alexametrics
lundi 24 juin 2024
Heure de Tunis : 13:08
SUR LE FIL
Premier avertissement au Parlement de 11%
Par Nizar Bahloul
29/05/2023 | 15:59
5 min
Premier avertissement au Parlement de 11%

 

L’autre a envoyé ses sbires samedi dernier pour faire du show devant le siège du Syndicat national des journalistes tunisiens et celui de l'UGTT, la centrale syndicale nationale. Ces sbires ont été ramenés en bus des quatre coins du pays pour venir manifester leur colère. La réponse a été magistrale, une simple affiche géante devant des locaux vides. Bravo Mahdi Jlassi, Amira Mohamed, Fahem Boukadous et tous les autres, you made our day.

Parler de Abir Moussi est la garantie de recevoir des injures de toutes parts. Surtout, cela ne sert à rien, la dame aime cliver, n’écoute personne et refuse catégoriquement qu’il y ait un son de cloche différent du sien. Combien pèse-t-elle déjà ? 190 mille personnes au meilleur des cas. C’est tout ? C’est tout. Elle n’est personne finalement. Plusieurs ont tenté de faire d’elle quelqu’un, elle insiste à demeurer personne. Qu’elle y reste.

 

Vendredi, un peu avant minuit, la présidence de la République publie un communiqué de la rencontre Kaïs Saïed – Brahim Bouderbala.

Pourquoi cette heure tardive, la veille d’un week-end ? On ne cherche plus à comprendre. Kaïs Saïed travaille à un rythme contraire au bon sens et à l’usage dans toutes les présidences du monde. Il ignore encore que l’on ne communique, tard la nuit, qu’en cas d’extrême urgence et de danger imminent. Lui qui n’a toujours pas de porte-parole ni de directeur de la communication ignore le b.a.-ba de la communication. Toute ma compassion à son équipe maudite.

Bref, le président de la République a donc reçu vendredi le président du Parlement pour le sermonner. Il lui a rappelé que ce parlement n’a pas de pouvoir législatif, il a juste une fonction. Il lui a rappelé aussi que les députés peuvent être limogés par le « peuple » et qu’ils n’ont pas le droit de migrer d’un bloc à un autre. Il lui a enfin rappelé que les députés ne sont pas au-dessus de la loi et qu’il est obligatoire que les prévenus dans des affaires pendantes devant la justice se voient lever leur immunité. Fin du communiqué.

 

Dans n’importe quel pays au monde, le Parlement est doté de pouvoirs à part entière. Dans n’importe quelle démocratie au monde, le Parlement est un véritable contre-pouvoir du pouvoir exécutif. C’est une question de bon sens, c’est comme ça que fonctionnent les États. Même l’empire romain, sous Jules César paix à son âme, avait un parlement qui empêchait l’empereur de gouverner à sa guise.

En Tunisie, Kaïs Saïed a rédigé tout seul une constitution et a créé un système unique au monde et dans l’Histoire dans lequel le Parlement ne représente pas un pouvoir, mais une fonction.

En guise de réponse, le peuple tunisien dans sa majorité a rejeté la constitution dont le taux de participation a été d’à peine 30%. Un pourcentage controversé, plusieurs croient qu’il est exagéré.

En dépit de cette claque du peuple, le président a poursuivi son chemin et a organisé des législatives à l’issue desquelles ont été élus quelque 161 « députés ». Des législatives tout aussi controversées, puisque le taux de participation a été historiquement bas avec 11,22%.

Malgré ces deux claques du peuple et ce rejet massif d’un processus alambiqué et unique au monde, les députés ont prêté serment et ont commencé à travailler sur la base d’une constitution qui les humilie et les met sous la coupe du pouvoir exécutif.

Dès lors, et au vu des textes constitutionnels et de leur acceptation totale de ces textes, les députés ne sont plus des parlementaires au sens universel du terme, ils sont juste des vassaux de Kaïs Saïed.

Partant, il devient tout à fait normal que ce dernier convoque leur président un vendredi soir pour lui remonter les bretelles. Le chef de l’État a même fait preuve de finesse, puisqu’il s’est limité au texte et n’a pas diffusé une vidéo du sale quart d’heure subi par Brahim Bouderbala.

