction de vente de boissons alcoolisées. Mais deux jours, seulement, après sa parution, elle avait été annulée sur décision du chef de l’Etat, à l’époque, Habib Bourguiba.
Dans un appel dit des « 177 pour la liberté des pratiques religieuses» paru dans Le Maghreb du 11 juillet 1981, les signataires mettaient l'accent sur «les progrès faits par la Tunisie en matière de tolérance religieuse, lesquels étaient menacés par la montée du courant islamiste et appelaient à une mobilisation générale des Tunisiens pour préserver cet espace de liberté.

Plus de trente ans après, le gouverneur de l’Ariana, Baha Eddine Baccari, indiquait, en 2012, que des patrouilles de police ont été déployées, le premier jour de Ramadan, et des mises en garde avaient été adressées aux cafés et restaurants de la cité Ennasr, en application des dispositions pour le mois saint et de la circulaire du ministère de l’Intérieur publiée à cet effet.
Autrement dit, pendant ce mois saint de ramadan, les forces de l’ordre sont mobilisées pour faire appliquer une loi inexistante, celle de la fermeture des cafés et lieux de restauration pendant les horaires du jeûne. Cela s’est vérifié, durant ces quatre dernières années.

A rappeler que le porte-parole du ministère de l’Intérieur, à l’époque, Khaled Tarrouche n’était pas demeuré en reste en déclarant que la fermeture de ces établissements répond à des « procédures en vigueur depuis plusieurs années et qui ne seraient nullement des mesures exceptionnelles, avant d’affirmer, en ce 21 juillet 2012, que les restrictions étaient appliquées du temps de Ben Ali et que la police ne fait que continuer à les mettre en application… ».
Le gouverneur de Tunis évoquait, quant à lui, l’existence d’une circulaire émise à cet effet par le ministère de l’Intérieur, laquelle circulaire, de l’avis de plusieurs hommes de loi, n’aurait aucune valeur juridique, même si son existence était bien réelle. Sans oublier que l’application de cette circulaire fantomatique dépend de l’humeur et des desiderata des forces de l’ordre qui peuvent fermer des lieux de restauration, même dans des centres commerciaux, comme ce fut le cas, il y a deux ans au Centre de Carrefour.

Et pas plus tard qu’en ce 2 juillet 2014, des agents des forces de l’ordre ont effectué une descente dans le quartier d’Ennasr, toujours dans le gouvernorat de l’Ariana, l’objectif étant de fermer tous les lieux de restauration ouverts, sauf ceux considérés comme «touristiques», qui gardent le droit de vendre des repas à emporter.
Mais d’où tient-il ses pouvoirs ce gouverneur de l’Ariana ? Puisque le ministère de l’Intérieur, contacté par Business News, a démenti formellement avoir donné des ordres en ce sens. Le même département ajoute que ces ordres semblent avoir été donnés par certaines municipalités en se référant à leur code. Ceci veut-il dire que chaque commune applique les lois et les circulaires selon ses propres interprétations ? Il y a bien lieu de craindre de telles orientations !

Autre précision. Un conseiller juridique nous a expliqué qu’il n’y a pas de loi en Tunisie obligeant au jeûne. Selon lui, le gouverneur de l’Ariana (encore lui) se réfère à un arrêté vieux de trente ans qui a été décrété par le gouverneur de Tunis et qui interdit de manger ou de boire en public pendant le mois de Ramadan.
Bon à savoir que cette loi, considérée comme étant morte, a été remise à l’ordre du jour par Ali Laârayedh, explique-t-il avant d’ajouter que le gouverneur n’a pas le droit de s’y référer car l’arrêté concerne le gouvernorat de Tunis, outre le fait qu’il n’y a pas de loi explicite obligeant au jeûne. Pour lui, les restaurateurs et citoyens lésés peuvent porter plainte auprès du Tribunal administratif et auraient gain de cause.