 

Nous vivons des moments à la fois surréalistes et historiques. Partout dans le monde, y compris chez nous, il a existé et il existe encore, des parlements fantoches et des parlements de béni-oui-oui, mais partout dans le monde, y compris chez nous, on préserve les apparences et on présente, aux peuples, des législateurs capables de peser, un tant soit peu, sur les lois. Des parlements qui ont un semblant de pouvoir.

En Tunisie, Kaïs Saïed a créé le premier parlement de l’Histoire qui n’a pas de pouvoir, mais une fonction. Nous le savions déjà, depuis le 25 juillet 2022, mais là nous le vivons.

Sous nos yeux, nous avons 161 élus (parfois avec quelques centaines de voix) qui acceptent leur vassalité devant la caméra. Nous avons un président de Parlement, ancien bâtonnier, qui accepte d’être convoqué un vendredi soir pour se faire sermonner par le représentant du pouvoir exécutif.

 

Si Kaïs Saïed continue à asseoir son pouvoir hégémonique sur les pouvoirs existants avec succès, ce n’est pas seulement parce qu’il a les forces armées sous sa coupe, mais aussi parce qu’il y a des faibles face à lui.

Des faibles qui ont accepté de s’effacer et de jeter leur amour propre dans la poubelle en contrepartie d’un strapontin dans l’empire du Prince.

En retour, le Président n’est même pas reconnaissant à leur servitude, il les humilie publiquement.

Comment, dès lors, vont-ils confectionner des lois et contrer les projets du gouvernement ? Comment vont-ils contrer le pouvoir hégémonique du pouvoir exécutif ? Comment vont-ils travailler sereinement ?

À vrai dire, et comme l’écrasante majorité du peuple (88,8%), je m’en moque de ce qui leur arrive et de l’humiliation qu’ils subissent. D’ailleurs, ils n’en sont qu’au début. Mieux encore, c’est avec délectation que j’observe leur humiliation.

Dans l’Histoire, les vassaux n’ont jamais suscité de compassion. Ils ne suscitent que le mépris.

Pour nos 161 vassaux, ils ont à la fois le mépris de la majorité du peuple qui ne les a pas élus et celui du Président. Leurs confrères de par le monde se voient supérieurs aux présidents et aux ministres, eux ils sont condamnés à quémander un minimum d’égard du Président.

Par Nizar Bahloul
29/05/2023 | 15:59
5 min
Suivez-nous
Commentaires
Karim
Sensure
a posté le 31-05-2023 à 00:33
Il est où mon commentaire BN

B.N : Votre commentaire a été publié, merci de vérifier :)
Abel Chater
Déjà, le fait d'appeler ce parlement inconstitutionnel, comme étant "ARP" qui représente le peuple tunisien, est archifaux. Il faut le désigner de "ARP 2022". Quant à cette délectation dont Nizar Bahloul jouit en observant l'humiliation des pions et des marionnettes de Brahim Bouderbèla, elle est chez moi de loin plus élargie, autour de tous ces Châtiments divins de pénuries sur tous les plans, jusqu'au manque d'eau et de pain, en réponse à leurs mensonges et à leurs intrigues contre l'Islam en Tunisie.
a posté le 30-05-2023 à 17:02
Ma délectation est vitale pour ma foi et pour ma conviction en l'existence de notre Créateur et Créateur de tout l'univers, Allah (Sobhanou wè Taâlè). Il n'y a plus de mots à trouver pour montrer ce qu'on vit en Tunisie comme Verset coranique. Un vrai Verset coranique dont vivent actuellement tous les ingrats parmi les Tunisiens, qui ont trahi l'Islam et le Dieu de l'Islam.
Bien qu'Allah le Tout Puissant, les ait élus parmi tous les peuples arabes pour leur protéger leur Révolution du 14 janvier 2011, ils se sont faits piéger par la guerre médiatique mondiale que nous mènent les lobbies juifs contre notre religion musulmane. Au lieu d'être reconnaissants pour toute l'aisance qu'ils ont vécue en Tunisie durant les onze années après la Révolution du 14 janvier 2011, ils se sont fait piéger par les hurlements et les sabotages de la Zalèma moussi, à l'intérieur de l'ARP. Un parlement qu'elle a transformé en une scène de shows télévisés, transmis en direct par les TV des ennemis des Révolutions arabes. Au lieu de valoriser cette liberté démocratique, comme c'est le cas dans les pays avancés, où ils se bagarrent au parlement même à coups-de-point et à coups de chaises, les dictateurs arabes en ont fait de ce privilège de dégonflement démocratique, une des causes principales de leur guerre disciplinaire contre la transition démocratique en Tunisie. Ils veulent sanctionner ces pratiques démocratiques, par le retour à la dictature, au despotisme et aux «bons patriotes béni-oui-oui» des déchus. Le programme du Saffah Sissi d'Egypte est prêt à l'utilisation. Les arrestations arbitraires, la prison, l'interdiction de voyage, les fausses accusations de haute trahison contre l'Etat tunisien qu'ils ont eux-mêmes trahi, lui ayant changé tout le régime et tout le mode de sa gouvernance et toutes les pratiques de musellement contre leurs opposants politiques.
Maintenant, tous les Tunisiens paient cash toutes leurs ingratitudes contre le Créateur et la religion musulmane du Créateur «Sobhanou wè Taâlè». Même l'eau et le pain, n'en veulent plus d'eux.
Pourrait-il y avoir plus de délectation pour un vrai Musulman tunisien ou autre?
Sensei
Delivrance proche?
a posté le 30-05-2023 à 13:13
Votre amour pour Kaeies Saeid depasse celui que Romeo vouait a Julia. Economisez vous
Mr. Bahloul, car il y aura des elections presidentelles en 2024 deja. Peut etre que ce peuple que vous cherissez tant, finira par vous entendre et se debarasser de celui que vous aimez tant! En attend economisez vous, ne vous faites pas de tros mauvais sang, les elections presidentelles seront pour tres bientot, peut etre que votre delivrance est proche..
EL OUAFI
L'acharnement visceral
a posté le 30-05-2023 à 11:11
M. Nizar Bahloul, la constitution rédigée par le président Kais Saïed, vous garantit le droit fondamental, à savoir le liberté d'expression, vous l'aviez, et vous continuez à l'avoir.
Les « Aficionados, les inconditionnels » à Kais Saïed » seront à vos côtés, j'irais plus abrasif même si ça nous déplaise !
Le paradoxe qui nous paraît récurrent, votre opposition aveugle, systématique et viscérale au président Kais Saïed.
Les 11'% et les 30'% des Vassaux et un président de l'ARP sermonné que vous insinuiez qui courbe l'échine, un béni, oui, oui, vous caricaturez en permanence, un bon à rien qu'il faut le dégager, ce que beaucoup qui lisent et sont attachés fidèlement à ce journal, qui reste un cordon ombilical à la diaspora à travers le monde, et dont ils vous remercient par l'occasion.
(La parenthèse 2011- 2021 est close et le fil qui tient vos marionnettes est rompu.)