Ne perdons pas de vue que ces pratiques d’intolérance ont été propagées par cette peur diffusée chez les Tunisiens ayant l’air de dire : mieux vaut appliquer ces restrictions que de se les voir imposées par les salafistes qui faisaient la loi sous l’ère de la Troïka.
En effet, les hauts dirigeants et les ministres d’Ennahdha prônaient un discours fondamentaliste. C’est ainsi que Noureddine Khademi, ancien ministre tunisien des Affaires religieuses, n’hésitait pas à affirmer, il y a à peine un an, plus exactement, en ce 6 juillet 2013, que la fermeture des cafés et des restaurants est obligatoire pendant le mois de Ramadan.
Pour Noureddine Khademi, « le mois de Ramadan est un mois de jeûne sacré et ouvrir les cafés pendant ce mois n’est pas permis par la religion. Et conformément aux préceptes de l’Islam, qui est la religion du peuple et de l’Etat, toute ouverture de restaurant ou de café n’est pas autorisée, car elle va à l’encontre des sentiments des gens et à l’encontre de l’identité du peuple tunisien ainsi qu’à la sacralité de ce mois, et serait source de dérangement et de perturbations… »
M. Khademi demeure, tout de même, ouvert d’esprit et d’une tolérance inouïe puisqu’il estime que «si une personne ne veut pas jeûner, elle est libre, mais elle n’a pas le droit ni de le dire et encore moins de le faire publiquement », selon ses propres termes.

Comme on le constate, la Troïka et Ennahdha semblent faire la loi, encore, même après leur départ et l’avènement d’un gouvernement de technocrates. Présents dans certaines administration et mairies, certains ont encore la possibilité de faire imposer des mesures, parfois illégales, sans passer par le gouvernement. Du moins, pour certaines situations où ils ont la latitude de jouer sur la fibre sensible qu’est la religion et, plus précisément le Ramadan.

Crédit caricature : Lounis - Le jour d'Algérie

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (29)

Commenter

fennec_tn
| 10-07-2014 13:52
Pour cet article qui dit tout et surtout la rage de ceux qui voient dans ces mesures et interventions musclées les relents de l'anarchisation de la Tunisie livrée à on ne sait qui... Seule la loi doit prévaloir et ces restaurateurs devraient ouvrir et attaquer en justice ceux qui les en empêchent.

Slaheddine
| 08-07-2014 23:33
L'article est excellent ,je dois ajouter des faits que j'ai vécu pour expliquer la situation de l 'epoque : l'intox propagé par les islamistes à oblige le min de l'intérieur à donner des instructionsa la police ,pour ordonner aux cafés de fermer et aux hôtels de ne pas servir . . Les arabes ( en accord avec mr Mzali ) .
Grande confusion puisque c'est la premier fois depuis l'idependance que cet arrêté est pris ,
J'ai vécu ce premier jour de ramadan ,un incident grave : j'avais rendez vous avec un conseiller de Yasser Arafat ,mr Georges Hallak,,qui venait d'arriver à l'hôtel Hilton .il s'installe a la cafétéria pour le breakfast ,on refuse de le servir parce qu'il est arabe,j'ai intervenu auprès du directeur du Hilton qui l'a prié de prendre le déjeuner dans sa suite !
L'incident est porte à la connaissance du président Bouguiba
Le 2° jour de ramadan le journal essabah publié,la photo des chaises sur les tables devant le café de Paris en pleine avenue '. le Président pose des questions et il apprend que. Sa police à ordonne de fermer les cafés .fou de colère il annule la circulaire et dit à Mzali les cafés ne sont pas seulement des commerce mais des espaces sociaux ou les se rencontrent pour à affaire prendre des médicaments .ils lui dit "quand tu es âge,que tu es dans la rue ou vas tu pour . . Uriner. "
Je précise que le lendemain les terrasses sont très fréquentées ! aucune réaction des islamistes .

Tunisie Palestine Iran
| 07-07-2014 14:19
Je confirme et je signe l'Iran est un modèle en même temps c'est pas très difficile de faire mieux que l'Irak (ramener au moyen âge comme l'avais promis Bush junior pour le compte des néo con juifs)) la Syrie (un pays qui s'autodétruit lui même avec l'aide de nos gentils amis juifs) l'Egypte ( 50% illéttrés ) La Jordanie ( caniche des anglais eux même caniche des USA eux même dobermann des juifs) pour la Tunisie c'est plus sa médiocrité dans tout les domaines qui existe: linguistique, cinématographique, télévisuelle économique scientifique architecturale. Pour PERSEPOLIS renseigne toi c'est un film franco américain et pour la réalisation renseigne toi encore, la plupart sont réalisé en Iran par des réalisateurs iraniens. Persepolis n'est pas représentative du cinéma iranien. En revanche, Asghar Farhadi le réalisateur le plus reconnu actuellement dans le monde occidentale tournait et continue de tourner en Iran. D'autant que toutes ses productions sont des chefs-d'oeuvres surtout Les enfants de Belle Ville. Je te renvoie également à Abbas Kiarostami.