DIEHK : Corrosif et Abrasif comme l'autre quoi !
1 gars du Nord-Ouest Abrasif et corrosif ?
a posté le à 18:27
C mon petit mot gentil à si El Ouafi !!!!!
J'aime titiller les gens du Nord-Ouest et je ne saispas pourquoi ?
EL OUAFI
@ Monsieur DIEHK.
a posté le à 20:17
Bonsoir Mr DIEHK ci-joint la traduction de : Abrasif :Substance minérale dure et tranchante capable d'arracher par frottement des particules d'un matériau =
Une meule
Dont on se sert pour aiguiser les couteaux entre autres !
Matériel se trouvant dans l'industrie ( métallurgie)
(1 gars ): c'est aussi abrasif ) il me semble que la langue de Molière est très riche en vocabulaire (1 gas) ! ! !
Bonne soirée.
Bacchus
Ce n'est "qu'une poignée d'imbéciles" qui a reussi à être moins cone que le reste.
a posté le 30-05-2023 à 08:40
Monsieur Nizar B, ça se confirme les maths, ce n'est pas votre point fort. Entre 2019 et 2023, le président de la république a presque doublé le nombre de ses électeurs, il est passé de 620711 à 1025418 voix (ceux sont ses inconditionnels qui se sont déplacés pour les législatives de 2023). Dans une élection présidentielle, c'est le score du premier tour qui est significatif, car la différence entre le nombre de voix du premier et du second tour représente les électeurs qui ont voté contre l'adversaire (ici c'est Karoui). « En guise de réponse, le peuple tunisien dans sa majorité a rejeté la constitution dont le taux de participation a été d'à peine 30% » : Non Monsieur NB, ceux ne sont que 148723 électeurs qui ont trempé leur doigt dans l'encrier et ont dit, non ! Les 70% ceux sont : « les faibles qui ont accepté de s'effacer » et de se jeter dans la poubelle. Monsieur NB, depuis belle lurette, tête baissée, vous vous attaquez à la partie immergée de l'iceberg. Avec cette constitution, la vraie menace pour la démocratie et les libertés ce n'est pas le président actuel mais le futur président qui rétorquerait : « ce n'est pas moi qui ait rédigé cette constitution et elle a été approuvée par plus de 90% des électeurs ». Mr NB : ça fait presque un an depuis que la constitution fut approuvé et toujours pas de Cour Constitutionnelle ; et pas un mot de votre média !
Bouba
Minoritaire
a posté le 29-05-2023 à 21:21
Entant vrai que 11% des votants se sont exprimés, et ce n'est la faute des députés élus, sachant que les Tunisiens en général sont déçus de la politique, 11 % dans ce contexte n'est pas si mal, MR Bahloul avez vous consulté le baromètre de l', intérêt des Tunisiens pour les médias locaux, j', aimerais bien que vous commandiez une étude pour cela, et vous seriez surpris de voir que seulement 0,1% des tunisiens (dont je fait parti) s'intéressent à ce que débité les médias entre autre le votre
EL OUAFI
Estomaqué !
a posté le 29-05-2023 à 20:35
Le scénario est toujours le même, vous avez juré que vous le combattrez quoique qu'il fasse de bons .
C'est votre ligne éditoriale, c'est votre droit absolu, exprimez vous, droit de liberté d'expression, pour mettre à défaut, votre hostilité au décret "54"
Vous voyez bien que personne ne vous empêche d'écrire ce qui vous convient.
Kais Saïed et ses Vassaux, Kais Saïed et ses 11% etc.
Le Gourou est ses pare-chocs,ne seront pas de retour, c'est une évidence l'essentiel est atteint, KAIS SAÏED les a répudié à jamais.
Quant à vous Mr Nizar Bahloul la constitution de 2022 vous l'autorise, la tunisie s'en sortira de cet imbroglio,par la persévérance de ses enfants.
Ayadi
Impossible de tout faire seul.
a posté le 29-05-2023 à 19:41
Il voudrait tout faire seul, mais il ne peut rien faire et il ne fesait rien , les jours de sa couvernance
à montré tout cela. Toute fonction a hiérarchiquement un responsable, il cherche a être le responsable de toutes les fonctions mais il ne parviendrait jamais a être respecter par toutes les fonctions. Les saumons nagent contre les courants d'eaux et ceux qui parviendraient a arriver a leur berceau de naissance mourront. Et celui qui ne regarde pas les gouffres devant lui risque de glisser dedans. Et celui qui regarde atravers une fenêtre entrouverte ne voit jamais autant choses que celui qui regarde derrière une fenêtre fermée.
Forza
Vrai mais
a posté le 29-05-2023 à 19:18
Nizar écrit
'
Si Kaïs Saïed continue à asseoir son pouvoir hégémonique sur les pouvoirs existants avec succès, ce n'est pas seulement parce qu'il a les forces armées sous sa coupe, mais aussi parce qu'il y a des faibles face à lui.
'
C'est vrai mais la raison principale de la force du putschiste est les forces armées militaires comme secuirtaires. C'est l'armée qui a encerclé le parlement et empêché les députés de faire leur travail et c'est le MI qui arrête les adversaires de Saied. Bouderbala et les pions de la chambre d'enregistrement n'ont aucune personnalité et aucun poids mais c'est vrai aussi que les militaires et les sécuritaires ont fait la différence dans le conflit qui opposait le putschiste au parlement et à la constitution avant le coup d'?tat. C'est aussi le résultat de manque d'institutions et de démocratie dans ce pays et depuis la défaite de Carthage.
Zarzoumia
@ si M'hamed Bougara
a posté le 29-05-2023 à 19:16
Vous donner l'impression que vous êtes investi d'une mission divino-patriotique qui vous transcende. Pas loin de l'état d'esprit qui doit animer les terroristes de Chaambi en croyant servir dieu. Ce n'est pas loin de l'état d'esprit de KS quand il parle de sa guerre de libération, et je suis persuadé qu'il y croit. Finalement, on est devant plusieurs facettes d'une même pièce qui s'appelle dictature et extrémisme.
Alors, on descend sur terre et on essaie de comprendre l'autre pour avancer.
Salim
Commentaire
a posté le à 20:22
J'aurais appelé ceci de l'absulantisme.
A4
Un de ces jours, ça sera la dissolution !
a posté le 29-05-2023 à 18:37
LE DISSOLVANT
Ecrit par A4 - Tunis, le 12 Mars 2023

Quand un décret fait taire les urnes
C'est que nous avons un mort-vivant
Qui vient de Mars ou de Saturne
Avec des tonneaux de dissolvants

Il dissout tout et rien ne l'arrête
Assemblées, parlements et mairies
Sont broyées, passées aux oubliettes
Pour faire le vide pour sa confrérie

Il dissout tout par vengeance et rage
Se prenant même pour un apôtre
Qui n'a que la haine pour seul message
Envers toi, vous et tous les autres

Il dissout tout encore et encore
Sans entreprendre, sans rien bâtir
Il est même raciste sur les bords
Nous couvrant de honte par ses dires

Il dissout tout par incompétence
Vous prenant tous en ligne de mire
Invente complots et manigances
Puis des histoires à debout dormir

Il dissout tout, sans savoir quoi faire
Aussi maladroit qu'un vieux croûton
Qui patauge avec sa bétaillère
Pleine à craquer de stupides moutons

Les moutons bêlent, demain c'est leur fête
Ils sont bien prêts pour le grand méchoui
Organisés en belles brochettes
Ils crieront en choeur oui, oui et OUI !!!
Salim
L'essentiel est que les élections ont eu lieu
a posté le 29-05-2023 à 18:15
A la suite de la défaite électorale de ks, ses sbires chantaient à qui voulait les écouter, et sans y croire eux mêmes: l'essentiel est que le parlement a pu être formé, peut importe le taux de participation pathétique aux élections. Dès le départ, ce parlement de complaisance n'avait aucune légitimité populaire. ks pensait arnaquer le peuple et l'opinion internationale par une mascarade électorale régie par une loi électorale rafistolée sur mesure. Mais hayhat, ks est punie par où il a péché, cette assemblée qui est formée par les rats de la vie politique en Tunisie finira par battre un ks isolé dans son palais et sans relations dans le domaine politique. Ne sous-estimez pas les ***du parlement, ils finiront par avoir gain de cause. Malla Barhoum, il finira par être président ce ghoul. Pendant ce temps, je me réeeegaaaaale. ALLHOU AKBAR.
Si M'hamed Bougara
Front de libération nous t'avons juré fidélité.
a posté le 29-05-2023 à 17:19
Al mutannabi. Kassidat kafa bika da-âne ane tara el mawti chafiya.

Tara-fa3a 3ane 3awni el makarimi kadra-hou
Fama yaf3alou el fa3-lati ila 3adha-riya

Youbidou 3adawate el boughati bi lot-fihi
Fa Ine lame toubid abada el a3adiya


Et s'il avait forgé quelques paroles qu'ils Nous avait attribuées. Nous l'aurions saisi de la main droite, ensuite, Nous lui aurions tranché l'aorte. Et nul d'entre vous n'aurait pu lui servir de rempart.

C'est en vérité un rappel pour les pieux.