RR
| 07-07-2014 09:43
L'iran dont vous parlez comme modèle pour les musulmans: la femme est opprimée et dès qu'elle quitte l'iran enlève son tchador, l'opposition qui représent plus de 50% est bien muselée on ne la voit plus en ce moment; quant aux films primés sont pour la plupart tournés à l'étranger et leur metteurs en scène vivent en exil.
Ce qui donne une idée très juste du régime iranien c'est le fameux film PERSEPOLIS.
Revoir ce film et on en discutera après.

Tunisie Palestine
| 06-07-2014 16:42
pays sans saveur perdu qui se cherche et qui est une honte. Tout s'inverse en france les cafés et restaurants sont vides et le pseudo pays musulman on retrouve des gens fiers de manger un sandwish pendant le ramadan. Pour ceux qui pensent qu'en imitant l'Europe vous y seraient intégrés vous vous mettez la fourchette dans l'oeil ils ne veulent pas de vous. Ils suffit de voir le cas de la Turquie qui fait la manche depuis cent ans et qui se fait toujours refouler.

musulman palestinien iranien peut être tunisien
| 06-07-2014 16:06
La tunisie sera toujours médiocres dans tout les domaines, vivant en France je suis affligé de la médiocrité dont elle fait preuve. Il n'y a qua allumer la télé pour le voir avec des pubs minables des " pseudo artistes " tunisiens qui se la joue scécession viennoise ( mouvement qui date de la fin du 19 siècle ) des sportifs incapable de se qualifier pour la coupe du monde et je n'ai pas fini. Je conseille de faire une recherche simple sur internet par exemple science et technologie en tunisie on vous sortira le dernier samsung enfin dispo en tunisie et pour terminer la médiocrité linguistique incapable de faire une phrase sans mettre un mot français. Enfin j'espère que ce n'est pas ce ramassi de fromage importé qui gouvernera la tunisie même si il n'y a pas grand chose à gouverner avec un pays qui importe même ses semences et aller ramasser plutôt vos poubellles. La tunisie la honte du monde musulman et je m'adresse à ces pseudo démocrates droitdel'hommistelaicardignorant : vous ne serez jamais des européens, regardez les turcs qui se sont reniés pour au final être méprisés par la roumanie la hongrie le contraire des iraniens qui sont un peuple fiers et impose le respect. Et qui est réellement MODERNE et AVANCEE avec des films qui gagne des oscars des palmes pas comme la tunisie qui est une pâle imitattion ou CONTRE FACON de la France.

ZZZ
| 06-07-2014 10:47
de Lounis.

larcla
| 06-07-2014 06:30
Je suis très agréablement surpris par les réactions de cet article, comme quoi les Tunisiens sont tolérants...c'est encourageant !

Atlas
| 06-07-2014 01:16
@Lefghoun
Vous confondez peule à majorité musulman et relation strictement exclusive avec Dieu. Tout ce qui se passe ces jours semble indiquer que certains veulent instituer un pontificat et le devoir de passer par un barbu hirsute pour comminiquer avec Dieu! Dieu aurait-il voulu instaurer un pntificat qu'Il l'aurait clairement indiqué.

Arabe
| 05-07-2014 22:14
Il faut être optimiste!

Viendra un jour (peut-être) où les arabes deviendront aussi intelligents que leurs grands frères européens.

En attendant que le spectacle du ridicule continue... laissons les nous faire marrer :)

A lire aussi

La nouvelle du décès de l’ancien président égyptien Mohamed Morsi, survenu hier, a particulièrement

18/06/2019 19:59
4

Toute la scène politique nationale ne parle que du projet d’amendement du Code électoral. Une vive

17/06/2019 19:59
1

Les échéances électorales s’approchent et les nouvelles coalitions partisanes ont commencé à

16/06/2019 15:59
3

Depuis quelques années, les réseaux sociaux ont commencé à devenir un vivier d’ambassadeurs pour des

14/06/2019 19:59
0

Newsletter