Koran. Celle qui montre la vérité. 44-48
Jimmy
KS vous rend dingues
a posté le 29-05-2023 à 17:10
NB est vraiment au bout du rouleau..
Il faut arrêter de parler du peuple car ce que vous dites est un mensonge absolu , de la mauvaise foi et de la malhonnêteté intellectuelle...
Le peuple dans son immense majorité soutient le président kaiess said, le peuple refuse tout simplement le parlement et les pseudos parlementaires car ce même peuple a vu ce que vos anciens amis parlementaires contrebandiers, mafieux, limite analphabètes, incompétents et surtout traîtres à la nation ce qu'ils ont fait des tunisiens et du pays....
Voilà la vraie raison de la détestation du parlement.....
Quand à la constitution, vous mentez ,il y a eu presque 2.6 millions de votants ..
Vous essayez de minimiser le taux de participation pour encore une fois dénigrer le président K.S mais vous n'y arriverez jamais....
Aux prochaines élections présidentielles, vous verrez le vrai taux de participation....
La réélection de KS est inéluctable...
Enfin tes amis mafieux et corrompus ne pourront plus jamais reprendre le pouvoir dans ce pays.....oubliez !!

NB: espérant que le démocrate modérateur ne me censure pas car je suis à contre sens de son pourvoyeur NB...on ne pense pas pareil mais nous ne sommes pas des ennemis..
Si M'hamed Bougara
Il dit: «Ne craignez rien. Je suis avec vous: J'entends et Je vois. Koran. Ta-Ha. 46.
a posté le 29-05-2023 à 17:09
Duo Idir et Menguellet.
Titre: Les routiers.

***

L'armée de libération nationale : ' Egorgez une brebis, préparez de la semoule, nous passerons la nuit chez vous. Nous visiterons, nous marcherons à la cadence des étourneaux, telle une caravane en pèlerinage, l'un derrière l'autre comme des perdreaux.

Le peuple: ' '? vous ! Qui venez en pèlerinage comment faites-vous ? Où peut-on vous rencontrer ?

L'ALN: ' Que non ! Comme un poisson dans l'eau, nous sommes maitre de notre environnement, invisibles, vous ne sauraient nous apercevoir.

Le peuple: ' Faîtes donc attention au froid et au gel; cela donne faim et fatigue.

L'ALN: ' Il n'y a pas de faim. Le rassasiement est dans les c'?urs. Pour le froid, nous avons le feu en nous.

Le peuple: ' Faites attention au noir en l'absence du clair de lune. Avec du brouillard, c'est encore plus dure.

L'ALN: ' Il n'y a pas de noir qui nous bandera les yeux, ni de brouillard qui nous liera les pieds.

Le peuple: ' Faites alors attention à la pluie. La boue freine.

L'ALN: ' Nous piétinerons la boue et ne sommes pas faits de papier pour craindre l'eau.

Le peuple: ' Faites attention au col de la montagne. La neige tombe et la route est coupée.

L'ALN: ' Nos passerons. Il n'y a pas de route difficile, comme il n'y a pas de neige qui ne fond pas entre les mains.

Le peuple: ' Faites attention au haut de la colline. Il y a une ombre qui guette.

L'ALN: ' Si c'est un être vivant, on le prendra avec nous et si c'est une bête sauvage, elle nous servira de dîner.

Le peuple: ' Faites attention à l'ennemi. Il vous guette avec des fusils.

L'ALN: ' Pauvre de lui ! C'est pour lui que nous marchons nuit et jour. C'est sa tête que nous voulons.
Karim
Une analyse totalement fallacieuse
a posté le 29-05-2023 à 16:55
"Dans n'importe quel pays au monde, le Parlement est doté de pouvoirs à part entière. Dans n'importe quelle démocratie au monde, le Parlement est un véritable contre-pouvoir du pouvoir exécutif. " demandez à la France, si c'est bien le cas avec le 49-3. Monsieur Nizar Bahloul, ne nous prenez pas pour des bahloul !

"En guise de réponse, le peuple tunisien dans sa majorité a rejeté la constitution dont le taux de participation a été d'à peine 30%.", toutes les personnes raisonnées savent qu'il y a une faillite des démocraties représentatives et qu'en conséquence les peuples des pays du monde se désintéressent de plus en plus des élections législatives.

Et puis dans tous les cas, si le peuple tunisien a rejeté réellement la nouvelle constitution, pourquoi n'ont-ils pas votés "contre" au référendum constitutionnel ?

Comment selon vous, doit fonctionner la démocratie alors ? Quand on ne vote pas aux élections, on doit forcément considérer cette abstention comme un rejet ? Comment pouvez-vous tirer des conclusions aussi rapides ?

Imaginons que vos propos tiennent leur sens et que donc en conséquence, sur les 9 millions d'inscrits au référendum constitutionnel les 6 millions qui n'ont pas votés, ne l'ont pas fait car ils ne sont pas d'accord avec cette réforme, est-ce que selon vous c'est raisonnable dans la vie démocratique alors qu'on a la possibilité de voter "pour" ou "contre" ? Est-ce que ça respecte les règles de vie commune, les règles de démocraties ?

Est-ce qu'au Royaume Uni, lorsqu'il y a eu le référendum sur l'appartenance du pays à l'UE, ceux qui étaient contre l'appartenance de ce pays se sont abstenus du vote pour montrer leur opposition ou bien sont-ils allés voter ?
Kamal El Barguaoi
@Karim, Gardons, Sonia, Jamel, Moha, Je pars en Allemagne avec 20 dinars en poche...arrêtez de déconner et de fabuler svp
a posté le à 20:35
Arrêtez votre charabia pseudo scientifique. Dans n'importe quelle démocratie, un fort taux d'abstention est un signe que les citoyens sont contre le processus même et pas uniquement contre, par exemple, la question d'un référendum. Le taux de participation à la consultation électronique, 5%, au référendum 30%, aux élections législatives 8%. Même un âne aurait capté le message du peuple. Nous sommes en présence d'un cas aigu de bhama ici.
Zarzoumia
Argumentaire bancal
a posté le à 19:06
Vos arguments sont à revoir pour ne pas dire fallacieux. 30% c'était le référendum et non les élections législatives.
Comparez la vie parlementaire française malgré le 49.3 avec notre parlement est lunaire.
Pour l'exemple anglais, c'est hors sujet. On ne peut pas comparer des élections transparentes où tous les citoyens se plient aux résultats des urnes avec une initiative unilatérale présidentielle à Laquelle une grande partie des parties politiques n'ont pas adhérés. Le peuple aussi d'ailleurs l'a boycotté en allant qu'30 %.
Lambda
Non non
a posté le à 18:13
Dans les pays qui se respectent, quand le taux de participation à un référendum ne dépasse pas les 50%, le référendum est jeté à la poubelle. Renseignez vous c'est facile. L'analyse de nizar bahloul est pertinente et casse avec la médiocrité ambiante
Si M'hamed Bougara
THAL SHALL NOT FALL AGAIN
a posté le 29-05-2023 à 16:51
Le siège de Thala, qui faisait partie de la guerre de Jugurthine, était un investissement de la ville numide de Thala par une armée romaine. Les Romains étaient commandés par le proconsul Quintus Caecilius Metellus, les habitants de Thala par un commandant numide inconnu. L'objectif principal des Romains était de capturer le roi numide Jugurtha qui se trouverait à Thala, mais il s'est échappé avant que les légions n'atteignent la ville fortifiée. Metellus assiégea alors la ville pour s'emparer de l'un des trésors de Jugurtha qui était entreposé à Thala. La ville fortifiée a été assiégée pendant quarante jours, après quoi la plupart de ses habitants se sont suicidés en mettant le feu à la ville.

Front de libération national :

S'ils croient à cela même à quoi vous croyez, ils seront certainement sur la bonne voie. Et s'ils s'en détournent, ils seront certes dans le schisme !

Alors Dieu vous suffira contre eux. Il est l'Audient, l'Omniscient.

Koran. La vache. 137.
Mozart
Non, NB, Jules César empereur n'a pas gouverné sous le contrôle du Sénat romain, qui était plutôt à sa botte.
a posté le 29-05-2023 à 16:34
Contrairement à ce que vous affirmez, Jules César a profité de l'expansion vertigineuse sous sa conduite de l'Empire romain pour avoir, à Rome, tous les pouvoirs.

Il a même introduit de manière inédite le culte de la personnalité en s'inventant des ascendances divines !
Zarzoumia
@Mozart
a posté le à 18:19
Oui, mais c'était encore la République. D'ailleurs Cesar a été tué par Brutus qui menait une conspiration de sénateurs qui voulaient empêcher le rétablissement de la monarchie. En quelque sorte il y avait un sénat qui voulait l'empêcher de faire ce qu'il voulait.